• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Technique

    André Lebeau et l'engrenage de la technique

    Daniel Cérézuelle
    Quelques auteurs lucides et courageux osent parfois affirmer que l'humanité est aux portes de la nuit, qu'il n'y pas de solution prévisible aux problèmes résultant de la croissance démesurée. Quand ces auteurs sont des scienfitiques qui analysent froidement la situation, on éprouve le besoin de s'arrêter pour se demander où et comment l'humanité trouvera l'inspiration nécessaire pour limiter les effets des inévitables implosions, sociales et environnementales. André Lebeau, dont Daniel Cérézuelle commente ici le dernier livre, L’engrenage de la technique, essai sur une menace planétaire, est l'un de ces scientiques.


    Des espoirs mal placés
    Face à la montée des risques environnementaux de tout ordres, aux inégalités économiques qui divisent et opposent les sociétés de la planètes, et aux difficultés énergétiques qui s’annoncent, de plus en plus nombreux sont aujourd’hui les esprits qui s’inquiètent des orientations de notre civilisation industrielle et technique et qui mettent leurs espoirs dans la recherche d’un nouveau modèle de développement, qui serait à la fois durable et équitable. Sous des formes plus ou moins radicales, la plupart de ces esprits généreux cherchent des remèdes au mal-développement dans deux directions complémentaires. D’une part, impulser une nouvelle politique économique capable de mettre fin à la domination du profit et du court terme pour favoriser une meilleure répartition mondiale des ressources de l’économie industrielle. D’autre part, stimuler des démarches de Recherche et Développement visant à éliminer les contreparties environnementales non désirables du progrès technique et industriel. Que l’on fasse confiance (surtout à droite) aux mécanismes du marché, ou qu’on en appelle (surtout à gauche) à la capacité régulatrice de l’Etat, ou enfin que l’on combine ces deux approches dans des proportions très diverses, dans tous ces cas on compte sur les nouvelles technologies et sur un meilleur emploi, plus efficace, plus rationnel et plus juste, des forces productives pour résoudre les problèmes du mal développement moderne.

    Pour André Lebeau 1 ces espoirs sont mal placés. Ni la voie « politique » de l’instauration de nouvelles règles du jeu économique, ni la voie « scientiste » de la mise au point de nouvelles technologies industrielles, ni la combinaison des deux ne sont à la hauteur des défis que nous avons à affronter. Selon cet auteur, en effet, c’est pour des raisons internes, structurelles, et non sociales, que le système technique d’appropriation du monde que les hommes ont mis au point au cours de leur histoire bute désormais sur des limites physiques et biologiques, probablement infranchissables, qui sont celles des capacités de l’écosphère terrestre à soutenir la vie. Pour éviter les crises à venir il ne s’agit plus de partager autrement les fruits de la puissance technique et industrielle. Les soi-disant nouvelles technologies, qui ne sont qu’un prolongement d’un système technique dont elles dépendent et dont elles ne sauraient changer la nature profonde, n’offrent pas non plus une alternative suffisante pour poursuivre le développement de notre économie industrielle. Même sous la variante du « développement durable », notion contradictoire et mystificatrice selon Lebeau, l’idée d’un développement économique indéfini des forces productives n’est pas viable. Notre système technique bute sur la finitude de notre monde ; les conditions qui ont rendu possible le développement industriel des trois dernier siècles ne peuvent se maintenir ; l’humanité va devoir affronter une réduction de ses ressources énergétiques et donc de sa capacité industrielle ; c’est toute notre civilisation matérielle et les fondements de notre économie qu’il va falloir réformer. Entreprise très difficile puisqu’elle consistera en partie à mettre des freins aux grandes logiques qui ont présidé à la construction de l’appareillage industriel de l’humanité, et parfois même à aller à rebours de cet engrenage de la technique qui nous pousse dans une impasse.

