• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Animaux

    animauxRapport de l'animal à la mort

    Martin Heidegger* fait une distinction entre la mort ou le proprement mourir et le périr. Il n'aura cesse de moduler l'affirmation selon laquelle le mortel est celui qui fait l'épreuve de la mort en tant que telle, en tant que mort. Il en conclura que l'animal n'est pas proprement un mortel: il ne se rapporte pas à la mort comme telle. Il peut finir, c'est-à-dire périr, il finit toujours à crever. Mais il ne meurt proprement jamais. Il semble rattacher cette capacité du mourir de l'homme à la possibilité de la parole:

    «Les mortels sont ceux qui peuvent faire l'expérience de la mort comme mort. La bête n'en est pas capable. Mais la bête ne peut pas non plus parler. Entre la mort et la parole la relation essentielle scintille le temps d'un éclair, mais elle demeure encore impensée.» (Acheminements vers la parole, Paris, Gallimard, 1976, p. 201)

    Dans Apories, Jacques Derrida* scrute, quasiment mot à mot, la pensée heideggérienne au sujet de la mort, de ses contradictions et paradoxes avec une immense empathie, sans nécessairement adhérer à cette pensée et en la critiquant ou en la relativisant. Il conclut son «analyse existentiale» comme suit:

    «Contre ou sans Heidegger, on pourrait ou bien mettre en évidence mille signes montrant que les animaux meurent aussi. Dans les différences structurelles innombrables qui séparent une «espèce» d'une autre et devraient nous rappeler à la vigilance devant tout discours sur l'animalité ou la bestialité en général, les animaux ont un rapport très signifiant à la mort, au meurtre et à la guerre* (donc aux frontières), au deuil* et à l'hospitalité, etc., même s'ils n'ont pas rapport à la mort comme telle et au «nom» de mort comme tel. Ni du même coup à l'autre comme tel, à la pureté comme telle de l'altérité de l'autre comme telle.» (Apories, Mourir - s'attendre aux «limites de la vérité», Paris, Galiliée, 1996, p. 132)

    Nous sommes surpris de trouver sous la plume de beaucoup d'auteurs des affirmations très fortes, sans preuve adéquate, de l'impossibilité chez l'animal d'un savoir de la mort, comme:

    «Seul l'homme, d'entre toutes les créatures vivantes, sait qu'il est mortel. Sans doute est-ce le fait que l'animal humain un jour a enterré ses morts - événement peut-être plus décisif que celui qui a consisté à apprivoiser le feu- qui a fondé l'humanité de l'homme.» (Michel Deutsch, «Préface», dans N. Elias, La solitude des mourants, Paris, Christian Bourgeois, 1987, p. 7)

    Pour Edmond Husserl, «les bêtes sont des variantes (Abhandlungen) anormales de notre humanité». Elles «possèdent quelque chose comme une structure du Moi». Ce sont des «êtres animaux, comme nous «sujets d'une vie de conscience dans laquelle le monde environnant leur est également donné d'une certaine manière comme le leur dans une certitude d'être». Toujours d'après le philosophe allemand, «nous trouvons les bêtes dans notre monde grâce à une empathie qui est une modification assimilatrice de l'empathie entre les hommes.» Corine Pelluchon, qui cite ainsi Husserl, estime que «la phénoménologie de Husserl contient les pémisses d'une ontologie de la chair où la certitude que l'autre corps est un corps palpitant, susceptible de plaisir et de douleur, fonde l'empathie. Mais l'ontologie de la chair est indissociable d'une pensée de l'altérité. Cette pensée fait défaut à Husserl.». C'est ainsi, regrette-t-elle, «qu'au moment où Husserl nous met sur la piste d'un renouvellement de notre rapport à l'être qu'il [...] reconduit l'humanisme métaphysique qu'il était en train de chasser» et qu'il «installe l'homme, animal rationnel et roi des animaux, modèle du sujet transcendantal au sommet des chaînes des êtres.» (C. Pelluchon, L'autonomie brisée. Bioéthique et philosophie, 2009).

    La capacité des humains d'enterrer leurs morts et leur possibilité de la parole seraient-elles des arguments assez concluants pour refuser aux animaux tout savoir sur la mort? Est-ce qu'on se livre à de l'anthropomorphisme, lorsqu'on accorde à certains animaux une certaine connaissance de la proximité de leur mort?

