• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Alexandre le Grand

    La vie d'Alexandre - 3e partie

    Plutarque
    LXIX. Propos libre de Clitus contre Alexandre dans l'ivresse. - LXX. Meurtre de Clitus. -LXXI. Douleur d'Alexandre. Anaxarque le console. - LXXII. Dispute entre Anaxarque et Callisthène. - LXXIV. Callisthène se rend odieux au roi par son indiscrétion. - LXXIV. Les courtisans d’Alexandre l'irritent contre Callisthène. - LXXV. Mort de Callisthène et de Démarate. – LXXVI. Alexandre, avant de partir pour l’Inde, fait brûler tout le bagage inutile. LXXVII. Divers présages de son expédition - LXXVIII. II prend la roche de Sisimethrès. Sa réception aux ambassadeurs des villes du pays. - LXXIX. Entrevue d'Alexandre et de Taxile. Cruauté d'Alexandre envers une troupe d'Indiens. - LXXX. Il passe l'Hydaspe pour aller attaquer Porus. – LXXXI. Il remporte la victoire. - LXXXII. II traite bien Porus. - LXXXIII. Les Macédoniens refusent d'aller plus avant dans l'Inde. Monuments qu’Alexandre y laisse de son expédition. - LXXXIV. Il prend la ville des Malliens. - LXXXV. Il fait des présents aux gymnosophistes , les sages du pays. - LXXXVI. II envoie Onésicritus vers les brachmanes. -LXXXVIII. Il va voir l'océan. LXXXVIII. Pompe bachique avec laquelle il en revient. - LXXXIX. Soulèvement dans l'empire d'Alexandre. - XC. Il fait mourir celui qui avait violé le tombeau de Cyrus. - XCI. Mort de Calanus. -XCII. Alexandre épouse Statira. -XCIII. Il renvoie, avec de grands présents, les macédoniens hors de service. - XCIV. Mort et sépulture d'Éphestion. -XCV. Présages qui avertissent Alexandre de ne pas entrer dans Babylone. - XCVI. Il devient triste et méfiant. - XCVII. Sa superstition. II tombe malade. - XCVIII. Sa mort. - XCIX. S'il est vrai qu’il fut empoisonné. - C. Roxane fait mourir Statira. M. Dacier place l'expédition d'Alexandre en Asie à l'an du monde 3614, la première année de la 111e olympiade, l'an de Rome 417, avant J.-C. 334 ; et sa mort à l'an du monde 3627, la année de la 114' olympiade l'an de Rome 430, avant J.-C. 321. Les nouveaux éditeurs d'Amyot renferment sa vie depuis la première année de la 106 olympiade, jusqu'à la première année de la 114e, avant J.-C. 324.

    LXIX. On avait déjà bu avec excès, lorsqu'un des convives chanta des vers que Pranichus ou Piérion avaient faits contre les capitaines macédoniens qui venaient d'être battus par les Barbares, et dans lesquels on les couvrait de honte et de ridicule. Les plus âgés des convives, indignés d'une pareille insulte, blâmaient également le poète et le musicien; mais Alexandre et ses favoris, qui prenaient plaisir à les entendre, ordonnèrent au musicien de continuer. Clitus, naturellement âpre et fier, et déjà plein de vin, s'emportant plus que les autres, s'écria que c'était une indignité d'outrager ainsi, en présence de Barbares, et de Barbares ennemis, des capitaines macédoniens qui, à la vérité, avaient été malheureux, mais qui valaient beaucoup mieux que ceux qui les insultaient. Alexandre lui ayant dit qu'il plaidait sa propre cause, en appelant malheur ce qui n'était que lâcheté, Clitus se leva brusquement : « C'est pourtant, répliqua-t-il, cette lâcheté qui vous a sauvé la vie, lorsque, tout fils des dieux que vous êtes, vous tourniez déjà le dos à l'épée de Spithridate. C'est le sang des Macédoniens, ce sont leurs blessures qui vous ont fait si grand, que, répudiant Philippe pour père, vous prétendez être fils de Jupiter Ammon. » Alexandre vivement piqué de ce reproche: « Scélérat, s'écria-t-il, espères-tu avoir longtemps sujet de te réjouir des propos que tu tiens tous les jours contre moi, pour exciter les Macédoniens à la révolte? - En effet, Alexandre, repartit Clitus, n'avons-nous pas bien à nous réjouir dès à présent, quand nous recevons, pour tous nos travaux, de pareils salaires, et que nous portons envie à ceux qui ont eu le bonheur de mourir avant que d'avoir vu les Macédoniens déchirés par les verges des Mèdes, et obligés, pour avoir accès auprès de leur roi, d'implorer la protection des Perses! »

