• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Justice

    De la règle de droit à la philia

    Jacques Dufresne
    Réflexions de Jacques Dufresne en marge du Symposium sur l'accès à la justice, organisé par le ministère fédéral de la Justice en avril 2000.

    Telle qu'elle est généralement posée sur la place publique, la question de l'accès à la justice est un éloge voilé de l'institution juridique. Pourquoi plaint-on les justiciables qui n'ont pas accès à cette institution, pourquoi veut-on les aider sinon parce qu'on les estime privés d'un bien précieux. Quel est au juste ce bien, est-il aussi précieux qu'on le donne à entendre?
    Vous aurez remarqué que j'ai remplacé le mot justice par le mot institution juridique, laquelle englobe les tribunaux, les lois et règles de droit, les professions juridiques. Quand on emploie le grand mot justice dans ce cas, on sème la confusion dans les esprits et on tient des propos mensongers sur l'idée de justice. L'institution juridique est un moyen, certes important, d'accéder à la justice, mais elle n'est qu'un moyen parmi d'autres. Les Églises et les États, les sociétés elles-mêmes sont aussi aptes à jouer ce rôle.
    Si les citoyens n'ont pas accès à l'institution juridique, elle, en revanche, a accès aux citoyens, elle comporte des prolongements de tous genres, on est tenté de dire tentacules, par quoi elle s'infiltre dans de nombreuses activités. Elle est désormais présente dans les actes les plus importants et les plus intimes de la vie: la procréation et la mort. Les actes de naissance et les testaments existent depuis longtemps, mais jamais les experts en droit et en médecine n'avaient eu un rôle plus important que celui du père, pour ce qui est de la procréation artificielle et de la famille au complet, pour ce qui est de la mort à l'hôpital. Chacun peut aussi noter que de plus en plus d'enfants connaissent leurs droits avant de savoir lire et écrire, que par crainte des poursuites judiciaires, les professeurs gardent la porte de leur bureau ouverte. Ce sont là autant d'indices du caractère envahissant de l'institution juridique. Je vous renvoie à mes propres travaux. (Voir les dossiers Justice et Droit)
    Je n'ajouterai qu'une anecdote qui vous rappellera les origines américaines de ce fléau, désormais canadien et bientôt universel. L'été dernier un de mes neveux était sur une plage du New Hampshire avec sa femme et leurs deux enfants. Pendant qu'il aidait son garçon de six ans à construire un château de sable, surgit un jeune yankee du même âge. Agressif, sûr de ses droits, ce frontier child menace de détruire le chef d'œuvre. Le père, haussant la voix, lui donne à entendre que son geste aura des conséquences. Rien n'y fait, d'un coup de pied, le château de sable est détruit. Le père s'approche alors du jeune vandale, il ne le maltraite d'aucune manière, se limitant à le tenir par les poignets, persuadé que les parents quand ils arriveraient, lui donneraient raison. La mère arrive effectivement, mais en furie contre cet étranger qui a osé mettre la main sur son enfant, ce que les lois du New Hampshire interdisent formellement. S'ensuit une rocambolesque histoire policière. L'agent de sécurité de la plage s'estimant dépassé par les événements fait appel à un véritable policier qui doit venir de la ville voisine. Après deux heures de négociations ardues, mon neveu échappe de justesse à une coûteuse poursuite, mais il est obligé de présenter ses excuses à l'enfant. Faut-il s'étonner qu'avec de telles lois et dans un tel climat, les tribunaux soient encombrés?
    Il apparaît ainsi que l'institution juridique est elle-même, dans une mesure qu'il nous reste à déterminer, responsable de la demande de services juridiques. La critique de ce processus par lequel une institution crée elle-même la demande qu'elle va satisfaire ensuite a été très bien faite dans le cas de la médecine. Je pense ici à la Némésis Médicale d'Ivan Illich, mais aussi aux travaux antérieurs de Schipkowensky sur les maladies iatrogènes. Dans le monde francophone, cette critique fait partie depuis Molière de la grande tradition culturelle, voire de la culture populaire. Knock ou le triomphe de la médecine de Jules Romains a tenu la scène pendant vingt ans à Paris, au début du siècle. Dans cette pièce, on voit l'institution médicale représentée par le médecin et le pharmacien d'un village, agissant de concert pour se créer une clientèle nombreuse et fidèle. L'homme en santé, proclament-ils, est un malade qui s'ignore.
