• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    À la tombe de Hadidjé-Aziyadé

    Pierre Loti

    «À l'automne 1887, de retour du château de Pelesh, dans les Carpates, où il avait été l'invité de la reine Élisabeth de Roumanie (alias Carmen Sylva en littérature), Loti fait escale trois jours à Istanbul afin d'y accomplir un pèlerinage sur les traces de sa chère Hadidjé-Aziyadé, dont son ancienne esclave Kadidja lui apprend les circonstances de la triste fin. Déguisé en turc, l'amoureux éperdu se fait conduire en chaise à porteurs jusqu'à la tombe de la jeune femme, morte le 19 Zilkadé 1297, c'est-à-dire le 23 octobre 1880. Mais ce deuxième voyage fournit aussi à l'écrivain l'occasion de comparer ce qu'est devenue Istanbul avec ce qu'elle était dix ans auparavant, de déplorer les destructions des maisons traditionnelles, de regretter sa vie d'alors, sa jeunesse et ses amours enfouies. Il a alors trente-sept ans, une existence hors du commun et une grande carrière littéraire s'ouvrent devant lui. Mais Loti se complaît déjà dans la mélancolie*, la déploration, le taedium vitae* post-romantique qui était l'un des traits dominants de son caractère.» (Jean-Claude Perrier dans Pierre Loti, Fantôme d'Orient et autres textes sur la Turquie, Paris, Libretto, 2010, p. 17)
    TurquieAllons, c'est fini, la maison où Aziyadé a fermé les yeux s'est effondrée dans la flamme... Il faut rebrousser chemin devant ces ruines.

    [...]

    En m'allant, je ne regarde plus rien, et je souffre tout au fond de moi-même, d'une sorte de désespérance morne et absolue, sans compensation, sans charme, simplement douloureuse. Le souvenir d'elle, le regret qui vient d'elle, et le remords lourd sont sur moi comme un oppressant manteau de deuil*; en ce moment rien ne m'en distrait plus. Et puis, il y a cette désolante question qui se pose avec une netteté glaciale: à quoi bon ce que je vais faire demain? quel leurre d'enfant que cette visite à sa tombe; est-ce que quelque chose d'elle saura seulement que je suis revenu, aura un peu conscience du baiser que je donnerai à la terre, au-dessus du débris qui fut son corps? Oh! l'amer et irrémédiable chagrin, de ne plus pouvoir jamais, jamais échanger avec elle une seule pensée! Pauvre petite Aziyadé, tant de choses que je n'ai pas su lui dire, et qui me brûlent maintenant, et que je lui dirai là, si on pouvait me la rendre seulement pour quelques minutes, pour un entretien suprême: lui dire que je l'ai aimée plus tendrement encore qu'elle ne le croyait et que je ne le croyais moi-même; lui dire que jamais ne s'éteindra le regret de l'avoir perdue; lui demander pardon de vivre, et d'être encore jeune, et d'aimer encore; lui dire tout cela, et puis la laisser se rendormir dans la terre, après l'adieu* plein d'amour! Mais non, il faudra en rester pour l'éternité sur un malentendu affreusement cruel; bientôt viendra mon heure de mourir aussi, rendant plus irréparable ce malentendu-là, et plus définitif encore ce silence entre nous, parce que toutes ces choses, qui n'avaient pu lui être dites, mais qui vivaient au fond de moi-même, seront mortes avec moi. Et le temps continuera de fuir et nos deux noms s'oublieront séparément...
    (Pierre Loti, o. c., p. 34-35)

    IMAGE
    Aziyadé de face et de profil, dessinée par Pierre Loti
    http://www.dubretzelausimit.com/categorie-10303620.html
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Amitié et deuil
    • Ce que je ressens, à la mort de quiconque, et de façon plus intensément irréfutable à la mort de ce...
    • Menaud
    • Menaud se leva. Devant lui, hurlait la rivière en bête qui veut tuer. Mais il ne put qu'étreindre...
    • Au professeur Lindblom
    • Il fut un temps, cher et malheureux ami. où tu sentais vivement le bien de l'existence; alors le...
    • Le Fils
    • « Le onzième jour après ma mort, Papa est allé porter ma couette à la teinturerie. Monter la rue du...
    • Adieu
    • Depuis longtemps, si longtemps, je redoutais d'avoir à dire Adieu à Emmanuel...
    • Douleur, deuil, mémoire
    • Dénouer unà un les liens, les liens d'amour, mais aussi sans doute de haine, qui nous reliaient à...
    • Veuf
    • 12/01/2012 Veuf, de Jean-Louis Fournier On ne ressent jamais autant la présence de l’autre...
    • Sur la mort d'un enfant
    • L'innocente victime, au terrestre séjour, N'a vu que le printemps qui lui donna le jour. Rien n'est...
    • Aimer et pleurer encore
    • J'avais beau croire que la vérité suprême de la vie est dans l'art, j'avais beau, d'autre part,...
    • Victoria
    • Quelqu'un demande ce qu'est l'amour. On répond: «L'amour, c'est un vent qui murmure dans les...
    • À la mémoire de ...
    • À la mémoire de Claude Philoctète MERCI Nous avons, ta nièce Christine Kaufmann, et moi, ...
    • Ramener nos morts
    • Je m'étonnais sans fin, auprès de la dépouille de mon père, d'être déjà si avidement plongée à la...
    • Perdre sans se perdre
    • «Toutes les pertes importantes subies au cours de notre vie, qu'elles soient affectives (le décès...
    • La robe prétexte
    • Sur la morte on avait jeté, à cause des mouches, un voile de gaze. Déjà il était trop tard pour...
    • L'absent
    • Mon père m'aimait. C'est la seule certitude que je possède. Tout ce dont je sois certaine dans la...
    • La Traversée de la nuit
    • Quand on était debout et qu'on se retrouve en fauteuil roulant, ou quand on a survécu à un...
    • L'accompagnateur
    • Tim Wilson, le réalisateur de Griefwalker (L'accompgnateur), dresse un portrait saisissant de son...
    • Mort d'un ami
    • CHAPITRE IV. MORT D’UN AMI. 7. En ces premières années de mon enseignement dans...
    • Le tombeau de Santiago
    • Fernando, Leticia, le nègre Zampayita, les servantes indiennes, Laura avec une fleur plantée entre...
    • Il pleut sur Nantes
    • Barbara (Monique Serf, 1930-1997) 

Il pleut sur Nantes
 Donne-moi la...