• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Au professeur Lindblom

    Leopoldt

    Au professeur Lindblom, futur évêque de Linköping sur la mort de son épouse G.M. Frondin
    par C.G. Leopoldt dans Mélanges de littérature suédoise, traduits par M. Agander, Stockholm, Paris, chez Cussac Libraire, Galerie de Richelieu, 1788.
    http://www.google.ca/books?
    Il fut un temps, cher et malheureux ami. où tu sentais vivement le bien de l'existence; alors le Dieu du génie allumait la lampe destinée à éclairer tes veilles savantes, et de Dieu d'amour se faisait un plaisir de l'éteindre.

    Mais il a disparu, ce temps heureux, appelé par des voeux si ardents, accordé par le sort d'une main si avare; et toi qui a été digne de notre envie, tu es enfin digne de nos larmes.

    Ne tourne pas un long et douloureux regard vers le passé, et ferme tes yeux aux jours que l'avenir te réserve; ah! garde-toi de voir quels tourments te restent à souffrir, à combien de plaisirs il faut que tu renonces; il ne te reste que la poussière de ton épouse, et le souvenir du bonheur qu'elle te donnait.

    Quelle oreille insensible ne serait touchée de ta plainte: elle seule ne l'entendra pas; les baisers que tu imprimes sur sa froide dépouille, ne ramèneront plus le tendre sourire sur ses lèvres; et cette main qu'à la face des autels elle mit dans la tienne, arrosée de tes pleurs, ne la pressera plus, pour confirmer le serment d'amour que la mort, la seule mort a violée.

    Oui, pleure, jamais tes yeux ne rencontreront plus ce regard plein d'innocence, dont le feu passa dans tes veines; ta maison ne sera plus surveillée avec cet ordre et cette sagesse qu'y faisait régner sa vigilance; et jamais tes moments de loisir ne s'écouleront dans des bras si aimables.

    Que le héros sourie au fer qui perce son coeur sur le champ de bataille: mais malheur à l'homme insensible qui n'est pas navré de la mort de sa tendre épouse, qui peut recueillir sa cendre et la conserver sans baigner de ses larmes ce cher et triste dépôt.

    Jouis donc de l'unique soulagement qui reste à ta douleur; choisis un marbre éternel, et donne à ton ami le monument d'amour et de regret, qui manque encore à sa mémoire: vains efforts! tu ne peux le lui donner aussi précieux que son coeur.

    Graves-y ces mots: «cette terre qui couvre ici la cendre de Camille, pressée par le sein d'une mère éplorée, reçut ses sanglots et ses soupirs, but les larmes de son époux; et s'abreuvera un jour de celles de ses enfants.»

    Cette tombe, à l'abri de la faux du temps, possédera l'objet du respect des hommes; et si les pas d'une jeune épouse l'y conduisent, une larme versée en silence, exprimera ce voeu de son coeur: «puissé-je mériter d'être ainsi regrettée»!
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Amitié et deuil
    • Ce que je ressens, à la mort de quiconque, et de façon plus intensément irréfutable à la mort de ce...
    • Menaud
    • Menaud se leva. Devant lui, hurlait la rivière en bête qui veut tuer. Mais il ne put qu'étreindre...
    • Au professeur Lindblom
    • Il fut un temps, cher et malheureux ami. où tu sentais vivement le bien de l'existence; alors le...
    • Le Fils
    • « Le onzième jour après ma mort, Papa est allé porter ma couette à la teinturerie. Monter la rue du...
    • Adieu
    • Depuis longtemps, si longtemps, je redoutais d'avoir à dire Adieu à Emmanuel...
    • Douleur, deuil, mémoire
    • Dénouer unà un les liens, les liens d'amour, mais aussi sans doute de haine, qui nous reliaient à...
    • Veuf
    • 12/01/2012 Veuf, de Jean-Louis Fournier On ne ressent jamais autant la présence de l’autre...
    • Sur la mort d'un enfant
    • L'innocente victime, au terrestre séjour, N'a vu que le printemps qui lui donna le jour. Rien n'est...
    • Aimer et pleurer encore
    • J'avais beau croire que la vérité suprême de la vie est dans l'art, j'avais beau, d'autre part,...
    • Victoria
    • Quelqu'un demande ce qu'est l'amour. On répond: «L'amour, c'est un vent qui murmure dans les...
    • À la mémoire de ...
    • À la mémoire de Claude Philoctète MERCI Nous avons, ta nièce Christine Kaufmann, et moi, ...
    • Ramener nos morts
    • Je m'étonnais sans fin, auprès de la dépouille de mon père, d'être déjà si avidement plongée à la...
    • Perdre sans se perdre
    • «Toutes les pertes importantes subies au cours de notre vie, qu'elles soient affectives (le décès...
    • La robe prétexte
    • Sur la morte on avait jeté, à cause des mouches, un voile de gaze. Déjà il était trop tard pour...
    • L'absent
    • Mon père m'aimait. C'est la seule certitude que je possède. Tout ce dont je sois certaine dans la...
    • La Traversée de la nuit
    • Quand on était debout et qu'on se retrouve en fauteuil roulant, ou quand on a survécu à un...
    • L'accompagnateur
    • Tim Wilson, le réalisateur de Griefwalker (L'accompgnateur), dresse un portrait saisissant de son...
    • Mort d'un ami
    • CHAPITRE IV. MORT D’UN AMI. 7. En ces premières années de mon enseignement dans...
    • Le tombeau de Santiago
    • Fernando, Leticia, le nègre Zampayita, les servantes indiennes, Laura avec une fleur plantée entre...
    • Il pleut sur Nantes
    • Barbara (Monique Serf, 1930-1997) 

Il pleut sur Nantes
 Donne-moi la...