Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Éducation

Les mots formation, éducation, enseignement et instruction suscitent bien des confusions qui ne sont pas étrangères à la crise de l'école. Nous proposons pour chacun de ces termes un sens qui le situe par rapport aux trois autres de telle sorte que l'ensemble des quatre termes rende compte adéquatement du phénomène en cause: l'accomplissement d'un être humain. Nous nous limitons ici au sens que nous proposons pour éviter les confusions. C'est une question d'accent. Il va de soi que l'éducation ou l'enseignement tels que nous les définissons peuvent concourir à la formation, etc.

L’éducation consiste pour l'enfant à devenir une grande personne par le moyen de la nourriture, mot qui en vieux français désignait aussi bien les nourritures de l’esprit que celles du corps. (Terra educat, la terre nourrit). Être bien éduqué est synonyme d'être bien élevé. L'accent est mis sur la croissance.

La formation est le passage du chaos de l'enfance à l'harmonie de la maturité, par la mise en forme ou en ordre des diverses parties de l'être, au contact des chefs d'œuvre d'une civilisation. C'est le mot, Formung, qu'utilise Werner Jaeger pour traduire le mot grec paideia, en allemand. L'accent dans ce cas est mis sur la forme.

L’enseignement consiste à signaler à l'élève ce qui doit retenir son attention, à lui montrer les choses importantes. Car à quoi bon marquer (insignire) certains savoirs parmi d'autres si tous s'équivalent? Enseigner a les mêmes racines qu'insigne, il vient du verbe latin insignire, qui signifie mettre une marque, signaler, distinguer et .par suite se distinguer. L’enseignement consiste à aider l’enfant à introduire forme, hiérarchie dans ses connaissances. Nul n’a besoin de l’enseignement pour apprendre les choses une à une dans le désordre. L'accent est mis sur la forme.

L’instruction est l’acte de construire l’édifice du savoir, la culture intellectuelle personnelle. Construire, bâtir, dresser (une table), élever (un mur), munir de (provisions) ranger (des troupes), tels sont les divers sens du verbe latin instruere. Dans le Dictionnaire actuel de l’éducation, on rappelle la distinction entre l’instruction, limitée à la seule dimension cognitive de la personne et l’éducation, touchant l’ensemble de la personne. Nous ajoutons ici une connotation : le dynamisme. L’instructeur dans un sport, par rapport à l’enseignant ou au professeur qui peut en établir la théorie, est celui qui assure l’application de la théorie, en ayant comme qualité première le dynamisme. L'accent est mis sur la croissance.

L'éducation et la formation ont en commun de s'appliquer à l'ensemble de la personne,
l'enseignement et l'instruction ont en commun de ne s'appliquer qu'à sa dimension intellectuelle ou cognitive.

On peu également associer d’une part éducation et instruction où l’accent est mis sur l’énergie, d’autre part formation et enseignement où l’accent est mis sur la forme, l’ordre, l’architecture.

L'oeuvre achevée est celle qui comporte une juste part d’éducation, de formation, d’enseignement et d’instruction.

Cette définition de l'éducation explicite bien la nôtre.

« Éduquer un enfant, en conséquence, c'est l'élever vers l'homme en l'arrachant à sa condition initiale qui n'a aucune préséance, ou plutôt le hausser vers la véritable idée de l'homme — l' « excellence » de Goethe — que personne n'atteindra pourtant jamais. On se souvient qu'à Rome, le père légitimait son enfant le jour du dies lustricus en l'élevant de terre (tollere filium) et en le tenant en haut de ses bras ; il marquait par ce geste public son intention de l'élever pour en faire un homme. Cette reconnaissance symbolique montre que l'éducation est une élévation d'ordre spirituel vers une fin transcendante : elle trouve son analogie dans l'accroissement de taille qui fera du petit d'homme ce qu'il nomme, de lui-même, une « grande personne ». Telle est la vocation première de celui qui ne parle pas encore, in fans, mais qui, déjà par jeu, lève son regard vers cette hauteur où naît toute parole. En même temps, éduquer un enfant, c'est le tirer de son autisme naturel et le conduire fermement vers ce qu'il deviendra dans l'horizon des hommes. L'éducation est ainsi une orientation immanente à l'humanité qui permet à chacun de nous de trouver sa juste place dans le monde. Pris dans ce double mouvement, vertical et horizontal, de toute véritable éducation, nous éprouvons confusément que nous avons un destin d'éternité, comme l'avait reconnu Comenius avant que l'anthropocentrisme de la pédagogie contemporaine ne s'empare de lui :
Toutes nos actions et nos passions dans cette vie nous montrent que notre fin ultime n'est pas ici-bas, mais que nous­mêmes et tous nos actes tendons à autre chose. Quoi que nous soyons, fassions, pensions, disions, combinions, acquérions, pos­sédions, tout cela n'est qu'une étape. Nous avançons pas à pas, gravissant marche après marche, imaginant toujours une marche supplémentaire. Nous n'atteignons cependant jamais l'étape suprême. Car, à l'origine, l'homme n'est rien (1). »

Note

1. Comenius, Didactica Magna, 1657 (trad. fr., La grande didactique ou l'art universel de tout enseigner à tous, Paris, Klincksieck, 1992, p. 47). Il faut ici dénoncer la récupération, en forme de contresens, des thèses du philosophe tchèque par certains courants de la pédagogie moderne dont la lecture est sélective. Patocka a bien établi, dans « Comenius und die offene Seele s ("Comenius et l'âme ouverte"), in L'écrivain: son objet, Paris, Presse Pocket, 1990, à quel point le pédocentrisme contemporain a trahit Comenius en faisant sauter tous les passages métaphysiques de son oeuvre consacrée aux fins de l'homme. On a fait ainsi de Comenius, avec Philippe Meirieu, le père du constructivisme en occultant et en déformant le sens de son enseignement.
(Citation et commentaire, Jean-François Mattéi, dans La barbarie intérieure, Paris, PUF, 1999, p. 179)




*******




Pour Rabelais et Montaigne, au XVIe siècle, l’éducation est un fin dosage de nourriture et d’exercice destiné à aider chacun à s’accomplir selon sa nature. Le mot nourriture désigne ici aussi bien les nourritures spirituelles que les aliments et le mot exercice est synonyme d’effort de volonté. Pour Platon l’éducation était le dosage de gymnastique, de musique, de mathématiques et de dialectique le plus susceptible de rendre l’âme harmonieuse, compte tenu de sa nature.

