• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Alexandre le Grand

    La vie d'Alexandre - 1e partie

    Plutarque
    Objet que Plutarque se propose en écrivant les vies d'Alexandre et de César. - II. Premières traditions sur la naissance d'Alexandre. – III.. Autres traditions. - IV. Alexandre vient au monde le jour que le temple d'Éphèse est brûlé. - V. Constitution physique d'Alexandre. - VI. Qualités morales qu il montre dans son enfance. VII. Sa première éducation. - VIII. II dompte le cheval Bucéphale.- IX. Aristote est chargé de son éducation. - X. Son estime particulière pour les ouvrages d'Homère. - XI. Ses premiers exploits. - XII. Il se brouille avec son père. - XIII. Démarate les réconcilie. Philippe s'oppose au mariage d'Alexandre avec la fille de Pexodorus. - XIV. Pausanias assassine Philippe. Conduite d'Alexandre en montant sur le trône. - XV. II soumet les Triballiens et ruine la ville de Thèbes. - XVI. Il pardonne à Timoclée et admire sa générosité. -XVII. Il se repent d'avoir traité si cruellement les Thébains. - XVIII. Son entrevue avec Diogène. - XIX Présages qui précèdent son expédition en Asie. État de ses forces à son départ. - XX. Sacrifices qu'il fait à Ilium. - XXI. Il entreprend le passage du Granique à la vue de Darius. -XXII. Clitus lui sauve la vie. Victoire d’Alexandre. -XXIII. Suite de cette victoire. II soumet la Cilicie, la Phénicie et la Pamphylie. - XXIV. Il coupe le nœud gordien. Songe de Darius. - XXV. Maladie d'Alexandre. Sa confiance en son médecin Philippe.- XXVI. Conversation de Darius avec Amyntas. Bataille d'Issus. - XXVII. Mot d'Alexandre en voyant le luxe de Darius. - XXVIII. Conduite d'Alexandre envers la mère, la femme et les filles de Darius. – XXIX. Sa continence. - XXX. Sa Sobriété. Sa manière de vivre ordinaire. - XXXI. Il aimait à se vanter et à s'entendre louer. Dépense de sa table. – XXXII. Il envoie prendre les richesses que les Perses avaient laissées à Damas , et met le siège devant Tyr. - XXXIII. Pendant ce siége, il va faire la guerre aux Arabes.
    I. La vie d'Alexandre, roi de Macédoine, et celle de César, le vainqueur de Pompée, que je me propose d'écrire dans ce volume, m'offrent un si grand nombre de faits importants, que, pour toute préface à cet ouvrage, je prierai mes lecteurs de ne pas me faire un crime si, au lieu de raconter en détail toutes ces actions célèbres, je me contente d'en rapporter en abrégé la plus grande partie. Je n'écris pas des histoires, mais des Vies; d'ailleurs ce n'est pas toujours dans les actions les plus éclatantes que se montrent davantage les vertus ou les vices des hommes. Une action ordinaire, une parole, un badinage font souvent mieux connaître le caractère d'un homme que des batailles sanglantes, des siéges et des actions mémorables . Les peintres prennent la ressemblance de leurs portraits dans les yeux et les traits du visage, où le naturel et les mœurs éclatent plus sensiblement; ils soignent beaucoup moins les autres parties du corps. Qu'il me soit de même permis de pénétrer dans les plus secrets replis de l’âme, afin d'y saisir les traits les plus marqués du caractère, et de peindre, d'après ces signes, la vie de ces deux grands hommes, en laissant à d'autres le détail des combats et des actions les plus éclatantes.
    II. Il passe pour constant que du côté paternel Alexandre descendait d'Hercule par Caranus, et que du côté de sa mère il remontait, par Néoptolème, jusqu'à Achille. On dit que Philippe étant à Samothrace, dans sa première jeunesse, y fut initié aux mystères avec Olympias, alors enfant et orpheline de père et de mère. Il en devint amoureux; et, après avoir obtenu le consentement d'Arymbas, frère de cette princesse, il l'épousa. La nuit qui précéda celle de leur entrée dans la chambre nuptiale, Olympias songea qu'à la suite d'un grand coup de tonnerre la foudre était tombée sur elle et avait allumé un grand feu , qui , après s'être divisé en plusieurs traits de flamme, se dissipa promptement. Philippe, de son côté, quelque temps après son mariage, songea qu'il scellait le sein de sa femme et que le cachet portait l'empreinte d'un lion. Les devins, regardant ce songe comme suspect, conseillèrent à Philippe de veiller avec soin sur sa femme; mais Aristandre de Telmisse dit que ce songe marquait la grossesse de la reine : « Car , ajouta-t-il, on ne scelle point des vaisseaux vides; et Olympias porte dans son sein un fils qui aura le courage d'un lion. » On vit aussi, pendant qu'Olympias dormait , un dragon étendu auprès d'elle; et l'on prétend que ce fut surtout cette vision qui refroidit l'amour et les témoignages de tendresse de Philippe, qui depuis n'alla plus si souvent passer la nuit avec elle; soit qu'il craignît de sa part quelques maléfices ou quelques charmes magiques, soit que par respect il s'éloignât de sa couche, qu'il croyait occupée par un être divin
    III. On rapporte à ce sujet une autre tradition : les femmes de cette contrée sont, dit-on, sujettes, de toute ancienneté , à être possédées de l'esprit d'Orphée et de la fureur divine qu'inspire le dieu Bacchus, d'où leur vient le nom de Clodones et de Mimallones; elles ont à peu près les mêmes pratiques que les femmes édoniennes et thraciennes, qui habitent les environs du mont Hémus. Il semble même que c'est des cérémonies qu'observent ces dernières femmes qu’est dérivé le mot grec thresculein, qui signifie exercer un culte superstitieux. Olympias, plus livrée que les autres femmes à ces superstitions fanatiques, y mêlait des usages encore plus barbares, et traînait souvent après elle, dans les chœurs de danses, des serpents privés, qui, se glissant hors des corbeilles et des vans mystiques où on les portait, et s'entortillant autour des thyrses de ces bacchantes, jetaient l'effroi parmi les assistants. Cependant Chéron de Mégalopolis, que Philippe envoya consulter l'oracle de Delphes après le songe qu'il avait eu, lui rapporta un ordre du dieu de sacrifier à Jupiter Ammon et de rendre à ce dieu des honneurs particuliers. On ajoute qu'il perdit un de ses yeux, celui qu'il avait mis au trou de la porte d'où il avait vu Jupiter couché auprès de sa femme, sous la forme d'un serpent. Olympias, au rapport d'Ératosthène, ne découvrit qu'à Alexandre seul , lorsqu'il partit pour l'armée, le secret de sa naissance, et l'exhorta à n'avoir que des sentiments dignes de cette auguste origine. D'autres, au contraire, prétendent qu'elle avait horreur de cette fable; et que, la regardant comme une impiété, elle disait à cette occasion : « Alexandre ne cessera-t-il pas de me susciter des querelles avec Junon? »
    IV. Alexandre naquit le 6 du mois d'Hécatombéon , que les Macédoniens appellent Loüs, le même jour que le temple de Diane fut brûlé à Éphèse. Hégésias de Magnésie fait sur cet événement une réflexion si froide, qu'elle aurait pu éteindre cet incendie : « Il ne faut pas s'étonner, dit-il, que ce temple ait été brûlé, Diane étant occupée ce jour-là auprès d'Olympias, pour la naissance d'Alexandre. » Tous les mages qui se trouvaient alors à Éphèse, persuadés que l'embrasement du temple était le présage d'un plus grand malheur , couraient dans les rues en se frappant le visage, en criant que ce jour avait enfanté pour l'Asie le fléau le plus redoutable. Philippe, qui venait de se rendre maître de Potidée, reçut vers ce même temps trois heureuses nouvelles : la première, que Parménion avait défait les Illyriens dans une grande bataille; la seconde, qu'il avait remporté le prix de la course des chars aux jeux olympiques; la troisième, qu'Alexandre était né. La joie que ces trois nouvelles devaient naturellement lui causer fut encore augmentée par les devins qui l'assurèrent qu'un enfant dont la naissance concourait avec trois victoires serait lui-même invincible.
