• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Constitution québécoise

    Bilan de la réforme de 1982

    Marc Chevrier
    Vingt ans après, quel bilan tirer de la réforme de 1982? Paru dans le journal Le Devoir, le 13 avril 2002.
    Les sociétés contemporaines vouant un culte aux anniversaires, le Canada ne manquera pas de souligner le vingtième anniversaire de la réforme de 1982. Le 17 avril de cette année, le Canada s'émancipa officiellement de la Grande-Bretagne en «rapatriant» le pouvoir de modifier sa Constitution, confia aux juges le soin d'appliquer une charte des droits et consacra les droits des peuples autochtones. Au Québec, on retiendra que cette réforme lui fut imposée, malgré l'opposition du gouvernement Lévesque. Vingt ans après, quel bilan pouvons-nous tirer de cette réforme?

    Tout d'abord, les adversaires de l'enchâssement d'une charte des droits se sont tus. Si l'exercice que les juges ont fait de leur nouveau pouvoir a prêté flanc à la critique, il est peu de voix qui réclament le rétablissement intégral de la primauté parlementaire. On pourrait certes souhaiter que les juges soient nommés autrement et que leur pouvoir soit mieux encadré; il semble toutefois que la population se soit habituée à leur autorité accrue. La situation canadienne n'est pas unique; le contrôle des lois par les tribunaux se généralise à travers le monde. Même la Grande-Bretagne a suivi le courant; depuis octobre 2000, ses juges appliquent la Convention européenne des droits de l'homme, sans pouvoir annuler les lois incompatibles.

    Plusieurs décisions de la Cour suprême ont fait craindre le gouvernement des juges. Les juges ne gouvernent pas au sens strict mais en interprétant, parfois très librement, la Charte canadienne; ils créent des normes, une forme de législation supérieure à celle des élus. Ce faisant, les juges croient pouvoir élaborer des solutions globales à des problèmes politiques ou moraux. Le pouvoir des juges est d'autant plus grand qu'ils interprètent de vagues libellés insérés dans une Constitution semi-écrite dont les principes ne sont pas explicités. Ils se sont même donné le pouvoir de rectifier les textes violant la Charte canadienne, bien qu'ils aient été réticents, depuis l'affaire Vriend, à l'utiliser.

    Cependant, depuis le début des années 90, la Cour suprême a desserré l'étau de son contrôle. En proportion, moins de lois et plus d'actes de l'administration sont révisés par la cour. Avec le temps, la cour est devenue moins prompte à annuler les lois, en particulier lorsqu'il s'agit des arbitrages complexes du législateur en matière sociale.

    La réforme de 1982 a aussi renforcé le pouvoir d'acteurs autres que les juges. Ainsi les avocats des administrations de la justice exercent un contrôle préalable sur la conformité des projets de lois avec le droit constitutionnel. Sur les procureurs généraux pèse la responsabilité de défendre la justification des lois contestées au nom de la Charte canadienne. Des groupes représentant notamment les autochtones, les femmes et les minorités sexuelles et linguistiques se sont mobilisés pour faire valoir leurs droits devant les tribunaux, souvent à titre d'intervenants. Comme l'admit lui-même l'ex-juge en chef Antonio Lamer, le procès constitutionnel est devenu comparable à une commission parlementaire. Curieusement, ce sont les entreprises privées qui ont intenté le plus de procédures invoquant la Charte. Certains analystes croient aussi qu'en dehors des tribunaux, un réseau formé de commissions gouvernementales et de juristes entretient «l'industrie» de l'action judiciaire.

    Les échecs des accords du lac Meech et de Charlottetown ont illustré comment la réforme de 1982, par sa portée symbolique, a brisé le monopole des exécutifs sur la réforme constitutionnelle. Forts de droits leur accordant pouvoir et reconnaissance, des groupes minoritaires ont contesté ces accords contre lesquels ils ont réussi à retourner une partie de l'opinion publique. Il a même fallu consulter la population par référendum sur l'accord de Charlottetown en octobre 1992, une première dans l'histoire du pays.


