Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Orphelin

    Des secours et de la protection accordés aux orphelins dans la Grèce antique

    Léon Lallemand
    Au milieu de ces périls sans nombre qui menaçaient de toute part l’enfance et la jeunesse, on aimerait à rencontrer des institutions chargées de venir en aide à ces victimes de la cruauté de leurs parents ou des caprices de la force; malheureusement ces institutions ne paraissent pas avoir existé en Grèce; on n’en trouve aucune trace dans les documents de toute nature que nous a légués l’antiquité.

    La législation ne s’occupait que des enfants légitimes, comptant au nombre des citoyens, maintenus dans leur famille, et devenus orphelins; elle leur nommait alors des tuteurs chargés de défendre leurs intérêts (1). À Athènes, on élevait même jusqu’à dix-huit ans les enfants des citoyens morts à la guerre; l’État les faisait instruire et leur allouait un équipement complet; encore Boeck remarque-t-il que cette adoption par la République était spéciale à cette partie de la péninsule, car la compassion ne formait nullement une vertu des Grecs (2).

    Notes
    (1) « L’inscription de Munychie découverte récemment au Pirée, dit M. Egger (Journal des savants, année 1873, p. 333 et suivantes), est un document important remontant à 306 ans avant Jésus-Christ. M. Caillemer en a fait avec raison la base principale de ses recherches; sur le contrat de louage; il y rattache fort heureusement, à propos de la location des biens des pupilles, les textes de deux bornes hypothécaires d’origine attique qu’il traduit ainsi : Borne du champ et de la maison, gage pour le fils orphelin de Diogiton de Probalinthe… Il y a une autre inscription remontant à 302 ans avant Jésus-Christ, que l’on peut traduire : « Sous l’archontat de Nicoclès, borne des terrains de la maison et de l’eau, appartenant aux deux parts des terrains, gage pour les enfants orphelins de Charias, fils d’Isotélès, Charippus et Charrias. Voilà, ajoute l’éminent historien, un témoignage de plus de la sollicitude des législateurs pour le droit des orphelins. » Mais on peut ajouter des orphelins ayant droit de cité.
    (2) Boeck, Économie politique des Athéniens, tome 1er, chap. XVII, p. 359
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C