• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Univers

    Les poètes et l'univers

    Jean-Pierre Luminet
    Un astrophysicien, nous invite à découvrir ses poèmes préférés sur l'univers, la nuit, les étoiles.
    Les poèmes en question ne sont pas disponibles sur Internet, mais à en juger par le texte de présentation et par la table des matières, il s'agit d'une anthologie à la fois riche et originale.
    Le rêve de l'Univers

    Un jour où nous bavardions autour d'une bonne bouteille de Bordeaux, Jean Orizet me dit : "Puisque tu es astrophysicien mais aussi poète, voudrais-tu me réunir une anthologie de poèmes inspirés par l'astronomie?" C'était peu après la publication de mon recueil Noir Soleil.

    Je sentis dans sa proposition comme un défi, mêlé d'une malicieuse provocation. Il savait pertinemment combien j'avais toujours pris soin de séparer très fermement la création scientifique et la création poétique. J'avais publié mes premiers poèmes en 1980, à peu près à la même époque où je rédigeais mes premiers articles d'astrophysique. Ma poésie n'avait pourtant rien d'astronomique, même si j'usais çà et là de termes tels que "comète" ou "étoile". Le Noir Soleil du poète - solitude, mélancolie, angoisse devant la mort - n'avait rien à voir avec le Soleil Noir de l'astronome - trou noir, destin des étoiles, matière sombre -, que j'avais dépeint dans des textes de vulgarisation scientifique. Autres thèmes, autres modes d'expression. Fuyant comme la peste le mélange des genres, combien de fois n'avais-je pas été horripilé par des exclamations du type "ah, vous êtes astronome ? alors vous devez être aussi poète!" Le choix de l'inversion des termes Noir Soleil / Soleil Noir avait même été une sorte de calembour à usage privé, manifestant l'antagonisme que j'avais toujours voulu appliquer entre science et poésie.
    Ce que je connaissais de la "poésie astronomique" se présentait généralement sous une forme didactique et ennuyeuse:

    L'éclatant Sirius, Canope, Procyon,
    Les sept astres de l'Ourse et les neuf d'Orion,
    Sans doute sont plus près que les faibles Hyades;

    Mais près d'elles, pourquoi n'est-il que six Pléiades?[1] ou même pire, sous forme d'envolées lyriques plaquées sur un jargon scientifique, dans lesquelles des mots grandiloquents affublés de majuscules, tels énergie, Champ, Onde, Quasar, Big Bang, étaient censés receler à eux seuls le mystère poétique du monde.
    Bref, de prime abord cette proposition d'anthologie ne me séduisit guère. Mais il y
    avait défi, et les défis sont faits pour être relevés...

    * * *

    Au cours de mes recherches, je pénétrai dans un monde inconnu. La poésie que j'avais jusqu'alors pratiquée, la poésie que j'avais lue et goûtée à l'exclusion de toute autre, était somme toute une poésie "égotiste". La poésie égotiste n'est pas faite pour exprimer des idées ou des concepts, mais des émotions. Indifférent au monde extérieur autre que l'ego, le poète crée chez le lecteur une surprise émotionnelle, non par des rapports universels, mais par des comparaisons, des analogies, des images aperçues dans sa seule sensibilité. De valeur essentiellement personnelle, sa poésie peut toutefois atteindre à l'universel, en tant que moment totalisateur du "moi" dans le lien fugitif de l'émotion.
    Or, la poésie que je découvrais n'était pas une poésie égotiste. Se nourrissant du regard interrogateur de l'homme sur l'univers, c'était une authentique poésie "philosophique", une poésie "scientifique" ou "universaliste" - peu importe l'adjectif : une poésie à l'ambition de synthèse.

    Je compris enfin l'heureuse manoeuvre de mon commanditaire; il avait subtilement su me faire comprendre combien mes réticences premières n'étaient que le fruit de mon ignorance. Poésie égotiste, poésie universaliste ... Adulant la première, j'avais ignoré, sous-estimé, pire : méprisé la seconde. Cette anthologie est le fruit de ma contrition.

    * * *


    Dire que les images de la science nourrissent l'imaginaire des artistes est un lieu commun. Il en a toujours été ainsi au cours des siècles, mais à des degrés divers. Certaines époques sont plus propices que d'autres aux cousinages heureux entre la science et les diverses formes d'expression artistique[2].

    A première vue cependant, la poésie est la forme d'art la plus éloignée des objets de la science. Le peintre, l'architecte, le sculpteur travaillent sur l'espace et sur la matière, le musicien travaille sur le temps - des entités que manipulent chaque jour les physiciens, et sur lesquelles ils ont des choses pertinentes à dire. Le poète, lui, travaille sur les mots. Or, les mots sont une pure invention humaine. L'univers ne produit pas de mots[3]. Le physicien n'a donc rien à dire sur les mots (bien que d'éminents savants linguistes réfléchissent sur le concept). Est-ce à dire que le poète et le physicien ne se rejoignent jamais?