    Droit dans le mur
    Certes, l’affirmation que de nombreux problèmes peuvent être résolus par la technique n’est pas dépourvue de fondement, comme en témoigne d’ailleurs le passé de l’espèce humaine. La question est de savoir comment ne pas pousser trop loin l’optimisme. Selon André Lebeau, « Nous vivons l’instant singulier, dans l’histoire de l’espèce, où de toutes parts elle se heurte aux limites de la planète.[…] Littéralement parlant, nous allons dans le mur, mais rien ou presque rien ne manifeste encore le caractère inéluctable de la violence et du choc.»(p. 220). Laissée à elle-même, la dynamique de l’évolution technique nous expose nécessairement à des tensions environnementales et à des contradictions sociales qui peuvent rapidement conduire notre civilisation technicienne aux « portes de la nuit », puisque tel est le titre du dixième et dernier chapitre de ce livre. En effet il découle de la nature profonde de notre système technique que son expansion toujours accélérée engendre diverses tensions interdépendantes.

    Ces tensions résultent d’abord de l’impasse énergétique dont Lebeau fournit une analyse très claire et bien documentée. Il est clair que l’échéance de l’épuisement des ressources pétrolières est proche or, « en l’état de la technique il n’existe aucune solution globale à long terme au problème de la source d’énergie primaire. (p. 223) ». Si l’on n’accède pas –et c’est le plus probable- à la maîtrise de nouvelles sources d’énergie, notre le système technique sera confronté à une réduction massive de l’énergie consommée, ce qui va créer des tensions sociales et politiques qui vont perturber l’équilibre du monde. « Le rapprochement que l’on peut faire entre les quantités consommées, l’accélération prévisible et l’estimation des réserves présentes dans l’environnement montre, quelles que soient les incertitudes, que l’épuisement est une perspective extraordinairement proche à l’échelle du temps des sociétés humaines, un siècle tout au plus. » (p. 144). Par ailleurs des tensions vont être produites par l’aggravation du processus de réchauffement climatique qui résulte du fonctionnement normal de notre système technique. Ici le problème n’est pas tant l’ampleur de l’évolution climatique présente (il y en a eu d’autres dans le passé terrestre) que sa rapidité qui dépasse la capacité d’adaptation des espèces et risque d’entraîner une baisse sans précédent de la bio-diversité. Il est clair que dans un tel contexte tout va pousser à l’exacerbation des conflits entre groupe sociaux pour la maîtrise des ressources.
    Si ces risques résultaient seulement d’une orientation récente et passagère de l’évolution technique, il n’y aurait que demi-mal ! Mais les impasses qui s’annoncent s’inscrivent dans la droite ligne d’une évolution technique millénaire qui pèse sur notre présent de tout le poids de ses acquis pour maintenir sa direction. Tout nous pousse à poursuivre notre marche en avant. L’analyse scientifique des conditions du progrès millénaire de la technique conduit à constater que la poursuite de cette évolution technique conduit à une impasse. On retrouve ici l’idée de Jacques Ellul pour qui le système technicien n’est pas capable de rétroaction.

    Pourtant, selon Lebeau il n’y a pas d’échappatoire qui permettrait à l’humanité de poursuivre dans la voie qu’elle suit depuis si longtemps. En particulier il serait utopique de mettre nos espoirs dans une « diaspora spatiale », dans l’idée que la conquête de l’espace nous permettra d’échapper à l’enfermement planétaire. Ici Lebeau qui a occupé de hautes fonctions au Centre national d’Etudes Spatiales, connaît de première main ce dont il parle et peut affirmer avec autorité que « Au total, la diaspora spatiale, cette belle utopie, l’une des dernières qui nous restent, ne nous offre pas l’espoir d’échapper au destin terrestre qui régit le comportement de l’humanité.»(p.254).