    Certes, l'avocat a été lui aussi malmené par les auteurs dramatiques, notamment dans La Tête des autres de Marcel Aymé, mais sans pouvoir le démontrer de façon formelle, je crois être en droit d'affirmer que l'institution juridique a été beaucoup moins analysée sous l'angle qui nous intéresse, que ne le fut l'institution médicale, de sorte que l'on connaît moins bien les griefs nomikogènes que l'on ne connaît les maladies iatrogènes. Si l'homme en santé est un malade qui s'ignore, dans nos sociétés aussi judiciarisées que médicalisées, l'honnête citoyen est un criminel qui s'ignore. Encore récemment au Québec, la réputation d'un professeur a été à jamais salie par les accusations d'agression sexuelle d'une fillette et de sa mère. Le tribunal a disculpé le professeur, un homme respecté de tous ses élèves depuis 35 ans, mais en vain. La réputation de l'accusé avait été irrémédiablement atteinte.
    Vous pourriez m'objecter que les chartes de droits, en tant que moyen de produire artificiellement des griefs, ont fait l'objet d'une multitude d'études et de commentaires. Je répondrais que c'est l'institution juridique qui est le plus souvent à l'origine de ces critiques; ce qui a comme conséquence de nous faire oublier le fait que les chartes de droits sont apparues dans le cadre d'une logique que la dite institution a elle-même instaurée.
    On me reprocherait avec raison d'être simpliste si je prétendais pouvoir expliquer la demande de services juridiques uniquement par le pouvoir qu'exerce l'institution juridique. Comme nous pouvons le constater chaque jour, il s'agit d'un phénomène complexe dans lequel les médias, la population et les parlements jouent souvent un rôle déterminant. Huit enfants, sur deux milliards, meurent dans l'un de ces accidents d'autobus scolaire, que le nombre de véhicules en circulation rend pratiquement inévitable, de temps à autre. Avec la complicité d'un large public, les médias font de ce fait divers une tragédie telle qu'il pourrait très bien en résulter une loi obligeant les fabricants d'autobus scolaires à tourner les sièges vers l'arrière.
    C'est ainsi que fonctionne la machine à fabriquer des lois et règlements. D'où ce commentaire souvent cité du juriste français Jean Carbonnier : À peine apercevons-nous le mal que nous exigeons le remède; et la loi est, en apparence, le remède instantané. Qu'un scandale éclate, qu'un accident survienne, qu'un inconvénient se découvre: la faute en est aux lacunes de la législation. Il n'y a qu'à faire une loi de plus. Et on la fait. Il faudrait beaucoup de courage à un gouvernement pour refuser cette satisfaction de papier à son opinion publique.
    Il y a quelques années, lors du débat public sur le projet de loi visant à interdire la vente des fromages de lait cru, j'ai interrogé un expert sur l'origine des lois tatillonnes qui existaient déjà dans ce secteur. Il m'a expliqué que plusieurs d'entre elles avaient été votées à la hâte à la suite d'un fait divers comme l'accident de Nicolet et qu'elles étaient demeurées en vigueur par inertie, même si aujourd'hui personne n'en verrait la nécessité.
    Je maintiens donc mon diagnostic de 1987 : la règle de droit se répand de plus en plus à la manière des cellules cancéreuses, envahissant simultanément la sphère de la sociabilité spontanée et celle de la morale. Certains diront plutôt, et il y là plus qu'une simple nuance, que la règle de droit remplit un vide laissé d'un côté par la dislocation des mœurs, et de l'autre par la dissolution de la morale. La justice populaire, en effet, n'existe plus en aval en tant qu'instrument de prévention, et en amont, la morale qui pourrait contenir les excès a perdu une grande partie de sa cohérence et de son efficacité.
