Hélas! le crime paie

Jacques Dufresne

La difficulté pour ceux qui sortent de prison est double: ils doivent réintégrer la communauté, mais celle-ci doit aussi être prête à les recevoir.

Les plus grands pauvres de la société sont ceux qui se sont enrichis de façon criminelle et qui ont tout perdu lorsqu'ils ont été emprisonnés : les vendeurs de drogues. Aux jours fastes, ils gagnaient 2 000$ ou davantage par semaine. Comment les empêcher de retomber dans la filière, comment les amener à se contenter d'un faible revenu lorsque, leur peine terminée, ils se réintègrent à la société? « Une seule façon, répond le sociologue Alain Roy, leur présenter un autre code de valeurs, les faire sortir de la société de consommation. La richesse que leur apportait leur acte criminel, ils l'ont payée durement par l'emprisonnement, la perte de la liberté. Ils tiennent à la liberté retrouvée. Il faut leur montrer que cette liberté est d'abord quelque chose d'intérieur, et que les biens de consommation qu'ils accumulaient les entraînaient dans le cercle vicieux qui les a conduits en prison. Ils vendaient leurs drogues pour pouvoir consommer des choses dont ils avaient à peine le temps de jouir. Les vraies valeurs, les vrais biens, ils doivent les découvrir : les relations avec les autres, les liens amoureux ou amicaux, la liberté de circuler, les loisirs au grand air. Des mois ou des années de réclusion ou de réflexion peuvent les conduire à faire plus facilement qu'on croit ce changement de valeurs... Je connais d'anciens toxicomanes qui vivent de rien dans la nature et qui n'échangeraient plus cette vie pour celle qu'ils ont connue antérieurement ».

Autres articles associés à ce dossier

Repas de pauvres

Charles-Louis Philippe

Extrait du roman Charles Blanchard (Paris, Éd. de Nouvelle revue française, 1913). Le père du petit Charles Blanchard est mort; sa mère vit misé

Quand la misère chasse la pauvreté

Majid Rahnema

Le sort des miséreux dans les sociétés économicisées rappelle à bien des égards celui de ces personnages embarqués à bord de vieux bateaux su

La puissance des pauvres

Hélène Laberge

Voici un essai destiné à connaître une longue carrière tant à cause du passé insolite des deux auteurs, que rien ne destinait à se connaître,

La pauvreté

Léon Bloy

Seul Villon, qui a lui aussi passé sa vie dans la pauvreté, aurait pu trouver grâce aux yeux de Léon Bloy, qui connut une vie de misère indescrip

La pauvreté

Majid Rahnema

Conférence prononcée par Majid Rahnema, dans le cadre du Colloque Philia/L'Agora, le 18 octobre 2003, à Orford au Québec.

Les statistiques

Jacques Dufresne


L'autonomie

Jacques Dufresne

L'heureuse pauvreté selon Charles Péguy

Les pauvres gens

Victor Hugo


Un pauvre riche

Jacques Dufresne


À lire également du même auteur

Passeport vaccinal : libérateur ou liberticide ?
La réponse dépend de la conception que l’on a de la liberté

Quel sort attend les trésors du passé ?
Ne conviendrait-il pas, pour les conserver vivants, de les rassembler dans une polythèque id&

Serge Bouchard et l'Agora
Autour de Serge Bouchard, un consensus sans amalgames

Marie de l’Incarnation telle qu’en elle-même
En lien avec un article de Carl Bergeron dans le numéro du printemps 2021 de la revue Argumen

Robert Lepage ou le complexe d’Héphaïstos
Contre la technique, tout contre

Yves Martin : le plus humain des hauts fonctionnaires
Un homme dont il faudra se souvenir pour achever une grande oeuvre dans l'esprit où il l&

Le nouveau Vieux Couvent de Neuville
Un bâtiment rénové de l'intérieur et de l'extérieur

La révolution du direct
Titre: La révolution du direct. Sous-titre: l'informatique comme méta profession.




Nos suggestions