• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Aspects sociaux de l'émergence des droits de mourir

    Jean-François Kervégan

    Les deux auteurs commentent le lien que Anita Hocquard, dans son livre L’euthanasie volontaire, Paris, PUF, 1999, découvre entre finances publiques et désirs individuels de mourir, entre rationalité économique et raisonnabilité létale. Le retour du sentiment de la honte* s'associe à l'utilitarisme* pour fonder l'éthique des revendications sociales en faveur de l'euthanasie et du suicide assisté*.
    À propos de l’euthanasie, le tournant de la bioéthique institutionnelle et de la biopolitique dans les pays occidentaux s’est exprimé récemment d’une manière presque aussi spectaculaire que dans le cas du clonage thérapeutique et de l’expérimentation sur l’embryon (qu’il suffise de mentionner le bouleversement législatif aux Pays-Bas et la préfiguration d’un consentement institutionnel à l’« exception d’euthanasie » en France). Anita Hocquard [64] s’interroge avec acuité sur l’harmonisation d’éléments que rien ne rapproche a priori: «les finances publiques et les désirs privés (de mort) » p. 109. De l’analyse de la mort « économique » à celle de la « raisonnabilité létale » dans les sociétés technicistes, l’auteur avance des thèses novatrices à propos du bio-pouvoir, de l’individualisme et des formes postmodernes du refus du déshonneur social (la mort lente, le handicap). L’analyse du renversement des valeurs sociales par lequel la mort et le suicide (éventuellement délégué) deviennent beaux et bons est ici conduite dans la perspective de l’émergence politique des revendications létales. Le calcul économique individuel des plaisirs et des peines intervient dans cette évolution, mais l’auteur fait jouer le premier rôle aux aspects sociaux de l’émergence des droits de mourir. Le paradoxe n’est pas mince : émergeant dans le contexte postmoderne des sociétés occidentales, où la plupart des valeurs communes substantielles et des notions opératoires de bien commun ont perdu leur consistance, la revendication létale des citoyens emprunte aux logiques sociales d’antan des reliques vénérables tels que les codes d’honneur (ne pas perdre la face...), ou une moralité de type utilitariste (ne pas être un poids pour les autres...), alors même que nul ne s’aventurerait à tenter de leur donner un sens précis aujourd’hui.

    Jean-François Kervégan et Emmanuel Picavet, «Bulletin de philosophie morale et politique», Paris, PUF Revue de métaphysique et de Morale, 2002/2 n° 34, p. 105-136.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Aux frontières de la vie
    • Vient de paraître en français Exit final (1), conçu comme un guide qui renseigne le public et les...
    • Euthanasie volontaire
    • Même si plusieurs ont bien conscience qu'il ne s'agit pas tant d'ajouter quantitativement de la...
    • L'affaire Imbert
    • «Pour en venir au cas que tu as évoqué, que dire de plus? Je crois que tout a été dit. Il s'agit...
    • Propos pour discussion
    • Dans Le Différend, Jean-François Lyotard, écrit: «Le plaignant porte sa plainte devant le tribunal,...