    Dans le bouddhisme*, l'Égypte ancienne* et la Grèce antique*, le lien entre les humains et les animaux est davantage soutenu. Cette association des hommes et des bêtes se manifeste dans la doctrine de la métempsycose et dans la représentation des dieux. La métempsycose désigne la doctrine selon laquelle l'âme se réincarne dans un autre corps, humain, animal ou végétal. Le terme peut être considéré comme synonyme de réincarnation qui signifie nouvelle incarnation d'une âme dans un autre corps. D'après le poète japonais Kawabata*, le mythe de la réincarnation, le plus beau poème que l'homme a jamais inventé, exprime une croyance qui remonterait à l'époque des Védas en Orient.

    Dans une émission bouddhiste, à la question: «est-ce qu'un animal ressent, sait qu'il va mourir?», Yvan Beck répond: «Je pourrais parler de deux niveaux : Si on prend les abattoirs par exemple, là il y a maintenant un grand nombre d'études qui ont démontré qu'effectivement la vache en attente dans une chaîne d'abattage, que ce soit par les vocalises, les libérations de certaines substances chimiques, est tout à fait consciente de la mort et elle l'exprime elle-même. Donc la conscience de la mort existe bien dans le monde animal. En ce qui concerne l'euthanasie, je peux en parler car j'y suis confronté assez régulièrement, je pense qu'il y a autant de positions par rapport à la mort qu'il y a d'êtres, que ce soit chez les humains ou chez les animaux. Il y a des animaux qui savent qu'ils vont mourir, certainement et qui s'y sont préparés et très souvent, il y a un transfert. Si le maître n'est pas prêt à la séparation avec son compagnon, l'animal n'est pas prêt à partir non plus. Et puis, à un niveau très pratique, au niveau des tibétains notamment, on a une série de pratiques qui sont les pratiques de transfert de conscience au moment de la mort, dans lesquelles effectivement, on peut accompagner un animal et l'aider à franchir l'étape du bardo (étape intermédiaire) pour espérer qu'il y ait une réincarnation suivante qui lui soit plus bénéfique.» («Regard éthique sur les animaux (2ème partie). Etat des lieux, droit et protection»
    http://www.bouddhisme-france.org/voix_bouddhistes/detail_des_emissions/071021.htm

    Suicide chez les animaux
    On convient généralement dans le monde scientifique de refuser aux animaux la capacité de mort volontaire. Si l’on admet, selon les diverses définitions, que le suicide est un acte de décision libre d’un être qui s’enlève la vie en pleine connaissance des suites mortelles de son geste, force est de conclure que l’animal n’a pas le pouvoir de mourir volontairement. Parler en termes de suicide chez un animal, c’est se trouver en flagrant délit d’anthropomorphisme. Il y a pourtant chez les animaux des comportements menant à la mort qui manifestent des convergences de structure avec les conduites suicidaires des humains. Cela dit, le monde intérieur des animaux demeure encore si mal connu que la prudence est de mise dans nos affirmations. Ainsi, il arrive qu’un chien traverse la rue le jour de la mort de son maître et se fasse happer par une automobile. Simple accident? Ou qu’il se laisse mourir de chagrin au décès de son maître. En revanche, il ne semble pas y avoir chez les animaux des stratégies suicidaires planifiées, tout au plus des suicides passifs. Le chien, animal social et domestique, tient son maître pour le chef de sa meute. Si son maître disparaît, il perd ses repères d’appartenance.

