• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Porc

    La viande de porc au cours des siècles

    Michel Poulain
    L'apprenti charcutier, éditions Jacques Lanore, Paris 1983.
    Petite histoire de la viande de porc.
    La domesticité du porc est très ancienne. En Chine, son élevage était connu il y a plus de 5000 ans. De tout temps, il a été l'un des principaux éléments de l'économie domestique.

    Plus près de nous parmi les peuples qui ont apprécié tous les avantages que l'on pouvait en retirer, on peut citer les Romains qui le préparaient de maintes manières et le conservaient avec du sel, des épices et des arômates. L'art d'apprêter la viande du porc, leur a permis de pouvoir l'apprécier sous différentes préparations, tantôt rôti, farci ou bouilli, il était entièrement dégusté, le tout arrosé d'un jus «exquis», le vin.

    En France, la viande de porc et les abats étaient utilisés pour la consommation familiale, le chef de famille élevait et tuait son porc.

    Les immenses forêts qui couvraient le territoire leur permettaient d'en élever suffisamment, ils les nourrissaient avec les glands des chênes.
    • Dès le 5e siècle la profession s'organisa et le porc fut très apprécié des Gaulois et des Francs, on pouvait le voir sur leurs marchés et par là même sur leurs tables, bien plus souvent que le boeuf.
    • Du 5e au 15e siècle, la profession perdit de son importance car à cette époque seuls les bouchers abattaient les bêtes et ils ne vendaient que de la viande crue.
    • Les viandes cuites étaient préparées et vendues par les Cuisiniers-Oyers (habitant de la rue des Oyes à Paris).
    • Le métier de charcutier fut longtemps confondu avec celui de CuisinierOyer c'est au 14e siècle seulement que deux catégories furent distinctes l'une de l'autre, les Cuisiniers- Oyers, devinrent Rôtisseurs et les Charcutiers se chargeaient de cuire la chair.
    • Les premières réglementations sur le métier datent de 1475.
    • C'est le 17 janvier 1476 que la communauté des Saulcissiers Charcutiers fut reconnue par l'Edit-Royal.
    • Les statuts de 1476 établirent définitivement la situation des MaîtresCharcutiers qui se réservaient le monopole de la préparation des viandes cuites et principalement celles du porc, ils continuaient à se procurer les carcasses chez les bouchers.
    • La liberté du commerce des porcs vivants leur fut enfin accordée par Louis XII le 18 juillet 1513, toutefois ils ne devaient pas acheter chez les particuliers, mais se fournir sur les marchés.
    • Les charcutiers restèrent encore soumis à trois inspections successives exercées par des employés de l'Hôtel de Ville.
    • Les langueyeurs : qui examinaient la langue des porcs vivants sur les marchés avant la vente (détection des porcs ladres (ténia), on découvrait sous la langue de petites vésicules de la grosseur d'une lentille).
    • Les tueurs : aux abattoirs vérifiaient les abats et les carcasses à l'intérieur.
    • Les courtiers visiteurs de chairs : qui inspectaient les viandes chez les charcutiers.
    • En 1660 il existait 60 Maîtres-Charcutiers
    • En 1775, 90 Maîtres-Charcutiers
    • Ce n'est qu'en 1791 que les bouchers-charcutiers ont acquis leur indépendance.
    • En 1825, le nombre des charcutiers n'est plus limité à PARIS
    • En 1849 naît le Syndicat Général de la Charcuterie Française.
    • En 1936 cette Fédération devient la Confédération de la Charcuterie de France.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.