    Dans une lettre à l'écrivain Villiers de l'Isle Adam[4] datée de 1866, Stéphane Mallarmé écrit : "J'avais, à la faveur d'une grande sensibilité, compris la corrélation intime de la Poésie avec l'Univers, et pour qu'elle fût pure, conçu le dessein de la sortir du Rêve et du Hasard et de la juxtaposer à la conception de l'Univers."
    A bien y réfléchir, les bouleversements de l'image du monde apportées par les grandes découvertes scientifiques - en particulier astronomiques - alimentent forcément l'imagination des poètes. Devant certaines hypothèses scientifiques des mythes anciens resurgissent, prennent soudain consistance, la sensibilité poétique jaillit. Le véritable poète vit à l'écoute de son époque et ne se réfugie pas de manière passéiste dans ce qui fut. A l'instar du scientifique, le poète est l'inventeur incessant d'un nouveau dire, d'une langue toujours plus universelle. Le poète veut former de nouvelles Figures, non pas écrites dans la formulation abstraite des mathématiques, mais gravées dans la chair des mots. Le poète est un "risqueur" du dire. Il ne peut être indifférent aux risqueurs de la connaissance que sont les chercheurs. Ces derniers, quant à eux, ont besoin de la fulgurance des métaphores, de la musique des mots forgée par les poètes. Car la science ne dit pas tout. Dans L'Art Romantique, Baudelaire déclare : "la certitude astronomique n'est pas, aujourd'hui même, si grande que la rêverie ne puisse se loger dans les vastes lacunes non encore explorées par la science moderne".

    La poésie, c'est aussi de la recherche fondamentale. Poésie et recherche exigent un même effort de discipline et de concentration, un même goût de la formule concise et juste - même si pour parvenir au but cherché, les moyens d'expression et les états intellectuels ou émotionnels sont différents. Le véritable chercheur sait desserrer l'étau du calcul et du raisonnement pour s'abandonner à la rêverie, lâcher la bride à son imagination. Dans L'art et la science[5], Victor Hugo a insisté avec une rare intelligence sur la dualité et la complémentarité de ces deux moyens d'expression de la pensée. Il y témoigne d'une vive compréhension du mouvement perpétuel de la science, qui se dépasse sans cesse en se raturant, tandis que l'art est pérenne. Plus récemment, Gilbert Lély a défini la poésie de la façon suivante : "A chaque interrogation du monde extérieur, la réponse la plus rapide, la plus nettement articulée, la plus libre, la plus dévorante". On ne saurait mieux décrire la passion du scientifique.

    * * *


    Au-delà de ces généralités, force est de constater qu'il y a deux sortes de poètes scientifiques : ceux qui imitent, et ceux qui inventent. Les premiers ont engendré le courant de la poésie dite didactique; leurs oeuvres, composées sur des thèmes fournis par la science, exaltent les découvertes ou la persévérance passionnée des savants. Le poète didactique double ainsi la parole du scientifique, en se servant du langage lyrique et de la métaphore pour tenter d'exprimer différemment une émotion qui ne passe pas par les équations. La science fournit en quelque sorte un "émerveillement extérieur" que le poète se charge de transformer en émerveillement intérieur. Il faut reconnaître qu'il n'y réussit pas souvent, et les traités d'astronomie rédigés sous forme lyrique en x chants ne communiquent guère le frisson. C'est la raison pour laquelle la poésie didactique, qui a fleuri tout au long des siècles et se perpétue aujourd'hui encore de façon plus ou moins déguisée chez certains écrivains, est un genre mal-aimé.

    Baudelaire[6] en est le plus sévère juge: "la forme didactique [...] est la plus grande ennemie de la véritable poésie. Raconter en vers les lois connues, selon lesquelles se meut un monde moral ou sidéral, c'est décrire ce qui est découvert et ce qui tombe tout entier sous le télescope ou le compas de la science, c'est se réduire aux devoirs de la science et empiéter sur ses fonctions, et c'est embarrasser son langage traditionnel de l'ornement superflu, et dangereux ici, de la rime. [...] En décrivant ce qui est, le poète se dégrade et descend au rang de professeur."
    A mon sens, la poésie didactique mérite d'être en partie réhabilitée, parce qu'elle donne un juste reflet de l'intégration des connaissances scientifiques dans la culture à une époque donnée, et fournit une précieuse source d'informations trop souvent négligée par les historiens. Cette anthologie en donne d'intéressants exemples : Aratus, Buchanan, Delille, Daru.

    Il existe aussi des poètes inspirés, au sens haut du terme, par les thèmes de l'espace, du temps, du cosmos, bref des poètes qui inventent le monde, qui, par leur intuition, peuvent rejoindre la quête du savant, et même l'anticiper de façon surprenante. Ces poètes-là, je les appelle des rêveurs d'univers. Leur poésie veut être la représentation la plus étendue et la plus intense de "cette réalité constamment vivante, constamment changeante, aux diverses parties liées intimement et qui se pénètrent mutuellement" (Henri Poincaré). Baudelaire en fait un bel éloge : "S'abandonner à toutes les rêveries suggérées par le spectacle infini de la vie sur la terre et dans les cieux, est le droit légitime du premier venu, conséquemment du poète, à qui il est accordé alors de traduire, dans un langage magnifique, autre que la prose et la musique, les conjectures éternelles de la curieuse humanité. En racontant le possible, (le poète) reste fidèle à sa fonction; il est une âme collective qui interroge, qui pleure, qui espère, et qui devine quelquefois."

    Le rêveur d'univers, riche de son acquis en tous les domaines du savoir, riche aussi de ses lacunes et de ses doutes, de son intuition étrangement devineresse, se crée une compréhension équilibrée et synthétique du monde. Il pèse et il pense les matériaux du monde que lui apportent les sciences et les complète d'intuition, il en trouve les secrètes résonances unitaires. De certaines "vérités" sur l'univers, pourquoi des poètes ne seraient-ils pas mystérieusement avertis tout autant qu'un physicien du XXe siècle ?