    V. La forme de son corps n'est nulle part mieux représentée que dans les statues de Lysippe, le seul statuaire auquel Alexandre eût permis de le jeter en fonte. Plusieurs de ses successeurs et de ses amis affectèrent bien dans la suite d'imiter les manières de ce héros; mais Lysippe fut le seul qui rendit parfaitement l’attitude de son cou qu'il penchait un peu sur l'épaule gauche, et la douceur qui paraissait dans ses yeux. Apelle, qui le peignit sous la forme de Jupiter armé de la foudre, ne sut pas saisir la couleur de son teint ; il la fit plus brune et plus sombre qu'elle n'était naturellement ; car Alexandre avait la peau très blanche, et cette blancheur était relevée par une teinte d'incarnat plus marquée sur son visage et sur sa poitrine que dans le reste du corps. J’ai lu, dans les Mémoires d'Aristoxène, que sa peau sentait bon; qu'il s'exhalait de sa bouche et de tout son corps une odeur agréable, qui parfumait ses vêtements. Cela venait peut-être de la chaleur de son tempérament , qui était tout de feu; car, selon Théophraste, la bonne odeur est la suite de l'élaboration parfaite que la chaleur naturelle donne aux humeurs. Aussi les pays les plus secs et les plus chauds sont ceux qui produisent avec plus d'abondance les meilleurs aromates , parce que le soleil y pompe toute l'humidité qui, répandue sur la surface des corps, est un principe de corruption. C'était sans doute de cette chaleur naturelle que venait le courage d'Alexandre et son goût pour le vin.
    VI. Il fit connaître dès son enfance qu'il serait tempérant dans les plaisirs ; impétueux et ardent pour tout le reste , il était peu sensible aux voluptés et n'en usait qu'avec modération : au contraire , l'amour de la gloire éclatait déjà en lui avec une force et une élévation de sentiments bien supérieures à son âge. Mais il n'aimait pas toute espèce de gloire et ne la cherchait pas indifféremment en tout , comme son père Philippe, qui ambitionnait, avec une vanité de sophiste, ce11e de l'éloquence, et faisait graver sur sa monnaie les victoires qu’il avait remportées aux jeux olympiques. Les amis d'Alexandre lui demandèrent un jour s'il n'irait pas disputer à ces jeux le prix de la course, à laquelle il était très léger : « Je m'y présenterais, leur dit-il, si je devais avoir des rois pour rivaux. » .En général il eut de l'éloignement pour les exercices des athlètes; et, quoiqu'il eût souvent fait célébrer des jeux où il proposait des prix pour les poëtes tragiques, pour les joueurs de flûte et de lyre et même pour les rapsodes ; quoiqu'il eût donné des combats de gladiateurs et de toute espèce d'animaux, jamais il ne proposa, du moins avec plaisir, les combats du ceste et du pancratium . Il reçut un jour des ambassadeurs du roi de Perse , qui vinrent en Macédoine pendant que Philippe était absent; il ne les quitta pas un instant et les charma par sa politesse ; au lieu de leur faire des questions frivoles ou puériles, il s'informa de la distance où la Macédoine était de la Perse et des chemins qui conduisaient aux provinces de la Haute-Asie; il leur demanda comment leur roi se comportait envers ses ennemis; enfin, quelles étaient la force et la puissance des Perses. Les ambassadeurs , pleins d'admiration , ne purent s'empêcher de dire que cette habileté de Philippe, qu'on vantait si fort, n'était rien en comparaison de la vivacité d'esprit et des grandes vues de son fils. Aussi toutes les fois qu'on venait lui apprendre que Philippe avait pris quelque ville considérable , ou qu'il avait remporté une grande victoire, loin d'en montrer de la joie, il disait à ses compagnons : « Mes amis, mon père prendra tout; il ne me laissera rien de grand et de glorieux à faire un jour avec vous. » Passionné comme il l'était, non pour les voluptés et les richesses , mais pour la gloire et la vertu , il pensait que plus l'empire que son père lui laisserait aurait d'étendue, moins il aurait d'occasions de s'illustrer par lui-même ; et, dans l'idée que Philippe, en augmentant chaque jour ses conquêtes, lui consumerait, pour ainsi dire, les belles actions qu'il aurait pu faire, il désirait, non d'avoir de la richesse , du luxe et des plaisirs , mais de recevoir des mains de son père un royaume où il eût à faire des guerres, à livrer des batailles, à recueillir une vaste moisson de gloire.
    VII. Il avait auprès de lui , comme il convenait à son rang , un grand nombre de maîtres et de gouverneurs qui veillaient à son éducation ; mais elle était dirigée par Léonidas , homme de mœurs austères et parent de la reine Olympias. Comme il refusait le titre de pédagogue, dont les fonctions sont aussi nobles qu’honorables, les autres, par égard pour sa dignité et pour sa parenté avec la reine, l'appelaient le précepteur, le gouverneur d'Alexandre. Le titre et les fonctions de pédagogue étaient attribués à Lysimaque d'Acarnanie, qui n'avait aucun agrément dans l'esprit; mais, comme il se nommait lui-même Phénix, qu'il donnait à Alexandre et à Philippe les noms d'Achille et de Pélée , il savait plaire et occupait la seconde place auprès du jeune prince.
    VIII. Un Thessalien , nommé Philonicus, amena un jour à Philippe un cheval nommé Bucéphale, qu'il voulait vendre treize talents. On descendit dans la plaine pour l'essayer; mais on le trouva difficile, farouche et impossible à manier: il ne souffrait pas que personne le montât ; il ne pouvait supporter la voix d'aucun des écuyers de Philippe et se cabrait contre tous ceux qui voulaient l’approcher. Philippe , mécontent et croyant qu'un cheval si sauvage ne pourrait jamais être dompté, ordonna qu'on l’emmenât. Alexandre, qui était présent, ne put s'empêcher de dire : «Quel cheval ils perdent là par leur inexpérience et leur timidité! » Philippe, qui l'entendit, ne dit rien d'abord ; mais Alexandre ayant répété plusieurs fois la même chose et témoigné sa peine de ce qu'on renvoyait le cheval, Philippe lui dit enfin : « Tu blâmes des gens plus âgés que toi, comme si tu étais plus habile qu'eux et que tu fusses plus capable de conduire . ce cheval. -Sans doute, reprit Alexandre, je le conduirais mieux qu'eux. - Mais si tu n'en viens pas à bout, quelle sera la peine de ta présomption? - Je paierai le prix du cheval », repartit Alexandre. Cette réponse fit rire tout le monde; et Philippe convint avec son fils que celui qui perdrait paierait les treize talents. Alexandre s'approche du cheval, prend les rênes et lui tourne la tête en face du soleil, parce qu'il avait apparemment observé qu'il était effarouché par son ombre, qui tombait devant lui et suivait tous ses mouvements. Tant qu'il le vit souffler de colère, il le flatta doucement de la voix et de la main ; ensuite laissant couler son manteau à terre, d'un saut léger il s'élance sur le cheval avec la plus grande facilité. D'abord il lui tint la bride serrée, sans le frapper ni le harceler; mais quand il vit que sa férocité était diminuée et qu'il ne demandait plus qu’à courir , il baisse la main, lui parle d'une voix plus rude, et, lui appuyant les talons, il le pousse à toute bride. Philippe et toute sa cour, saisis d'une frayeur mortelle, gardaient un profond silence; mais, quand on le vit tourner bride et ramener le cheval avec autant de joie que d'assurance, tous les spectateurs le couvrirent de leurs applaudissements. Philippe en versa des larmes de joie, et, lorsque Alexandre fut descendu de cheval, il le serra étroitement dans ses bras. « Mon fils,
    lui dit-il, cherche ailleurs un royaume qui soit digne de toi; la Macédoine ne peut te suffire. »
    IX. Philippe avait observé que le caractère de son fils était difficile à manier et qu'il résistait toujours à la force, mais que la raison le ramenait aisément à son devoir: il s'appliqua donc lui-même à le gagner par la persuasion, plutôt que d'employer l'autorité. Et, comme il ne trouvait pas, dans les maîtres qu'il avait chargés de lui enseigner la musique et les belles-lettres, les talents nécessaires pour diriger et perfectionner son éducation , travail si important, et qui, selon Sophocle ,

    Exige plus d'un frein et plus d'un gouvernail;

    il appela auprès de lui Aristote, le plus savant et le plus célèbre des philosophes de son temps, et lui donna, pour prix de cette éducation, la récompense la plus flatteuse et la plus honorable. Il rétablit la ville de Stagire, patrie de ce philosophe , qu'il avait lui-même ruinée, et la repeupla en y rappelant ses habitants qui s'étaient enfuis , ou qui avaient été réduits en esclavage. Il assigna , pour les études et les exercices de son fils, un lieu appelé Nymphéum, près de Miéza , où l'on montre encore des bancs de pierre qu'Aristote y avait fait placer , et des allées couvertes pour se promener à l'ombre. II paraît qu'Alexandre apprit de ce philosophe, non seulement la morale et la politique , mais encore les sciences plus secrètes et plus profondes, que ses disciples appelaient particulièrement acroamatiques et époptiques, et qu'ils avaient soin de cacher au vulgaire. Alexandre, après qu’il fut passé en Asie, ayant appris qu'Aristote avait publié des ouvrages où il traitait de ces sciences, lui écrivit une lettre pleine de liberté, dans laquelle il se plaignait au nom de la philosophie, qui était conçue en ces termes : « Alexandre à Aristote, salut. Je n'approuve pas que vous ayez donné au public vos livres des sciences acroamatiques. En quoi donc serions-nous supérieurs au reste des hommes, si les sciences que vous m'avez apprises deviennent communes à tout le monde? J'aimerais mieux encore les surpasser par les connaissances sublimes que par la puissance. Adieu . » Aristote, pour consoler cette âme ambitieuse et pour se justifier lui-même, lui répondit que ces ouvrages étaient publiés et qu'ils ne l'étaient pas. Il est vrai que ses traités de métaphysique sont écrits de manière qu'on ne peut ni les apprendre seul , ni les enseigner aux autres et qu'ils ne sont intelligibles que pour les personnes déjà instruites. Il me semble aussi que ce fut Aristote qui lui donna, plus qu’aucun autre de ses maîtres, le goût de la médecine; car ce prince ne se borna pas seulement à la théorie de cette science , il secourait ses amis dans leurs maladies et leur prescrivait un régime et des remèdes , comme il paraît par ses lettres.