    Je pourrais citer de nombreux auteurs à l'appui de ce diagnostic, Jacques Grand'Maison, Guy Rocher et George Grant, notamment.
    Mais mon but premier aujourd'hui n'est pas le diagnostic, mais le remède. S'il m'a paru nécessaire de rappeler le diagnostic, c'est pour qu'il apparaisse clairement que vouloir faciliter l'accès à l'institution juridique, quand on laisse se multiplier les occasions de litiges, c'est comme verser de l'eau dans un tonneau sans fond.
    Il faut d'abord s'attaquer aux causes du problème. Si, comme nous venons de le constater, l'institution juridique n'est pas la seule cause de la multiplication des litiges, sa responsabilité n'en est pas moins très lourde. C'est à l'institution juridique qu'il appartiendrait d'élever la voix chaque fois qu'un parlement s'apprête à voter une loi pour des raisons démagogiques. Elle ne devrait d'ailleurs pas avoir à le faire puisqu'elle est sur représentée dans la plupart des gouvernements. On a plutôt le sentiment que par une espèce d'instinct corporatif, les juristes au pouvoir ne font rien qui puisse nuire au pouvoir de l'institution juridique vers laquelle ils espèrent retourner. Un témoin de la scène m'a raconté qu'au moment de l'adoption de la charte canadienne, le parrain de cette charte, un avocat ministre, avait informé ses confrères du Barreau de la manne qui les attendait. C'était bien entendu une boutade, mais vous avouerez que boutade pour boutade, il aurait été plus rassurant que le parrain en question invite ses confrères à résister aux occasions de s'enrichir aux dépens du tissu social.
    Car c'est le tissu social qui est en cause. Pour vivre avec ses semblables sur le mode du procès, il faut être devenu à la fois amer, aigri et dur. Avant de songer à faciliter l'accès à l'institution juridique, il faut trouver une méthode pour faire disparaître dans la société elle-même le plus grand nombre possible d'occasions de litige.
    Pour mettre un minimum d'ordre dans mes idées sur cette question, j'ai imaginé un graphique que j'ai appelé la pyramide de la justice.



    Le principe du moindre recours
    Ce tableau, où l'autorégulation est en première ligne, suggère d'appliquer au droit un principe analogue au principe de subsidiarité, lequel nous invite à ramener les décisions au plus bas niveau compatible avec la nature de la question. En justice il faudrait respecter le principe du moindre recours, semblable au premier principe d'Hippocrate: d'abord ne pas nuire, primum non nocere, ne pas empêcher la nature de se guérir elle-même.
    À propos de ce que nous appelons ici l'autorégulation ou la justice spontanée, il convient d'abord de rappeler que si elle paraît impossible dans les sociétés riches, elle n'en est pas pour autant un signe de barbarie. On peut fort bien soutenir que la justice spontanée est le signe d'une forme achevée de civilisation, tandis que la justice institutionnalisée serait plutôt la marque d'une civilisation, à ce point occupée par la production et la consommation de biens, que les citoyens n'ont pas de temps à consacrer à l'essentiel de la vie dans une cité: l'harmonie sociale.
    C'est la thèse que l'écrivain mexicain Gustavo Esteva a soutenue lors du symposium le droit en question organisé en 1990 par L'Agora en collaboration avec la Chambre des notaires du Québec. Pour illustrer sa thèse, monsieur Esteva a donné l'exemple suivant. La scène se passe dans le quartier populaire de Tepito, à Mexico. Des parlementaires étrangères en visite dans le quartier apprennent qu'un grave crime vient tout juste d'être commis : un homme d'âge mur a violé une adolescente. Hauts cris des distinguées visiteuses qui réclament un châtiment exemplaire par les tribunaux. Mais il n'y a pas de tribunaux à Tepito. La punition est spontanée. Au café, et dans les réunions publiques, le vide se crée autour du coupable. Chacun prend ses distances par rapport à lui. On ne voit toutefois pas l'utilité de le rejeter de la communauté pour qu'il soit emprisonné à l'extérieur et devienne un cas de psychiatrie. Mis à part sa passion pour les trop jeunes filles, c'est un citoyen remarquable. Dans les corvées, il est toujours le plus efficace. Le temps passe. Une jeune femme accepte de l'épouser. Dans ces conditions, la victime et sa mère acceptent de faire la paix avec lui.