    Un exemple fameux d'intuition devineresse est celui d'Edgar Poe. Dans un texte prémonitoire de 1848 intitulé Eurêka, le poète et écrivain américain a résolu pour la première fois une énigme scientifique, celle du noir de la nuit[7]. Certes, ce texte ne se présente pas sous la forme classique d'un poème, mais d'un essai. Voici pourtant ce qu'en dit Edgar Poe dans la préface : "C'est simplement comme Poème que je désire que cet ouvrage soit jugé, alors que je ne serai plus". Puis, dans une lettre de février 1848, il ajoute : "Ce que j'ai exposé révolutionnera (avec le temps) le monde de la science physique et métaphysique. Je le dis avec calme, mais je le dis"! Sur ce point, Poe a fait preuve de quelque mégalomanie. Les savants ne s'inspirent jamais des poètes pour élaborer leurs théories, et ce n'est qu'à posteriori que l'on s'aperçoit que parfois, le poète a précédé le savant...

    * * *

    Il est remarquable de constater que les deux genres de "poésie scientifique" dont je viens de parler en termes très généraux ont été fondés par un seul et même poète, l'un des pères mythiques de toute la littérature occidentale : Hésiode[8]. Dès le VIIIe siècle avant Jésus-Christ, Hésiode a en effet conçu Les Travaux et les Jours, un recueil de conseils didactiques sur l'agriculture fondés sur l'observation astronomique et météorologique (procédé qui sera notamment repris par Virgile dans ses Georgiques). Hésiode est d'autre part l'auteur d'une Théogonie, où il use cette fois de son intuition poétique et de son expérience intérieure pour rêver l'Origine de l'Univers.

    Ce n'est pas ici le lieu de retracer l'histoire de la poésie scientifique[9]. Chacun des thèmes que j'ai sélectionnés pour cette anthologie comporte un préambule, dans lequel j'ai voulu mettre en perspective historique l'évolution des connaissances scientifiques et l'usage qu'en ont fait les poètes. Ces thèmes sont au nombre de douze. Aucun rapport avec les signes du zodiaque des astrologues ... Palingène, poète astronomique devant l'éternel, avait déjà divisé son livre en douze chapitres portant le nom de chacune des maisons du Soleil dans les constellations du Zodiaque. Mais, pavé dans la mare des astrologues, les maisons du soleil sont au nombre de treize[10] ! Les thèmes que j'ai choisis sont, me semble-t-il, ceux qui ont été les plus féconds pour l'imaginaire des poètes et des savants. Le mystère de la nuit, les abîmes de grandeur dévoilés par le télescope, l'harmonie cachée des lois naturelles, la vie renaissante et diverse sont des sujets universels. D'autres plus directement issus des avancées astronomiques ont aussi orienté l'inspiration des poètes. S'ils ont jadis rêvé sur l'attraction universelle et la nébuleuse primitive, aujourd'hui le big bang, les trous noirs ou la conquête spatiale leur ouvrent de nouveaux champs poétiques. Toutefois, les poètes du XXe siècle n'ont pas (encore?) réagi de façon aussi neuve qu'on pourrait croire aux deux révolutions scientifiques majeures que sont la relativité et la mécanique quantique. Les diverses façons de rêver l'univers se ramènent en effet à quelques vues archaïques, remarquablement analysées par Gaston Bachelard et par sa disciple Hélène Tuzet - dont la remarquable étude Cosmos et Imagination a beaucoup alimenté cette anthologie.

    Faute de place, bien des textes ont été tronqués. Plutôt qu'un exercice exhaustif, et plus qu'une lecture d'agrément, cette anthologie est donc une invitation à une lecture de complément - même si certains textes ne sont plus disponibles qu'à la Réserve de la Bibliothèque Nationale! De nombreuses autres oeuvres, certaines dues à des auteurs déjà cités, les autres à des auteurs non cités, seraient largement dignes de figurer dans l'anthologie. Leur absence appelle soit un second tome, soit, dans certains cas, une traduction en français[11].

    Quoi qu'il en soit, le genre anthologique s'accommodant mal d'une lecture continue, ce livre doit être dégusté à petite dose. Il parviendra à son but si le lecteur en ressort convaincu que Dante Alighieri, John Donne, Victor Hugo, Jean-Paul Richter, Raymond Queneau et bien d'autres ont démenti Platon. Lui-même grand poète du cosmos, il s'était exclamé dans Phèdre : "L'espace qui s'étend au-dessus du ciel n'a pas encore été chanté par aucun des poètes d'ici-bas et ne sera jamais chanté dignement".
    * * *


