Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

La bonté

Jacques Dufresne
Les hommes naissent bons, c'est la société qui les rend méchants. La même société, devenue consciente de son imperfection, doit redresser le tort qu'elle a fait aux individus au moyen de l'éducation.

    C'est ce mythe rousseauiste de l'homme naturellement bon qui, en dernière analyse, explique la dérive de l'école loin de sa vocation qui est le développement intellectuel, et sa transformation en un instrument de redressement social et moral. L'homme n'est ni foncièrement mauvais, ni foncièrement bon. Un platonicien dira qu'il est un dieu déchu, ayant peine à se ressouvenir des idées qu'il a contemplées avant de prendre chair humaine; un chrétien dira qu'il est atteint du péché originel; un kantien soutiendra que nul n'échappe au mal radical; un éthologiste contemporain expliquera qu'il est un animal inadapté puisqu'à sa naissance, il est privé de l'instinct sûr des animaux, ne possède pour le remplacer qu'une intelligence à l'état d'ébauche.

À lire également du même auteur

Liberté d'expression
C'est toujours une illusion de croire que la liberté d'expression n'est plus mena

Gustave Thibon : notre regard qui manque à la lumière, une synthèse pour un temps sans illusions
Cet article a d'abord paru dans Gustave Thibon, Dossier H, L'Âge d'Homme, Lausanne

Coopération et coopératives: les racines
Texte de la conférence de Jacques Dufresne dans le cadre du Forum coopératif et mutual

Bernard Charbonneau
«Agrégé d’histoire et de géographie, mais aussi grand ami et princi