    X. II avait aussi un goût naturel pour les belles-lettres et portait jusqu'à la passion l'amour de la lecture et de l'étude. Il faisait le plus grand cas de l'lliade , qu'il appelait la meilleure provision pour l'art militaire. Aristote lui donna l'édition de ce poème qu'il avait corrigée et qu'on nommait l'édition de la cassette. Alexandre, au rapport d'Onésicritus, la mettait la nuit sous son chevet avec son épée. Comme dans les provinces de la Haute-Asie il ne lui était pas facile de se procurer des livres, il écrivit à Harpalus de lui en envoyer, et se procura par son moyen les Oeuvres de Philistus, un grand nombre de tragédies d'Euripide, de Sophocle et d'Eschyle, avec les Dithyrambes de Télestes et de Philoxène . Il eut pendant longtemps la plus grande admiration pour Aristote; il ne l'aimait pas moins, disait-il , que son père, parce qu'il n’avait reçu de celui ci que la vie, au lieu qu'Aristote lui avait appris à mener une bonne vie. Mais dans la suite ce philosophe lui devint suspect; et son élève, sans lui faire d'ailleurs aucun mal, cessa de lui donner ces témoignages d'une vive affection qu'il lui avait prodigués jusqu'alors : signe certain de l'éloignement qu'il avait conçu pour lui. Mais ce changement de disposition ne bannit point de son âme ce goût inné, cet amour ardent de la philosophie, dans lequel il avait été élevé. Les honneurs qu'il rendit à Anaxarque, le don de cinquante talents qu'il envoya au philosophe Xénocrate, son estime constante pour Dandamis et pour Calanus , en sont autant de preuves.
    Xl. Pendant que Philippe faisait la guerre aux Byzantins, Alexandre, qu'il avait laissé en Macédoine, chargé seul du gouvernement et dépositaire du sceau royal, quoiqu'il n'eût alors que seize ans, soumit les Médares qui s'étaient révoltés , prit leur ville capitale, les en chassa, mit à leur place de nouveaux habitants tirés de divers peuples et donna à la ville le nom d'Alexandropolis. Il se trouva à la bataille que Philippe livra contre les Grecs à Chéronée; et ce fut lui , dit-on, qui chargea le premier le bataillon sacré des Thébains. On voyait encore de mon temps, près du Céphise, un vieux chêne près duquel on avait tendu son pavillon , et qu'on appelait le chêne d'Alexandre. Ce fut dans le voisinage de ce lieu qu'on enterra les Macédoniens qui avaient péri à cette bataille. Tous ces exploits ne pouvaient qu'inspirer à Philippe un grand amour pour son fils; et il était ravi d'entendre les Macédoniens donner à Alexandre le nom de roi, et à Philippe celui de général.
    XII. Mais les troubles que causèrent à la cour les amours de Philippe et les nouveaux mariages qu'il contracta , la jalousie de ses femmes entre elles, maladie qui se communiqua en quelque sorte à tout le royaume, excitèrent entre lui et son fils de fréquents débats et des divisions violentes, que l'humeur hautaine d'Olympias, naturellement jalouse et vindicative, fomentait encore, en aigrissant Alexandre. Attalus lui donna lieu de faire éclater son ressentiment aux noces de Cléopâtre, dont Philippe était devenu passionnément amoureux, et qu’il épousa toute jeune, malgré la disproportion de l'âge. Attalus, oncle de cette princesse, ayant bu, dans le festin, avec excès, exhorta les Macédoniens à demander aux dieux qu'il naquît de Philippe et de Cléopâtre un héritier légitime du trône de Macédoine: «Scélérat, lui dit Alexandre, furieux de cet outrage, me prends-tu donc pour un bâtard? » et en même temps il lui jette sa coupe à la tête. Philippe, se levant de table, alla sur lui l'épée nue à la main; mais, par bonheur pour l'un et pour l'autre, la colère et l'ivresse le firent tomber. Alexandre , insultant à sa chute : « Macédoniens , s'écria-t-il, voilà cet homme qui se préparait à passer d'Europe en Asie, et qui , en passant d'une table à une autre, se laisse tomber. » Après cette insulte, faite dans la chaleur du vin, il prit sa mère Olympias, qu'il conduisit en Épire, et se retira lui-même chez les Illyriens.

    XIII. Dans ce temps. Démarate le Corinthien , qui , lié d'hospitalité avec Philippe, lui parlait ordinairement avec beaucoup de liberté, étant venu en Macédoine, Philippe, après les premiers témoignages d'amitié, lui demanda si les Grecs vivaient entre eux en bonne intelligence : « Vraiment, Philippe, lui répondit Démarate, c'est bien à vous à vous inquiéter de la Grèce , quand vous avez rempli votre maison de dissensions et de troubles! » Philippe, que ce reproche fit rentrer en lui-même, envoya Démarate auprès d'Alexandre, qui, à sa persuasion, retourna chez son père. Cependant Pexodore, satrape de Carie, qui voulait, à la faveur d'un mariage, faire secrètement une ligue offensive et défensive avec Philippe, envoya Aristocrite en Macédoine proposer au roi l'aînée de ses filles pour son fils Aridée. Aussitôt les amis d'Alexandre et sa mère Olympias, recommençant leurs propos et leurs accusations contre Philippe, insinuent au jeune prince que son père, en procurant à Aridée, par ce mariage brillant, l'appui d'une alliance si puissante, le destine visiblement à lui succéder au royaume de Macédoine. Alexandre, troublé par ces soupçons, envoie en Carie le comédien Thessalus, pour représenter au satrape de laisser là ce fils bâtard, qui , outre le défaut de sa naissance, avait l'esprit aliéné, et de rechercher plutôt l'alliance d'Alexandre. Cette nouvelle proposition fut bien plus du goût de Pexodore que la première; mais Philippe, instruit de cette intrigue, va, accompagné de Philotas , fils de Parménion, l'un des amis et des confidents de son fils, trouver Alexandre dans son appartement , et lui reproche, dans les termes les plus vifs et les plus amers, de montrer tant de lâcheté, de se rendre indigne des grands biens qui lui sont destinés, en recherchant l'alliance d'un Carien, de l'esclave d'un roi barbare. Il écrivit aux Corinthiens de lui renvoyer Thessalus chargé de chaînes, et bannit de la Macédoine quatre des amis de son fils, Harpalus, Néarque, Phrygius et Ptolémée , qui, rappelés dans la suite par Alexandre, furent comblés d'honneurs.