    Notes
    [1] Ces vers et quelques centaines d'autres du même acabit sont de Paul-Philippe Gudin de la Brunellerie, qui a commis en 1810 un traité d'astronomie en alexandrins. Vous en retrouverez dans cette anthologie.Retour texte
    [2] Parmi les époques d'ouverture, la Renaissance est l'exemple le plus fameux ; parmi les époques de fermeture figure le XVIIe siècle, dont la tendance générale en matière artistique a conduit à un certain rejet de la nouveauté.Retour texte
    [3] Notons que dans certaines traditions, c'est le mot, le "Verbe", qui est à l'origine de l'univers!Retour texte
    [4] Auteur notamment d'un passionnant roman d'anticipation intitulé "L'Eve future", dont le célèbre film "Metropolis" de Fritz Lang s'est inspiré.Retour texte
    [5] Chapitre III de son "William Shakespeare", 1864. Réédité en opuscule séparé chez Actes Sud, 1985.Retour texte
    [6] L'Art Romantique : Victor Hugo.Retour texte
    [7] Je renvoie le lecteur au thème "Nocturne" pour plus d'explications.Retour texte
    [8] Dont les oeuvres, transmises par la tradition orale, n'ont été transcrites que plus tard sous forme écrite.Retour texte
    [9] Un savant travail reste à faire sur le sujet. Pour le lecteur intéressé, voici une bibliographie d'approche : R.Ghil : La tradition de Poésie Scientifique, Paris, Société Littéraire de France, 1920 ; A. Fusil : La poésie scientifique de 1750 à nos jours, Editions Scientifica, Paris 1928 ; G. Bachelard : La Poétique de l'espace (1957); A.-M. Schmidt : La poésie scientifique en France au XVIe siècle (Rencontre, 1970) ; L. Boia : L'exploration imaginaire de l'espace, Découverte, 1987, et La fin du monde, Découverte 1989; et surtout H. Tuzet : Cosmos et Imagination (Corti, 1965).Retour texte
    [10] Entre le 29 novembre et le 13 décembre, le Soleil passe du Scorpion au Sagittaire en transitant par Ophiucus, qui ne figure pas dans le Zodiaque.Retour texte
    [11] Voici un aperçu non exhaustif de grands "manquants" : R. Blackmore (Creation, 1712) ; Robert Burton (Anatomy of Melancholy, 1638) ; Joseph Du Chesne (La Morocosmie, 1583) ; Athanasius Kircher (Iter Exstaticum coeleste, 1657) ; Emerson (Poems, 1850) ; Arturo Graf (Medusa, 1880) ; Marullus (Hymnes Naturels, 1492) ; Pontano (Urania, 1506); Tasso (Les sept journées de la création du monde 1592) ; Thomas Traherne (Insatiableness) ; Tristan Tzara (Deuxième aventure céleste de Monsieur Antipyrine, 1938) ; John Updike (Sept Odes à des Processus Naturels, 1988); Kenneth White (Le poète cosmographe)...Retour texte

    Retour au sommaire de l'anthologie




    INDEX DES AUTEURS ET DES OEUVRES
    (Copyright Jean-Pierre Luminet / Cherche Midi Editeur)

