• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Ville

    Quelques classiques de l'urbanisme

    Jacques Dufresne

    Table des matières

    Les origines et la mort des villes, par Jean Robert

    Styles et formes du développement urbain
    , par Jean Proulx

    Fustel de Coulanges, les villes, incarnations des croyances


    Patrick Geddes ou l’évolution des villes


    Lewis Mumford ou la cité écologique


    Le Corbusier ou la ville rationnelle


    Murray Bookchin ou l’humanisation de l’écologie


    Jane Jacobs, idées neuve, vieux immeubles


    Luc Bureau, la ville se juge aux pas oubliés du promemeur


    Christopher Alexander, regard sur l’insaisissable

      

    Les origines et la mort des villes, par Jean Robert

    Le synécisme est la thèse selon laquelle les grandes villes naîtraient de la fusion d'agglomérations moyennes, et celles-ci, de l'effacement des lisières et frontières entre les villages et hameaux d'une même vallée. […] Quel serait par exemple l'effet d'une critique du synécisme sur les fantaisies des urbanistes qui, prétendant construire des "villes nouvelles" en juxtaposant comme des "mots" des fonctions isolées, nient les relations de support mutuel tissées progressivement par les marchands locaux, dénigrent l'autonomie créatrice des quartiers urbains, ignorent la générosité des fêtes populaires tout comme l'inamovibilité des tombes et se pincent le nez face au droit des peuples à leur propre saleté? 

    Styles et formes du développement urbain, par Jean Proulx

    On pourrait croire que le modèle actuel de développement urbain est irréversible ou que les tendances présentes de l'urbanisation sont inévitables. Pourtant, un modèle n'est pas plus un déterminisme qu'une tendance n'est une fatalité. À l'origine, il y a plus de 5,000 ans, l'urbanisation ellemême fut le résultat d'un choix de l'humanité, comme le rappelle René Dubos. À plus forte raison, les formes et les modèles de l'urbanisation sontils rattachés aux options et aux valeurs fondamentales que se donne une civilisation. En ce sens, l'urbanisme est bien plus qu'une science et une technique ; c'est un système de valeurs, et John Ruskin a raison de rappeler que “nul ne peut être architecte (ou urbaniste) s'il n'est métaphysicien”. L'aménagement du territoire est une option politique qui met en cause, en dernière instance, le style de vie et le type d'homme d'une civilisation.1 En somme, l'urbanisme exprime les manières d'être, de sentir et de penser d'une époque: il est le lieu d'une culture.

    Fustel de Coulanges

    Il soutient une thèse générale: c'est que les institutions dérivent des croyances et que c'est le culte des morts qui a constitué l'organisation de la famille. Plus tard, quand on a divinisé les forces de la nature, on a eu un culte accessible à toutes les familles, et qui en conséquence a favorisé la création de la cité. En une formule saisissante, il marquait la relation des croyances et des institutions: «Nous avons fait l'histoire d'une croyance. Elle s'établit: la société humaine se constitue. Elle se modifie: la société traverse une série de révolutions. Elle disparaît: la société change de face.» La rigueur de ses déductions, la beauté de la forme entraînaient le lecteur. En fait, il avait vu une face des choses, mais rien qu'une face; il laissait de côté les autres facteurs déterminants de la cité antique: les besoins de la défense, les phénomènes économiques, dont alors il semblait encore faire bon marché.


    Patrick Geddes


    Cet anglais inclassable est à l’évolution des villes ce que Darwin est à l’évolution des espèces. Selon Lewis Mumford, dont Geddes fut le maître,parmi « toutes les contributions révolutionnaires de Patrick Geddes à la planification, ce qui le distinguait de l’administrateur, du bureaucrate ou de l’homme d’affaires, c’était « son désir de laisser une partie essentielle du processus aux mains de ceux qui vont l’utiliser : les consommateurs et les citoyens ». Mumford a hérité aussi du respect de Geddes pour le savoir populaire ou prémoderne. »

    Lewis Mumford ou la cité organique

    Lewis Mumford est né en 1895 et est mort en 1990. Comment le présenter? Fut-il davantage historien que sociologue, ou philosophe, urbaniste, critique littéraire, essayiste ou journaliste? Il fut tout cela à la fois, le fil conducteur de sa pensée étant son intérêt pour trois sujets interdépendants : la vie, la raison technicienne… et la ville où elles sont souvent en conflit. Non seulement les ouvrages plus connus de Lewis Mumford, Technique et civilisation et la Cité à travers les âges retiennent-ils toujours l’attention, mais ils suscitent un vif intérêt en ce moment, parmi les jeunes surtout. On peut désormais les considérer comme des classiques.

    Voici une vidéo d’une heure où Le Corbusier raconte sa vie et présente, images à l’appui sa conception de l’urbanisme

    Chandigarh : ville ouverte – fermée

    Les espaces publics monumentaux des abords des institutions devaient tout à la fois mettre en scène les constructions, le paysage de l'Himalaya et symboliser l'Acropole de la Grèce antique, lieu où les citoyens devaient se réunir pour discuter des affaires de la cité : « Le forum, lieu capital des conversations, des transactions et dialogues » note Le Corbusier. Aujourd'hui, ces espaces ouverts se sont transformés en zones sécurisées. Très loin des idées de «ville ouverte», ses esplanades monumentales sont devenus des no man's land de béton. Par crainte d'attentats [notamment des nationalistes Sikhs] des soldats armés et des mitrailleuses transforment les monuments en gigantesques forteresses assiégées. […] Le Capitole de Chandigarh est maintenant une caricature de son intention originel. La ville, une segregated City pour les plus riches. 

