Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Réalité

Le réel c'est ce que je sens, ce que je connais par les sens, mais c'est aussi ce qui me résiste. D'où peut-être cette distinction du dictionnaire philosophique Lalande: «L'air est réel, l'arc-en-ciel ne l'est pas.» On les connaît l'un et l'autre par les sens, mais l'arc-en-ciel, accident d'optique, n'offre aucune résistance, tandis qu'il existe une résistance de l'air.

Les choses sont plus complexes. Réalité est l'un de ces mots qui engage toute la philosophie. Quand je dis que le réel c'est ce que je connais par les sens, j'en exclus les idées pures. Or on peut, comme Platon, penser que ces idées sont réelles, plus réelles même que les apparences sous lesquelles elles se présentent à notre sensibilité. D'où le fait que l'on qualifie de réaliste la philosophie de Platon.

Mais il existe aussi des arcs-en-ciel dans le domaine des idées; qu'est-ce qui les distingue de l'air?  L'idée réelle se distingue de l'idée irréelle en ce qu'elle est une victoire sur ce qui lui résiste en nous: l'illusion. Nous n'aimons pas ouvrir la lettre qui va nous donner la mesure précise de notre endettement. Nous préférons d'abord l'illusion de la richesse. Nous n'aimons pas non plus le messager qui nous apprend que nous avons été victime d'une grave injustice. C'est néanmoins par l'injustice douloureusement ressentie que l'idée de justice se révèle à nous dans toute sa réalité, dans toute sa vérité. La vérité n'est pas là où nous la cherchons, mais là où nous refusons de la voir.

«La contradiction est le criterium du réel»(S.W.) Nous résistons à la réalité, précise Simone Weil, parce que nous craignons le vide devant lequel nous place la contradiction qui en est le critère.Bergson disait:«Il faut penser ce qu'on voit et non voir ce qu'on pense.»

Essentiel

La résistance du monde extérieur, signe de sa réalité, est la condition de notre harmonie intérieure.
"La résistance du monde extérieur crée donc en grande partie notre harmonie et notre simplicité intérieures. Cette résistance abolie, les démons de l’ennui et du raffinement surgissent du fond de nous-mêmes et nous rongent comme des termites. La guerre que nous ne subissons plus du dehors, nous la créons du dedans. Nous ressemblons à la gerbe qui se plaindrait du lien qui l’enserre. Le lien coupé, les épis se dispersent et leur opulence meurt... Car le lien opprime la gerbe, mais il la fait" (Gustave Thibon, Retour au réel, Lyon, Lardanchet, 1946, p. 213.).

Articles


La présence réelle

Jacques Dufresne
Être en rapport avec le réel, c’est aussi sentir le frémissement de la vie en soi et hors de soi. Pas seulement la vie des êtres humains, des animaux et des plantes mais encore celle de l’universel. La vie aussi peut être invisible. Elle ne

Résistance du monde et harmonie intérieure

Gustave Thibon
Quand ce qui lie se confond avec ce qui délie

Dossiers connexes