    LXX. Pendant que Clitus parlait ainsi sans aucun ménagement, et qu'Alexandre, l'accablant d'injures, se levait pour courir sur lui, les plus vieux s'efforçaient d'apaiser le tumulte. Alexandre se tournant vers Xénodochus de Cardie et Artémius le Colophonien : « Ne vous semble-t-il pas, leur dit-il, que les Grecs sont au milieu des Macédoniens comme les demi-dieux parmi des bêtes sauvages? » Clitus, loin de céder, s'écrie qu'Alexandre n'a qu'à parler tout haut, ou qu'il ne doit pas appeler à sa table des hommes libres et pleins de franchise, mais vivre avec des Barbares et des esclaves qui ne feraient pas difficulté d'adorer sa ceinture persienne et sa robe blanche. Alexandre, n'étant plus maître de sa colère, lui jette à la tête une des pommes qui étaient sur la table et cherche son épée; mais Aristophane, un de ses gardes, avait eu la précaution de l'ôter. Tous les autres convives l'entourent et le conjurent de se calmer. Mais, s'arrachant de leurs mains, il appelle ses gardes d'une voix forte, en langage macédonien, ce qui était le signe d'un grand mouvement, et il ordonne au trompette de sonner l'alarme. Comme celui-ci différait et refusait même d'obéir, le roi lui donna un coup de poing sur le visage. Ce trompette fut depuis généralement estimé pour avoir seul empêché que tout le camp ne prit l'alarme. Comme Clitus ne diminuait rien de sa fierté, ses amis l'obligèrent, quoique avec peine, à sortir de la salle; mais il y rentra sur-le-champ par une autre porte , en chantant avec autant de mépris que d'audace ce vers de l'Andromaque d'Euripide:
    Quel usage pervers les Grecs ont introduit !
    Alexandre désarme un de ses gardes, et, voyant Clitus passer à côté de lui en ouvrant la portière, il lui passe la javeline au travers du corps. Clitus pousse un profond soupir, semblable à un mugissement, et tombe mort aux pieds du roi.
    LXXI. Aussitôt la colère d'Alexandre se dissipe: revenu à lui-même, et voyant tous ses officiers dans un morne silence, il arrache la javeline du corps de Clitus et veut s'en frapper à la gorge, mais ses gardes lui arrêtent la main et l'emportent de force dans sa chambre. Il passa toute la nuit et le jour suivant à fondre en larmes; et, quand il n'eut plus la force de crier, ni de se lamenter, il resta étendu par terre, sans proférer une parole, ne poussant que de profonds soupirs. Ses amis, craignant les suites de ce silence obstiné, forcèrent la porte et entrèrent dans sa chambre. Il ne fit aucune attention à ce qu'ils lui dirent. Le devin Aristandre, lui ayant rappelé le signe et la vision qu'il avait eu au sujet de Clitus, lui dit que tous les événements étaient réglés par les destins; ce qui parut un peu le soulager. Les courtisans firent entrer Callisthène, parent d'Aristote, et Anaxarque de la ville d'Abdère. Callisthène essaya doucement de le calmer en le ramenant aux principes de la morale, et prit des détours pour s'insinuer dans son esprit, sans aigrir sa douleur. Anaxarque, qui, dès son entrée dans la philosophie, s'était ouvert une route nouvelle et qui passait pour traiter avec beaucoup de dédain et de fierté tous les autres philosophes, fut à peine entré dans la chambre du roi, que prenant un ton très haut : « Le voilà donc, dit-il, cet Alexandre, sur qui toute la terre a les yeux ouverts. Le voilà étendu à terre comme un esclave, fondant en larmes, craignant les lois et la censure des hommes, lui qui doit être la loi même, et la règle de toute justice ! Pourquoi a-t-il donc vaincu? Est-ce pour commander, pour régner en maître, ou pour se laisser maîtriser par une vaine opinion? Ignorez-vous, ajouta-t-il, en s'adressant à lui-même, qu'on représente la Justice et Thémis assises sur le trône de Jupiter pour nous faire entendre que toutes les actions du prince sont justes légitimes? » Anaxarque, par ces discours et par d'autres semblables, adoucit la douleur du roi; mais il le rendit dur et injuste. Il s'insinua d'ailleurs très avant dans ses bonnes grâces, et le dégoûta de plus en plus de la conversation de Callisthène, dont l’austérité n'était déjà que trop odieuse à Alexandre.