    Comment traiter de cette justice spontanée sans évoquer celle des Amérindiens?: «Pour maintenir l'ordre social, écrivent Robert Vachon et N'Tsukw, l'autochtone ne procède pas par acte législatif, décision judiciaire, coercition et sanction physique, mais par la coutume et la persuasion du groupe. Le processus judiciaire lui-même est davantage conçu en fonction du rétablissement de l'ordre naturel que du châtiment éventuel du coupable. Ce n'est pas un jugement formalisé avec tribunal, jugement effectif, condamnation, mais un jugement non formalisé de l'opinion publique.»
    Il est évidemment impossible de récréer artificiellement un tissu social qui rendrait une telle autorégulation possible dans une société riche. Cela ne justifie toutefois pas qu'on interdise l'autorégulation là où l'état des mœurs la rend encore possible. Cela surtout n'enlève rien au mérite de ceux qui, ayant compris les dangers de l'institutionnalisation se donnent pour mission de veiller sur les racines de la sociabilité traditionnelle aussi bien que sur les nouvelles pousses.
    Par un recours intelligent de l'histoire des mentalités, de même que par une intervention sociale fine, on peut parvenir à repérer les formes saines de sociabilité et créer les conditions d'une intervention sensée qui aurait pour effet, soit de prévenir les litiges, soit de favoriser un règlement à la fois plus rapide, plus humain et plus juste.
    On pourrait aussi accréditer auprès du grand public et des juges les principes qui sont de nature à favoriser une interprétation des lois favorables à la vie sociale. On pourrait, par exemple, établir le principe d'hospitalité. C'est une autre expérience récente qui m'a fait découvrir la nécessité d'un tel principe. Nous connaissions une adolescente française en stage dans notre région qui rêvait de passer quelques jours à Montréal, mais n'avait pas les moyens de s'offrir une chambre d'hôtel. Nous avons fait appel à l'hospitalité de proches et des connaissances. Tous ont refusé, la plupart de crainte des poursuites judiciaires en cas d'accident Quand on voit des enfants mineurs qui poursuivent leur propres parents, on peut en effet s'attendre au pire dans le cas d'une étrangère. Imaginez les obstacles que l'on rencontre quand la personne que l'on veut aider est handicapée. Le principe d'hospitalité auquel je pense serait tel que toute personne ayant pratiqué l'hospitalité de bonne foi ne pourrait être tenue responsable d'un accident survenu chez elle que dans des cas extrêmes de négligence volontaire. Cela dissuaderait bien des maniaques de la poursuite judiciaire.
    En plein cœur de Cambridge, Massachusetts, juste à deux pas de Harvard, se trouvait, il y a quelques années, un parc désormais interdit aux enfants. À cause du coût trop élevé de l'assurance responsabilité. Le principe du civisme ne devrait-il pas être appliqué dans ce cas?

    Un de mes amis m'apprenait qu'une jeune secrétaire avait volé près de quinze mille dollars à son entreprise. Il détenait des preuves telles que la jeune femme était passible d'un an de prison. Mais c'était une jeune femme du voisinage, qu'il avait vue grandir et dont il connaissait bien la famille. Il a trouvé une solution de bon voisinage. Devant deux voisins qui avaient juré de tenir la chose secrète, la jeune femme a reconnu une partie de son larcin. Heureux de la tournure des événements, son patron a alors accepté qu'elle rembourse cette partie, sans intérêts, sur une période assez longue pour qu'elle puisse remplir ses engagements sans avoir à faire d'autres vols. Mon ami savait fort bien qu'un avocat véreux aurait pu l'accuser d'avoir par intimidation empêché la jeune femme d'avoir accès à la justice. Mais le procédé utilisé avait satisfait tout le monde. Mon ami, d’avoir évité des frais juridiques considérables et une grande perte de temps; et la jeune femme, d’avoir échappé au scandale d’une poursuite. Soulignons qu’elle a rempli ses engagements scrupuleusement pendant cinq ans. Dans un cas de ce genre, c'est le principe du bon voisinage qui devrait s'appliquer.
