• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Cinéma

    L'hiver du cinéma français

    Christian Authier
    Extrait «Fin août, début septembre»: l’hiver du cinéma français, L'Opinion indépendante de Toulouse (date non précisé)

    (...) On en vient donc à se demander si l’alternative est aujourd’hui entre les superproductions niaises façon Besson ou Berri et les petits films débiles. Plus précisément, il semble se dégager dans notre cinéma deux courants convergents: les films grands publics - des comédies dans la plupart des cas - souvent estimables (“Les Visiteurs”, “Le Dîner de cons”, “Taxi”…) et les films intimistes, austères et intellos. Entre ces deux cinémas soutenus l’un par le public et l’autre par les subventions de l’État, plus trop de place pour autre chose…

    Plus inquiétante encore, la tendance des premiers films ou du jeune cinéma français qui consiste à se vautrer dans le glauque, le morbide, le sordide, l’hermétisme et le psychologisme le plus étroit. Une tendance qui devient la norme. Il suffit parfois de relever les titres : “L’Ennui”, “Sombre”, “J’aimerais pas crever un dimanche”, “Déjà mort”, “La vie est dure, nous aussi”, “Chacun pour soi”, “A vendre”, pour saisir le phénomène. A côté de cette secte dépressive, Doillon a l’air d’un joyeux drille et Bresson d’un farceur. Quand on voit que les “valeurs sûres” de notre cinéma ont pour nom Rohmer, Sautet, Tavernier ou Téchiné, c’est qu’il y a un problème. Où est l’imagination, l’invention, la nouveauté aujourd’hui dans notre cinéma? Où est la relève? Pour un Desplechin (capable du meilleur comme du pire) un Jolivet, un Salvadori, un Durringer ou un Podalydès, combien d’obscurs tâcherons de l’enfilage de mouches?

    Quand Olivier Ducastel et Jacques Martineau réalisent une comédie musicale grave et légère sur la mort (“Jeanne et le garçon formidable”), les stakhanovistes du nombrilisme et les fabriquants de comédies en série ripostent en force. Oui, le cinéma français va mal. Un dernier détail pour s’en convaincre : Jean-François Stévenin et Jacques Rozier n’ont pas tourné depuis 13 ans… Vite de l’air frais, on étouffe!

    Source

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.