    XIV. Peu de temps après, Pausanias, ayant reçu, à l'instigation d'Attalus et de Cléopâtre, le plus sanglant outrage, sans avoir pu en obtenir justice de Philippe, assassina ce prince. Olympias fut soupçonnée d'avoir eu la plus grande part à ce meurtre et d'y avoir excité ce jeune homme, déjà si irrité contre le roi. Alexandre lui-même ne fut pas à l'abri de tout soupçon ; Pausanias, dit-on , après l'injure qu’il avait reçue, s'en étant plaint à lui, ce jeune prince lui cita ce vers d'Euripide, où Médée dit qu'elle punira

    Et l'époux, et l'épouse, et l'auteur de l'hymen .

    Cependant il rechercha et punit sévèrement les complices de la conspiration, et témoigna son indignation à Olympias, qui, pendant son absence, avait exercé sur Cléopâtre la vengeance la plus cruelle. Alexandre n'avait que vingt ans quand il parvint au trône ; il trouva le royaume déchiré par des haines et des jalousies, et exposé de toutes parts aux plus grands dangers. Les nations barbares voisines de la
    Macédoine, soulevées contre le joug qu'on leur avait imposé, regrettaient leurs rois naturels. Philippe, après avoir subjugué la Grèce, n'avait pas eu le temps de l'apprivoiser et de l'accoutumer à sa domination; il n'avait fait que troubler, que changer l'état des affaires, et les avait laissées dans une agitation violente. Les Macédoniens, qui redoutaient cette situation critique, conseillaient à Alexandre d'abandonner entièrement la Grèce, sans chercher à la soumettre par la force; de ramener, par la douceur, les Barbares qui s'étaient révoltés, et de pacifier avec prudence ces dissensions naissantes. Mais Alexandre, suivant des conseils tout opposés, résolut de ne chercher que dans son audace et dans sa grandeur d'âme la sûreté de son empire , persuadé que , pour peu qu'il laissât affaiblir son courage, il exciterait contre lui un soulèvement général.
    XV. II se porta donc précipitamment avec son armée sur les bords de l'Ister, apaisa promptement les mouvements des Barbares, étouffa les germes de guerre qui commençaient à se développer, et défit dans
    un grand combat Syrmus, roi des Triballes. Sur la nouvelle qu'il eut que les Thébains s'étaient révoltés, et que les Athéniens étaient d'intelligence avec eux, il voulut leur prouver ce qu'il était en état de faire ; après avoir passé le détroit des Thermopyles, il dit à ses officiers : « Démosthène m'a traité d'enfant, lors de mon expédition contre les Illyriens et les Triballes; il m'a appelé jeune homme, quand j'étais en Thessalie : je lui ferai voir, au pied des murailles d'Athènes, que je suis homme fait. » Quand il fut devant Thèbes, il voulut laisser à cette ville le temps du repentir; il demanda seulement qu'on lui livrât Phénia et Prothutes, les auteurs de la révolte , et fit publier une entière sûreté pour ceux qui retourneraient à lui. Les Thébains, de leur côté, ayant demandé qu'il leur livrât Philotas et Antipater, et fait proclamer que ceux qui voulaient concourir à mettre la Grège en liberté vinssent s'unir à eux, il ne pensa plus qu'à la guerre et tourna contre eux toutes ses forces. Les Thébains se défendirent contre des ennemis si supérieurs en nombre avec un courage et une ardeur au-dessus de leurs forces; mais, quand la garnison macédonienne qui occupait la Cadmée fut venue les charger par derrière, alors, enveloppés de toutes parts, ils périrent presque tous en combattant; la ville fut prise, livrée au pillage, et détruite de fond en comble. Alexandre crut que cet exemple de rigueur jetterait l'étonnement et l'effroi parmi les autres peuples de la Grèce et les obligerait à vivre en paix; mais aussi, pour donner un prétexte spécieux à cette cruelle exécution, il dit qu il n'avait pu la refuser aux plaintes de ses alliés : il est vrai que les peuples de la Phocide et de Platée faisaient de grands reproches aux Thébains. Alexandre n'excepta de la proscription générale que les prêtres, ceux des Thébains qui étaient unis avec les Macédoniens par les nœuds de l'hospitalité, les descendants de Pindare , et ceux qui s'étaient opposés à la rébellion. II vendit tous les autres au nombre de trente mille, et il en avait péri plus de six mille dans le combat.
    XVI. On raconte que, dans les horribles calamités que les Thébains eurent à essuyer, quelques soldats thraces ayant rasé la maison de Timoclée, femme aussi distinguée par sa naissance que par sa vertu, pillèrent tout ce qu'elle avait; leur capitaine, après l'avoir traitée avec le dernier outrage, lui demanda si elle avait de l'or et de l'argent caché. Timoclée lui dit qu'elle en avait ; et, le menant seul dans son jardin, elle lui montre un puits, où, disait-elle, au moment de la prise de Thèbes, elle avait caché tout ce qu'elle avait de plus précieux. Le Thrace s'approche du puits et se baisse pour y regarder; Timoclée, qui était restée derrière lui , le poussant avec force, le précipite dans le puits et l'y assomme à coups de pierres. Les soldats thraces l'ayant menée à Alexandre chargée de chaînes, ce prince jugea d'abord , à son air et à sa démarche, que c'était une femme d'une haute naissance et d'un grand courage; car elle suivait les soldats sans montrer ni étonnement ni crainte. Le roi lui ayant demandé qui elle était : « Je suis, lui répondit-elle, la sœur de Théagène, celui qui combattit contre Philippe pour la liberté de la Grèce, et qui périt à la bataille de Chéronée, où il commandait. » Alexandre, admirant sa réponse et l'action qu'elle avait faite, ordonna qu'on la laissât aller en liberté, elle et ses enfants.
    XVII. Il pardonna aux Athéniens, quelque affectés qu'ils parussent du malheur des Thébains. Leur affliction fut si vive, qu'ils ne voulurent pas célébrer les grands mystères, quoiqu'ils fussent à la veille de cette fête. Ils traitèrent avec toute sorte d’humanité ceux des Thébains qui se réfugièrent dans leur ville. Mais, soit que la colère d'Alexandre, comme celle des lions, se fût éteinte dans le sang qu'il avait fait couler; soit qu'il voulût opposer à une action si atroce et si barbare un acte éclatant de douceur, non content d'oublier tous les sujets de plainte qu'il pouvait avoir contre les Athéniens, il les invita à s'occuper sérieusement des affaires communes, parce que leur ville, s'il venait lui-même à manquer, était faite pour donner la loi au reste de la Grèce. Dans la suite il témoigna souvent, à ce qu'on assure, un vif repentir de la rigueur avec laquelle il avait traité les Thébains; et ce souvenir le rendit plus doux en plusieurs occasions. II attribua même à la colère et à la vengeance de Bacchus le meurtre de Clitus qu'il tua dans l'ivresse, et la lâcheté des Macédoniens, qui, en refusant de le suivre dans les Indes, laissèrent son expédition et sa gloire imparfaites. Dans la suite, aucun des Thébains qui survécurent au désastre de leur patrie ne s'adressa inutilement à lui, quelque grâce qu'il lui demandât. Mais c'en est assez sur ce qui regarde la ville de Thèbes.
