Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Technique

Pour Oswald Spengler, auteur de L'homme et la technique (1931), la technique c'est la main armée. Sa thèse est que grâce à son intelligence, elle-même associée à l'articulation oeil/main, l’homme a pu se retrouver dans la position du prédateur des prédateurs et, tout au long de son histoire, de maître de la technique, entendue comme stratégie de survie et de domination.

Dans La question de la technique (1954), Heidegger précise que le mot grec technê ne désigne pas seulement le « faire » de l'artisan et son art, mais aussi l'art au sens élevé du mot et les beaux-arts. La technê fait partie du produire, de la poiêsis; elle est poiétique. Quant à la technique moderne, elle est pour Heidegger une provocation, un « arraisonnement » par lequel la nature est mise en demeure de livrer une énergie qui puisse comme telle être extraite et accumulée... Par comparaison, le travail du paysan ou celui de l'artisan, qui s'apparentent à la technê, ne provoquent pas la terre cultivable...

Dans sa première définition de la technique (1954), Jacques Ellul distingue l’opération du phénomène. L’opération technique recouvre tout travail fait avec une certaine méthode, en vue d'atteindre un certain résultat. « Le phénomène technique est la préoccupation de l’immense majorité des hommes de notre temps de rechercher en toutes choses la méthode absolument la plus efficace. » La technique - en tant qu’opération comme en tant que phénomène - constitue un système, expliquera plus tard Ellul.

Essentiel

La technique, selon Jacques Ellul, constitue un système, c'est-à-dire un ensemble d’éléments en relation les uns avec les autres de façon telle que toute évolution de l’un provoque une évolution de l’ensemble et que toute modification de l’ensemble se répercute sur chaque élément. Le premier caractère du système technicien est l'autonomie. Cela veut dire que la technique ne dépend finalement que d’elle-même, qu’elle trace son propre chemin, qu’elle est un facteur premier. En conséquence, c'est l'homme qui doit s'adapter à la technique et non l'inverse. Elle a permis à l'homme de maîtriser la nature, pour devenir elle-même une seconde nature dont l'homme subit désormais les assauts et à laquelle il doit s'adapter.

* * *


Le propre de la pensée technicienne, selon Alain, est qu'elle essaie avec les mains (ou leurs prolongements) au lieu de chercher par la réflexion.

Articles


André Lebeau et l'engrenage de la technique

Daniel Cérézuelle
Quelques auteurs lucides et courageux osent parfois affirmer que l'humanité est aux portes de la nuit, qu'il n'y pas de solution prévisible aux problèmes résultant de la croissance démesurée. Quand ces auteurs sont des scienfitiques qui analyse

Hommage à Jacques Ellul

Ivan Illich
La thèse d'Illich est que la technique occupe la place de la religion, et que cette mutation s'est opérée à l'intérieur même du christianisme.

L'humanité à l'ère de la technique

Arnold Gehlen
Un point de vue sur la technique plus optimiste que ceux de Ellul ou Heidegger.

La conception de Mumford

Jacques Dufresne
Typiquement amércain en cela, Mumford a été pendant la plus grande partie de sa vie plus optimiste que Spengler ou Ellul pour ce qui est des rapports de l'homme avec la technique. Il a cru que l'homme pourrait la remettre à sa place. À la fin de

La conception de Spengler

Jacques Dufresne
. Autant Spengler admire l?homme prédateur primitif qui met à contribution son regard d?aigle et ses mains d?artisan pour assurer sa survie et celle de son espèce, dans le cadre restreint où il est exposé à la plus dure nécessité biologique,

La course vers l'automobile

Jacques Dufresne
On oublie trop facilement qu'il est possible de s'opposer au caractère inéluctable du progrès technique.

Le devoir d’imprévoyance

Jacques Dufresne
Texte de la conférence d'ouverture du colloque international "Génomique-génoéthique et anthropologie" (Université de Montréal, 22 octobre 2004). Voir le site web du colloque.

Sens de la réalité

Ivan Illich
Illich se réclame d'Ellul pour poursuivre le même combat contre la technique inhumaine.

Est-ce la faute à la technique ?

Pierre-Jean Dessertine
Un certain nombre de mouvements citoyens imputent au progrès technique la responsabilité de la crise écologique et de civilisation que nous vivons aujourd’hui. Ils pensent que c’est par une réflexion critique s

Dossiers connexes