• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Poésie

    Anthologie-Art

    Jacques Dufresne

    Merveilles du monde
    Le phare d'Alexandrie

    Sostrate Gnidien me fit, pour suppléer,
    Sur les eaux, dans les nuits fécondes en désastres,
    À l'inutilité magnifique des astres.


    C'est alors que des flots dorant les sombres cimes,
    Voulant sauver l'honneur des Jupiters sublimes.
    Voulant montrer l'asile aux matelots rêvant
    Dans son Alexandrie, à l'épreuve du vent,
    La haute majesté d'un phare inébranlable
    À la solidité des montagnes semblable,
    Présent jusqu'à la fin des siècles sur la mer,
    Avec du jaspe, avec du marbre, avec du fer,
    Avec les durs granits taillés en tétraèdres,
    Avec le roc des monts, avec le bois des cèdres,
    Et le feu qu'un titan a presque osé créer,
    Sostrate Gnidien me fit, pour suppléer,
    Sur les eaux, dans les nuits fécondes en désastres,
    À l'inutilité magnifique des astres.
    Source imprimée
    La légende des siècles


    Le temple d'`Éphèse

    Une même forme, une même harmonie peut être rendue par les couleurs, les parfums ou les sons. De la même manière, une même idée, l'idée de justice ou d'harmonie intérieure, peut être présentée soit sous la forme concrète qu'elle prend dans un monument, une loi, une musique, soit sous sa forme abstraite, par le discours philosophique. Dans cet extrait du poème de Hugo, c'est le Temple lui-même qui parle.
    Extrait
    Mes degrés sont les mots d'un code, mon fronton
    Pense comme Thalès, parle comme Platon,
    Mon portique serein pour l'âme qui sait lire,
    À la vibration pensive d'une lyre,
    Texte
    Ma symétrie auguste est sœur de la vertu [...]
    Moi, le temple, je suis législateur d'Éphèse;
    Le peuple en me voyant comprend l'ordre et
    s'apaise;
    Mes degrés sont les mots d'un code, mon fronton
    Pense comme Thalès, parle comme Platon,
    Mon portique serein pour l'âme qui sait lire,
    À la vibration pensive d'une lyre,
    Mon péristyle semble un précepte des cieux;
    Toute loi vraie tant un rythme harmonieux,
    Nul homme ne me voit sans qu'un dieu l'avertisse;
    Mon austère équilibre enseigne la justice;
    Je suis la vérité bâtie en marbre blanc;
    Le beau, c'est, ô mortel, le vrai plus ressemblant.
    Source imprimée
    La légende des siècles
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.