    LXXII. Un jour à table, la conversation tomba sur les saisons et sur la température de l’air; Callisthène trouvait, comme bien d'autres, que ce climat était plus froid que celui de la Grèce, et que les hivers y étaient plus rudes. Anaxarque soutenait avec obstination le contraire. «Vous ne sauriez disconvenir, lui dit Callisthène, que nous ne soyons dans un climat plus froid; car en Grèce vous passiez l’hiver avec un
    simple manteau; et ici, vous êtes couvert, même à table, de trois gros tapis. » Anaxarque fut vivement piqué de cette réponse; mais, d'un autre côté, les sophistes et les flatteurs de la cour d'Alexandre étaient mortifiés de voir Callisthène recherché des jeunes gens pour son éloquence, et non moins agréable aux vieillards par sa conduite réglée, grave et modeste, qui confirmait le motif qu'on donnait à son voyage en Asie; il n'était venu, disait-on, trouver Alexandre que pour obtenir de ramener ses concitoyens dans sa patrie et de la repeupler. Quoique sa réputation fût la principale cause de l'envie qu'on lui portait, il donna pourtant lieu quelquefois aux calomnies de ses ennemis , parce qu'il refusait souvent les invitations que le roi lui faisait de venir souper chez lui; et, lorsqu'il y allait, son silence et sa gravité faisaient assez connaître qu'il n'approuvait rien de ce qu'on y faisait et qu'il n'y prenait aucun plaisir. Aussi Alexandre disait-il de lui :
    Un sage est odieux, s'il ne l’est pour lui-même.
    LXXIII. Un jour que Callisthène soupait chez Alexandre avec un grand nombre de convives, on le pria de faire, la coupe à la main, l'éloge des Macédoniens ; il traita ce sujet avec tant d'éloquence, que tous les assistants, s'étant levés de table, battirent des mains à l’envi et lui jetèrent des couronnes. Alexandre, pour diminuer son mérite, cita ce vers d'Euripide :
    Qui traite un beau sujet est sans peine éloquent
    Mais montre-nous , ajouta-t-il, le pouvoir de ton éloquence en blâmant les Macédoniens, afin qu’instruits de leurs fautes, ils en deviennent meilleurs. » Alors Callisthène, chantant la palinodie, dit avec une grande liberté des choses très désavantageuses sur le compte des Macédoniens, et fit voir que les divisions des Grecs avaient été la seule cause de l'agrandissement et de la puissance de Philippe; il finit par rappeler ce vers d'Homère :
    Dans les séditions, les méchants seuls gouvernent.
    Callisthène s'attira par ce discours, de la part des Macédoniens, une haine implacable; et Alexandre dit lui-même que Callisthène avait donné des preuves de son talent que de son animosité contre les Macédoniens. Voilà, suivant Hermippus, le récit que Stroïbus, le lecteur de Callisthène, avait fait à Aristote. Cet historien ajoute que Callisthène, voyant qu'Alexandre était refroidi à son égard, lui avait dit deux ou trois fois, en le quittant, ce vers d'Homère :
    Patrocle a bien péri, qui valait mieux que toi.
    Aristote n'eut donc pas tort de dire que Callisthène avait un grand talent pour la parole, mais qu'il manquait de jugement: cependant son refus persévérant, et digne d'un vrai philosophe, de rendre au roi l'adoration qu'il exigeait, son courage à dire publiquement ce que les plus vieux et les plus sensés des Macédoniens pensaient en secret avec indignation, épargnèrent aux Grecs une grande honte, et à Alexandre lui-même une plus grande encore, en l'éloignant de se faire rendre un pareil hommage; mais Callisthène se perdit, parce qu'il eut l’air de forcer le roi plutôt que de le persuader.
    LXXIV. Charès de Mitylène raconte que, dans un festin, Alexandre, après avoir bu, présenta la coupe à un de ses amis; que celui-ci l'ayant prise se leva, se tourna vers les dieux domestiques, but la coupe, et, après avoir donné un baiser au prince, se remit à table. Tous les autres convives firent successivement la même cérémonie. Callisthène, ayant pris la coupe à son tour, pendant qu'Alexandre s'entretenait avec Éphestion et ne prenait pas garde à lui, vida la coupe, et alla, comme les autres, pour donner un baiser au roi. Mais Démétrius, surnommé Phidon , ayant dit à Alexandre : « Seigneur, ne le baisez point, car il est le seul qui ne vous ait pas adoré; » le roi détourna la tête pour ne pas recevoir son baiser: « Eh bien ! dit tout haut Callisthène, je me retirerai avec un baiser de moins que les autres. » Alexandre, à qui cette conduite donnait de l'éloignement pour ce philosophe, en fut plus disposé à croire Éphestion, lorsqu'il lui dit que Callisthène, après lui avoir promis d'adorer le roi, avait manqué à sa parole. Un Lysimachus et un Agnon aggravèrent encore cette accusation, et dirent que ce sophiste se glorifiait partout du refus qu'il avait fait d'adorer Alexandre, croyant par-là avoir détruit la tyrannie; que tous les jeunes gens le recherchaient avec ardeur, et s'attachaient à lui comme au seul homme qui fût libre au milieu de tant d'esclaves. Aussi, quand la conspiration d'Hermolaüs contre Alexandre eut été découverte, on n'eut pas de peine à croire ceux qui déposèrent qu'Hermolaüs ayant demandé à Callisthène comment il pourrait devenir le plus célèbre des hommes, ce philosophe lui avait répondu : « En tuant le plus célèbre d'entre eux; » que pour exciter Hermolaüs à exécuter ce complot, il lui disait de ne pas avoir peur du lit d'or et de se souvenir qu'il avait affaire à un homme sujet aux maladies et aux blessures.