    XVIII. Les Grecs assemblés dans l'isthme ayant arrêté par un décret qu'ils se joindraient à Alexandre pour faire la guerre aux Perses, il fut nommé chef de cette expédition et reçut la visite d'un grand nombre d'hommes d'état et de philosophes, qui vinrent le féliciter de cette élection. Il se flatta que Diogène, qui était alors à Corinthe, lui rendrait aussi sa visite; mais, voyant que ce philosophe faisait peu de cas de lui et qu'il se tenait tranquillement dans son faubourg, il alla lui-même le voir. Diogène était couché au soleil ; et lorsqu'il vit venir à lui une foule si nombreuse, il se souleva un peu, et fixa ses regards sur Alexandre. Ce prince, après l'avoir salué, lui demanda s'il avait besoin de quelque chose : « Oui , lui répondit Diogène;
    ôte-toi un peu de mon soleil. » Alexandre, frappé de cette réponse et du mépris que Diogène lui témoignait, admira sa grandeur d'âme; et, comme ses officiers, en s'en retournant, se moquaient de Diogène : «Pour moi, leur dit ce prince, si je n'étais pas Alexandre, je voudrais être Diogène. »
    XIX. De là il se rendit à Delphes pour consulter le dieu sur son expédition d'Asie; mais on était alors dans ces jours malheureux où il n'est pas permis à la prêtresse de rendre des oracles. Il fit d'abord prier la prophétesse de venir au temple; mais elle le refusa, en alléguant la loi qui le défendait; Alexandre, y étant allé lui-même, la traîna de force au temple. La prophétesse, comme vaincue par cette violence, s'écria : « 0 mon fils ! tu es invincible. » A cette parole , Alexandre lui dit qu'il n'avait pas besoin d'autre oracle, qu'il avait celui qu'il désirait d'elle. Au moment de son départ, les dieux lui envoyèrent plusieurs autres présages; dans la ville de Libèthres, une statue d'Orphée, faite de bois de cyprès, fut, dans ces mêmes jours-là, couverte de sueur ; et, comme ce signe paraissait menaçant, le devin Aristandre assura qu'il était de bon augure; qu'il annonçait qu'Alexandre ferait des exploits dignes d'être célébrés partout, et qui feraient suer les poètes et les musiciens, par la peine qu'il auraient à les chanter. Les historiens qui lui donnent le moins de troupes à son départ pour l'Asie, les font monter à trente mille hommes de pied et à cinq mille chevaux; ceux qui lui en donnent le plus les portent à trente-quatre mille fantassins et à quatre mille cavaliers. Aristobule prétend qu'il n'avait pas, pour l'entretien de son armée, plus de soixante-dix talents; selon Duris , il n'avait des vivres que pour un mois ; mais Onésicritus assure qu'il avait emprunté deux cents talents pour cette expédition. Quoiqu'il l'entreprît avec de si faibles moyens, il ne voulut s'embarquer qu'après avoir examiné où en étaient les affaires domestiques de ses amis, et donné à l'un une terre, à l'autre un village, à celui-ci le revenu d'un bourg, à celui-là les octrois sur un port. Comme ces largesses avaient absorbé tous les revenus de son domaine : « Prince, lui demanda Perdiccas, que vous
    êtes-vous donc réservé? - L'espérance, lui répondit Alexandre. - Eh bien! reprit Perdiccas, nous la partagerons avec vous , puisque nous devons partager vos travaux; » et il refusa le don que le roi lui faisait. Quelques autres de ses amis suivirent l'exemple de Perdiccas. Alexandre se montra également généreux envers ceux qui voulurent accepter ses présents, et pour ceux qui lui en demandèrent; il employa à ces libéralités la plus grande partie des domaines qu'il avait en Macédoine.
    XX. Ce fut dans ces dispositions et avec ces préparatifs qu'il traversa l'Hellespont. Arrivé à Ilum, il monta au temple de Minerve, où il fit un sacrifice à la déesse, et des libations aux héros: il arrosa d'huile la colonne qui surmontait le tombeau d'Achille, fit tout nu, suivant l'usage, des courses avec ses compagnons , mit une couronne sur le tombeau de ce héros et le félicita d'avoir eu pendant sa vie un ami fidèle, et après sa mort un grand chantre de ses exploits. Il parcourut ensuite la ville, pour voir ce qu'elle avait de curieux ; et quelqu'un lui ayant demandé s'il voulait voir la lyre de Pâris : «Je me soucie peu de celle-là , répondit-il; mais j'aimerais à voir la lyre sur laquelle Achille chantait les exploits et la gloire des grands
    guerriers. »
    XXI. Cependant les généraux de Darius avaient assemblé une armée nombreuse, et, campés sur les bords du Granique, ils se préparaient à lui en disputer le passage. Étant là aux portes de l'Asie, il fallait nécessairement combattre pour s'en ouvrir l'entrée. La plupart de ses officiers craignaient la profondeur du fleuve, la hauteur et l'inégalité de la rive opposée, qu'on ne pouvait franchir que les armes à la main. D'autres voulaient qu'on observât religieusement, par rapport aux mois, les usages anciens, qui ne permettaient pas aux rois de Macédoine de faire marcher leurs armées dans le mois Daésius. Alexandre, pour réformer cet usage superstitieux, dit qu'à l'avenir ce mois serait appelé le second Artémisius. Parménion lui conseillait de ne pas risquer le passage ce jour-là, parce qu'il était déjà tard. Alexandre lui répondit que ce serait déshonorer l'Hellespont, que de craindre, après l'avoir traversé, de passer le Granique. En même temps il s'élance dans le fleuve, suivi de treize compagnies de cavalerie, et s'avance, au milieu d'une grêle de traits, vers l'autre bord qui était très escarpé et couvert d'armes et de chevaux. Il luttait avec effort contre le courant, qui souvent l'entraînait et était prêt à le submerger, conduisant ses troupes plutôt en furieux qu'en général prudent. Malgré ces difficultés, il s'obstine au passage et gagne enfin le bord avec beaucoup de peine et de fatigue, parce que la fange dont le rivage était couvert le rendait humide et glissant. A peine il eut passé le fleuve, qu'il fut obligé de combattre pêle-mêle, et d'homme à homme, avec des ennemis qui, chargeant ses troupes à mesure qu'elles arrivaient sur le rivage, ne lui laissaient pas le temps de les mettre en bataille. Les Perses tombèrent sur sa cavalerie en jetant de grands cris; et, la serrant de près, ils combattirent d'abord à coups de lance, et ensuite à coups d'épée, quand les lances furent rompues.
    XXII. Alexandre, que l'éclat de son bouclier et le panache de son casque, surmonté de deux ailes d'une grandeur et d'une blancheur admirables, font remarquer de tout le monde, est personnellement assailli par un grand nombre d'ennemis, et atteint, au défaut de la cuirasse, d'un javelot qui ne lui fit point de blessure. Résacès et Spithridate, deux généraux de Darius, viennent ensemble l'attaquer; mais il évite le dernier, et, portant à Résacès un coup de sa javeline, il lui fait voler la cuirasse en éclats: il met sur-le-champ l'épée à la main, et, pendant qu'ils se chargent avec fureur, Spithridate s'approche pour le prendre en flanc; et, se dressant sur son cheval, il lui décharge sur la tête un coup de hache qui lui abat le panache, avec une des ailes. Le casque eut peine à soutenir la violence du coup, et le tranchant de la hache pénétra jusqu'aux cheveux. Spithridate allait lui porter un second coup, lorsqu'il fut prévenu par Clitus le Noir, qui le perça de sa javeline, en même temps que Résacès tombait mort d'un coup d'épée qu'Alexandre lui avait porté. Pendant ce combat si périlleux que livrait la cavalerie, la phalange macédonienne traversa le fleuve, et les deux corps d'infanterie commencèrent l'attaque; celle des Perses montra peu de vigueur et ne fit pas une longue résistance; elle tourna bientôt le dos et prit ouvertement la fuite, excepté les mercenaires grecs, qui, s'étant retirés sur une colline, demandaient qu'Alexandre les reçût à composition; mais, écoutant plus sa colère que sa raison, il se jeta le premier au milieu d'eux et eut son cheval tué sous lui d'un coup d'épée, que cet animal reçut dans les flancs; c'était un autre que Bucéphale. Ce fut dans ce seul endroit qu'il y eut des morts et des blessés, parce qu'on y avait affaire à des hommes pleins de bravoure, et qui se battaient en désespérés. On dit que dans cette première bataille les Barbares perdirent vingt mille hommes de pied et deux mille cinq cents chevaux. Suivant Aristobule, il n'y eut, du côté d'Alexandre, que trente-quatre morts , dont neuf fantassins: ce prince leur fit ériger à tous des statues de bronze, qui furent jetées en fonte par Lysippe. Comme il voulut associer les Grecs à cette victoire , il envoya en particulier aux Athéniens trois cents boucliers de ceux qu'il avait pris sur les ennemis et fit graver sur le reste des dépouilles cette inscription ambitieuse: « Alexandre, fils de Philippe, et les Grecs, à l'exception des seuls Lacédémoniens, ont remporté ces dépouilles sur les Barbares qui habitent l'Asie. » Il envoya à sa mère la vaisselle d'or et d'argent , les tapis de pourpre , et les autres meubles de ce genre pris sur les Perses, dont il ne se réserva qu'une très petite partie.
