• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Argos

    Homère

    «Et les textes grecs ont su magnifiquement donner une présence vivante et attendrissante à nos amies les bêtes. Relisons l'Odyssée: au chant XVII, Ulysse rentre au palais d'Ithaque après vingt ans d'absence et le premier à le reconnaître est son chien Argos» (J. de Romilly et M. Trédé, Petites leçons sur le grec ancien, Paris, Stock, 2008, p. 66)
    Et ils se parlaient ainsi, et un chien, qui était couché là, leva la tête et dressa les oreilles. C'était Argos, le chien du malheureux Odysseus qui l'avait nourri lui-même autrefois, et qui n'en jouit pas, étant parti pour la sainte Ilios. Les jeunes hommes l'avaient autrefois conduit à la chasse des chèvres sauvages, des cerfs et des lièvres ; et, maintenant, en l'absence de son maître, il gisait, délaissé, sur l'amas de fumier de mulets et de boeufs qui était devant les portes, et y restait jusqu'à ce que les serviteurs d'Odysseus l'eussent emporté pour engraisser son grand verger. Et le chien Argos gisait là, rongé de vermine. Et, aussitôt, il reconnut Odysseus qui approchait, et il remua la queue et dressa les oreilles ; mais il ne put pas aller au-devant de son maître, qui, l'ayant vu, essuya une larme, en se cachant aisément d'Eumaios. Et, aussitôt, il demanda à celui-ci :

    - Eumaios, voici une chose prodigieuse. Ce chien gisant sur ce fumier a un beau corps. Je ne sais si, avec cette beauté, il a été rapide à la course, ou si c'est un de ces chiens que les hommes nourrissent à leur table et que les Rois élèvent à cause de leur beauté.

    Et le porcher Eumaios lui répondit :

    - C'est le chien d'un homme mort au loin. S'il était encore, par les formes et les qualités, tel qu'Odysseus le laissa en allant à Troiè, tu admirerais sa rapidité et sa force. Aucune bête fauve qu'il avait aperçue ne lui échappait dans les profondeurs des bois, et il était doué d'un flair excellent. Maintenant les maux l'accablent. Son maître est mort loin de sa patrie, et les servantes négligentes ne le soignent point. Les serviteurs, auxquels leurs maîtres ne commandent plus, ne veulent plus agir avec justice, car le retentissant Zeus ôte à l'homme la moitié de sa vertu, quand il le soumet à la servitude.

    Ayant ainsi parlé, il entra dans la riche demeure, qu'il traversa pour se rendre au milieu des illustres Prétendants. Et, aussitôt, la Kèr de la noire mort saisit Argos comme il venait de revoir Odysseus après la vingtième année.

    «Lorsqu'il fut de retour enfin

    Dans sa patrie le sage Ulysse

    Son vieux chien de lui se souvint

    Près d'un tapis de haute lisse

    Sa femme attendait qu'il revînt»
    (Apollinaire*, La Chanson du Mal-Aimé)



    IMAGE
    http://www.bemyastrologer.com/Ulysses_Alfred_Lord_Tennyson.html
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Le cheval
    • Suivi de Vaska, l'équarrisseur conduisit le cheval dans un ravin derrière un hangar en briques;...
    • Argos
    • Et ils se parlaient ainsi, et un chien, qui était couché là, leva la tête et dressa les oreilles....
    • Le loup brun
    • Elle était restée en arrière à mettre ses caoutchoucs, à cause de l'herbe chargée de rosée, et...
    • Le vieux cheval
    • Au moment où je faisais une étude sur la notion de capital social et sur celle, voisine de raison...
    • Moutouffe
    • MOUTOUFFE Les amoureux fervents et les savants austères Aiment également, dans leur mûre...
    • L'étalon
    • D. H. Lawrence, L'Étalon (St.Mawr), roman traduit de l'anglais en français par Marc Amfreville et...
    • Le chien mort
    • Petits faits que nul ne retient, petite vie comblée d’usure, voici rouverte la blessure bien...
    • Un chien se meurt...
    • Martin Heidegger, berger de l'être-vers-la-mort (1), s'est imprudemment aventuré sur le terrain de...
    • Le Prince Heureux
    • Au sommet d'une haute colonne, dominant la ville, se dressait la statue du Prince Heureux. Tout...
    • L'âne
    • -- Mais tu brûles ! Prends garde, esprit ! Parmi les hommes, Pour nous guider, ingrats...