    Platon avait imaginé des solutions semblables pour les causes de divorce. Il prévoyait un jury qui serait en même temps une agence matrimoniale à caractère nettement interventionniste. Ladite agence serait composée de dix hommes et de dix femmes. Voici quelle serait sa principale fonction: Ces arbitres étaient-ils à même de réconcilier les époux? Leur arbitrage devait alors avoir force de loi. «Mais, si les âmes des adversaires s'enflent de la houle d'une passion excessive, ils (les arbitres) chercheront quelles personnes s'entendraient avec chacun d'eux » 1. Est-il besoin de rappeler que Platon n'aimait pas beaucoup les avocats. Ils appartiennent, disait-il, à la même catégorie que les sophistes, la catégorie de ceux qui utilisent la connaissance qu'ils ont du langage pour faire triompher, sans se soucier de la vérité, les causes qu'on leur demande de défendre en échange de cadeaux. Il conviendrait, concluait-il, d'interdire la profession d'avocat: «mais dans votre État, ce procédé, qu'il soit en fait un art ou bien je ne sais quelle routine dépourvue d'art, un savoir faire, il faut, au plus haut point justement, qu'il n'y prenne pas racine.»2

    Le droit préventif
    La frontière entre l'autorégulation et le droit préventif est, on s'en doute bien, assez floue. Il existe à Montréal un centre de droit préventif qui fut créé à la suite de notre colloque Le droit en question sous l'égide de la Chambre des notaires du Québec. Ce centre a notamment la responsabilité d'un service gratuit d'information juridique. C'est un pas dans la bonne direction. Notons au passage que le notaire, profession inconnue dans l'Amérique anglo-saxonne, est un officier de droit préventif. Nous avions invité à notre colloque un spécialiste américain de la preventive law, le professeur Marc Galanter. Il est reparti avec la conviction que les professions notariales rendraient de grands services aux États-Unis. Tout bon contrat signé devant un notaire qui a bien fait son travail réduit considérablement les risques de litige. Mais au lieu de renforcer cette vénérable profession dans la seule région d'Amérique du Nord où elle existe encore, on semble vouloir l'éliminer au profit de la profession d'avocat qui, elle-même, cesse d'être une profession libérale; l'avocat modèle étant désormais, soit un homme d'affaires, soit un technicien du droit.
    Hélas le centre de droit préventif a refusé d'appliquer, ne fût-ce qu'à titre expérimental, une idée que j'avais empruntée à un obscur député de la fin du XIXe siècle. Ce député avait fait voter une loi dite de conciliation grâce à laquelle un notable d'une région éloignée pourrait remplir le rôle d'un juge. Songez qu'à cette époque, deux cultivateurs de la région de Gaspé qui avaient une chicane de clôture devaient se rendre à Kamouraska pour faire entendre leur cause.
    La loi Chicoyne réglait un problème d'accès à la justice causé par la distance géographique. Aujourd'hui les distances sont financières ou culturelles. Ne faut-il pas imaginer, pour combler ces distances, des mesures à la fois plus simples, moins professionnalisées et plus efficaces que ne l'est, par exemple, la médiation dans les cas de séparation? C'est dans cet esprit que j'avais proposé au Centre de droit préventif de donner une formation juridique fondamentale à quelques notables bénévoles de village ou de quartier, qu'on aurait ensuite autorisés à donner des services juridiques de première ligne dans leur communauté. Je m'étais intéressé auparavant aux médecines douces. Il me semblait qu'il y avait place pour une justice douce, qui avait déjà commencé spontanément à s'instaurer. On m'avait appris à l'époque qu'en Ontario en particulier, de nombreux policiers à la retraite pratiquaient la justice douce.