    XXIII. Cette victoire opéra un changement si heureux et si subit dans les affaires d'Alexandre, que la ville de Sardes, capitale des provinces maritimes de l'empire des Perses, se rendit à lui, et que les autres villes suivirent bientôt son exemple : celles d'Halicarnasse et de Milet, qui seules firent résistance, furent prises de force. Alexandra, après avoir soumis tout le pays des environs, balança sur le parti qu'il devait prendre. Tantôt il voulait, sans aucun délai, marcher contre Darius , et tout mettre au hasard d'une bataille ; tantôt il croyait plus sûr de subjuguer d'abord les pays maritimes, et, après s'être fortifié et enrichi par ces premières conquêtes, d'aller attaquer ce prince avec plus d'avantage. On trouve, près de la ville de Xante en Lycie, une fontaine qui, ayant alors débordé et détourné son cours sans aucune cause visible, jeta, dit-on, du fond de son lit, une table de cuivre, sur laquelle étaient gravés d'anciens caractères, qui portaient que l'empire des Perses allait bientôt finir et qu'il serait détruit par les Grecs. Excité par cette prédiction, Alexandre se hâta de nettoyer toutes les côtes maritimes, jusqu'à la Phénicie et la Cilicie. Sa course en Pamphylie a donné lieu à l'exagération de plusieurs historiens, qui, supposant des faits extraordinaires, ont débité que par une faveur divine la mer s'était retirée devant Alexandre, quoiqu'elle soit ordinairement très orageuse sur cette côte, toujours battue des vagues, et qu'elle laisse rarement à découvert des pointes de rocher qui sont le long du rivage, au pied des sommets escarpés des montagnes qui le bordent. C'est sur ce prétendu prodige que Ménandre plaisante dans une de ses pièces :

    J'ai cela d'Alexandre : ai-je un besoin extrême
    De rencontrer quelqu'un? il s'offre de lui-même.
    Veux-je passer la mer? elle abaisse ses eaux,
    Et s'empresse à l'instant de retirer ses flots.

    Mais Alexandre lui-même, dans ses lettres, sans parler d'aucun prodige, dit simplement qu’au sortir de la ville de Phaselis il traversa le pas de l'Échelle et séjourna plusieurs jours dans cette ville; qu'ayant vu sur la place publique la statue de Théodecte le Phasélite, qui était déjà mort, il alla après souper, en partie de débauche, danser autour de cette statue et lui jeter des couronnes; il honorait ainsi d'une manière agréable, par ce divertissement, la mémoire de ce philosophe et le commerce qu'il avait eu avec lui par l'entremise d'Aristote et de la philosophie.
    XXIV. Il soumit ensuite les Pisidiens, qui avaient osé lui résister, et fit la conquête de la Phrygie. II se rendit maître de Gordyum, capitale des états de l'ancien Midas, où il vit ce char si fameux, dont le joug était lié avec une écorce de cormier; on lui fit connaître une ancienne tradition que les Barbares regardaient comme certaine, et qui portait que les destins promettaient l'empire de l'univers à celui qui délierait ce nœud. Il était fait avec tant d'adresse et replié tant de fois sur lui-même, qu'on ne pouvait en apercevoir les bouts. Alexandre, désespérant de le délier, le coupa avec son épée, et l'on découvrit alors les différents bouts qu'il avait. Aristobule prétend qu'Alexandre 1e délia avec la plus grande facilité, après qu'il eut ôté la cheville qui tenait le joug attaché au timon et qu'il eut retiré le joug à lui. Il partit de Gordyum pour aller soumettre la Paphlagonie et la Cappadoce; et, ayant appris la mort de Memnon, le seul des généraux de Darius qui, du côté de la mer, pût lui susciter le plus d'affaires et le plus d'obstacles, il se confirma dans le dessein qu'il avait formé de conduire son armée vers les hautes provinces de l'Asie. Darius était déjà parti de Suse, plein de confiance dans la multitude de ses troupes, qui montaient à plus de six cent mille combattants; il était surtout encouragé par un songe dont les mages lui avaient donné une interprétation dictée plutôt par le désir de lui plaire, que par la vraisemblance. Il avait songé que la phalange macédonienne était tout environnée de flammes; qu'Alexandre, vêtu de la même robe qu'il avait autrefois portée lui-même lorsqu'il était astande du roi de Perse, le servait comme un de ses officiers; et qu'après être entré dans le temple de Bélus, il avait subitement disparu. Le dieu, par cette vision, paraissait annoncer assez clairement que la puissance des Macédoniens parviendrait au plus grand éclat, que leur roi serait un jour maître de l'Asie, comme Darius l'était alors, après être devenu roi de Perse, d'astande qu'il était auparavant; mais qu'Alexandre mourrait bientôt comblé de gloire.
    XXV. La confiance de Darius s'accrut bien plus encore, lorsqu'il se fut persuadé que c'était la crainte qu' Alexandre avait de lui qui le retenait si longtemps dans la Cilicie; mais ce long séjour était causé par une maladie que les uns attribuaient à ses fatigues, et d'autres à un bain qu'il avait pris dans le Cydnus, dont l'eau est aussi froide que la glace. Ses médecins, persuadés que le mal était au-dessus de tous les remèdes, n'osaient lui administrer les secours nécessaires, de peur que s'ils ne réussissaient pas, les Macédoniens ne les en rendissent responsables; mais Philippe d'Acarnanie, son premier médecin, le voyant dans un danger extrême et se confiant en l'amitié qu'Alexandre avait pour lui, se serait cru coupable de lâcheté s'il ne s'était pas exposé à quelque péril, en essayant pour sa guérison les derniers remèdes, au risque de tout pour lui-même: il lui proposa donc une médecine qu'il lui persuada de prendre avec confiance, en l'assurant qu'elle le guérirait bientôt et le mettrait en état de continuer la guerre. Dans ce moment, Alexandre reçut une lettre que Parménion lui écrivait du camp, pour l'avertir de se tenir en garde contre Philippe, qui, séduit par les riches présents de Darius et par la promesse d'épouser sa fille, s'était engagé à faire périr Alexandre. Ce prince, après avoir lu cette lettre, ne la montra à aucun de ses amis et la mit sous son chevet. Quand il en fut temps, Philippe, suivi de tous les autres médecins, entra dans la chambre du roi avec la médecine qu'il portait dans une coupe. Alexandre lui donna d'une main la lettre de Parménion, et, prenant de l'autre la coupe, il avala la médecine tout d'un trait, sans laisser paraître le moindre soupçon. C'était un spectacle vraiment admirable et pour ainsi dire un coup de théâtre, que de voir en même temps Philippe lire la lettre et Alexandre boire la médecine; tous deux ensuite se regarder, mais d'un air bien différent. Alexandre, avec un visage riant et satisfait, témoignait à son médecin la confiance qu'il avait en lui; et Philippe, s'indignant contre cette calomnie, tantôt prenait les dieux à témoin de son innocence et tendait les mains au ciel; tantôt il se jetait sur le lit d'Alexandre, le conjurant d'avoir bonne espérance et de s'abandonner à lui sans rien craindre. Le remède, en se rendant maître de la maladie, abattit tellement les forces du prince, qu'il perdit la parole et tomba dans une si grande faiblesse, qu'il n'avait plus de sentiment; mais, promptement secouru par Philippe, il eut bientôt repris ses forces et se montra aux Macédoniens, dont l'inquiétude et la frayeur ne cessèrent qu'après qu'ils l'eurent vu.
