• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Confédération canadienne

    Dilemme de la constitution

    Charles De Koninck, Jacques Vallée

    Le 25 mars dernier avait lieu à Québec, à la Chapelle du Musée de l’Amérique francophone, le lancement, par les Presses de l’Université Laval, d’un ouvrage publié dans le cadre du projet d’édition des œuvres du philosophe et théologie Charles De Koninck, que supervise son fils Thomas De Koninck, lui-même professeur de philosophie émérite. Ce nouvel ouvrage, dont le titre est Dilemme de la constitution, rassemble des textes inédits du philosophe québécois ainsi que les jugements qu’il portait sur « la valeur humaine du fédéralisme canadien », en 1954, devant les membres de la Commission Tremblay.

    A l’occasion du lancement, un débat public avait été organisé sur le thème : le fédéralisme, les pour et les contre. Animée par Antoine Robitaille, éditorialiste au journal Le Devoir, la table ronde mettait en présence Jacques Vallée, ancien élève du philosophe, ainsi que Louise Beaudoin et de Benoît Pelletier, anciens ministres responsables pour le Québec des Affaires intergouvernementales canadiennes. A la fin du débat, des échanges eurent lieu avec l’auditoire, à la suite desquels on put entendre le professeur Thomas De Koninck y aller de quelques mots de conclusion.

    On peut voir ici l’intégralité de cette table ronde



    Rappelons qu’à ce jour, cinq volumes, composant deux tomes, ont été publiés dans le cadre de cette édition des œuvres de Charles de Koninck. Cinq autres sont à paraître. Les ouvrages publiés sont :

    Tome I • Philosophie de la nature et des sciences
    Volume 1 et 2 (Présentation de Yves Larochelle)

    Tome II • Philosophie morale et politique
    Volume 1 Tout homme est mon prochain (Introduction de Jacques Vallée)
    Volume 2 La primauté du bien commun (Introduction de Sylvain Luquet)
    Volume 3 Le dilemme de la constitution (Introduction de Jacques Vallée)

     

    Extrait de la préface du Dilemme de la constitution de Charles De Koninck

    La tentation du Grand État

    par Jacques Vallée

    Nul ne peut savoir comment le philosophe Charles De Koninck (1906-1965) aurait analysé le mouvement de reconquête par lequel, dans la dernière partie du XXe siècle, Ottawa a fini par répondre aux avancées de la Révolution tranquille que le premier ministre Maurice Duplessis, sans le vouloir ni même le savoir, avait mise en route sur le plan politique en lançant les travaux de la commission Tremblay qui l’a amené à créer un impôt provincial sur le revenu. Toutefois, j’incline à penser que Charles De Koninck en eût été le moins surpris. Car, à la manière d’Aristote, il avait toujours vu à l’oeuvre dans le régime fédéral, comme en tout autre régime, deux dynamiques opposées. La première de ces dynamiques, celle qui faisait adhérer De Koninck au fédéralisme visait, en conformité avec la Constitution de 1867, à faire émerger dans un vaste pays du monde moderne des sociétés politiques de taille restreinte dont le pouvoir central serait le rempart.

    La seconde dynamique, dont Charles De Koninck se faisait le critique radical, lui apparaissait, dans les buts qu’elle visait, comme une pure contrefaçon de la première : le gouvernement central cédait à la tentation de faire croître son propre pouvoir, dans le but d’en arriver à un État centralisé, pleinement maître de lui-même parce que débarrassé pour l’essentiel des sociétés politiques qui lui avaient donné naissance.

    À l’aune des paramètres d’analyse retenus par Charles De Koninck, le remplacement du biculturalisme — sur lequel était fondé, selon le rapport Tremblay, le fédéralisme canadien — par le concept de multiculturalisme serait loin d’être la seule déviation destructrice de l’esprit de la Constitution de 1867. Si dans La philosophie politique et la fédération, Charles De Koninck rappelle que le terme « fédération » vient du latin foedus — qui signifie « traité », « pacte », « convention », « alliance » —, c’est pour affirmer que la fédération est selon lui, comme pour Tocqueville, un pacte entre des entités politiques préexistantes qui sont, par ce pacte, à l’origine d’un nouveau pouvoir, le gouvernement central. En conséquence, on ne peut modifier ce pacte contre la volonté formelle de l’un de ses adhérents, comme l’a fait la Constitution de 1982, sans lui porter fondamentalement atteinte, minant sans cesse cette double souveraineté qui, selon Alexis de Tocqueville et Charles De Koninck, appartient à son essence et, seule, peut lui donner toute sa cohérence.

    Aux États-Unis, ces deux souverainetés placées côte à côte, et dont le fonctionnement est complexe, se sont vu attribuer, avec la Cour suprême, un arbitre pour la résolution de leurs différends. Cependant, le respect de la double souveraineté y prévoit sagement que la Cour suprême appelée à exercer la fonction d’arbitre ne puisse dépendre que d’un seul des deux pouvoirs ; aussi, ses magistrats sont désignés par les deux parties en présence.

    Le Canada, de son côté, a obtenu au milieu du XXe siècle que le Conseil privé de Londres soit déchargé de l’arbitrage entre les deux souverainetés canadiennes et que celui-ci soit plutôt confié à sa propre Cour suprême. Depuis lors, cette haute cour exerce sur le plan légal ce rôle d’arbitre sans avoir une authentique légitimité à cet égard puisque, créature d’un seul des deux pouvoirs, elle est placée trop souvent dans la situation juridique de paraître et d’être, en dernière analyse, à la fois juge et partie. Comment ne pas voir que la Cour suprême du Canada sape, depuis qu’elle exerce cette responsabilité, le juste fonctionnement d’un fédéralisme fondé sur la coexistence de deux souverainetés ? Comment ne pas voir que la Constitution de 1982 a ajouté une nouvelle dimension à ce dérapage, en créant une Charte des droits qui fait depuis, dans tant de cas, de la Cour suprême l’ultime législateur au pays, capable de dessaisir les provinces du pouvoir de trancher dans leurs champs de responsabilité et les conduisant peu à peu à cette « abdication du politique » contre laquelle toute la pensée de Charles De Koninck nous met en garde ?

    Date de création : 2015-04-21 | Date de modification : 2015-04-21

    40%
    Dons reçus (2017-2018):10 002$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.