    Le droit préventif pourrait aussi jouer un rôle dans le secteur administratif. Il y a quelques années, j'étais invité à participer comme conférencier à un congrès de la Commission d'appel de CSST, (Commission de la santé et de la sécurité au travail). Je savais que le nombre de dossiers en attente était effarant et il n'était pas question que je recommande qu'on accroisse le nombre de commissaires pour régler le problème, avant d'avoir examiné soigneusement la situation. Aucun des nombreux documents mis à ma disposition ne m'avait éclairé. J'ai cependant tout compris quand un haut fonctionnaire, plus libre d'esprit que la moyenne, m'a expliqué que la première entrevue avec les travailleurs victimes d'accident était faite par des préposés sans aucune formation spéciale à qui on demandait d'aider le requérant à remplir un formulaire anonyme. En d'autres termes, on faisait en sorte que les travailleurs se heurtent à un mur en arrivant à la CSST. Le sentiment d'injustice qu'éprouve le travailleur prend forme à cette occasion. Les employés les mieux formés de cette agence, des médecins et des avocats pour la plupart, étaient regroupés au sommet de la hiérarchie. Un observateur cynique en aurait conclu que cette institution avait été organisée de telle sorte que le maximum de litiges afflue au sommet pour tenir occupés le plus grand nombre possible de haut salariés. Mon informateur était persuadé qu'un peu plus d'hospitalité, de souplesse, de jugement à l'accueil aurait éliminé une bonne partie des griefs avant même qu'ils ne prennent forme.
    Avant de chercher à prévenir les litiges, comme dans le cas de la CSST, il faut se demander s'il est possible de créer ou de recréer des solutions alternatives.

    Les alternatives
    Vous aurez remarqué que je distingue le droit préventif de ce que j'appelle les alternatives. Je range dans les alternatives la médiation, l'arbitrage et d'une manière générale, ce qu'on appelle aux États-Unis la justice informelle. Je me limiterai sur ce point à citer les conclusions d'un expert américain en la matière.
    Après en avoir relevé toutes les contradictions, Richard Abel fait l'éloge de la justice informelle: «[...] elle exprime des valeurs qui suscitent une adhésion méritée :l'harmonie plutôt que le conflit ; des mécanismes accessibles au grand nombre plutôt que des privilèges offerts à quelques-uns. Elle fonctionne rapidement et à bon compte ; elle permet à tous les citoyens de participer aux prises de décisions plutôt que de limiter l'autorité aux professionnels ; elle est conviviale plutôt qu'ésotérique ; son but est de rendre toute la réalité de la justice à des gens qui autrement en seraient réduits à se satisfaire d'une justice de pure forme. »

    Le tribunal
    Au sommet de la pyramide de la justice, il y a le tribunal et les juges. A propos de ces derniers, nous avons déjà, après tant d'autres, préconisé un redressement consistant à réduire le plus possible l'importance des critères politiques dans le processus de nomination.
    Ne faudrait-il pas aussi souhaiter que des juges de plus en plus compétents aient de plus en plus de temps à consacrer à des causes exemplaires? Les jugements qu'ils rendraient alors pourraient, à la base du système, devenir une source d'inspiration pour les spécialistes du droit préventif.
    C'est seulement de cette façon que l'on peut espérer inverser la tendance actuelle où le tribunal est perçu comme la base de la pyramide alors qu'il devrait en être le sommet.
    Pour rendre nos tribunaux plus accessibles, psychologiquement et moralement, nous pourrions tirer quelques leçons de l'exemple athénien. L'accès à la justice n'était pas un problème pour les citoyens quand ils étaient eux-mêmes au cœur de l'institution juridique, étant leur propre avocat et devant agir comme juge à l'occasion. Je recommande à tous les distingués juristes qui ont la patience de m'écouter de lire attentivement la pièce d'Aristophane intitulée Les Guêpes. Si on faisait de véritables efforts pour faciliter les choses aux citoyens qui veulent assurer eux-mêmes leur défense, on réglerait peut-être du même coup le problème de l'éducation. Si, en effet, les Athéniens ont appris à lire à écrire et à parler en public, c'est en partie parce qu'ils avaient besoin de toutes ces compétences pour jouir de tous les avantages de la citoyenneté.