    LXXV. Cependant aucun des complices d'Hermolaüs, au milieu même des plus cruels tourments, ne nomma point Callisthène; et Alexandre lui-même, en écrivant tout de suite à Cratère, à Attalus et à Alcétas, les détails de cette conjuration, leur dit que ces jeunes gens, appliqués à la torture, avaient déclaré qu'ils étaient seuls les auteurs du complot, et que nul autre qu'eux n'en avait eu le secret. Mais depuis, dans une lettre à Antipater, il accuse Callisthène de complicité. « Les jeunes gens, dit-il, ont été lapidés par les Macédoniens; mais je punirai moi-même le sophiste, et ceux qui me l'ont envoyé, et ceux qui ont reçu les assassins dans leurs villes. » Cette lettre faisait voir sa mauvaise volonté contre Aristote, auprès duquel Callisthène avait été élevé, comme étant son proche parent par Héro sa mère, nièce d'Aristote. On parle diversement du genre de sa mort : les uns disent qu'Alexandre le fit mettre en croix; d'autres, qu'il mourut de maladie dans sa prison. Suivant Charès, après qu'il eut été arrêté, on le garda sept mois dans les fers, pour être jugé en plein conseil, en présence d’Aristote. Mais, lorsque Alexandre fut blessé dans un combat contre les Malliens Oxydraques, peuples de l'Inde, ce philosophe mourut en prison d'un excès de graisse et de la maladie pédiculaire; ce qui n'arriva que longtemps après. Démarate de Corinthe, quoique déjà très vieux, ne put résister au désir qu'il avait d'aller voir Alexandre. Il se transporta donc en Asie; et, après avoir vu ce prince: « Je plains, lui dit-il , les Grecs qui, étant morts avant que de vous avoir vu sur le trône de Darius, ont été privés d'une si grande satisfaction. » Démarate ne jouit pas longtemps de la bienveillance du roi; il mourut bientôt de maladie. Alexandre lui fit des obsèques magnifiques, et l'armée éleva en son honneur un monument dont l'enceinte était fort vaste, et la hauteur de quatre-vingts coudées. Ses cendres furent portées jusqu'au bord de la mer sur un char attelé de quatre chevaux et superbement orné.
    LXXVI. Alexandre, prêt à partir pour l'Inde, vit ses troupes tellement accablées de butin, qu'on pouvait à peine les mettre en mouvement. Un jour, dès le matin, les chariots étant déjà chargés, il commença par brûler les siens avec ceux de ses amis, et commanda ensuite qu'on mit le feu à ceux des Macédoniens. La résolution paraissait plus dangereuse à prendre qu'elle ne fut difficile à exécuter; elle n'en affligea qu'un très petit nombre; tous les autres, comme saisis d’enthousiasme, poussant des cris tels qu'au commencement d'une mêlée, donnèrent leur bagage à ceux qui en avaient besoin, et détruisirent ou brûlèrent avec joie tout ce qu’ils avaient de superflu. Cette disposition remplit Alexandre de confiance et d'ardeur. Mais il s’était déjà rendu terrible par la rigueur inexorable de ses punitions. Ménandre, un de ses courtisans, qu'il avait nommé commandant d'une forteresse, n'ayant pas voulu y rester, il le tua de sa propre main; il fit aussi périr à coups de flèches un des Barbares qui s'étaient révoltés, et qui se nommait Orsodates.