    En fin de compte, seuls des mécanismes culturels peuvent faire contrepoids pour résister à la fuite en avant vers le mur et infléchir dans une nouvelle direction l’évolution de notre système technique. Mais la mise en place en temps voulu d’une nouvelle politique de la technique suppose des conditions qui sont loin d’être garanties. Non seulement faudrait-il que les hommes aient une idée claire des causes de l’impasse actuelle, mais encore faudrait-il aussi qu’ils aient la volonté, voire plus fondamentalement, la capacité, à réorganiser leurs comportements collectifs sur de nouvelles bases. Ici Lebeau nous prévient que la capacité d’adaptation de l’espèce est limitée par ce qu’il considère comme deux invariants anthropologiques. Il estime que la nécessaire réorientation de l’activité technique de l’humanité va buter d’une part sur « la tendance de l’espèce à se constituer en groupes dotés d’une hiérarchie et qui s’opposent les uns aux autres pour les ressources et pour l’espace » (p.240) et d’autre part sur la tendance à la « préférence parentale ». Bref, il faudrait que l’homme se mette à vivre à rebours de ce qui, jusqu’à maintenant, a été sa nature.

    Un livre qui se veut à la fois neutre et engagé
    Ce livre, sérieusement documenté et rigoureusement argumenté, écrit par un scientifique qui fut aussi un haut fonctionnaire se veut neutre, tout au moins dans sa méthode. Lebeau se fixe comme règle de s’en tenir aux faits et de ne pas sortir des limites de la stricte objectivité scientifique. Pour cela il cherche à mettre en perspective les différents constats que pourrait faire un ingénieur sur l’origine, l’évolution et les limites du système technique contemporain. Il procède donc à une analyse interne du phénomène technique, sans s’embarrasser de la prise en considération de ses dimensions sociales, culturelles, économiques, politiques ou épistémiques. On peut être réticent quant à la définition trop matérialiste adoptée par l’auteur « la technique est par essence un ensemble d’actions portant sur la matière »(p.52) définition réductrice qui laisse de côté l’importance des dimensions organisationnelles et sociales de la technique (dimensions soulignées par Lewis Mumford avec la notion de mégamachine, et par Jacques Ellul avec la notion d’organisation). Par ailleurs on peut légitimement critiquer la civilisation industrielle à partir d’autres points de vue : celui de la liberté, de la sensibilité, de la responsabilité etc. Cependant l’étroitesse délibérément choisie de cette techno-logie naturaliste, voire positiviste, a un avantage pédagogique non négligeable : elle permet d’élaborer une critique de la technique moderne du point de vue de l’ingénieur, qui est celui de l’efficience. Elle explique pourquoi l’entreprise technicienne a été possible, pourquoi les conditions physiques qui ont fait que ça a marché jusqu’à présent font que ça ne pourra pas marcher beaucoup plus longtemps, et elle permet d’identifier certaines des forces qui font obstacle à une réorientation du système technique.
    Il n’en reste pas moins que si ce livre est intéressant et instructif c’est parce qu’il n’est pas vraiment neutre. En dépit de ses précautions, l’engagement moral d’André Lebeau est constamment sous-jacent et perceptible. Quoi qu’il en dise, tirer la sonnette d’alarme, ce n’est pas un acte purement scientifique. S’il a écrit ce livre ce n’est pas seulement parce qu’il est un scientifique à la fibre philosophique, c’est aussi et surtout parce qu’il se sent responsable et solidaire des hommes d’aujourd’hui et de demain. Tout le livre est guidé par le souci implicite de leur éviter de s’engouffrer au-delà des « portes de la nuit » au risque de perdre leur humanité, et de leur proposer des outils conceptuels qui leur permettront d’aborder la crise qui s’annonce et de mettre en œuvre les réorientations nécessaires. Faute d’une compréhension des logiques matérielles à l’œuvre dans la longue durée, les réponses à cette crise risquent d’être non seulement inefficaces mais aussi nuisibles. Le travail accompli par Lebeau va donc au delà du souci de savoir et de comprendre, c’est aussi un geste éthique. Et cela pour deux raisons. Premièrement, il ne peut y avoir de « crise » du système technique ou bien de « portes de la nuit » que par rapport à l’homme et à des valeurs spirituelles ; la nature rétablira toujours ses équilibres à elle. C’est bien parce qu’il est attaché a des valeurs humaines que Lebeau est capable de percevoir que la crise du système technique est porteuse de « risques » : soit disparition de l’humanité, soit instauration de conditions déshumanisantes. Et c’est parce que la réalisation de ces risques est incompatible avec son éthique personnelle qu’il se met au travail. Sans ce souci moral d’éclairer ces risques, Lebeau n’aurait pas pu sélectionner les faits pertinents, les ordonner et de leur donner une cohérence. Deuxièmement, Lebeau est parfaitement conscient que si la science peut aider à comprendre pourquoi nous sommes au pied du mur, elle ne peut nous dire comment le franchir. Son essai, écrit-il, « n’est pas tourné vers l’action » (p.261). Non que l’action soit superflue. Au contraire, il découle de tout le livre qu’elle est nécessaire, voire urgente. Mais, à rebours de l’idéologie scientiste qui du socialisme « scientifique », à « l’écologie politique », a engendré d’innombrables « méthodes » porteuses d’une « nouvelle alliance » prétendant déduire la morale (et la politique) de la science, le devoir être de la connaissance de ce qui est, Lebeau a la rare sagesse de reconnaître que si l’analyse scientifique est nécessaire pour comprendre notre situation, elle ne suffit pas pour orienter l’action. « Le choix d’une fin à l’action suppose un choix de valeurs, une attitude morale, qu’ils soient ou non explicites. Quelle fin veut-on assigner à l’existence de l’humanité autre que celle de durer ? Ce n’est pas une interrogation à laquelle l’observation de la nature, amorale et indifférente à l’homme, peut apporter une réponse » (261). Le livre de Lebeau s’achève donc sur un appel implicite à clarifier les principes d’une nouvelle politique de la technique qui préserverait la possibilité d’une existence pleinement humaine. Il est évident qu’il a des idées sur cette question non-scientifique. On aimerait les connaître.