    Une institution centriste

    À première vue, ces développements confortent la démocratie au Canada. Les tribunaux sont devenus de nouveaux forums donnant une voix à des minorités mal servies par la démocratie parlementaire. Le contrôle judiciaire a instauré un processus continu de discussion qui permet aux citoyens de remettre en question les lois sur la base de leurs droits.

    L'engouement pour l'action judiciaire n'a pas que des effets heureux. Certains craignent que la Cour suprême ne soit devenue captive des groupes «chartistes», au détriment de l'esprit libéral de la Charte. En réalité, la cour s'est comportée comme une institution centriste. Elle s'est réclamée tantôt de l'individualisme libéral au profit de la grande entreprise et des minorités, tantôt d'une vision «providentialiste» des droits pour étendre la protection des lois sociales.

    Par ailleurs, on peut se demander si la Cour suprême est apte à traiter les vastes questions dont elle est saisie. Elle a tendance à considérer ses jugements comme des opérations de technique juridique, éprouvant du mal à tenir compte des données sociales complexes sous-jacentes aux contestations. Cela ne l'a pas empêchée d'exiger du législateur qu'il limite le moins possible les droits individuels en se basant sur des études scientifiques, comme si légiférer était une science. Enfin, en absolutisant les droits, la Charte a rendu les débats politiques plus âpres.


    Conformisme

    La réforme de 1982 a-t-elle fait du Canada une société plus libérale? Oui, certes, si le libéralisme signifie la garantie des droits individuels contre les atteintes de l'État. Par contre, si le libéralisme implique l'idéal d'autonomie qui incite l'individu à penser par lui-même, la Charte canadienne semble avoir engendré une forme de conformisme. Ainsi, les parlementaires reçoivent, sans discuter, les décisions des tribunaux investis d'une autorité infaillible. Papisme légal?

    La grande ironie de la réforme de 1982 est que, après avoir enfin doté le Canada d'une procédure d'amendement à lui pour moderniser sa Constitution, cette procédure s'est révélée, à l'usage, plutôt impraticable. Le statu quo est maintenant paré de vertu, et le différend Québec-Canada est laissé pendant. Toutefois, la Constitution, loin d'être gelée, se transforme sous l'impulsion de la créativité judiciaire, comme l'avis de la Cour suprême sur la «sécession» du Québec en fournit l'exemple. Là réside peut-être l'héritage Trudeau: unifier une société dans un Etat qui évolue par le droit, le moins possible par le changement politique.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Marc Chevrier
    Politologue et rédacteur au magazine et à l'Encyclopédie de L'Agora.
    Mots-clés
    Rapatriement de la constitution, charte canadienne
    Extrait
    La réforme de 1982 a-t-elle fait du Canada une société plus libérale? Oui, certes, si le libéralisme signifie la garantie des droits individuels contre les atteintes de l'État. Par contre, si le libéralisme implique l'idéal d'autonomie qui incite l'individu à penser par lui-même, la Charte canadienne semble avoir engendré une forme de conformisme. Ainsi, les parlementaires reçoivent, sans discuter, les décisions des tribunaux investis d'une autorité infaillible. Papisme légal?
    Documents associés
    Marc Chevrier
    Souveraineté, partenariat
    Marc Chevrier
    Paul-Gérin Lajoie
    parti libéral, Québec, Canada, république
    Action démocratique du Québec
    loi fondamentale, institution, droit constitutionnel, citoyenneté
    Gary Caldwell
    L'Acte de Québec, La confédération de 1867.
    États généraux
    Guy Laforest
    Québec (État du), Lucien Bouchard, assemblée constituante, constitution, Catalogne. autonomie politique, communauté politique
    Marc Chevrier
    Parti québécois
    Marc Brière
    institution, droit, loi fondamentale

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.