    LXXVII. Dans ce même temps, une brebis mit bas un agneau dont la tête était surmontée d'une tiare de la forme et de la couleur de celle des Perses; sur les deux côtés de la tiare étaient deux signes de la reproduction. Alexandre eut horreur de ce prodige et se fit purifier par des Babyloniens, qu'il avait coutume de mener avec lui pour ces sortes d'expiations; il dit à ses amis que c'était plutôt pour eux que pour lui-même qu'il était troublé de ce signe. « Je crains, ajouta-t-il, qu'après ma mort la fortune ne fasse tomber l'empire dans les mains d'un homme lâche et obscur. » Mais un signe plus favorable lui donna bientôt de meilleures espérances : un Macédonien, nommé Proxénus, intendant des équipages du roi, en creusant sur les bords du fleuve Oxus, pour dresser la tente d'Alexandre, découvrit une source d'une liqueur grasse et huileuse, qui ne fut pas plutôt épuisée, qu'il jaillit de la même source une espèce d'huile pure et claire, dont l’odeur et le goût ne différaient en rien de ceux de la véritable huile, et qui, par son éclat et son onctuosité, lui était entièrement semblable; cependant il n'y a point d'oliviers dans tout ce pays. Il est vrai que l'eau de l'Oxus est, dit-on, onctueuse, et que la peau de ceux qui s'y baignent devient grasse et huileuse. On voit, par une lettre d'Alexandre à Antipater, combien il fut charmé de cette découverte, puisqu'il la met au nombre des faveurs les plus signalées qu'il eût reçues des dieux. Les devins lui dirent que ce signe présageait une expédition glorieuse, mais pénible; car les dieux ont donné l'huile aux hommes pour réparer leurs fatigues.
    LXXVIII. Il courut en effet de grands dangers dans les combats qu'il livra, et il y reçut plusieurs blessures en s'exposant avec la témérité d'un jeune homme. La plus grande partie de l'armée périt par la disette des choses les plus nécessaires et par l'intempérie de l'air; mais, se piquant toujours de surmonter la fortune par l’audace, et la force par la vertu, Alexandre ne croyait rien d'imprenable à des hommes courageux, ni rien d'accessible aux cœurs lâches. Il assiégeait Sisiméthrès, dans une roche très escarpée, et presque inaccessible. Comme il vit ses soldats découragés, il s’informa d'Oxyarthes quel homme c'était que Sisiméthrès. « C'est le plus lâche des hommes, lui répondit Oxyarthes. - C'est me dire , reprit Alexandre, que cette roche est aisée à prendre, puisque l'homme qui y commande est un lâche. » En effet il fit peur à Sisiméthrès et se rendit maître de la roche. Il assiégea une autre forteresse qui n'était pas moins escarpée que celle-là, et commanda pour l'assaut les jeunes Macédoniens : l'un d'eux s'appelait Alexandre. « Pour toi, lui dit ce prince, il faut aujourd'hui que tu montres du courage quand ce ne serait que pour faire honneur à ton nom. » Ce jeune homme fut tué après avoir donné de grandes preuves de valeur et laissa de vifs regrets à Alexandre. Voyant que les Macédoniens faisaient difficulté de s'approcher de la ville de
    Nyse, dont l'abord était défendu par un fleuve très profond, il s'avança sur la rive : « Misérable que je suis, s'écria-t-il, de n'avoir pas appris à nager ! » Il avait déjà son bouclier à la main et se disposait à passer. Il avait cependant fait cesser le combat, lorsqu'il vit arriver des ambassadeurs des villes assiégées qui venaient pour capituler. Ces députés furent d'abord très surpris de le voir en armes, sans aucune pompe extérieure; leur étonnement fut plus grand encore lorsqu'on eut apporté un carreau, et que le roi dit au plus âgé d'entre eux de le prendre et de s'asseoir. Ce chef de l'ambassade, pénétré d'admiration pour un trait si éclatant d'humanité, lui demanda ce qu'il exigeait d'eux pour qu'ils devinssent ses amis. « Je veux, lui répondit Alexandre, qu’ils te choisissent pour leur roi et qu'ils m'envoient cent de leurs meilleurs citoyens pour me servir d'otages. - Seigneur, reprit Acuphis en souriant, je les gouvernerai bien mieux s'ils gardent les meilleurs, pour n'envoyer que les plus méchants.»
