• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Ramener nos morts

    Gabrielle Roy

    Gabrielle Roy, née à Saint-Boniface( Winnipeg ) le 22 mars 1909 et décédée à Québec le 13 juillet 1983 est l'une des plus importantes écrivaines francophones du Canada. Ses œuvres ont reçu de nombreux prix littéraires, incluant le Prix Femina de la France.Son autobiographie, intitulée La Détresse et l'enchantement et publiée à titre posthume en 1984, couvre les années de son enfance au Manitoba jusqu'au moment où elle s'établit au Québec. Dans l'extrait de ce livre, reproduit ci-dessous, Gabrielle Roy se souvenant de la mort de son père évoque la mort d'autres de ses proches. Son désir est de faire mémoire d'eux en les ramenant à l'existence pour les consoler de la peine qu'ils se sont faite à son sujet.

    À consulter: André Vanasse, Gabrielle Roy, Montréal, XYZ, 2004.
    Je m'étonnais sans fin, auprès de la dépouille de mon père, d'être déjà si avidement plongée à la recherche des moindres bribes que je connaissais de sa vie. Je ne savais pas que c'est le premier effet de la mort que de faire vivre le disparu dans la mémoire de ceux qui l'ont aimé avec une clarté et une intensité jamais encore éprouvées.

    Je me penchais, je scrutais à la lueur tremblante des cierges le visage si beau que mon père devait présenter pour toujours à ma mémoire. Une grande noblesse s'en dégageait. Elle avait calmé mon chagrin et jusqu'à mes regrets. J'étais par elle fascinée. Cette mort et plus tard bien d'autres dans ma vie jamais ne m'ont dit le vide. Celle-ci ne me parlait pas non plus d'une autre vie, d'un autre monde. Elle était à mes yeux le mystère entier, jamais entrouvert, la totale franchise enfin, l'obscurité intacte et, à cause de cela peut-être, plus belle que ce que j'avais jamais vu sur terre. À le regarder, j'avais l'impression que la vie, presque toute la vie, était une distraction après une autre pour tenter de nous dissimuler l'essentielle vérité.

    Presque, immédiatement après les funérailles, je dus retourner à mes études, en vue des examens qui approchaient. À ma grande surprise, je les passai sans peine. [...] Cette nouvelle, qui eût tant réconforté les derniers jours de mon vieux père, voici que je ne savais qu'en faire. Je souhaitai le ressusciter pour m'entendre la lui annoncer. Pour moi seule, que valait-elle au fond? Plus tard, ce serait maman que je souhaiterais ressusciter pour m'entendre lui raconter l'extraordinaire bonne fortune de Bonheur d'occasion à laquelle, dans ce récit imaginaire que je lui en faisait, elle ne croyait pas, et j'insistais: «Voyons, maman, tu peux dormir en paix, je suis presque riche.» Et elle, du fond de l'ombre, hochait la tête tristement, me croyant toujours pauvre et démunie. Plus tard encore, ce fut ma soeur Anna que je désirai ramener un moment de la mort pour la réconforter, elle qui avait tant craint pour moi l'amour, le mariage, les liens,lui disant que, somme toute, ces grandes entraves de la vie avaient eu pour moi leur côté bénéfique. Mais elle ne m'entendait pas, éternellement soucieuse à mon égard. Maintenant c'est Dédette que je rappelle en vain tâchant de la rassurer sur ce chagrin qu'elle me connaissait et qui l'avait tant affectée. J'ai beau soutenir qu'il s'est estompé, presque guéri, elle ne m'entend toujours pas. Ainsi, je devais apprendre, en vivant, que ce n'est pas à l'heure des grands chagrins que l'on désire le plus ramener nos morts, mais plutôt pour les consoler de la peine qu'ils se sont faite à notre sujet, et dont il me semble que nous ne pouvons les délivrer. C'est pourquoi sans doute je me plais tellement à ces rêves de la nuit qui me représentent parfois maman ou mes soeurs, le visage comme paisible et heureux. Aucun rêve jamais ne m'a montré mon père rajeuni et souriant comme cela est arrivé pour les autres.
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30

    Documents associés

    • Amitié et deuil
    • Ce que je ressens, à la mort de quiconque, et de façon plus intensément irréfutable à la mort de ce...
    • Menaud
    • Menaud se leva. Devant lui, hurlait la rivière en bête qui veut tuer. Mais il ne put qu'étreindre...
    • Au professeur Lindblom
    • Il fut un temps, cher et malheureux ami. où tu sentais vivement le bien de l'existence; alors le...
    • Le Fils
    • « Le onzième jour après ma mort, Papa est allé porter ma couette à la teinturerie. Monter la rue du...
    • Adieu
    • Depuis longtemps, si longtemps, je redoutais d'avoir à dire Adieu à Emmanuel...
    • Douleur, deuil, mémoire
    • Dénouer unà un les liens, les liens d'amour, mais aussi sans doute de haine, qui nous reliaient à...
    • Veuf
    • 12/01/2012 Veuf, de Jean-Louis Fournier On ne ressent jamais autant la présence de l’autre...
    • Sur la mort d'un enfant
    • L'innocente victime, au terrestre séjour, N'a vu que le printemps qui lui donna le jour. Rien n'est...
    • Aimer et pleurer encore
    • J'avais beau croire que la vérité suprême de la vie est dans l'art, j'avais beau, d'autre part,...
    • Victoria
    • Quelqu'un demande ce qu'est l'amour. On répond: «L'amour, c'est un vent qui murmure dans les...
    • À la mémoire de ...
    • À la mémoire de Claude Philoctète MERCI Nous avons, ta nièce Christine Kaufmann, et moi, ...
    • Ramener nos morts
    • Je m'étonnais sans fin, auprès de la dépouille de mon père, d'être déjà si avidement plongée à la...
    • Perdre sans se perdre
    • «Toutes les pertes importantes subies au cours de notre vie, qu'elles soient affectives (le décès...
    • La robe prétexte
    • Sur la morte on avait jeté, à cause des mouches, un voile de gaze. Déjà il était trop tard pour...
    • L'absent
    • Mon père m'aimait. C'est la seule certitude que je possède. Tout ce dont je sois certaine dans la...
    • La Traversée de la nuit
    • Quand on était debout et qu'on se retrouve en fauteuil roulant, ou quand on a survécu à un...
    • L'accompagnateur
    • Tim Wilson, le réalisateur de Griefwalker (L'accompgnateur), dresse un portrait saisissant de son...
    • Mort d'un ami
    • CHAPITRE IV. MORT D’UN AMI. 7. En ces premières années de mon enseignement dans...
    • Le tombeau de Santiago
    • Fernando, Leticia, le nègre Zampayita, les servantes indiennes, Laura avec une fleur plantée entre...
    • Il pleut sur Nantes
    • Barbara (Monique Serf, 1930-1997) 

Il pleut sur Nantes
 Donne-moi la...