    XXVI. Darius avait dans son armée un homme nommé Amyntas, qui s'était enfui de Macédoine et qui connaissait le caractère d' Alexandre. Quand il vit Darius se disposer à passer les défilés des montagnes pour marcher contre ce prince, il le conjura de l'attendre dans le lieu où il se trouvait, afin de combattre, dans des plaines spacieuses et découvertes, un ennemi qui lui était si inférieur en nombre. Darius lui ayant répondu qu'il craignait que les ennemis ne prissent subitement la fuite et qu'Alexandre ne lui échappât : « Ah! seigneur, répondit Amyntas, rassurez-vous sur ce point; Alexandre ne manquera pas de venir à vous, et sûrement il est déjà en marche. » Darius, loin d'être persuadé par ce que lui disait Amyntas, leva son
    camp et marcha vers la Cilicie, pendant qu'Alexandre allait en Syrie au-devant de lui; mais ils se manquèrent dans la nuit et revinrent chacun sur leurs pas. Alexandre, charmé de cet heureux hasard, se hâtait de joindre son ennemi dans les défilés, tandis que Darius cherchait à reprendre son ancien camp et à retirer ses troupes des détroits où elles étaient engagées: il commençait à reconnaître le tort qu'il avait eu de se jeter dans des lieux resserrés par la mer, par les montagnes et par le fleuve Pinarus, peu propres par conséquent à la cavalerie; d'ailleurs très coupés et d'une assiette favorable à un ennemi inférieur en nombre. La fortune donnait à Alexandre le poste le plus avantageux; mais il surpassa ce bienfait de la fortune en s'assurant la victoire par son habileté à ranger ses troupes en bataille. Quoique l'armée des ennemis fût très supérieure en nombre, il ne lui laissa pas la facilité d'envelopper la sienne: il fit déborder son aile droite sur la gauche des ennemis; et, s'étant réservé le commandement de cette aile, il mit en fuite les Barbares qu'il avait en tête, combattit toujours aux premiers rangs et fut blessé à la cuisse d'un coup d'épée; suivant Charès, ce fut de la main même de Darius, avec qui Alexandre s'était mesuré; mais ce prince, en écrivant à Antipater les détails de cette bataille, ne nomme point celui qui le blessa; il dit seulement qu'il reçut à la cuisse un coup d'épée, et que sa blessure n'eut point de suite fâcheuse.
    XXVII. Malgré cette victoire brillante, qui coûta plus de cent dix mille hommes aux ennemis, Alexandre ne put se rendre maître de la personne de Darius, qui, ayant pris la fuite, avait sur lui quatre ou cinq stades d'avance; il ne prit que son char et son arc et revint joindre son armée. II trouva les Macédoniens occupés à piller le camp des Barbares, d'où ils emportaient des richesses immenses, quoique Darius, pour rendre ses troupes plus propres au combat, leur eût donné peu de bagages et en eût laissé à Damas la plus grande partie. Ils avaient réservé à leur roi la tente de Darius, qu'il trouva remplie d'officiers de sa maison richement vêtus, de meubles précieux et d'une grande quantité d'or et d'argent. En arrivant il quitta ses armes et se mit au bain: « Allons laver, dit-il, dans le bain de Darius, la sueur de la bataille. - Dites plutôt dans le bain d'Alexandre, repartit un de ses courtisans; car les biens des vaincus appartiennent aux vainqueurs et doivent en prendre le nom. » Quand Alexandre vit les bassins, les baignoires, les urnes, les boîtes à parfums, le tout d'or massif et d'un travail parfait; quand il respira l'odeur délicieuse des aromates et des essences dont la chambre était embaumée; quand de là il fut passé dans la tente même, et qu'il eut admiré son élévation et sa grandeur, la magnificence des lits et des tables, la somptuosité et la délicatesse du souper, il se tourna vers ses amis et leur dit : Voilà ce qu'on appelait être roi .
    XXVIII. Il allait se mettre à table, lorsqu'on vint lui dire qu'on avait amené parmi les captifs la mère et la femme de Darius, avec ses deux filles; qu'à la vue de l’arc et du char de Darius elles avaient poussé des cris lamentables et s'étaient déchiré le sein , ne doutant pas que ce prince ne fût mort. Alexandre, plus sensible à leur infortune qu'à son propre bonheur, après être resté quelque temps en silence, envoya Léonatus leur apprendre que Darius n'était point mort, et qu'elles n'avaient rien à craindre d'Alexandre; qu'il ne faisait la guerre à Darius que pour l'empire; et qu'elles trouveraient auprès de lui tout ce qu'elles recevaient de ce prince dans sa plus grande fortune. Ces paroles si douces, si consolantes pour des princesses captives, furent suivies d'effets pleins de bonté: il leur permit d'enterrer autant de Perses qu'elles voudraient, et de prendre dans les dépouilles, pour ces funérailles, tous les habits et tous les ornements dont elles auraient besoin. Il leur conserva tous les officiers qu'elles avaient à leur service, et tous les honneurs qu'on leur rendait : il leur assigna même des pensions plus fortes que celles dont elles jouissaient à la cour de Perse. Mais la faveur la plus belle et la plus honorable pour des princesses qui, ayant toujours vécu dans la plus grande sagesse, étaient tombées dans la captivité, c'est que jamais elles n'entendirent proférer un seul mot déshonnête et n'eurent pas lieu de craindre, ni même de soupçonner rien qui fût contraire à la pudeur. Renfermées, non comme dans un camp ennemi, mais comme dans des asiles consacrés à des vierges, elles y vécurent dans une retraite profonde, et sans être vues de personne. Cependant la femme de Darius était, à ce qu'on assure, la plus belle princesse du monde, comme Darius était le plus beau et le mieux fait de tous les princes, et leurs filles leur ressemblaient.
    XXIX. Mais Alexandre, jugeant avec raison qu'il est plus digne d'un roi de se vaincre soi-même que de triompher de ses ennemis, ne s'approcha jamais d'elles et ne connut même, avant son mariage, d'autre femme que Barsine, qui, devenue veuve par la mort de Memnon, fut prise près de Damas. Comme elle était instruite dans les lettres grecques, qu'elle avait des mœurs douces et une naissance illustre, étant fille d'Artabaze, né d'une fille de roi, Alexandre s'attacha à elle par le conseil de Parménion, qui, suivant Aristobule, lui persuada de ne pas négliger une princesse si belle et si aimable. Mais en voyant les autres captives, qui toutes étaient d’une taille et d'une beauté singulières, il disait, en badinant, que les femmes de Perse étaient le tourment des yeux. Opposant donc à la beauté de leurs traits celle de sa continence et de sa sagesse, il passait auprès d'elles comme devant de belles statues inanimées. Philoxène, qui commandait pour lui dans les provinces maritimes, lui écrivit qu'un Tarentin, nommé Théodore, qui était auprès de lui, avait deux jeunes gens à vendre, d’une grande beauté; il demandait au roi s'il voulait qu’il les achetât pour lui. Alexandre, indigné de cette proposition, s'écria plusieurs fois devant ses amis: « Quelle action infâme m'a donc vu faire Philoxène, pour m'en proposer une pareille? » Il lui fit, dans sa réponse, les plus vifs reproches, et lui ordonna de renvoyer au plus tôt ce Théodore avec son indigne marchandise. Il ne réprimanda pas moins fortement un jeune homme, nommé Agnon, qui lui écrivit qu'il y avait à Corinthe un jeune garçon d'une beauté merveilleuse et qu'il l’achèterait pour le lui amener. Informé que Damon et Théodore, deux Macédoniens qui servaient dans l'armée de Parménion, avaient violé les femmes de quelques soldats mercenaires, il écrivit à ce général que si ces deux hommes étaient convaincus de ce crime, il les fît punir de mort, comme des bêtes féroces nées pour être le fléau de l'humanité. Et dans cette lettre il disait de lui en propres termes : «Pour moi, on ne me reprochera pas d'avoir vu ou voulu voir la femme de Darius; je n'ai pas même souffert qu'on parlât de sa beauté devant moi. » C'était surtout à deux choses qu il se reconnaissait mortel, au sommeil et à l'amour, parce qu'il regardait la lassitude et la volupté comme deux effets de la faiblesse de la nature.