    LXXIX. Taxile possédait, dit-on, dans l'Inde, un royaume aussi grand que l'Égypte, très abondant en pâturages et en fruits excellents. C'était un prince sage, qui, étant allé trouver Alexandre, lui dit, après l'avoir salué : « Qu'avons-nous besoin, Alexandre, de nous faire la guerre, si tu n'es pas venu pour nous ôter l'eau et ce qui est nécessaire à notre nourriture? Ce sont les seules choses qui puissent forcer les hommes à combattre les uns contre les autres. Pour les richesses et les autres biens, si j'en ai plus que toi , je suis prêt à t'en faire part; si j'en ai moins, je n'aurai pas honte de recevoir de tes bienfaits et je les accepterai avec reconnaissance. » Alexandre fut ravi de sa franchise, et lui dit en l'embrassant : « Crois-tu donc, Taxile , que, pour ces belles paroles et ces témoignages de confiance, notre entrevue se passera sans combat? Non, tu n'y auras rien gagné: je veux combattre avec toi jusqu'à l'extrémité, mais par des bienfaits; et je ne prétends pas être vaincu en générosité. » Il reçut de Taxile de riches présents, lui en fit de plus considérables; et enfin, dans un souper, il lui porta pour santé mille talents d'argent monnayé. Un pareil don déplut aux courtisans d'Alexandre; mais il lui gagna l'affection de la plupart des Barbares. Les plus aguerris des Indiens avaient coutume de vivre de la solde des villes voisines, qu'ils défendaient avec le plus grand courage. Ils faisaient souvent beaucoup de mal à Alexandre, qui finit par leur accorder une capitulation honnête, à condition qu'ils sortiraient d'une ville où ils s'étaient renfermés. Comme ils se retiraient, il les surprit dans leur marche et les fit tous passer au fil de l'épée. Cette perfidie est une grande tache sur la vie militaire d'Alexandre, qui jusqu'alors avait fait la guerre en grand roi et suivant les lois qu'elle prescrit. Les philosophes du pays ne lui suscitèrent pas moins d'affaires que ces Indiens, soit en décriant les princes qui s'étaient unis à lui, soit en soulevant les peuples libres; aussi en fit-il pendre plusieurs.
    LXXX. Il a raconté lui-même, dans une de ses lettres, ce qui se passa à la bataille contre Porus. Il y dit que l'Hydaspe séparait les deux camps; que Porus tenait toujours ses éléphants rangés de front sur l'autre rive pour défendre le passage; que, de son côté, il faisait faire tous les jours beaucoup de bruit et de tumulte dans son camp, afin que ses soldats, accoutumés aux cris des Barbares , n'en fussent plus surpris. Dans une nuit orageuse, où la lune n'éclairait pas, il prit une partie de ses gens de pied, avec l'élite de sa cavalerie, et alla, loin des ennemis, passer le fleuve à une petite île: là, il fut accueilli d'une pluie violente, accompagnée d'un vent impétueux et de grands éclats de tonnerre. La mort de plusieurs de ses soldats , qu'il voyait frappés de la foudre, ne l'empêcha pas de partir de l'île et de gagner l'autre bord. L'Hydaspe, enflé par les pluies, coulait avec tant de rapidité, qu'il emporta une partie du rivage: comme ses eaux s'engouffraient dans cette brèche avec violence, Alexandre fut entraîné jusqu'au milieu et ne pouvait se soutenir , parce que la terre était glissante et que le courant du fleuve en emportait toujours quelque partie. Ce fut alors , dit-on, qu'il s'écria : « 0 Athéniens, à pourriez-vous imaginer à quels périls je m'expose pour mériter vos louanges! » Voilà ce que rapporte Onésicritus; mais Alexandre dit seulement que les Macédoniens, après avoir quitté les bateaux, passèrent la brèche avec leurs armes, ayant de l'eau jusqu'à la poitrine. Dès qu'il eut passé l'Hydaspe , il prit les devants avec sa cavalerie, à la distance de vingt stades de ses gens de pied, dans la pensée que si les ennemis venaient le charger avec leur cavalerie, la sienne serait de beaucoup plus forte; et, s'ils faisaient avancer leurs gens de pied, son infanterie aurait le temps de venir à son secours. L'attaque commença par un corps de mille chevaux et de soixante chariots, qu'Alexandre eut culbuté dans un instant : il prit tous les chariots et tua quatre cents cavaliers.
    LXXXI. Porus reconnut, à une défense si vigoureuse, qu'Alexandre en personne avait passé le fleuve; alors il s'avança avec toute son armée et ne laissa que quelques troupes sur la rive, pour défendre le passage contre le reste des Macédoniens. Alexandre, qui craignait les éléphants et la grande multitude des ennemis, ne voulut pas les attaquer de front; il alla charger l'aile gauche et fit attaquer en même temps la droite par Cénus. Les deux ailes de Porus, bientôt enfoncées, se retirèrent près des éléphants, pour s'y rallier. La mêlée y fut très vive, et, les ennemis ne commencèrent à prendre la fuite qu'à la huitième heure du jour. Voilà les détails qu'a donnés dans une de ses lettres le général même qui livra la bataille. Porus, suivant le plus grand nombre des historiens, avait quatre coudées et une spithame de haut; sa faille et sa grosseur répondaient à celles de l'éléphant qu'il montait et qui était le plus grand de l'armée. Cet animal fit paraître dans cette occasion une prudence étonnante et un soin admirable pour la personne du roi: tant que Porus conserva ses forces, il le défendit avec courage et repoussa tous ceux qui venaient l'attaquer; mais lorsqu'il sentit que, couvert de dards et de blessures, ce prince s'affaiblissait peu à peu, alors, dans la crainte qu’il ne tombât, il plia les genoux, se laissa aller doucement à terre, et, avec sa trompe, il lui arracha les dards l'un après l'autre.