    Nocturne
     Sappho : Nocturnes (trad. R. Brasillach, Anthologie de la Poésie Grecque, Stock 1950)
     Nonnos : Nocturne (Les Dyonisiaques, Livre XII, trad. M.Meunier)
     Edward Young : Les Nuits (extrait de la Vingtième Nuit; trad. M. Le Tourneur)
     André Chénier : L'Amérique (extrait, 1884, Garnier)
     Chateaubriand : Nuit d'automne (extrait des Tableaux de la Nature, 1784-1789)
     Novalis : Hymnes à la nuit, 1800
     Edgar Poe : Eureka (extrait, trad. Charles Baudelaire, dans "Contes, Essais, Poèmes", Paris, Robert Laffont, coll. "Bouquins", 1989)
     Leconte de Lisle : Les yeux d'or de la nuit (dans Derniers Poèmes, 1886 - 1894)
     Rainer Maria Rilke : Poèmes à la nuit (trad. G.Althen et J.Y.Masson, Verdier)
     Armand Silvestre : Nox (extrait de La Chanson des Jours)
     Francis Ponge : Texte sur l'électricité (extraits, dans Lyres, Gallimard 1962)
     Wystan Hugh Auden : Promenade nocturne (dans : Poésies choisies, trad. J.Lambert, Gallimard)
     Yves Bonnefoy : L'été de nuit (exrait, dans Pierre Ecrite, Gallimard 1965)
     Jacques Réda : La tourne (La tourne, 1975)
    Firmaments
     Aratus: Phénomènes (extraits, dans Germanicus : Les Phénomènes d'Aratos, trad. A. Le Boeuffle, Les Belles Lettres, 1975)
     Callimaque : La Boucle de Bérénice (Elégies, Belles Lettres)
     Virgile : Les Géorgiques (trad. M.Rat, Garnier-Flammarion 1967)
     Manilius: Les Astronomiques (extraits des livres V et I; trad. G.Pingré, Paris 1786)
     Ronsard : Hymne des Étoiles, 1555 (extrait, Premier livre des Hymnes)
     Georges Buchanan : La Sphère (extrait du Livre III, vers 383 à 412)
     Jean-Edouard Du Monin: L'Uranologie, ou le Ciel (extrait, Paris, 1583)
     Guy Lefèvre de la Boderie : Cantique sur la nouvelle étoile (Divers Mélanges Poétiques)
     Alphonse de Lamartine : Les Étoiles (extrait, Nouvelles Méditations Poétiques, 1823)
     Alexeï Khomiakov : Les étoiles (trad. I.Astrow, dans : Poésie Russe, anthologie présentée par E.Etkind, La Découverte/Maspéro, 1983)
     Sully Prudhomme : Les Solitudes (Les Solitudes, Poésies, 1883, A.Lemerre)
     Villiers de l'Isle Adam : L'Eve Future (extrait du chapitre XI: Uranie, Paris 1886)
     Jean Richepin: L'étoile du Nord, et Voies Lactées (extraits de La Mer, 1886)
     Jean Rameau : Les yeux (dans La Chanson des Etoiles, 1888)
     Strada : La Genèse universelle (extrait du chant VI, Paris 1890)
     Guillaume Apollinaire : Voie lactée (extrait, Alcools 1903)
     Vladimir Maïakowski : Écoutez (trad. E.Malleret, dans : Poésie Russe, anthologie présentée par E.Etkind, La Découverte/Maspéro, 1983)
     Blaise Cendrars : La nuit monte, Nuits étoilées, Orion (dans Feuilles de route 1924-28)
     Jorge Luis Borges : La promission en haute mer (Oeuvre Poétique 1925-1965, Gallimard 1970 pour la traduction française)
     Ingeborg Bachmann : Invocation de la Grande Ourse
     André Frénaud : Astres de la nuit (Soleil irréductible, 1943-1959, Gallimard)
     Eugène Guillevic : Etoile, Fouillis d'étoiles (dans Sphère, Gallimard 1963)
     Severo Sarduy : Vagabondes bleues (extrait de Big Bang, Fata Morgana, 1973)
     Michel Cassé : Varech primordial (extrait, inédit)
    Le Roi Soleil
     Akhenaton : Hymne au Soleil (extrait)
     Orphée : Hymne au Soleil (trad. R. Brasillach, Anthologie de la Poésie Grecque, Stock 1950)
     Nonnos : Hymne au Soleil (extrait des Dyonisiaques, chant XL, trad. Mario Meunier)
     Proclus : Hymne au Soleil (dans Hymnes Philosophiques, trad. Mario Meunier, Paris 1935)
     Marcel Palingène : Hymne au Soleil (Le Zodiaque de la Vie, traduit du latin par Mr de la Monnerie, 1731)
     Cornélius Gemma : Sur la Sphère des Révolutions de Nicolas Copernic (traduit du latin par La Boderie)
     James Thomson : Le Soleil (extrait des Saisons : l'Eté, 1730)
     Jacques Malfilâtre : Le Soleil fixe au milieu des planètes (Odes)
     Victor Hugo : Les grandes lois (extrait, La Légende des Siècles, 1859-1883)
     Walt Whitman : Toi, globe là-haut (extrait, dans Feuilles d'Herbe)
     Jules Barbey d'Aurevilly : La Haine du Soleil (extrait de "Poussières", 1808-1889)
     Jean Rameau : Prière au Soleil (dans La Chanson des Etoiles, 1888)
     Konstantin Balmont : Soyons comme le soleil (trad. I.Astrow, dans Poésie Russe, La Découverte/Maspéro, 1983
     Paul Valéry : Ébauche d'un serpent (extrait, 1921)
     Alfred Jarry : Du soleil, solide froid (Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien, Fasquelle, 1911)
     Raymond Queneau : Le soleil (extrait de Petite Cosmogonie Portative, Gallimard, 1950)
     Antonin Artaud : Tutuguri (dans Les Tarahumaras, 1945; L'Arbalète, Paris 1955)
     Jean Tardieu: Le Soleil (extrait de La part de l'ombre, Objets incommensurables 1950-1961, Gallimard)
     Jacques Prévert: Le Soleil est amoureux
    La Reine de la Nuit
     Orphée : A la Lune (Hymnes, trad. J.Lacarrière, Imprimerie Nationale 1995)
     Plutarque : Du visage qui apparaît dans le rond de la lune (extrait, Oeuvres Morales, Belles Lettres)
     Jean-Antoine de Baïf : Le Premier des Météores (extrait, 1567)