    Locke ou Aristote?
    Les changements que je propose ne pourraient s'accomplir que dans un climat philosophique approprié. Ce climat peut-il être le libéralisme que monsieur Kingwell évoque au début de son document de travail? Je n'en étais pas sûr quand j'ai écrit Le Procès du Droit. Aujourd'hui après avoir lu The English speaking Justice de George Grant, je suis convaincu que non seulement on ne peut pas trouver de remède à l'intérieur du libéralisme, mais que les idées de Hobbes et de Locke, empirées par John Rawls, sont la cause lointaine, mais omniprésente, des maux sociaux qui sont à l'origine de l'inflation dans la demande de services juridiques.
    Une bonne société est faite d'ordre, de justice et de cette amitié propre aux communautés qu'Aristote appelait la philia.

    Quand la justice, sous la forme de l'institution juridique, occupe trop de place par rapport à la philia, la situation devient malsaine et propice aux litiges. Que pouvons-nous faire pour redonner à la philia l'importance qu'elle a perdue?
    Pour pouvoir répondre à cette question, il faut faire au préalable un périlleux détour par la philosophie.
    Il nous faudrait d'abord être disposé à faire confiance en la nature humaine laquelle, selon Aristote, est foncièrement bonne. Cela suppose pour la plupart d'entre nous une douloureuse remise en question des idées modernes dont nous sommes pétris. L'homme, pensait Aristote, est un zoon politikon, littéralement un animal qui vit en cité, un animal sociable, ce que l'on peut interpréter de la façon suivante: ne faites pas obstacle à l'expression de sa nature et il manifestera spontanément de la philia à l'égard de ses semblables.
    Cette idée de l'homme a servi de fondement à une conception de la justice qui a été au centre de la tradition occidentale pendant plus d'un millénaire. Dans cette conception, d'où est venu en droite ligne le droit romain, l'idée de justice était subordonnée à l'idée de bien, et la nature humaine à Dieu.
    Mais de même qu'il y eut une révolution copernicienne en cosmologie et en philosophie, il y en eut une en droit, et ce furent deux philosophes anglo-saxons qui en furent les initiateurs: Hobbes et Locke. Trop de crimes sans doute avaient été commis au nom d'une justice ayant des origines divines. Une approche plus terre à terre a paru plus sage. Si bien que, depuis Hobbes, l'homme apparaît comme un loup pour l'homme et que depuis Locke, jusqu'à John Rawls, la justice ne gravite plus autour de Dieu, mais autour des intérêts de l'individu d'abord préoccupé par sa survie, c'est-à-dire par sa sécurité. Dans English speaking Justice, George Grant, montre bien que, pour Rawls comme pour Locke, la justice est la «fairness in the self-interest.»
    Comment traduire le mot anglais fairness? Puisqu'il s'agit du respect des termes d'un contrat social, lesquels sont analogues aux règles d'un jeu, on peut utiliser le mot honnêteté. Le bon joueur est celui qui ne triche pas, qui est honnête. L'honnêteté dans la défense de ses intérêts personnels! Cette définition est celle de John Rawls, et même s'il se présente comme un continuateur de Locke et de Kant, il appartient d'abord à la sphère de la philosophie analytique anglo-saxonne. Il n'y a plus de nature humaine en cause, ni de référence à une idée transcendante de la justice , mais seulement le constat déjà fait par John Locke, le fondateur du libéralisme, que la première chose qu'un être vivant raisonnable cherche à assurer, c'est sa propre survie. Il s'agit au fond pour l'auteur de The Theory of Justice, de préciser les conditions dans lesquelles chacun peut assurer le mieux possible sa survie dans un contexte social où tous font le même calcul.