    LXXXII. Porus fut pris et amené devant Alexandre, qui lui demanda comment il voulait être traité. « En roi , lui répondit Porus. - Ne veux-tu rien de plus? lui dit Alexandre. - Tout est compris dans ce mot, » répliqua Porus. Alexandre ne se borna pas à lui laisser son ancien royaume, pour le gouverner sous le nom de satrape; il y ajouta plusieurs autres pays; et, après avoir subjugué les peuples libres de ces contrées, qui formaient quinze nations différentes et possédaient cinq mille villes considérables avec un nombre infini de villages, il les mit sous la domination de Porus. Il fit présent d'un royaume trois fois plus grand à Philippe, un de ses courtisans, et l'en établit satrape. Son cheval Bucéphale, percé de coups à cette bataille , mourut peu de temps après, comme on le traitait des blessures qu'il avait reçues. C'est ce que disent la plupart des historiens; mais, au rapport d'Onésicritus , il mourut de fatigue et de vieillesse; car il avait trente ans. Alexandre le regretta vivement et crut avoir perdu un ami , un compagnon fidèle. Il bâtit sur les bords de l'Hydaspe, et dans le lieu même où il le fit enterrer, une ville qu'il appela de son nom Bucéphalie ; il perdit aussi un chien nommé Pérites, qu'il avait élevé lui-même et qu'il aimait beaucoup; il lui fit bâtir
    une ville de son nom. Sotion dit l'avoir appris de Potamon de Lesbos.
    LXXXIII. La bataille contre Porus refroidit tellement l'ardeur des Macédoniens, qu’ils perdirent toute envie de pénétrer plus avant dans l'Inde. La peine qu'ils avaient eue à repousser un ennemi qui n'avait combattu qu'avec une armée de vingt mille hommes d'infanterie et de deux mille chevaux, fit qu'ils résistèrent de toutes leurs forces à Alexandre, lorsqu'il voulut les obliger à passer le Gange. On leur avait dit que la largeur de ce fleuve était de trente-deux stades, et sa profondeur d'un stade; que l'autre bord était couvert d'un nombre infini de troupes de pied, de chevaux et d'éléphants; que les rois des Gandarites et des Prasiens les y attendaient avec quatre-vingt mille chevaux, deux cent mille fantassins et six mille éléphants dressés au combat. Et ce rapport n'était pas exagéré; car Androcottus, qui régna peu de temps après, fit présent à Séleucus de cinq cents éléphants, et, à la tête d’une armée de six cent mille hommes, parcourut toutes les Indes. Alexandre, irrité autant qu'humilié du refus de ses troupes, se tint renfermé dans sa chambre, couché par terre , protestant qu'il ne saurait aucun gré aux Macédoniens de tout ce qu'ils avaient fait jusque là, s'ils ne passaient le Gange, et qu'il regarderait leur retraite prématurée comme un aveu public de leur défaite. Mais enfin ses amis lui ayant dit, pour le consoler, tout ce que la circonstance exigeait, et ses soldats étant venus à sa porte pour le toucher par leurs cris et leurs gémissements, il se laissa fléchir et se disposa à retourner sur ses pas, après avoir imaginé, avec une vanité de sophiste , tout ce qui pouvait donner une opinion exagérée de sa gloire. Il fit faire des armes, des mangeoires pour les chevaux et des mors d'une grandeur et d'un poids extraordinaires, et les dispersa de côté et d'autre dans la campagne. II dressa aussi, en l'honneur des dieux, des autels que les rois des Prasiens honorent encore aujourd'hui; ils passent tous les ans le Gange, pour aller y faire des sacrifices à la manière des Grecs. Androcottus, qui, alors dans sa première jeunesse, avait souvent vu Alexandre, répéta depuis plusieurs fois qu'il n'avait tenu à rien qu'Alexandre ne se rendît maître de l'Inde, parce que le roi de ce pays était généralement haï et méprisé pour sa méchanceté et pour la bassesse de sa naissance . Alexandre, curieux de voir la mer Océane, fit construire pour ce voyage un grand nombre de bateaux à rames et de radeaux, sur lesquels il descendit facilement le long des rivières. Cependant sa navigation ne se passa point sans combats; il débarquait souvent pour aller attaquer les villes qui se trouvaient sur sa route et soumettait les pays des environs.