     De Norry : La Lune (extrait des Quatre premiers livres de l'univers, 1582)
     Jean de La Fontaine : Un animal dans la lune (Fables, Livre septième, fable XVIII, 1668-1694)
     Josef Boscovich : Les Éclipses (extrait, trad. M.Barruel, 1779)
     Alfred de Musset : Ballade à la Lune (extrait, dans Poésies Complètes)
     Edmont de Haraucourt : Clair de Lune (extrait de L'Âme Nue, Paris 1885)
     Jules Laforgue : Climat, Faune et Flore de la Lune (dans L'Imitation de Notre-Dame de la Lune, 1885)
     John Butler Yeats : Les phases de la Lune (dans Vision; Fayard)
     Oscar Venceslas de Milosz : La lune à la terre (dans Les éléments, 1925)
     Marcel Thiry : La mer de la Tranquillité
     Raymond Queneau : La Lune (Courir les rues, Battre la campage, Fendre les flots - Gallimard 1981)
     Claude Roy : Lune démodée (Les Pas du Silence, 1993)
    Vagabondes du Ciel
     Isaac Habert : Des Comètes (extrait, Premier livre des Météores, 1585)
     Fontenelle : La Comète (extrait de la Scène XI, 1681; dans Oeuvres Complètes, Fayard)
     Père Souciet : Les Comètes (extrait du tome II, 1710)
     William Blake : A l'étoile du soir (Esquisses Poétiques 1765-1778; trad. P.Leyris, Aubier-Flammarion)
     Musae Anglicanae : "Là Iris" (anonyme anglais, dans le recueil Musae Anglicanae, 1741, traduit du latin par D. Ricard)
     Jacques Delille : Les Trois Règnes de la Nature, 1809 (extrait)
     Charles de Chênedollé : Le Génie de l'homme, 1807 (extrait du Chant 1 : L'astronomie ou les cieux)
     Pierre Daru : "Volez, mondes légers" (Extrait de L'Astronomie, Chant 6, Paris 1830)
     Percy Blysse Shelley : Prométhée délivré (extrait de l'Acte IV, 1820; trad. L.Cazamian, Aubier-Flammarion 1968)
     Walt Whitman: Un chant de la Terre qui roule (extrait, trad. L.Fabulet, dans Feuilles d'Herbe, Gallimard 1918)
     Victor Hugo : La Comète (extrait, La Légende des Siècles, XLVI, 1859-1883)
     Victor Hugo : Saturne (extrait, Les Contemplations, 1855)
     Louise Victorine Ackermann : La Comète, 1861 (extrait, dans Poésies, Paris 1874)
     Pierre Reverdy : Etoile filante (dans Plupart du Temps 1915-1922, Gallimard)
     Antoine de Saint-Exupéry : Terre des Hommes (extrait, 1939)
     Raymond Queneau : vers 169-193 (extrait de Petite Cosmogonie Portative, Gallimard, 1950)
     René Char : Le Météore du 13 Août (Fureur et Mystère, Gallimard 1948)
     Roger Caillois : Recette (Minéraux, Gallimard, 1970)
     Maurice Couquiaud : Météorite (dans Un plaisir d'étincelles, GRP 1985)
    L'Harmonie du Monde
     Héraclite : De la Nature (Fragments, Les Présocratiques, La Pléïade, 1988)
     Parménide : De la Nature (Fragments, Les Présocratiques, La Pléïade, 1988)
     Empédocle : La genèse des éléments (trad. R. Brasillach, Anthologie de la Poésie Grecque, Stock 1950)
     Platon : Le Timée (trad. E.Chambry, Garnier 1969)
     Platon : La République, livre X (extrait, trad. Roger Baccou, Garnier 1966)
     Alexandre d'Etolie : La Musique des Sphères (dans R.Baccou, Histoire de la Science Grecque, Paris 1951)
     Cicéron : Le Songe de Scipion (extrait de La République, livre VI, Les Belles Lettres)
     Lucrèce : De la Nature (extrait, livre 5)
     Sénèque : Consolation à Marcia (extrait, Belles Lettres)
     Dante : Dissertation astronomique de Béatrice (extrait de La Divine Comédie , Paradis, chant II, La Pléïade pour la traduction française)
     Gossouin de Metz : L'Image du Monde (trad. André Mary; Anthologie poétique française I : Moyen-Âge; Garnier-Flammarion 1967)
     Luca Pacioli : Divine Proportion (1509)
     Pierre de Ronsard : Hymne du Ciel, 1587 (extrait, Premier livre des Hymnes)
     Du Bartas : Contre Copernic (extrait de La Sepmaine, Quatrième Jour)
     Maurice Scève : Microcosme, 1562 (extrait du livre III)
     Guy Lefèvre de la Boderie: (extrait de "La Galliade, ou De la Révolution des Arts et des Sciences", 1578)
     Christofle de Gamon : Discours de l'astronomie inférieure (Dans Le Jardinet de Poésie)
     John Donne : L'anatomie du monde (extrait du Premier Anniversaire, 1611)
     Giambattista Marino : Le théâtre du palais d'amour (extrait de Adone, dans Anthologie bilingue de la Poésie Italienne, Gallimard)
     Pierre Le Moyne : L'Isle de pureté (dans Oeuvres poétiques, Paris 1671)
     Cyrano de Bergerac : L'invention du monde (Extrait des États et Empires du Soleil, 1662)
     John Milton : Le Paradis Perdu (extraits du Chant VIII, 1667; Belin 1990 pour la traduction française)
     Voltaire: Épître à Uranie (Epître XLVI)
     Benoît Stay: Philosophiae recentioris (extrait du Livre VI, vers 2147-2172)
     Percy Blysse Shelley : Prométhée délivré, 1820 (extrait; trad. L.Cazamian, Aubier-Flammarion 1968)
     Alfred de Musset : Il ne faut jurer de rien (extrait de l'acte III, scène IV, Paris 1833)
     Lucien Villeneuve : "Avant que le rayon..." (extrait de "Les Dieux", 1901)
     Filippo Tommaso Marinetti : Les licous du temps et de l'espace (extrait, Le Monoplan du pape, 1912, L'Age d'Homme)
     Vélimir Khlebnikov :Alphabet du Ciel (extrait des Tables du Destin 1922, in Des nombres et des lettres, trad A. Sola, L'Age d'Homme 1986)