    Dans la perspective d’une éthique qui considère les animaux non seulement de façon holistique, en tant qu’éléments appartenant aux espèces et aux écosystèmes, mais aussi comme individus qui souffrent, l’attention sera portée sur leur capacité ou non de mettre fin à leur souffrance en s’infligeant la mort. Sutapa Mukerjee rapporte qu’une femelle éléphant s’est laissée mourir de faim dans un zoo du nord de l’Inde après la mort de sa compagne d’enclos (Associated Press, Lucknow, Inde, 6 mai 1999). Damini avait passé vingt-quatre jours à pleurer et n’avait ni bougé ni bu ni mangé depuis la mort de Champakali pendant son accouchement. Dans un premier temps, elle est restée immobile, puis ses jambes n’ont pas tenu. Ensuite elle s’est allongée sur le côté, la tête et les oreilles baissées, la trompe recourbée et fixant le personnel avec des yeux tristes. Damini avait dorloté Champakali et l’avait accompagnée pendant sa grossesse. Sa conduite «suicidaire» est la conséquence de la souffrance causée par le deuil*. La perte douloureuse de sa compagne l’a conduite au jeûne et à la mort. D’autre part, certains animaux semblent se livrer à une sorte de suicide collectif. C’est le cas des lemmings, petits mammifères rongeurs des boréales, qui se jettent parfois à la mer par centaines. Ce phénomène se produit en temps de surpopulation de l’espèce quand des groupes se forment afin de migrer vers de nouveaux territoires. Lorsque, durant leur migration, ils arrivent à la mer, ils la confondent instinctivement avec une rivière ou un lac, ils nagent jusqu’à l’épuisement et finissent par se noyer. En l’an 2000, près de six cents tonnes de langoustes se sont échouées sur la plage d’Elands Bay, à quelque 160 kilomètres au nord du Cap. Selon les experts de l’environnement, elles se sont poussées hors de l’eau de l’Atlantique par manque d’oxygène. On appelle «marée rouge» ce phénomène qui se reproduit assez régulièrement.

    Droit des animaux

    Selon André Comte-Sponville, «Ce qui me paraît clair, c’est que l’intelligence des bêtes ne porte que sur des faits, pas sur des valeurs, en tout cas pas sur des valeurs morales, et que toute notion de devoir, sinon de faute, leur est étrangère : que leur silence est à l’indicatif, si l’on me passe l’expression, jamais à l’impératif, et que leurs fautes, quand faute il y a, n’offensent que la prudence ou leurs maîtres, ce qui revient sans doute au même et interdit d’y voir une morale ou ce que, à tort ou à raison, nous vivons comme tel (comme un ensemble de prescriptions absolues ou inconditionnelles). [...] Les animaux ne sont pas des sujets du droit ni de la morale; mais ils sont sujets à la douleur, et cela suffit à leur donner des droits, autrement dit à donner des devoirs, les concernant, à tous ceux qui sont, eux, sujets du droit et de la morale, c’est-à-dire aux êtres humains et, sous réserve d’inventaire, à eux seuls.» («Sur les droits des animaux» dans la revue Esprit, décembre 1995, p. 140-148.)


    Prévention

    Mickey Rourke, acteur principal du film The Wrestler (2008) et ses chiens, c’est une longue et belle histoire. Lorsqu’il traversait une grave dépression*, dans les années 1990, Mickey n’avait résisté à une tentative de suicide* que grâce à Beau Jack, son chihuahua: « J’allais faire quelque chose d’insensé mais j’ai vu les yeux de Beau Jack, j’ai alors laissé tomber. Ce chien m’a sauvé la vie», confiait-il.

    Bibliographie

    Général
    Aristote, Parties des animaux, Paris, Les Belles Lettres, 1956, IV, 13.
    Plutarque, Trois traités des animaux, traduit par Amyot, précédé de La raison du plus fort par Elisabeth de Fontenay, Paris, POL, 1992.
    Plutarque, Manger la chair. Traité sur les animaux, Traduction d'Amyot, Préface de Serge Margel, Paris, Rivages poches, «Petite Bibliothèque», 2002.
    Plutarque, L'intelligence des animaux suivi de Gryllos, traduit du grec et présenté par Myrto Gondicas, Paris, Arléa, 1998.
    Jeremy Bentham, An Introduction to the Principals of Morals and Legislation (1789), chap. 17, Oxford, Blackwell, 1967.
    Florence Burgat, Liberté et inquiétude animale, Paris, Kimé, 2006.
    Frederik J. Buytendijk, Traité de psychologie animale, trad. Franck-Duquesne, Paris, PUF, 1952.
    Edmond Husserl, Méditations cartésiennes (1929), Paris, Vrin, 1980.
    Edmond Husserl, «Le monde et nous. Le monde environnant des hommes et des bêtes» (1934), Husserliana, La Haye, M. Nijhoff, 1973, p. 613-627.
    Edmond Husserl, «Phénoménologie statique et phénoménologie génétique. Le monde familier et la compréhension de l'étranger. La compréhension des bêtes», Alter, n° 3, 1995.
    Catherine et Raphaël Larrère, «Actualité de l'animal-machine» Temps modernes, n° 630-631, 2005-2006, p. 143-163.
    Corine Pelluchon, «L'animal, le plus autrui de autrui» dans L'autonomie brisée. Bioéthique et Philosophie, Paris, PUF, 2009, p. 223-257.
    Jocelyne Porcher, Éléveurs et animaux. Réinventer le lien, Paris, PUF-Le Monde, , 2002.
    Jacob von Uexküll, Monde animaux et monde humain, Paris Denoël, 1965.

