• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    La souillure funèbre

    André Mary

    Robert Herz, né à Saint-Cloud le 22 juin 1881 et décédé le 13 avril 1915 à Marchéville (Meuse), est un anthropologue français, disiciple et ami de Marcel Mauss. Parmi ses publications figure Sociologie religieuse et folkore, avant-propos de Marcel Mauss (1928). Paris, PUF, 1970, regroupant entre autres: Contribution à une étude sur la représentation collective de la mort; et La Prééminence de la main droite. Étude sur la polarité religieuse. Dans Les anthropologues et la religion, André Mary consacre un chapitre à «La mécanique du mal et le mystère du pardon»(Paris, PUF, Quadrige, 2010, p. 25-54). À l'intérieur de ce chapitre, André Mary démontre comment chez Robert Herz la notion d'impureté est au coeur même des rites funéraires*. Une des fonctions du rituel funèbre c'est d'établir une séparation du cadavre impur de la personne décédée avec les proches et les autres vivants de la communauté.
    D'un côté en effet l'impureté du cadavre, sa putréfaction et sa contagiosité, nuisent au sort de l'esprit ou de l'âme du mort: «le mort lui-même, à mesure que progresse la dessication de ses os, doit être délivré de l'infection mortuaire» (Hertz, 1970, p. 7; bien plus, «il faut exorciser le cadavre et le prémunir contre les démons» (ibid., p. 9), et surtout l'âme du défunt, si elle devait rester dans l'errance, serait dangereuse et doit donc être délivrée pour permettre aux vivants de retrouver la paix (ibid., p. 12-13). Mais de l'autre côté, si l'on peut dire, les vivants doivent être protégés des parents ou proches affectés par l'impureté d'un des leurs, «la souillure funèbre», et ceux-ci doivent aussi être libérés de leur «culpabilité*» par des rituels de deuil* appropriés. L'enjeu est donc, comme pour le pécheur, de «délier le mal», de défaire le lien entre les parents et le mort, et de refaire la vie. La conclusion est claire:

    «Cette délivrance, cette réintégration [du mort dans la communauté des morts, des parents dans la communauté des vivants], constituent, nous l'avons vu, l'un des actes les plus solennels de la vie collective dans les sociétés les moins avancées que nous puissions atteindre» (1970, p. 72).

    Comme le développe le philosophe Paul Ricoeur* dans son essai sur Le Mal (1996), la mort ou la maladie physique, la souffrance et la peine, et la faute ou le péché, sont des notions très proches qui appellent la délivrance. Le mal qu'est la mort est donc identifié ici à une impureté, à une souillure qui appelle une purification et une procédure de «délivrance». [...] La «délivrance» qu'appelle la mort vise en quelque sorte, selon l'expression de Jean Jamin, à «tuer le mort», et reste quand même fondée sur la disjonction et l'exclusion (Hertz, 1970, p. 72-73) pour rétablir une séparation ou une bonne distance entre les morts et les vivants.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Industrie de la mort (L')
    • Que penser en effet, d’une société où la notion même de sacré (espace séparé, soustrait aux...
    • Tombeau de l'homme saint
    • Ils arrivèrent devant le tombeau. C'étaient juste quatre murs de boue peinte à la chaux, posés sur...
    • Quoi faire du cadavre?
    • Tous les peuples n'ont pas eu la vénération des morts et certains ont même pendant longtemps...
    • La souillure funèbre
    • D'un côté en effet l'impureté du cadavre, sa putréfaction et sa contagiosité, nuisent au sort de...
    • Frais funéraires
    • Les entreprises funéraires ont érigé de grands complexes commerciaux où l'on prend en charge la...
    • L'arbre à l'envers
    • C’est en ces lieux où la couleur dominante est le rouge de la terre, car nous sommes là dans...
    • La musique funèbre
    • « Hélène, la tragédie d'Euripide, met en scène l'histoire funeste de l'héroïne grecque. Elle...
    • Les pieds des morts
    • Nous habillons les morts. Ils devraient toujours s'en aller nus, pourtant; le bois du cercueil...