     Hermann Broch : L'Ether (extrait, La mort de Virgile, 1946, trad. A.Kohn, Gallimard 1980, L'Imaginaire)
     Jacques Prévert : Relativité
     Charles Dobzynski : Musique perdue (extrait de L'Opéra de l'Espace, Gallimard, 1963)
     Robert Sabatier : Oméga (extrait de Icare, Albin Michel 1976)
     Ilke Angela Maréchal : Juste un pli (Dans "A l'écoute", les Cahiers de Garlaban 1988)
     Jean-Marc Debenedetti : L'équation du feu (Cherche-Midi, 1995)
    L'Appel de l'Infini
     Lucrèce : De la Nature (extrait, Livre II)
     Hermès Trismégiste : "Oh! Âme aveugle!"
     Giordano Bruno : Poème d'exergue à "L'Infini, l'Univers et les Mondes" et Le Banquet des Cendres, Dialogue I)
     Henry More : Essai sur l'Infinité des Mondes (extrait, 1646)
     Edward Young : Les Nuits (fragment de la Vingtième Nuit; trad. M. Le Tourneur) ?
     Jean-Baptiste Grainville : Le dernier homme, 1805 (extrait du Chant IX; Slatkine Reprints, Genève 1976)
     Friedrich von Schiller : La Grandeur du Monde (trad A.Régnier) Népomucène Lemercier : extrait de "L'Atlantiade ou Théogonie Newtonienne", 1812
     Giacomo Leopardi : L'infini, 1819 (trad. M.Orcel)
     Byron : L'abîme de l'espace (extrait de Caïn, Acte II Scène I, trad. Fabre d'Olivet)
     Pierre Daru : "L'homme a sondé des cieux..." (extrait de L'astronomie, chant I, Paris 1830)
     Alphonse de Lamartine : L'infini dans les cieux (extrait, Harmonies, 1830)
     Jean-Jacques Ampère: Urania (extrait, Revue des Deux-Mondes, 15 avril 1835, Paris)
     Walt Whitman : Chants de moi-même (extrait du Chant 45, trad. Roger Asselineau, Nouveaux Horizons, 1966)
     François Ponsard : extrait de Galilée (1867)
     Stéphane Mallarmé : Quand l'ombre menaça (Poésies, 1883)
     Edmont de Haraucourt : L'Océan (extrait de L'Âme Nue, Paris 1885)
     Marc Bonnefoy : Vers l'Infini (extrait de Poèmes à travers l'infini, 1894)
     Giovanni Pascoli : la Souche (extrait, dans Canti del Castelvecchio, 1903)
     Jules Laforgue : Complainte du temps et de sa commère l'espace (Les Complaintes, 1885)
     Jules Supervielle : Les Germes (dans Gravitations, 1925)
     Marcel Thiry : Années-lumière, 1938 (dans Poésies)
     Philippe Soupault : Année Lumière (dans Crépuscules, Gallimard)
     Charles Dobzynski :La dernière galaxie (extrait de L'Opéra de l'Espace, Gallimard, 1963)
    La Naissance des Mondes
     Rig Véda, X, 190
     Hésiode : Théogonie (extrait, Les Belles Lettres)
     Ovide : Métamorphoses (extrait, Les Belles Lettres)
     Guillaume Salluste Du Bartas : (extrait, La Sepmaine, Premier Jour, 1581)
     Théodore Agrippa d'Aubigné : La Création (extrait du chant 3, dans Oeuvres Complètes, 1874)
     John Milton : Le Paradis Perdu (Extraits du Chant VII, 1667; Belin 1990 pour la traduction française)
     Lebrun : La Nature (extrait du Chant I : La Sagesse)
     Pierre Daru : "D'autres ont pu sortir de l'abîme des âges" (extrait de L'Astronomie, Chant I, Paris 1830)
     Jules Laforgue : Préludes autobiographiques (Les Complaintes)
     Jean Richepin : La Gloire de l'eau (extraits de La Mer, 1886)
     André Joussain : L'Epopée terrestre
     Warnery : Les Origines (extrait, dans Poésies, Lausanne 1887)
     René Ghil : Le Dire du Mieux (extrait, Le meilleur devenir, 1889)
     Strada : La Génèse universelle (extrait du chant IV, Paris 1890)
     P. Boiste : L'Univers, poème en 12 chants (extrait du Chant I, Paris 1901)
     Jean Lahor : La Gloire du Néant (extrait de la 3e partie : L'illusion)
     Paul Morand : Boule-Panorama (Feuilles de température, Poèmes 1914-1924, Gallimard, 1973)
     Raymond Queneau : L'atome primitif (vers 79-157, extrait de Petite Cosmogonie Portative, Gallimard, 1950)
     Maurice Couquiaud : Un profil de buée (extraits, Arcam 1980)
     Pierre Emmanuel : A (Le Grand ?uvre, Cosmogonie, 1984)
    Apocalypses Célestes
     Oracles prophétiques : La bataille des étoiles et La fin du monde (trad. R. Brasillach, Anthologie de la Poésie Grecque, Stock 1950)
     Guillaume Salluste Du Bartas : (extrait, La Sepmaine, Premier Jour, 1581)
     Cyrano de Bergerac : Les Etats et Empires de la Lune, extrait (1657)
     Louis Fontanes : Essai sur l'Astronomie (extrait, 1789)
     Louis Bouilhet : Les Fossiles (extrait, Paris, 1859)
     Gérard de Nerval: Le Christ aux Oliviers (extrait, Les Chimères, 1854)
     Victor Hugo : Fin de Satan (extrait, La Légende des Siècles, 1859-1883)
     Victor Hugo : Inferi (extrait ,La Légende des Siècles, 1859-1883)
     Leconte de Lisle : Dernière Vision, Solvet Seclum (dans Poèmes Barbares, 1862)
     Leconte de Lisle : L'astre rouge (dans Poèmes tragiques, 1884)
     Edmont de Haraucourt: L'agonie du soleil (extrait de L'Âme Nue, Paris 1885)
     Jean Richepin: Le Sel (extraits de La Mer, 1886)
     Jean Rameau : Les Astres Noirs (dans La Chanson des Etoiles, 1888)
     Jules Laforgue : Marche funèbre pour la mort de la terre (dans Premiers Poèmes)
     Léon Dierx : Les Lèvres Closes, 1889
     Marc Bonnefoy : Excelsior! De Soleils en Etoiles (extrait de Poèmes à travers l'infini, 1894)