    Plus fondamental que l'honnêteté, il y a, dans cette conception de la justice, l'accent mis sur l'individu et sur sa sécurité. C'est l'un des paradoxes du libéralisme que d'être ainsi fondé sur le contraire de la liberté. Poussons un peu plus loin notre analyse de la juridicisation des sociétés et nous découvrirons que c'est presque toujours le besoin de sécurité qui est en cause, directement ou indirectement, un besoin de sécurité qui s'exacerbe au fur et à mesure que l'homme, s'éloignant de Dieu, devient l'absolu. Depuis qu'il ne trouve plus la sécurité en Dieu, l'homme a divinisé la sécurité. Pendant ce temps, la peur de l'autre s'accentue, peur de l'autre sexe, peur de l'autre génération, peur de l'autre ethnie. «L'enfer c'est les autres», ce mot que Sartre a emprunté à Hobbes, était prophétique. Si la médicalisation est provoquée par la peur du microbe, la juridicisation est provoquée par la peur de l'autre…(et souvent aussi de ses microbes.) L'un et l'autre phénomènes ont pour cause ultime un besoin excessif de sécurité. On n'échappe individuellement et collectivement à l'emprise de la médecine seulement si, acceptant sa condition de mortel, on se rend à cette évidence: ma carcasse n'a pas un prix illimité. On échappe à l'emprise de l'institution juridique de la même manière.

    Pour que la philia revienne là où elle a disparu, il faut avant tout un climat philosophique tel que la sécurité cesse d'être l'absolu qu'elle est en ce moment. Un tel climat existe dans la famille de mes voisins, qui ont douze enfants. Peu de temps après l'accident d'autobus de Nicolet, le père a été interpellé par un policier parce que sur la banquette arrière de sa Chrysler, il y avait cinq enfants, dont trois seulement étaient attachés. On devine la réponse du père: «que voulez-vous monsieur le policier, il n'y a que trois ceintures». La policier l'a averti: la prochaine fois, il sera sans merci l'amende sera élevée. À ce compte-là, mes voisins ne pourront bientôt voyager qu'en convoi ou en autobus!
    Commentant l'affolement suscité par l'accident, mes voisins se sont élevés à une sagesse digne d'Aristote: «on dirait, m'ont-ils dit, que les gens ont oublié qu'ils sont mortels et que lorsqu'un accident exceptionnel le leur rappelle, ils veulent éloigner d'eux le spectre de la mort en exigeant des mesures utopiques de sécurité.» Au moment précis où ils me tenaient ces propos, à leur cabane à sucre, je vois apparaître une petite tache colorée descendant une colline de l'autre côté d'un ruisseau. C'était le petit dernier, Robert, trois ans, qui venait seul retrouver ses parents, à plus de 500 mètres de la maison. «Ça lui fera un merveilleux souvenir», ont dit les parents, au lieu de s'angoisser par crainte des accidents qui auraient pu lui arriver.
    Une fois ce climat philosophique rétabli, une foule de mesures simples d'allégement du fardeau juridique deviennent possibles. Il s'agir en somme de pratiquer l'hippocratisme social. La nature se guérit d'elle-même, enseigne Hippocrate. Il faut seulement s'efforcer de ne pas lui nuire. Primum non nocere. Ainsi en est-il pour la nature sociable de l'homme. Enlevez les obstacles et la philia réapparaîtra.
    Il existe une ligue des droits et libertés et on ne compte plus les organismes chargés de veiller sur la sécurité des citoyens. L'heure est venue de veiller sur la philia, en favorisant, par exemple, des regroupements de citoyens se donnant pour tâche de limiter la peur de l'autre et ses effets corrosifs sur les communautés. Comment? Ce pourrait être en repérant les lois et règlements qui nuisent à la vie sociale et en proposant des abrogations ou des amendements.
    C'est dans cet esprit qu'avec des amis de Vancouver s'occupant des handicapés nous avons, avec l'appui de la Fondation McConnell lancé un projet qui s'appelle Philia et qui a pour but de recréer les conditions sociales de la philia.

    Notes
    1. Platon, Les Lois., 930a.
    2. Platon, Op.cit., Livre IX, 936a.
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.