• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Arthur Buies

    Introduction aux Lettres sur le Canada d'Arthur Buies

    Jean-François Nadeau
    Introduction de l'éditeur des Lettres sur le Canada.
    En 1884, Buies plonge dans ses vieux numéros de La Lanterne, hebdomadaire qu'il a publié à Montréal de septembre 1868 à mars 1869. I1 en extrait ses principaux articles qu'il réunit alors dans un livre publié à compte d'auteur et imprimée sur une presse à platine. L'heure lui apparaît favorable, dit-il, pour tenter de communiquer à nouveau la fougue de son radicalisme à ses compatriotes canadiens. Il veut, une fois de plus, disloquer la doctrine politique en place en la faisant dégringoler grâce à sa satire.

    À la toute fin de cette nouvelle édition de La Lanterne, en annexe, Buies place un texte encore plus ancien, soit sa deuxième lettre sur le Canada, un pamphlet rédigé sur le modèle des Lettres persanes de Montesquieu. Cette lettre est parue en 1864, à la suite de son premier séjour en Europe. «Je la considère comme un appendice naturel de La Lanterne, écrit-il. Elle fera voir de quelle conviction absolue j'ai été pénétré dès le premier jour, conviction que j'ai toujours défendue et que j'ai essayé de faire triompher à diverses époques de ma vie à jamais mémorables pour moi.»

    Les trois Lettres sur le Canada qui figurent dans le présent ouvrage n'ont jamais été republiées auparavant, sauf dans de pâles facsimilés de l'édition d'origine. Les Lettres sur le Canada comptent pourtant parmi les pièces les plus fortes de notre histoire. Elles témoignent, par l'opposition qu'elles manifestent, de l'esprit catastrophique du temps, voire de tous les temps.

    Léopold Lamontagne, dans un livre qu'il consacre à Buies en 1957, résume assez bien la situation sociale de cette époque: «[Buies] tombe, au Canada, en pleine réserve ultramontaine et au milieu d'un état social que les Français avaient oublié depuis près d'un siècle. À Montréal, Mg Bourget, le plus romain de tous nos évêques, domine la hiérarchie; le clergé dirige seul l'instruction primaire, secondaire et supérieure; il contrôle la presse. La population canadienne, en majorité rurale, lui est aveuglément soumise. C'est la France de l'Ancien Régime.»

    Écoutons Buies lui-même parler de cette période: «Lorsque je revins de France, en 1862, après y avoir passé six années pour refaire entièrement le cours d'études que j'avais suivi dans nos collèges, ce qui était impérieusement nécessaire, si je voulais apprendre quelque chose, je fus effrayé de l'ignorance générale de mes compatriotes, de la perversion de l'esprit public que j'attribuais sûrement à l'éducation et à la domination cléricales. Ce fut alors que j'écrivis, en 1863, un pamphlet auquel je donnai le nom de Lettres sur le Canada, Étude sociale. Ce pamphlet ne fut tiré qu'à 200 exemplaires et resta généralement inconnu, si ce n'est de quelques dizaines d'amis qui partageaient mes idées. Il n'était composé que de trois «Lettres». Avec la publication de ce pamphlet «s'élève, suffoquant de dégoût ou de honte», un homme capable de se dresser devant tous les dieux des ombres...

    Arthur Buies a le sens réel de son époque. Il agite les idées les plus audacieuses de son temps. Sa plume est une respiration dans un monde qui manque d'air. Elle libère la vie là où l'on se contente d'ordinaire de survivre.

    Dans ses Lettres sur le Canada, Buies attaque les conservateurs. Il réclame haut et fort des oeuvres intellectuelles plutôt que des bonnes oeuvres et des bondieuseries. I1 en a contre tous ceux qui se courbent. Il en appelle à une émancipation véritable des individus et des peuples, tenus dans l'ignorance et la passivité.

    Ici, écrit-il, «les hommes naissent, vivent, meurent, inconscients de ce qui les entoure, heureux de leur repos, incrédules ou rebelles à toute idée nouvelle qui vient frapper leur somnolence». Les conservateurs du pays ont fait en sorte de mettre la servitude à portée de tous. Et la servilité du plus grand nombre a produit les tyrannies de quelques-uns. Buies ne le supporte pas.

    Arthur Buies est une lumière trop forte. Il estime trop la liberté pour ne pas être jugé dangereux par toutes les sociétés, celle de son temps comme celle d'aujourd'hui.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01

    40%
    Dons reçus (2017-2018):10 002$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.