    XXX. Sobre par tempérament, il donna plusieurs fois des preuves de sa frugalité, et en particulier dans sa réponse à la reine Ada, qu'il avait en quelque sorte adoptée pour sa mère, et rétablie dans le royaume de Carie. Cette princesse crut lui faire plaisir en lui envoyant tous les jours les viandes les mieux préparées, les pâtisseries les plus délicates, avec les meilleurs cuisiniers et les pâtissiers les plus habiles; mais il lui fit dire qu'il n'avait aucun besoin de tous ces gens-là, que son gouverneur Léonidas lui en avait donné de bien meilleurs : l'un pour le dîner, c'était une promenade avant le jour; et l'autre pour le souper, un dîner frugal. « Ce gouverneur, ajouta-t-il, allait souvent visiter les coffres où l'on serrait mes lits et mes vêtements, pour voir si ma mère n'y avait rien mis de mou ou de superflu. » Il fut aussi moins sujet au vin qu'on ne l'a cru; il en eut la réputation, parce qu'il restait longtemps à table, mais c'était moins pour boire que pour discourir. Chaque fois qu'il buvait il proposait quelque question à traiter d'une assez longue étendue, et ne prolongeait ainsi ses repas que lorsqu'il avait beaucoup de loisir. Mais quand il fallait s'occuper des affaires, jamais ni le vin, ni le sommeil, ni le jeu, ni l'amour même le plus légitime, ni le plus beau spectacle, rien enfin ne pouvait le retenir et lui enlever un temps précieux, comme il est arrivé à tant d'autres capitaines. La première preuve qu'on peut en donner, c'est sa vie même, qui, malgré sa courte durée, fut remplie des actions les plus glorieuses. Dans ses jours de loisir, il sacrifiait aux dieux dès qu'il était levé; il dînait ensuite toujours assis et passait le reste du jour à chasser, à juger les différends qui survenaient entre les soldats, ou bien à lire. Dans ses marches, lorsqu'il n'était pas pressé, il s'exerçait, chemin faisant, à tirer de l'arc, à monter sur un char, à en descendre en courant avec la plus grande rapidité. Souvent il s'amusait à chasser au renard ou aux oiseaux, comme on le voit dans le journal de sa vie. Rentré chez lui, il se baignait ou se faisait frotter d'huile, et s'informait de ses cuisiniers s'ils lui avaient préparé un bon souper. Il ne commençait son repas qu'à la nuit fermée; il avait un soin merveilleux de sa table et veillait lui-même à ce que tous les convives fussent servis également, que rien n'y fût négligé; et, comme je viens de le dire, il tenait table longtemps, parce qu il aimait la conversation.
    XXXI. Pour tout le reste c’était le plus aimable des rois dans le commerce de la vie ; il ne manquait d'aucun moyen de plaire, mais il se rendait importun à force de se vanter, et ressemblait en cela à un soldat fanfaron; outre qu’il se portait de lui-même à exalter ses propres exploits, il se livrait aux flatteurs, qui, par ce moyen, le maîtrisaient à leur gré et mettaient à la gêne les convives plus honnêtes qui ne voulaient ni lutter avec ses adulateurs, ni rester en défaut sur ses louanges: ils auraient rougi de l'un, et l'autre les exposait aux plus grands dangers. Après le souper, il prenait un second bain, et se couchait; il dormait souvent jusqu'à midi; quelquefois tout le jour. Il était d'ailleurs si tempérant dans l’usage des viandes recherchées, que lorsqu'on lui apportait les poissons de mer les plus rares et les fruits les plus délicieux, il en envoyait à ses amis et souvent il ne s'en réservait rien. Cependant sa table était toujours somptueuse; il augmenta sa dépense avec sa fortune; elle fut enfin fixée à dix mille drachmes et n'alla jamais au-delà. C'était la règle pour tous ceux qui lui donnaient à souper.
    XXXII. Après la bataille d'Issus, il envoya des troupes à Damas et fit enlever l'argent que Darius y avait déposé, avec les équipages, les enfants et les femmes des Perses. Les cavaliers thessaliens y firent un gain considérable: comme ils s'étaient distingués dans le combat, Alexandre les y envoya exprès, pour leur donner une occasion de s'enrichir. Le reste de son armée y amassa aussi de grandes richesses, et les Macédoniens, qui goûtaient pour la première fois de l'or, de l'argent, des femmes et du luxe des Barbares, firent ensuite comme les chiens qui ont tâté de la curée; ils allaient avec ardeur sur toutes les voies, pour découvrir à la piste les richesses des Perses. Cependant Alexandre ayant cru devoir s'assurer d'abord des places maritimes, les rois de Cypre et de Phénicie vinrent aussitôt les lui remettre entre les mains: la seule ville de Tyr ayant refusé de se soumettre, il en fit le siége, qui le retint sept mois; et pendant tout ce temps il ne cessa de la battre avec des machines de toute espèce. Pendant qu'elle était investie du côté de la mer par deux cents galères, il éleva du côté de la terre une forte digue. Durant ce siége, il vit en songe Hercule qui lui tendait la main et l'appelait du haut des murailles. Plusieurs Tyriens crurent aussi, pendant leur sommeil, entendre Apollon leur dire qu'il s'en allait vers Alexandre, parce qu'il était mécontent de ce qu'on avait fait dans la ville. Les Tyriens, traitant ce dieu comme un transfuge pris sur le fait, chargèrent de chaînes son colosse et le clouèrent sur sa base, en l'appelant Alexandriste. Alexandre eut, en dormant, une seconde vision: il lui sembla voir un satyre qui jouait de loin avec lui, et qui s'était échappé lorsqu'il s'approcha pour le prendre. Enfin, après l'avoir vivement pressé, après avoir longtemps couru après lui, il était venu se livrer entre ses mains. Les devins donnèrent de ce songe une interprétation assez vraisemblable: ils partagèrent le mot satyre en deux, sa Tyros, qui signifiaient alors : Tyr sera à toi. On montre encore la fontaine près de laquelle il vit en songe ce satyre.
    XXXIII. Vers le milieu du siége il alla faire la guerre aux Arabes qui habitent l’Anti-liban. Il y courut risque de la vie, pour avoir attendu son précepteur Lvsimachus, qui avait voulu le suivre à cette expédition, en disant qu'il n'était ni plus vieux, ni moins courageux que Phénix, qui avait accompagné Achille au siége de Troie. Quand on fut au pied de la montagne, Alexandre quitta les chevaux pour la monter à pied. Ses troupes le devancèrent de beaucoup ; et comme il était déjà tard, que les ennemis n'étaient pas loin, il ne voulut pas abandonner Lysimachus, à qui la pesanteur de son corps rendait la marche difficile; mais, en l'encourageant et le portant à moitié, il ne s'aperçut pas qu'il s'était séparé de son armée, qu'il n'avait avec lui que très peu de monde, et que, par une nuit obscure et un froid très piquant, il était engagé dans des lieux difficiles. Il vit de loin un grand nombre de feux que les ennemis avaient allumés de côté et d'autre. Se confiant à sa légèreté naturelle; accoutumé, en travaillant lui-même, à soutenir les Macédoniens dans leurs peines, il courut à ceux des Barbares dont les feux étaient le plus proche, en perça de son épée deux qui étaient assis auprès du feu; et, prenant un tison allumé, il revint trouver les siens, qui allumèrent de grands feux, dont les Barbares furent si effrayés, que les uns s'enfuirent précipitamment; les autres, ayant osé les attaquer, furent mis en déroute; et les Macédoniens passèrent la nuit sans danger. Tel est le récit de l'historien Charès.

    Plutarque, Les vies des hommes illustres, traduction Ricard, Furne et Cie Librairies-éditeurs, Paris, 1840.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Plutarque
    Extrait
    La rencontre avec Diogène. Les Grecs assemblés dans l'isthme ayant arrêté par un décret qu'ils se joindraient à Alexandre pour faire la guerre aux Perses, il fut nommé chef de cette expédition et reçut la visite d'un grand nombre d'hommes d'état et de philosophes, qui vinrent le féliciter de cette élection. Il se flatta que Diogène, qui était alors à Corinthe, lui rendrait aussi sa visite; mais, voyant que ce philosophe faisait peu de cas de lui et qu'il se tenait tranquillement dans son faubourg, il alla lui-même le voir. Diogène était couché au soleil ; et lorsqu'il vit venir à lui une foule si nombreuse, il se souleva un peu, et fixa ses regards sur Alexandre. Ce prince, après l'avoir salué, lui demanda s'il avait besoin de quelque chose : « Oui , lui répondit Diogène; ôte-toi un peu de mon soleil. » Alexandre, frappé de cette réponse et du mépris que Diogène lui témoignait, admira sa grandeur d'âme; et, comme ses officiers, en s'en retournant, se moquaient de Diogène : «Pour moi, leur dit ce prince, si je n'étais pas Alexandre, je voudrais être Diogène. »
    Documents associés
    Adolphe Bossert
    légende, imaginaire, littérature germanique, moyen âge, héros
    Plutarque
    Plutarque

    2%
    Dons reçus (2017-2018): 509$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.