• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Chez les Moundangs de Léré (Tchad)

    Alfred Adler

    Alfred Adler, né en 1934, est Directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (section en sciences religieuses). Spécialiste de populations au tchad, ses travaux de terrain et ses essais historiques ont marqué l'anthropologie politique et religieuse de l'Afrique noire. Il a publié : Le Bâton de l'aveugle chez Hermann, La Mort est le masque du roi chez Payot, ainsi que Le Pouvoir et l'Interdit chez Albin Michel.
    Alfred Adler met «en abîme» le cycle court scandé par les cérémonies agraires et le cycle long correspondant aux étapes du règne. «Marqueurs du temps» du cycle de vie du roi, les fêtes éclairent aussi les relations que le roi entretient avec le peuple et les différentes instances de l'appareil d'État. Fêtes agraires, elles révèlent encore la nature cosmique du pouvoir royal. Ainsi, la «fête de la pintade», qui clôt le cycle annuel par une chasse collective, marque la«mort symbolique [ou réelle]» du souverain tout autant qu'elle se présente comme une fête pour la pluie.

    À Léré comme ailleurs, le pouvoir cosmique du roi a pour corolaire sa mort. Le régicide est la conséquence de l'usure du pouvoir. Les Moundangs nous livrent la méthode: «c'est le crâne du père qui tue le fils». Il suffisait au fossoyeur de passer non loin du gôléré (roi de Léré) avec le crâne du prédécesseur pour que le roi succombe. Cette démarche s'accompagnait ou non de l'administration d'un poison. Être à part de son vivant, le roi mort subit un traitement non moins spécifique. Son cadavre stérilisant la terre, il faut le faire disparaître, mais non sans avoir prélevé la tête, symbole de la dynastie. Le corps est ébouillanté afin d'activer son pourrissement, puis enfermé dans une urne. Les os sont ensuite jetés dans une rivière en crue afin qu'ils soient évacués le plus loin possible Officiellement, le roi est enterré dans le bois sacré des masques; un mannequin de chiendent remplace son véritable cadavre. C'est au moment des funérailles du roi que la société lui confère, par la présence des masques, le statut d'homme qui lui a été refusé, lors de sa circoncision. Les za-tchou-tchou hurlant la devise rappellent au souverain sa condition mortelle: «La mort, la mort est le masque du roi!»
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Industrie de la mort (L')
    • Que penser en effet, d’une société où la notion même de sacré (espace séparé, soustrait aux...
    • Tombeau de l'homme saint
    • Ils arrivèrent devant le tombeau. C'étaient juste quatre murs de boue peinte à la chaux, posés sur...
    • Quoi faire du cadavre?
    • Tous les peuples n'ont pas eu la vénération des morts et certains ont même pendant longtemps...
    • La souillure funèbre
    • D'un côté en effet l'impureté du cadavre, sa putréfaction et sa contagiosité, nuisent au sort de...
    • Frais funéraires
    • Les entreprises funéraires ont érigé de grands complexes commerciaux où l'on prend en charge la...
    • L'arbre à l'envers
    • C’est en ces lieux où la couleur dominante est le rouge de la terre, car nous sommes là dans...
    • La musique funèbre
    • « Hélène, la tragédie d'Euripide, met en scène l'histoire funeste de l'héroïne grecque. Elle...
    • Les pieds des morts
    • Nous habillons les morts. Ils devraient toujours s'en aller nus, pourtant; le bois du cercueil...