    Sur les droits des animaux


    Susan Armstrong et Richard Botzler, The Animal Ethics Reader, Londres, Routledge, 2003.
    Florence Burgat, Animal mon prochain, Paris, Odile Jacob, 1997.
    Georges Chapouthier, Les Droits de l'animal, PUF «Que sais-je?», 1992.
    Georges Chapouthier et Jean-Claude Nouët (dir.), Les Droits de l'animal aujourd'hui, Arléa, 1997.
    Luc Ferry, «Quelle justice pour les bêtes?», L'Esprit, 25 mars 1993.
    Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, Éthique animale, Paris, PUF, 2008.
    Tom Regan, The Case for Animal Rights (1983), University of California Press, 2004.
    Tom Regan and Peter Singer, dir., Animal Rights and Humans Obligations, New Jersey, Prentice Hall, 1989.
    Estiva Reus, «Utilitarisme et anti-utilitarisme dans l'éthique contemporaine de l'égalité animale», Cahiers antispécistes n°32, mars 2010.
    Bernard E. Rollin, Animal Rights & Human Morality, Prometheus Books, 2006.
    Peter Singer, Animal Liberation. A New Ethics for our Traitment of Animals, New York, New York Review of Books, Random House, 1975, 1990.
    Peter Singer, In Defense of Animals: The Second Wave, Wiley-Blackwell, 2005.
    Brent A. «Singer: An Extension of Rawls' Theory of Justice to Environmental Ethics». Environmental Ethics 10, 1988, p. 217-231
    Cass R. Sunstein et Martha Nussbaum (dir.), Animal Rights: Current Debates and New Directions, Oxford University Press, USA, 2005.
    Enrique Utria, Droits des animaux, théories d'un mouvement, association Droits des animaux, 2007.
    Donald VanDeVeer: «Of Beasts, Persons, and the Original Position. The Monist 62, 1979» p. 368-377

    Éthique de l'expérimentation animale

    Carl Cohen, «The case for the use of animals in biomedical research», The New England Journal of Medecine, vol. 315, octobre 2, 1986, p. 865-870.
    David De Grazia, «The ethics of animal research: What are the prospects for agrreement?», Cambridge Quaterly of Healthcare Ethics, vol. 8, n° 1, Hiver, 1999, p. 23-34.

    © Éric Volant

    Les animaux et la mort (épuisé)
    Frontières, volume 10, numéro 1, été 1997
    http://www.frontieres.uqam.ca/10_1.html



    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading

    Documents associés

    • Le cheval
    • Suivi de Vaska, l'équarrisseur conduisit le cheval dans un ravin derrière un hangar en briques;...
    • Argos
    • Et ils se parlaient ainsi, et un chien, qui était couché là, leva la tête et dressa les oreilles....
    • Le loup brun
    • Elle était restée en arrière à mettre ses caoutchoucs, à cause de l'herbe chargée de rosée, et...
    • Le vieux cheval
    • Au moment où je faisais une étude sur la notion de capital social et sur celle, voisine de raison...
    • Moutouffe
    • MOUTOUFFE Les amoureux fervents et les savants austères Aiment également, dans leur mûre...
    • L'étalon
    • D. H. Lawrence, L'Étalon (St.Mawr), roman traduit de l'anglais en français par Marc Amfreville et...
    • Le chien mort
    • Petits faits que nul ne retient, petite vie comblée d’usure, voici rouverte la blessure bien...
    • Un chien se meurt...
    • Martin Heidegger, berger de l'être-vers-la-mort (1), s'est imprudemment aventuré sur le terrain de...
    • Le Prince Heureux
    • Au sommet d'une haute colonne, dominant la ville, se dressait la statue du Prince Heureux. Tout...
    • L'âne
    • -- Mais tu brûles ! Prends garde, esprit ! Parmi les hommes, Pour nous guider, ingrats...