• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Obsèques civiles de Piergiorgi Welby

    Marcel Conche

    Marcel Conche* introduit ainsi sa réflexion sur une question d'actualité: «Aujourd'hui sont célébrées les obsèques civiles de Piergiorgio Welby, mort le 20 décembre après qu'un médecin ait débranché le respirateur artificiel qui le retenait à la vie. Atteint de dystrophie musculaire et entièrement paralysé, il réclamait depuis des mois le "droit de mourir"». Ne s'agit-il pas dans ce cas de l'interruption légitime d'un traitement devenu inutile, insensé et insupportable et non pas d'une euthanasie au sens légal du terme? Des raisons politiques ont pesé plus lourd dans la balance que les raisons d'ordre religieux ou éthique. Cependant, l'argument de la primauté de la charité - concept très vaste et trop universelle - n'est crédible que si on l'entend dans le sens de la compassion*.
    Ce droit [de mourir] ne lui avait pas été accordé par la justice et lui était refusé par l'Église. Pour l'Église, supprimer la vie, parce que insupportable à vivre par excès de douleur, constitue un meurtre attentatoire au respect dû au Créateur de la vie. Les obsèques religieuses sont donc refusées à Welby, tandis que les partis de droite et de centre-droit réclament une acion judiciaire contre le médecin coupable d'«homicide». Mais l'Église condamne l'acharnement thérapeutique, et la Constitution italienne reconnaît le «droit à refuser des soins». Aussi mon ami Santo Arcoleo me dit-il que l'on eût pu être moins intransigeant si on l'eut voulu, mais que les raisons politiques s'y opposaient. Welby s'étant signalé par ses positions radicales et étant soutenu par le parti radical de Marco Panella et Emma Bonino.

    Mais que vient faire ici la politique? Welby, enfermé dans son corps comme dans une prison, ne pouvant ni respirer par lui-même ni parler, demande qu'on le délivre de son sarcophage. Mais Dieu seul est le maître de la vie, dit l'Église. Oublie-t-elle que, pour elle, mourir n'est pas comme pour Épicure*, cesser de vivre:c'est passer à une autre vie. Oublie-t-elle que dogme, profession de foi, sacrements, loi morale ou loi évangélique, respect formel des commandements, prière, que tout cela n'est rien si l'on n'a pas la charité? Car, dit saint Paul, «quand je connaîtrais tous les mystères et toutes les sciences, quand j'aurais la plénitude de la foi, une foi à transporter les montagnes, et je n'ai pas la charité (agapé), je ne suis rien» (1 Cor. 13, 2).
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Aux frontières de la vie
    • Vient de paraître en français Exit final (1), conçu comme un guide qui renseigne le public et les...
    • Euthanasie volontaire
    • Même si plusieurs ont bien conscience qu'il ne s'agit pas tant d'ajouter quantitativement de la...
    • L'affaire Imbert
    • «Pour en venir au cas que tu as évoqué, que dire de plus? Je crois que tout a été dit. Il s'agit...
    • Propos pour discussion
    • Dans Le Différend, Jean-François Lyotard, écrit: «Le plaignant porte sa plainte devant le tribunal,...