     Barjavel : Tarendol (1945)
     Charles Dobzynski : Supernova (extrait de L'Opéra de l'Espace, Gallimard, 1963)
     André Verdet : Sphère non radieuse (extrait de L'Obscur et l'Ouvert, éditions Galilée, 1984)
     Maurice Couquiaud : Trou Noir (dans Un plaisir d'étincelles, GRP 1985)
    Voyages Cosmiques
     Dante Alighieri : Le Paradis, chant XXII (extrait, La Divine Comédie)
     Arioste : Roland Furieux, 1516 (extrait du chant XXXIV, trad. M.V.Philipon de la Madelaine, Editions d'Aujourd'hui)
     Luis de Gongora : Première solitude (extrait des Solitudes, 1613)
     Johannes Kepler : Le Songe, extrait (1634)
     Edward Young : Les Nuits (fragments des 9e et 21e nuit; trad. M. Le Tourneur)
     Klopstock : La Messiade (extrait du chant I, trad. Mme de Carlowitz)
     André Chénier : Hermès (extrait, 1884, Garnier)
     Jean-Paul Richter : Rêve de l'Univers (dans La Comète, 1820; trad. A.Béguin)
     Victor Hugo : Magnitudo Parvi, 1839 (extrait, Les Contemplations, 1855)
     Sully Prudhomme : Le Bonheur (extrait, Paris 1888)
     P. Boiste : L'Univers, poème en 12 chants (extrait, Paris 1901)
     Blaise Cendrars : L'Eubage, aux antipodes de l'unité (extrait, 1926)
     Charles Dobzynski : L'Opéra de l'Espace (extrait, Gallimard, 1963)
     Henri Michaux : Le dépouillement par l'espace (extrait, Les grandes épreuves de l'esprit, 1966)
    Les Somnambules
     Platon : La République, Livre VII (extrait, trad. Roger Baccou, Garnier 1966)
     Lucien de Samosate : Icaroménippe, ou le Voyage Aérien (extrait; trad. E.Chambry, dans Oeuvres Complètes, Garnier))
     Omar Khayyam : Quatrains 14, 15 et 9 (dans : "Les Chants d'Omar Khayam" présentés par S.Hedayat, trad. M.F.Farzaneh et J.Malaplate, José Corti)
     Jacques Peletier du Mans : A ceux qui blâment les mathématiques, 1547 (dans Oeuvres Poétiques, Slatkine 1970)
     Rémy Belleau : Discours de la Vanité (dans Oeuvres Poétiques, 1578)
     Voltaire : Épître à Madame la Marquise du Châtelet (extrait, Epître LI, 1736)
     André Chénier: L'invention (extrait, Garnier, 1884)
     Dominique Ricard : "C'est toi, savant Newton" (extraits de la Sphère, chant VIII et chant II, Paris 1796)
     Wolfgang von Goethe : Le nouveau Copernic (dans Poésies, tome 2, Aubier)
     Louis-Sébastien Mercier : Satire contre les astronomes, 1803
     Gudin de la Brunellerie : "On crut longtemps..." (extrait de L'astronomie, Chant II, 1810)
     Népomucène Lemercier : Dialogue entre Copernic et la Terre (extrait)
     Pierre Daru : "A contempler des cieux..." (extrait de L'astronomie, Chant I, Paris 1830)
     Bertold Brecht : La Vie de Galilée (textes de présentation, trad. A.Jacob et E.Pfrimmer, Poèmes 9, 1968, L'Arche)
     André Verdet : Hommages (extrait de L'Obscur et l'Ouvert, éditions Galilée, 1984)
     René Char : Le crépuscule est vent du large (Chants de la Balandrane, La Pléïade, Gallimard, 1983)
    Le Sentiment Cosmique
     Omar Khayyam : Quatrains (dans : "Les Chants d'Omar Khayam" présentés par S.Hedayat, trad. M.F.Farzaneh et J.Malaplate,
     José Corti, et "Quatrains", trad. V.Monteil, Sindbad, La Bibliothèque persane)
     Djalâl-od-Dîn Rûmi : Rubâi'yât (trad du persan par E. de Vitray - Meyerovitch et D. Mortazavi)
     Jacques Peletier du Mans : L'amour des amours, 1555 (dans Oeuvres Poétiques, Slatkine 1970)
     Tommaso Campanella : Ame immortelle, Du monde et de ses parties (Sonnets, trad. F.Ducros, dans Anthologie bilingue de la Poésie Italienne, Gallimard)
     Alexander Pope: Essai sur l'homme (extrait de l'Epitre I : L'homme par rapport à l'univers; traduit en vers français rimés par Jacques Arigot en 1867)
     Jean-Paul Richter : La plus haute pensée humaine (extrait d'Hespérus, 25e jour, 1795; trad. A.Béguin)
     Walt Whitman : Cosmos (trad. L. Bazalgette, dans "Poèmes", Editions de l'Effort Libre, 1914)
     Charles Baudelaire : Elévation (Les Fleurs du Mal, 1857)
     Théodore de Banville : Le vieillard (extrait)
     Jules Laforgue : Éclair de gouffre et Le Sanglot Universel (dans Premiers Poèmes)
     Jean Rameau : Rêverie (dans La Chanson des Etoiles, 1888)
     Paul Claudel : La Maison Fermée (1908, extrait, dans Odes, la Pléïade)
     Jules Supervielle : La Table (dans Gravitations, 1925, Gallimard)
     Jules Supervielle : La Fable du Monde (Gallimard, 1938)
     René Daumal : Feux à volonté (1928, extrait de Contre-Ciel, dans Poésie Noire Poésie Blanche)
     Patrice de la Tour du Pin : Epiphanie (dans Quête de Joie, Gallimard 1939)
     Luc Dietrich : La chaîne des éléments (dans Poésies, L'injuste grandeur, 1942)
     Jean Tardieu: Le ciel ou l'irréalité (extrait La part de l'ombre, Objets incommensurables 1950-1961, Gallimard)
     Saint-John Perse : Du Maître d'astres et de navigation (dans Amers, Gallimard 1957)
     Yves Bonnefoy : Le Haut du Monde (extrait, dans Ce qui fut sans lumière)
     Jean Rousselot : Poèmes en espoir de cause (dans la revue Phréatique ndeg.49, été 1989)
     Jean Orizet : Hommes continuels (extraits, Belfond 1994)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.