    Sur le fond, et bien que de manière surprenante il ne cite jamais cet auteur, le livre d’André Lebeau réactualise et complète les analyses de Jacques Ellul. Il confirme que la maîtrise de technique est bien cet enjeu du siècle dont nous avertissait Ellul il y a cinquante ans : maîtrise difficile, qui se heurte à une autonomisation croissante du système technique global : « la technique engendre sa propre évolution » (p. 169). Comme Ellul, Lebeau insiste sur les dimensions informationnelles de l’accélération technique et en particulier sur le rôle de l’informatisation qui favorise l’autonomisation des artefacts et leur évolution de plus en plus rapide vers une complexité croissante. A mon avis, c’est lorsqu’il procède au croisement de la techno-logie générale et de l’éco-logie que la contribution d’André Lebeau est la plus originale. L’ensemble est toujours intéressant et clair. Nuancé, peu suspect de technophobie, ce livre fournit une excellente propédeutique à la philosophie de la technique et, à mon avis, il devrait être mis au programme de tous les étudiants en science et en technologie.

    1. Lebeau , André : L’engrenage de la technique, essai sur une menace planétaire. Gallimard, Paris 2005. 266p..
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Daniel Cérézuelle
    Mots-clés
    Développement durable, énergie, Jacques Ellul
    Extrait
    « Pour André Lebeau ces espoirs sont mal placés. Ni la voie « politique » de l’instauration de nouvelles règles du jeu économique, ni la voie " scientiste " de la mise au point de nouvelles technologies industrielles, ni la combinaison des deux ne sont à la hauteur des défis que nous avons à affronter. »
    Documents associés
    Jacques Dufresne
    Jacques Dufresne
    Machine, religion, vie, Darwinn
    Jacques Dufresne
    armes, prédation, domination
    Arnold Gehlen
    L'organique, les techniques de remplacement
    Jacques Dufresne
    Progrès
    Alain
    Réflexion, précipitation, action
    Ivan Illich
    Réalité, sens, perception
    Jacques Dufresne
    Le phénomène technique, le système technicien
    Ivan Illich
    Révélation, perte du sens du réel

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.