• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Deuil: mort à autrui, mort à soi

    Claude Romano

    La mort d'autrui est un événement qui, advenant du dehors, affecte profondément les proches, parents ou amis, au-dedans d'eux-mêmes. Le deuil, effet de la mort d'autrui sur les survivants, est une forme d'expérience de mort à soi. En effet, lorsque le monde du défunt s'effondre, avec lui le monde des survivants se trouve radicalement changé. Dans « Ipséité et altérité : les phénomènes du deuil et de la rencontre », deuxième partie, par. 17 de L'événement et le monde, PUF, 1998, Claude Romano explique comment la mort d'une personne aimée est une expérience qui ne nous appartient pas, elle n'est pas éprouvée par nous personnellement. Elle nous laisse nous-mêmes inchangés de l'extérieur. Cependant, elle peut nous atteindre « au plus intime, au coeur de nos possibles... »
    Certes, en tant que fait, la mort d'autrui est inexprimable : mourir, en effet, c'est ne plus être de ce monde, perdre le monde en tant que tel - et une telle « perte » qui survient à autrui, si elle s'accompagne pour nous de signes corporels, ne saurait être elle-même l'objet d'une expérience: car il n'y a de l'expérience propre que du propre, et à la mort d'autrui nous restons étrangers, irrémédiablement extérieurs, impuissants spectateurs de ce qui se dérobe à tout spectacle, puisqu'en un sens, ici, « rien » n'a eu lieu - et ce rien est la mort -, le spectacle d'un cadavre humain suscitant parfois l'indécence d'une curiosité d'autant plus grande qu'elle ne peut justement rien saisir, qu'elle demeure entièrement fermée à ce qui se passe. [...] Mais en quel sens l'événement de la mort est-il précisément un événement éprouvé - [...] - par ceux qui restent?

    [...]

    Nous ne mourons pas seulement à la personne aimée mais, à travers cette première mort, nous mourons à nous-mêmes, c'est-à-dire à celui que nous ne pouvions être insubstituablement que pour elle et elle seule. Mais comment un tel phénomène est-il possible? Comment le deuil, la mort de l'autre en tant qu'épreuve subie, mort à l'autre, peut-il être indissolublement mort à soi-même? Comment déterminer ce « soi-même » qui chancelle dans l'expérience du deuil, et auquel je meurs en mourant à autrui?

    Dans l'événement du deuil, comme en tout événement, je suis en jeu moi-même en mon ipséité. Si tout événement est pour moi un événement, c'est-à-dire, me donne de me comprendre moi-même et de m'admettre comme moi-même, il en va ainsi de l'événement de la rencontre, où mon monde s'ouvre aux dimensions d'un monde autre, celui de l'autre, et, corrélativement, de l'événement du deuil, où ce monde se referme et referme le mien à sa suite, avec la constellation des possibilités qui n'étaient miennes que parce qu'elles m'étaient échues de la rencontre d'autrui. Puisque ma singularité, en d'autres termes, s'origine dans l'événement, elle s'origine aussi dans ces possibles par lui ouverts, qui s'entrelacent à ceux d'autrui dans une histoire commune, aussi incomparable, et dont la mort de l'autre représente, au double sens, le dénouement.

    [...]

    La liaison intrinsèque, indissoluble, de la mort à autrui et de la mort à moi-même est ce qui constitue en tant que tel le sens événementiel du deuil (o.c., p. 157-158).
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Amitié et deuil
    • Ce que je ressens, à la mort de quiconque, et de façon plus intensément irréfutable à la mort de ce...
    • Menaud
    • Menaud se leva. Devant lui, hurlait la rivière en bête qui veut tuer. Mais il ne put qu'étreindre...
    • Au professeur Lindblom
    • Il fut un temps, cher et malheureux ami. où tu sentais vivement le bien de l'existence; alors le...
    • Le Fils
    • « Le onzième jour après ma mort, Papa est allé porter ma couette à la teinturerie. Monter la rue du...
    • Adieu
    • Depuis longtemps, si longtemps, je redoutais d'avoir à dire Adieu à Emmanuel...
    • Douleur, deuil, mémoire
    • Dénouer unà un les liens, les liens d'amour, mais aussi sans doute de haine, qui nous reliaient à...
    • Veuf
    • 12/01/2012 Veuf, de Jean-Louis Fournier On ne ressent jamais autant la présence de l’autre...
    • Sur la mort d'un enfant
    • L'innocente victime, au terrestre séjour, N'a vu que le printemps qui lui donna le jour. Rien n'est...
    • Aimer et pleurer encore
    • J'avais beau croire que la vérité suprême de la vie est dans l'art, j'avais beau, d'autre part,...
    • Victoria
    • Quelqu'un demande ce qu'est l'amour. On répond: «L'amour, c'est un vent qui murmure dans les...
    • À la mémoire de ...
    • À la mémoire de Claude Philoctète MERCI Nous avons, ta nièce Christine Kaufmann, et moi, ...
    • Ramener nos morts
    • Je m'étonnais sans fin, auprès de la dépouille de mon père, d'être déjà si avidement plongée à la...
    • Perdre sans se perdre
    • «Toutes les pertes importantes subies au cours de notre vie, qu'elles soient affectives (le décès...
    • La robe prétexte
    • Sur la morte on avait jeté, à cause des mouches, un voile de gaze. Déjà il était trop tard pour...
    • L'absent
    • Mon père m'aimait. C'est la seule certitude que je possède. Tout ce dont je sois certaine dans la...
    • La Traversée de la nuit
    • Quand on était debout et qu'on se retrouve en fauteuil roulant, ou quand on a survécu à un...
    • L'accompagnateur
    • Tim Wilson, le réalisateur de Griefwalker (L'accompgnateur), dresse un portrait saisissant de son...
    • Mort d'un ami
    • CHAPITRE IV. MORT D’UN AMI. 7. En ces premières années de mon enseignement dans...
    • Le tombeau de Santiago
    • Fernando, Leticia, le nègre Zampayita, les servantes indiennes, Laura avec une fleur plantée entre...
    • Il pleut sur Nantes
    • Barbara (Monique Serf, 1930-1997) 

Il pleut sur Nantes
 Donne-moi la...