• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Dans les champs des Flandres (In Flanders Fields)

    John McCrae

    Né à Guelph, en Ontario, le 30 novembre 1872 dans une famille presbytérienne écossaise, John McCrae a obtenu un baccalauréat en médecine en 1898 à l'Université de Toronto. Il a travaillé en tant qu'officier résident à l'Hôpital général de Toronto de 1898 à 1899. Après avoir travaillé en tant qu'officier résident à l'Hôpital général de Toronto, McCrae s'embarque en décembre 1899 pour l'Afrique du Sud où il participe, avec son unité, à la deuxième guerre des Boers. Il quitte l'Afrique du Sud avec des sentiments partagés, choqué du piètre traitement que recevaient les soldats malades et blessés. Il démissionne de la 1re brigade d'artillerie en 1904 après avoir été promu capitaine, puis major. Mais en 1914, il s'engage comme volontaire dans la grande guerre. Il a emmené avec lui un cheval nommé Bonfire, un cadeau d'un ami.
    En avril 1915, John McCrae se retrouve dans les tranchées d'Ypres, ville flamande en Belgique. Il perd au cours des combats un de ses meilleurs amis qui fut inhumé dans une tombe de fortune marquée d'une simple croix de bois où les coquelicots sauvages poussent entre les rangées. Le lendemain, il compose son illustre poème:

    Au champ d'honneur, les coquelicots
    Sont parsemés de lot en lot
    Auprès des croix; et dans l'espace
    Les alouettes devenues lasses
    Mêlent leurs chants au sifflement
    Des obusiers.
    Nous sommes morts,
    Nous qui songions la veille encor'
    À nos parents, à nos amis,
    C'est nous qui reposons ici,
    Au champ d'honneur.
    À vous jeunes désabusés,
    À vous de porter l'oriflamme
    Et de garder au fond de l'âme
    Le goût de vivre en liberté.
    Acceptez le défi, sinon
    Les coquelicots se faneront
    Au champ d'honneur.

    (Adaptation signée Jean Pariseau, CM, CD, D. ès L. (histoire).

    Le 28 janvier 1917, John McCrae décède des suites d'une pneumonie et d'une méningite. Il a été inhumé au cimetière de Wimereux, au nord de Boulogne, près des champs de Flandre. Bonfire était à la tête du cortège funèbre, et les bottes de McCrae étaient renversées dans les étriers. Un copain devait écrire ce qui suit au sujet des funérailles :

    «C'était une bien belle journée de printemps, aucun de nous ne portait de pardessus et la brume jaillissait des montagnes à Wimereux. J'étais vraiment reconnaissant que le poète auteur de «In Flanders Fields» repose là au soleil, en pleine campagne, qu'il aimait tellement (...)» (Prescott. In Flanders Fields: The Story of John McCrae, p. 77) (traduction)

    Depuis, pour les britanniques, le « Poppy » (coquelicot) symbolise le sacrifice et le souvenir de la première guerre mondiale, alors que le Jour de l'armistice du 11 Novembre est appelé le « Poppy Day » (jour du coquelicot).

    À Ypres, le 11 novembre de chaque année, les collines des deux côtés de la Porte Ménin (Menen) sont recouvertes de coquelicots en papier. La porte Ménin est un mémorial dédié aux soldats du Commonwealth, tués au cours des batailles féroces autour du Saillant d'Ypres et disparus sans sépultures. Situé à la sortie orientale de la ville d'Ypres, en Flandre (Belgique), à l'emplacement d'une ancienne porte des fortifications Vauban ceinturant la ville, elle marque le point de départ d’une des principales routes menant les soldats alliés au front pendant la Première Guerre mondiale, en direction de la petite ville flamande de Menin (en néerlandais Menen). Conçu par Sir Reginald Blomfield et construit par le gouvernement britannique, le Mémorial a été inauguré le 24 juillet 1927. chaque soir à 20 heures, les clairons de la brigade locale des pompiers ferment la route qui passe sous le mémorial et jouent The Last Post. Cette cérémonie s’est poursuivie sans interruption depuis le 2 juillet 1928, à l’exception de la période d'occupation allemande lors de la seconde guerre mondiale, durant laquelle la cérémonie quotidienne se déroulait au cimetière militaire de Brookwood, dans le Surrey, en Angleterre.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Porte_de_Menin

    http://www.lastpost.be

    MUSÉE
    Musée «In Flanders fields» à Ypres, Belgique

    http://www.inflandersfields.be/
    On trouve sur ce site le registre des pertes des armées belge, française, anglaise et allemande
    le poème et la photo de John Mc Grae
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading

    Documents associés

    • Achever Clausewitz
    • Des millions de victimes innocentes ont ainsi immolées depuis l'aube de l'humanité pour permettre à...
    • Le Temps d'une guerre
    • Une série de trois films tournés en hommage aux hommes et aux femmes d'ici, enrôlés dès le...
    • Canada en guerre
    • Cette série de 13 films historiques, regroupés sur 4 disques DVD, est l'un des projets...
    • Le pain de guerre
    • Je me souviens du pain, du pain gluant et noir, De la farine d'orge à la grosse mouture. Mais...
    • Histoires de vie
    • Guerres, génocides, holocauste, autant d'événements tragiques que la discipline historique nous...
    • La mère bretonne
    • « C'est la vieille maman de la terre Bretonne, Qui pleure sur ses fils tombés au champ...
    • La nuit de mai
    • Les spectres évitaient la route où j'ai passé Mais la brume des champs trahissait leur haleine La...