Dernières modifications

    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Artisan

    L'instinct artisan

    George Friedman
    Un refoulement dont on a trop peu parlé: le refoulement de l'instinct artisan.
    De quelque côté qu'on se tourne et quelle que soit l'extension qu'on donne à la gamme des instincts humains, ceux qu'on y admet sont touchés par les transformations du nouveau milieu : ainsi l'instinct grégaire, l'instinct d'appropriation (affirmé par McDougall), l'imitation qui prend des formes nouvelles dans une civilisation où la pression sociale et la contrainte économique des standards sont si fortes que leur consommation devient souvent une nécessité.
    Parmi les instincts contrariés par les développements du machinisme,il en est un auquel certains auteurs, et tout particulièrement Thorstein Veblen,1 ont voulu faire une place éminente : celui qu'ils appellent instinct artisan, par lequel ils désignent l'instinct créateur, tel qu'il se manifestait, en général, dans l'ancienne industrie et spécialement chez l'artisan. Cet instinct artisan se serait, d'après Veblen, épanoui à l'époque des métiers manuels où le producteur, qui avait même payé au prix de son travail son apprentissage, créait tout ce qu'il produisait, et se trouverait au contraire inhibé chez l'ouvrier de l'époque contemporaine, qui tend à n'être qu'un appendice de la machine : l'homme complète la machine plutôt qu'il ne l'emploie. Dans cette période, l'instinct artisan, étouffé par les nouvelles conditions que la grande industrie impose à la masse des producteurs, se réfugie et se concentre chez les ingénieurs rationalisateurs qui s'occupent d'inventer des procédés et dispositifs pour réduire l'effort, le rendre productif et plus généralement pour augmenter notre « efficience et notre pouvoir sur les choses. Malheureusement, leur tentative serait brimée par la puissance des hommes d'affaires, qui, obnubilés par la préoccupation du gain, par une conception trop quantitative et financière de l'industrie, sont incapables d'organiser celle-ci pour le plus grand bénéfice de la collectivité.

    1. Thorstein VEBLEN, The Instinct of workmanship and the state of the industrial arts, New York, 1914, pp. 307 et ss. et l'article de Maurice Hm.awncxs : a Le facteur instinctif dans l'art industriel r, Revue philosophique, 1921, pp. 214-233. Cf. aussi O. Tsnn, Instincts in Industry, New York, 1918 et H. DE Mort, La joie au travail, Paris, 1930
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01


    Dons reçus (2019-2020):6100$
    Objectif: 25 000$


    Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2019-2020, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.




    TEST C