• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Encyclopédie

    Les deux fondateurs de Wikipedia s'affrontent et se séparent

    Richard Waters
    Le partage égalitariste de connaissances propre à Wikipedia conduit-il à la vérité ou au chaos? C’est la question dont traite Richard Waters dans cet article du Financial Times à la suite du dissentiment qui a amené les deux fondateurs, Jimmy Wales et Larry Sanger, à se séparer.

    Sanger qui a cessé de croire «que les interventions collectives de millions d’individus, bien coordonnées, puissent conduire à des résultats probants », lancera bientôt Citizendium, une encyclopédie traditionnelle, c’est-à-dire rédigée par des experts dont le rôle sera de passer au crible les dossiers éparpillés sur Internet et d’y introduire l'ordre habituel aux encyclopédies. Une idée qui fait bondir les puristes de Wikipedia qui, comme Wales, sont persuadés que Wikipedia doit continuer à offrir aux citoyens la possibilité de briser le pouvoir entrenched coercitif? étouffant? des experts.

    Pour Waters c'est une question philosophique, celle de la vérité, qui divise Wales et Sanger. Si chaque individu peut présenter sa conception personnelle de la vérité sur un site ouvert au monde entier, selon quel critère une vérité aura-t-elle prédominance sur telle autre? Qui aura assez d'autorité pour imposer la sienne? Mis devant cette critique du relativisme, Wales réagit instinctivement : «J'espère bien que cela ne se produira pas. Au mieux, les théories déconstructivistes post modernes de la vérité sont incohérentes!» Et Sanger, malgré son opposition aux principes de Wikipedia, est d'avis que: «d'un point de vue philosophique, Wikipedia n'apporte pas grand chose à notre compréhension de la vérité ou du savoir mais qu' il apporte beaucoup au débat sur ces questions de société. Ce qui fait la valeur de Wikipédia, c'est qu'elle nous montre comme se fait l'interaction conduisant à un consensus sur la vérité. Mais cela c'est une question politique et non pas philosophique!»

    Dès les débuts, souligne Sanger, Wikipedia a été submergée de textes provenant d'individus anarchistes opposés à l'idée que quelqu'un puisse dominer les autres par son autorité. Le partenaire de Wales a rapidement vu qu'il était nécessaire de donner aux experts un rôle plus important, le pouvoir de résoudre les conflits et d'établir une loi to lay down a law. Ce qui l'a conduit à créer Citizendum, la version Wikipédia éditée par les experts et qui sera lancée avant 2007. «Dans l'enseignement traditionnel, les cours spécialisés donnent aux étudiants une crédibilité et une rapidité de jugement que les experts autodidactes ne sont pas en mesure de maîtriser.»

    Placé devant ce dilemme, Wales a toujours choisi une approche non interventionniste, bien qu'il reconnaisse le rôle de l'expertise, mais lorsqu'on lui demande comment il pense se tirer de cette dissension qui l'oppose à Sanger, tout ce qu'il trouve à répondre c'est: « avec un très fort soutien des droits individuels et dans le respect de la raison.» Ce qui pousse Sanger à définir Wales comme «la quintessence même du patron non interventionniste (hands off manager) et qui applique cette conception de l'administration à l'ensemble des individus.»

    Le conflit entre les deux fondateurs a pris une forme très personnelle: Sanger accuse Wales de refaire l'histoire et note qu'on a dès 2004 fait mystérieusement disparaître son implication comme co fondateur de Wikipedia dans les revues de presse de la fondation et qu'on y présente Wales comme le seul fondateur.

    Commentaire de Waters: «Cette histoire éclaire de façon délicieuse la contradiction au coeur même de Wikipedia, à savoir que chacun est le plus grand expert au monde sur au moins un sujet: sa propre personne. Comment alors faire crédit à qui que ce soit qui se porte garant de sa propre vérité?»

    Puisque Wikipedia est au coeur d'une formidable expérience sociale sur Internet, faut-il se surprendre que dans les discussions qu'elle suscite on utilise le langage de l'utopie? Comme en plus il touche à des questions politiques très sensibles, on comprend pourquoi les défenseurs et les adversaires de ce projet crient si fort. D'un côté de cet affrontement se trouvent les idéalistes qui croient que l'ensemble des points de vue des individus libérés des contraintes propres aux médias traditionnels apportera des résultats bénéfiques incalculables. C'est l'opinion de Shirkky: la référence habituelle aux experts impose une taxe énorme à la société - croire que la sagesse est concentrée dans un petit nombre de personnes limite la circulation des idées. Les experts sont alors perçus comme une caste dominante dont l'intérêt primordial est de préserver leurs privilèges. L'Internet offre une occasion historique de miner cette autorité.

    L'autre aspect de cette argumentation a été mis en évidence par Jaron Lanier dans un essai publié récemment et intitulé: Digital Maoism. Wikipedia s'inscrit dans la ligne d'un mouvement plus étendu sur Internet qui vise à mettre une vision de la collectivité au-dessus du jugement personnel.

    Ces conceptions de la collectivité «ont eu des conséquences terribles lorsqu'elles ont été tour à tour imposées aussi bien par l'extrême droite que par l'extrême gauche dans diverses périodes de l'histoire, poursuit Lanier, et le fait qu'elles soient réintroduites de nos jours par d'éminents technologues et futuristes... ne les rend pas moins dangereuses.»

    Et Sanger de préciser que le conflit repose sur ce qu'il appelle « les nouvelles politiques du savoir.» Toute l'éducation d'une société est plus que jamais déterminée par les procédés utilisés, comme on le voit dans les encyclopédies. Les contenus des encyclopédies sont aussi importants que le programme d'un système politique pour l'obtention d'un résultat final. Wikipedia, poursuit Sanger, est tombé dans le piège de toutes les sociétés anarchistes: en commençant doucement par l'abolition de toute règle, elles finissent par devenir soit une dictature, soit un gouvernement par la masse.

    Mais s'insurge Clay Shirky (un supporter pur et dur de Wikepedia) plutôt que d'essayer (to engineer a perfect social income), il vaut mieux laisser à la société le soin de mettre en place ses propres procédés. Le débat est ouvert et fait rage sur Internet. Une étude récente des chercheurs scientifiques d'IBM suggère l'une des solutions possibles pour Wikipedia, «qu'elle devienne moins anarchique et davantage guidée par des politiques et des principes.»
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.