• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: ducation

    Les conditions perdantes en éducation

    Jacques Dufresne
    Pour déclencher un nouveau référendum sur la souveraineté, le gouvernement du Québec attend d'avoir rassemblé ce qu'il appelle les conditions gagnantes. Hélas! au même moment il s'emploie lui-même à créer des conditions perdantes. L'une de ces conditions est l'obligation faite aux détenteurs d'une maîtrise ou d'un doctorat de s'engager dans un cours de quatre ans en pédagogie pour avoir droit d'enseignement dans les écoles secondaires et élémentaires du Québec. Tel est l'usage que le Québec fait de sa souveraineté en éducation?
    Une nouvelle menace plane sur l'école québécoise: le passage obligé par la pédagogie. Nul n'entre dans les écoles du Québec s'il est maître ou docteur en quelque discipline que ce soit. Il faut être bachelier en pédagogie et c'est une condition suffisante. Cela signifie qu'après avoir fréquenté les universités pendant six, huit ou dix ans, un docteur en mathématique ou en anthropologie devra s'infliger quatre ans de pédagogie pour avoir droit de transmettre son savoir à nos enfants. Pendant ces quatre années, il devra suivre les cours de professeurs généralement moins compétents dans leur matière qu'il ne l'est dans la sienne.

    La loi d'où nous vient ce mal a été adoptée par le gouvernement libéral en 1994. Quand peu après Jean Larose et bien d'autres intellectuels réputés en ont démontré l'inanité dans les médias, j'ai cru que le nouveau gouvernement, le vôtre, prendrait vite acte de la chose et abrogerait l'obscurantiste loi.

    Sans doute avez-vous eu la même réaction que moi, ce qui expliquerait pourquoi vous n'avez même pas cru nécessaire d'aborder la question au conseil des ministres. Présumant que votre collègue madame Marois avait au moins autant de jugement et de bon sens que vous, vous en avez conclu, sans pousser plus loin l'examen, qu'elle veillerait à ce que cette loi soit abolie.

    Hélas! le référendum de 1995 a mobilisé à ce point les esprits et les énergies que la loi demeura intacte incitant les étudiants à s'inscrire en pédagogie plutôt qu'en physique ou en lettres.

    On en mesure tous les effets aujourd'hui. Une école qui oserait engager un docteur en mathématique pourrait être poursuivie par un bachelier en pédagogie qui s'estimerait lésé par ce choix.

    Mesdames, messieurs les ministres, nous ne voulons ni ne pouvons vous faire l'affront de penser que vous avez agi, ou plutôt omis d'agir sciemment en cette affaire. Il se trouve sûrement parmi vos conseillers quelqu'un qui ayant lu Main basse sur l'éducation. de même que le dernier numéro de la revue Société, vous aura exposé les effets probables de cette loi sur les universités aussi bien que les écoles.

    Persuadés, qu'en l'occurrence du moins, le mal c'est l'ignorance, et que dès que vous aurez compris la loi, vous voudrez l'abroger, nous ajoutons dans ce numéro quelques pièces au dossier.

    Pour des raisons que nous explicitons nous-mêmes ailleurs dans ce numéro, nous vous invitions à attacher la plus grande importance au fait que parmi les conditions gagnantes d'un éventuel référendum, il y a le sens du lointain dont nous aurons su faire preuve dans un domaine crucial où nous avons pleine souveraineté: l'éducation.

    Que penser d'une peuple qui condamne à quatre ans de travaux forcés en pédagogie ses docteurs en mathématiques désireux de transmettre leur science à leurs jeunes compatriotes? Qui par un autre effet de la même loi affaiblit l'ensemble de ses facultés universitaires pour renforcer celles qui ont toujours été le dernier choix des meilleurs étudiants: les facultés de pédagogie! N'est-ce pas là un peuple qui compromet de lui-même son avenir d'une manière telle, que personne ne voudra le croire quand il accusera un autre gouvernement d'être une entrave à son développement?