    Jane Jacobs, un portrait saisissant de Michel Lapierre

    Elle nous montre de manière convaincante qu'en éliminant presque totalement des grandes villes les espaces conviviaux propices aux échanges de toutes sortes, l'étalement urbain a miné le sens critique des citoyens. Comme l'explique Jane Jacobs, l'apathie banlieusarde a ralenti l'évolution des idées politiques, des comportements sociaux et des courants artistiques. Cette torpeur de la société aurait même, en banalisant les rapports humains, contribué à la crise de la famille, au triomphe des simples diplômés sur les esprits créateurs, à l'étouffement affairiste de la science, à l'aggravation de l'iniquité fiscale et au déclin de l'éthique sociale.

    «Voici, à titre d’exemple, quelques idées fortes du Déclin et survie de 1961.

    Au sujet de vieux immeubles comparés à des immeubles neufs, ce qui est le cas de tant de quartiers à Montréal : « Les vieilles idées peuvent exister dans des immeubles neufs, mais les nouvelles idées doivent avoir accès à de vieux immeubles. » En d’autres termes, les frais fixes élevés des immeubles neufs éliminent toute possibilité de faire de l’expérimentation avec de nouvelles idées où le risque d’échec est trop élevé. Elle conclut : « Le temps transforme les coûts de construction élevés pour une génération en une aubaine pour la génération suivante. »

    Murray Bookchin

    Fondateur de l’Institut d’écologie sociale du Vermont, MURRAY BOOKCHIN (1921-2006) est né au sein d’une famille russe de New York. Il fut ouvrier dans une fonderie, puis dans l'industrie automobile, avant de devenir enseignant et philosophe. Érudit, excellent orateur et débatteur remarquable, il fut une figure de proue de l’anarchisme, de la Nouvelle Gauche et de l’écologie aux États-Unis. Sa pensée radicale et originale continue d’influencer les mouvements sociaux contemporains. Les Éditions Écosociété doivent leur nom à son concept « d’écologie sociale

    Humaniser l'écologie, par Muuray Bookchin

     

    La ville selon le géographe Luc Bureau

    La ville, la vraie ville, est ce qui se parcourt à pied sans aucune idée des distances parcourues. Son aire d'extension se jauge aux pas oubliés du promeneur. Oublier ses pas, c'est avoir l'esprit et les sens tout absorbés par la prospection de nouvelles visions et perspectives, de nouveaux repères et visages. Une ville qui n'invite pas à la marche, à ces déambulations lentes qui vous entraînent presque malgré vous dans des itinéraires mal définis, n'est qu'une erreur d'ordre urbanistique, une parodie.

    Christopher Alexander

    Le plus fascinant peut-être de tous les classiques est présenté ici en français par la personne au monde la plus habilité à le faire  : Jane Quillien. André Demailly résume ainsi  contribution:

    «Christopher Alexander est une sorte de Perceval moderne cherchant inlassablement  son Graal : la ‘qualité sans nom’ ou ‘beauté’ qui émerge des rapports des parties au tout, tant  dans l’architecture que dans la nature. Les lecteurs francophones ont quelque connaissance de son premier ouvrage “Notes on the Synthesis of Form” (1964), traduit en 1971, mais ignorent la  plupart des suivants, notamment “A Pattern Language” (1977) et “The Nature of Order” (2002).  
     

    Pour nous éclairer sur cette œuvre si singulière, Jane Quillien constitue le « passeur »  idéal. Après une jeunesse américaine, elle a longtemps vécu en Europe et même participé à plusieurs rencontres du « Réseau Intelligence de la Complexité », avant de travailler pendant six ans aux côtés de Christopher Alexander puis de collaborer au Laboratoire d’anthropologie de l’Université du Nouveau Mexique à Santa-Fé.

    Elle a en effet accepté de traduire à notre intention l’article “Grasping the Ineffable : from  Patterns to Sequences” (à paraître dans la revue Environmental Architectural Phenomenology, 18, n°1,  Winter 2007) qu’elle a consacré à une mise en perspective originale et vivifiante de “A Pattern  Language” et “The Nature of Order”.

    En outre, pour introduire cet article, elle a bien voulu nous donner, dans un texte richement illustré, intitulé “Les cheminements de Christopher Alexander”, une vue panoramique d’une œuvre que d’aucuns prennent pour du ‘poil à gratter’ et d’autres pour l’appel au  ‘pourquoi pas ?’ d’un homme qui veut ‘comprendre pour faire et faire pour comprendre’… et  que l’on peut tenir aussi pour un explorateur attentif à l’infinie variété des îles de l’archipel de la  complexité….

    Avec l’équipe d’animation du site du Réseau Intelligence de la complexité, nous la remercions vivement de son concours à notre veille collective.»

    André Demailly

    ***

    « Comme le dit Philippe Deshayes (1999) à propos de Chartres, « On sait bien qu’il se passe parfois des choses qui vont au-delà de l’architecture, mais on ne sait pas en parler ». Dans The Timeless Way of Building (1979), Alexander s’attarde longuement sur cet insaisissable. Il cherche cette qualité qui se dégage de certaines constructions traditionnelles : à la fois ce qui émerge du lieu tout en lui étant propre, ce qui ‘est’ sans chercher à ‘paraître’, ce qui est présence vivace et se fiche des contradictions, ce qui apporte confort immédiat et sentiment d’éternité, ce qui captive et libère à la fois… Bref, cette ‘totalité’, cette ‘qualité sans nom’… »   Jane Quillien

     
     
    Date de création : 2018-03-26 | Date de modification : 2018-03-28

    33%
    Dons reçus (2017-2018):8 197$
    Objectif (2017-2018): 25 000$


    Nous avons reçu près de 22 000$ lors de la campagne 2016-2017. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2017-2018, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.