De l'imitation de la nature

Jean le Rond d'Alembert
La première opération de la réflexion consistant à rapprocher et à unir les notions directes, nous avons du commencer, dans ce discours, par envisager la réflexion de ce côté-là, et parcourir les différentes sciences qui en résultent. Mais les notions formées par la combinaison des idées primitives ne sont pas les seules dont notre esprit soit capable; il est une autre espèce de connaissances réfléchies dont nous devons maintenant parler: elle consiste dans les idées que nous nous formons à nous-mêmes, en imaginant et en composant des êtres semblables à ceux qui sont l'objet de nos idées directes: c'est ce qu'on appelle l'imitation de la nature, si connue et si recommandée par les anciens. Comme les idées directes qui nous frappent le plus vivement sont celles dont nous conservons le plus aisément le souvenir, ce sont aussi celles que nous cherchons le plus à réveiller en nous par l'imitation de leurs objets. Si les objets agréables nous frappent plus étant réels que simplement représentés, ce qu'ils perdent d'agrément en ce dernier cas est en quelque manière compensé par celui qui résulte du plaisir de l'imitation. A l'égard des objets qui n'exciteraient, étant réels, que des sentiments tristes ou tumultueux, leur imitation est plus agréable que les objets mêmes, parce quelle nous place à cette juste distance où nous éprouvons le plaisir de l'émotion sans en ressentir le désordre.

C'est dans cette imitation des objets capables d'exciter en nous des sentiments vifs ou agréables, de quelque nature qu'ils soient, que consiste, en général, l'imitation de la belle nature, sur laquelle tant d'auteurs ont écrit sans en donner d'idée nette, soit parce que la belle nature ne se démêle que par un sentiment exquis, soit aussi parce que, dans cette matière, les limites qui distinguent l'arbitraire du vrai ne sont pas encore bien fixées et laissent quelque espace libre à l'opinion.

A la tête des connaissances qui consistent dans l'imitation, doivent être placées la peinture et la sculpture, parce que ce sont celles de toutes où l'imitation approche le plus des objets qu'elle représente et parle le plus directement aux sens. On peut y joindre cet art, né de la nécessité et perfectionné par le luxe, l'architecture, qui, s'étant élevée par degrés des chaumières aux palais, n'est, aux yeux du philosophe, si on peut parler ainsi, que le masque embelli d'un de nos plus grands besoins. L'imitation de la belle nature y est moins frappante et plus resserrée que dans les deux autres arts dont nous venons de parler; ceux-ci expriment indifféremment et sans restrictions toutes les parties de la belle nature, et la représentent telle qu'elle est, uniforme ou variée; l'architecture, au contraire, se borne à imiter, par l'assemblage et l'union des différents corps qu'elle emploie, l'arrangement symétrique que la nature observe plus ou moins sensiblement dans chaque individu, et qui contraste si bien avec la belle variété de tout ensemble.

Autres articles associés à ce dossier

L'idéal méconnu de l'art hollandais

Fromentin Eugène

Dans ce très beau texte, Fromentin nous rappelle ce qui fait la dignité de la peinture hollandaise, déclassée au rang d''art bourgeois, platement

Voir le concept de l'art

Josette Lanteigne

Sur l'aspect didactique de l'art contemporain. Mais sommes-nous prêts à écouter ses leçons?

L'avenir de l'art

Simone Weil

Voilà qui met fin à toute critique de l'art.

L'art dans l'éducation

Pierre Coubertin


Du classique

André Suarès

Où on voit que le mot «classique» peut avoir un sens positif ou négatif car ce qui compte, ce n'est pas que ce soit classique ou pas, figuratif ou

Décadence de l'art à Rome du temps de Pline l'Ancien

Pline l'Ancien

On chercherait en vain dans l'Histoire naturelle de Pline l'ancien une théorie sur l'art ou quelque chose qui s'apparente à une esthétique personne

Sur le rôle de l’art

Remy de Gourmont


Citations sur l'art

Jacques Parent

«La science manipule les choses et renonce à les habiter.» (Merleau-Ponty) L'art parvient-il à le faire? Chacune des citations rassemblées ici es

À lire également du même auteur

Ses voyages
Deuxième partie de l'éloge de Montesquieu, par d'Alembert, paru sous le titre "Éloge de Mons

Portrait de l'homme
Dernière partie de l'Éloge de Montesquieu par D'Alembert paru en tête du cinquième volume de L'E

Les Considérations
Troisième partie de l'éloge de Montesquieu, par d'Alembert, paru sous le titre «Éloge de Monsieu

L'Esprit des lois et sa défense
Quatrième partie de l'éloge de Montesquieu, par d'Alembert, paru sous le titre "Éloge de Mon

Éloge de Montesquieu publié dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert
«Nous regardons comme une des plus honorables récompenses de notre travail l'intérêt particulier

De la science
Extrait du Discours préliminaire de L'Encyclopédie dans lequel D'Alembert présente les grands pri




Nos suggestions