    Qu'est-ce que les partisans du oui répondront aux partisans du non quand ils évoqueront le gâchis de l'éducation après celui de l'emploi?

    Plusieurs analyses à la fois fines et savantes de vos politiques en éducation nous incitent à penser qu'elles vous sont dictées par le complexe bureaucrato-pédagogico-syndical. Vous avez préféré ces idéologues à l'ensemble de la société civile québécoise.

    Peut-être estimez-vous que c'est là une condition gagnante. Nous sommes plutôt d'avis qu'il s'agit d'une cause d'échec qui pourrait, à elle seule annuler toutes les conditions gagnantes que vous pourriez réussir à rassembler.

    Il faut au contraire, par quelques mesures simples, briser le monopole bureaucrato-syndical. C'est le prélude à toutes conditions gagnantes en éducation.

    1- Permettre aux écoles de choisir librement leurs professeurs, ce qui implique qu'elles puissent préférer un docteur en mathématique à un bachelier en pédagogie.

    2- Dans l'hypothèse où les écoles seraient jugées indignes d'une totale liberté, n'accorder des permis d'enseigner qu'à la suite de concours semblables à ceux qui ont fait la réputation de l'enseignement secondaire en France, le CAPES et l'agrégation.

    3- Respecter sans réserve le droit des parents de choisir l'école que fréquenteront leurs enfants ou d'assumer eux-mêmes directement la responsabilité de leur éducation.

    4 - Abolir la loi rendant la fréquentation de l'école obligatoire jusqu'à 16 ans.

    5- Faire dépendre l'octroi des diplômes d'examens auxquels tous ont librement accès, plutôt que du nombre d'heures passées devant des membres d'un quelconque syndicat jouissant d'un monopole.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne
    Curriculum
    Mots-clés
    Formation des maîtres
    Extrait
    Il faut au contraire, par quelques mesures simples, briser le monopole bureaucrato-syndical. C'est le prélude à toutes conditions gagnantes en éducation. 1-Permettre aux écoles de choisir librement leurs professeurs, ce qui implique qu'elles puissent préférer un docteur en mathématique à un bachelier en pédagogie. 2-Dans l'hypothèse où les écoles seraient jugées indignes d'une totale liberté, n'accorder des permis d'enseigner qu'à la suite de concours semblables à ceux qui ont fait la réputation de l'enseignement secondaire en France, le CAPES et l'agrégation. 3- Respecter sans réserve le droit des parents de choisir l'école que fréquenteront leurs enfants ou d'assumer eux-mêmes directement la responsabilité de leur éducation. 4 - Abolir la loi rendant la fréquentation de l'école obligatoire jusqu'à 16 ans. 5- Faire dépendre l'octroi des diplômes d'examens auxquels tous ont librement accès, plutôt que du nombre d'heures passées devant des membres d'un quelconque syndicat jouissant d'un monopole.
    Documents associés
    Bernard Saladin D'Anglure
    Relativisme, Finkielkraut (Alain). Rationalisme
    Henri Le Brun
    Éducation, pédagogie,
    Jacques Dufresne
    Yan Barcelo
    Formation scientifique, exode des cerveaux
    Hippolyte Taine
    Comparaison entre l'enseignement en Angleterre et en France, éducation physique, importance de l'éducation physique, sport, pédagogie, responsabilisation des enfants, brutalité souvent excessive des moeurs dans les collèges anglais, Jeux Olympiques,
    Michel Montaigne
    éducation, pédagogie, connaissance, jugement
    Jacques Dufresne
    États généraux sur l'éducation, bureaucratie
    Thomas De Koninck
    Jean Larose
    réforme de l'éducation, pédagogie, sciences de l'éducation, éducation classique, culture, humanités
    Hélène Laberge
    Sport, éducation, éducation physique, corps, performance, Platon

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.