• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Cimetière Punta Arenas (Chili)

    Texte et photos nous ont été gracieusement offerts par Guénane Cade. Nous lui exprimons notre reconnaissance. Guénane Cade est une poète française vivant à côté de Lorient. Elle est née le 26 juillet 1943 en Bretagne, à Pontivy. Elle entreprend des études de Lettres à Rennes et y enseigne. Par la suite, elle part vivre en Amérique du Sud  .
    Cette poétesse Bretonne est membre d'"Hélices poésie ", un mouvement de poètes contemporains fondé en 1993 .

    Le texte est un extrait de Ma boussole chilienne.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « cyprès taillés en rond par des ciseaux... » Chili sud 623, jpg)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    (Chili sud, 625 gpj)

    « Et puis, tout au fond, à gauche, l'Indiecito, debout, nu, jeune et doux; dans le bronze on devine juste un cache-sexe; une main fraternelle lui ajouta une écharpe, d'autres des chapelets, des colliers et un petit cœur jaune est apparu sur sa main gauche. Il fut élevé là où se tenaient les dernières tombes des Onas et, devenu porte-bonheur, il est entouré d'une nuée d'ex-voto, de mercis naïfs, émouvants. Sous les caresses, le métal brille sur la main et le pied gauches. Une plaque en forme de parchemin déroulé témoigne: «  L'Indien inconnu venu des brumes du doute historique et géographique repose ici protégé par l'amour de la patrie chilienne. » Je ne sais comment traduire élégamment et fortement les mots « el patrio amor de la chilenidad » mais cette reconnaissance chaleureuse de la mémoire rattrape un peu l'ignominie de l'Histoire. Un descendant métissé de ce peuple, aux yeux sombres et liquides, nous souhaite   «buen viaje en la vida », bon voyage dans la vie. L'utopie d'une société plus juste gît là aussi.»

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    (Chili sud, 856, jpg)

     

    « Sur l'île Navarino, la piste suit le canal de Beagle pour vous saturer de couleurs; ciel et mer sont toujours entre deux tourments ou deux échappées lumineuses.À la Baie aux Moules (Bahía Mejillones), un cimetière indigène, humble « monument national », un enclos où dans les herbes fleurissent des marguerites. Vers 1920, de nombreux Yaghans vivaient encore là, ayant survécu à toutes les agressions  des colons et aventuriers. Sur les stèles de bois les noms s'effacent. Des petites clôtures blanches séparent les familles, des croix blanches font face aux dents blanches des Andes qui veillent sur les piroguiers du vent. »

     IMAGES

    © tous droits réservés 2013, Guénane Cade

     

     

     

     

     

    Date de création:2013-04-27 | Date de modification:2013-05-03

    Documents associés

    • En Plein Mois d'Août
    • En Plein Mois d’Août du recueil « Au Rendez-vous Allemand » (1944) En plein mois...
    • Souvenir des morts
    • La commémoration La commémoration des défunts est spécifiquement « une célébration ritualisée de...
    • « Terre des hommes »
    • Terre des hommes Lorsqu'à jamais je dormirai au milieu d'un grand pré À six pieds sous le...
    • Rorate
    •     C’était un 15 mars, funérailles de ma mère. J’avais...