De Platon à Montaigne c’est, comme nous le rappelle Werner Jaeger, dans Paideia, l’agriculture qui a fourni les métaphores pour penser l’éducation. On nourrissait l’âme et on la soumettait à des exercices pour assurer sa croissance.

« Les trois éléments de base de toute éducation sont la nature, l’instruction et la pratique [...] Une récolte prospère nécessite d’abord un bon sol, ensuite un fermier habile, et enfin de la bonne semence. Dans l’éducation, le sol, c’est la nature humaine, le maître correspond au fermier, et les graines, aux avis et à l’instruction donnés par le truchement du langage. Lorsque ces trois conditions sont parfaitement remplies, le résultat est toujours très bon. Mais si une nature médiocrement douée reçoit des soins appropriés, de l’instruction, et bénéficie d’exercices pratiques, ses déficiences peuvent être en partie compensées; en revanche, même une nature richement douée ira à sa perte si on la néglige. Telle est la constatation qui rend l’art de l’éducation indispensable. Ce qu’on tire de la nature, après de longs efforts, se révèle en définitive plus solide que la nature elle-même. Un bon sol devient improductif s’il n’est labouré — en fait, meilleur il est naturellement, plus mauvais il devient. Un sol moins fertile, si on le travaille avec constance et comme il convient, finit par donner une magnifique récolte [...] L’essentiel est de commencer le travail au moment le plus propice » (W. Jaeger, Paideia, la formation de l’homme grec, Paris, Gallimard, 1964, p. 361).

C’est l’industrie aujourd’hui qui fournit les métaphores. Les institutions d’enseignement produisent des diplômés et l’éducation est l’acquisition, au moyen de techniques d’apprentissage, des compétences nécessaires pour réussir dans la vie.

Essentiel

Composer avec la nature! En éducation, en médecine, en écologie, la question est la même. C’est la même nature, qui sous divers visages subit l’assaut de la raison technicienne. Il est vain d’espérer que des hommes à qui on n’aura pas appris à se soucier de la nature en eux puissent faire preuve d’une authentique sollicitude pour la nature extérieure.

Articles


De l'instruction des enfants

Michel Montaigne
A la demande de la comtesse de Gurnon qui sera bientôt mère, Montaigne développe ses vues sur l'instruction des enfants. On retrouve dans ce texte la farouche indépendance d'esprit de l'humaniste bordelais qui recommande d'éduquer les enfants no

Faits et tendances en éducation à travers le monde

Bernard Lebleu
Dans cet article publié dans L'Agora à l'automne 2005, l'auteur propose une analyse comparative des structures et des coûts per capita dans différents pays occidentaux.

L'école et l'éducation physique

Hélène Laberge
La place de l'éducation physique dans les écoles du Québec, et plus particulièrement dans les cégeps, est de plus en plus contestée; ce qui est contraire aux recommandations formulées dans le rapport Parent: «Nous recommandons, y lisait-on, q

L'éducation en Angleterre

Hippolyte Taine
Les Notes sur l'Angleterre de Taine ont une histoire toute particulière qui nous invite périodiquement à les sortir de l'oubli. L'ouvrage, paru en 1872, a bien sûr contribué à répandre en France une certaine "anglomanie" — la l

L'impasse consensuelle

Jacques Dufresne

Le décrochage scientifique et technique des jeunes

Yan Barcelo
Pourquoi cette baisse d'intérêt chez les jeunes québécois pour les disciplines de la science et de la technologie? On en est réduit à faire des hypothèses, mais il est certain que les facteurs qui suscitent ce désintérêt sont multiples: arc

Le vertige en héritage

Jean Larose
«Voici trois articles sur les sciences de l'éducation que j'ai donnés au journal Le Devoir. Le premier porte sur les Etats généraux de l'éducation, dont le rapport avait été déposé à l'automne 1996; le second dénonce l'obligation faite au

Les conditions perdantes en éducation

Jacques Dufresne
Pour déclencher un nouveau référendum sur la souveraineté, le gouvernement du Québec attend d'avoir rassemblé ce qu'il appelle les conditions gagnantes. Hélas! au même moment il s'emploie lui-même à créer des conditions perdantes. L'une de

Maxime des moralistes français sur l'éducation et la jeunesse

Henri Le Brun
Maximes de Montaigne, Joubert, La Bruyère, La Rochefoucauld et divers moralistes français sur l'education et la jeunesse, choisies par Henri Le Brun.

Nourriture pour l'âme

Arlette Jouanna
Exemple d'une éducation qui consiste à composer avec la nature.

Éducation interculturelle

Bernard Saladin D'Anglure
Voici une page qui en vaut cent Ce passage est l'introduction d'un article intitulé  “Les Inuits à l’école de Rabelais, de Descartes ou de Lévi-Strauss ? Regard anthropologique sur l’éducation interculturelle.” Un article publié d

Dossiers connexes