    LXXXIV. Mais au siége de la ville des Malles, les plus belliqueux des Indiens, il se vit au moment d'être mis en pièces. Après avoir chassé à coups de traits les ennemis de dessus les murailles, il y monta le premier par une échelle qui rompit sous lui quand il fut au haut du mur. Les Barbares, du pied de la muraille, lançaient sur lui leurs flèches; il n'avait été suivi que d'un très petit nombre d'officiers; tout-à-coup, ramassant ses forces, il s'élance au milieu des ennemis, et par bonheur il tombe sur ses pieds. Au bruit que ses armes firent dans la chute, à l'éclat qu'elles jetaient, les Barbares crurent voir un éclair rapide ou un fantôme menaçant qui le précédait, et, par l'effroi qu'ils en eurent, ils prirent la fuite et se dispersèrent. Mais quand ils ne virent avec lui que deux écuyers, ils revinrent sur leurs pas , le chargèrent à coups d'épées et de piques, et, malgré la défense la plus vigoureuse, il reçut plusieurs blessures à travers ses armes. Un de ces Barbares, qui se tenait plus loin, lui décocha une flèche avec tant de raideur et de violence, qu'elle perça la cuirasse et pénétra dans les côtes au-dessus de la mamelle. La force du coup lui fit plier les genoux; il tomba, et le Barbare qui l'avait blessé courut à lui , le cimeterre à la main. Peucestas et Limnée lui firent un rempart de leur corps et furent blessés tous les deux: Limnée mourut du coup qu'il reçut; Peucestas , par la résistance qu'il fit, donna le temps à Alexandre de se relever et de tuer le Barbare. Mais, après plusieurs autres blessures, il reçut enfin un coup de pilon sur le cou et en fut tellement étourdi, que, ne pouvant plus se soutenir, il s'appuya contre la muraille, le visage tourné vers les ennemis. Dans ce moment, les Macédoniens, qui venaient d'entrer en foule, l'environnent , l'enlèvent et l'emportent évanoui dans sa tente. Le bruit courut dans tout le camp qu'il était mort. On scia d'abord, avec une extrême difficulté, le bois de la flèche, et l’on put alors, quoique avec peine, lui ôter sa cuirasse; on fit ensuite une incision profonde, pour arracher le fer du dard qui était entré dans une des côtes, et qui avait trois doigts de large et quatre de long. Il s'évanouit plusieurs fois dans l'opération; mais à peine on eut retiré le fer de la blessure, qu'il revint à lui. Échappé à un si grand danger, faible encore, et soumis à un traitement long et à un régime sévère, il entendit un jour les Macédoniens qui faisaient du bruit à la porte de sa tente et demandaient à le voir. Il s'habilla, parut devant eux, et, après avoir fait des sacrifices aux dieux, il reprit son voyage, toujours sur la rivière, et interrompit souvent sa navigation pour soumettre plusieurs villes considérables et une grand étendue de pays.
    LXXXV. Il fit prisonniers, dans le cours de cette expédition, dix gymnosophistes, de ceux qui, en contribuant le plus à la révolte de Sabbas, avaient causé de grands maux aux Macédoniens. Comme ils étaient renommés par la précision et la subtilité de leurs réponses, le roi leur proposa des questions qui paraissaient insolubles; il leur déclara qu'il ferait mourir le premier celui qui aurait le plus mal répondu , et tous les autres ensuite; et il nomma le plus vieux pour être juge. Il demanda au premier quels étaient les plus nombreux des vivants ou des morts. Il répondit que c'étaient les vivants, parce que 1es morts n'étaient plus. Au second ; qui de la terre ou de la mer produisait de plus grands animaux. - « La terre, parce que la mer en fait partie. » Au troisième, quel était le plus fin des animaux. - Celui que l’homme ne connaît pas encore. » Au quatrième , pourquoi il avait porté Sabbas à la révolte. - « Afin qu'il vécut avec gloire, ou qu’ il périt misérablement. » Au cinquième, lequel avait existé le premier, du jour ou de la nuit. - « Le jour; mais il n'a précédé la nuit que d'un jour. » Et comme le roi parut surpris de cette réponse, le philosophe ajouta que des questions extraordinaires demandaient des réponses de même nature. Au sixième, quel était, pour un homme, le plus sûr moyen de se faire aimer. - « Que, devenu le plus puissant de tous, il ne se fit pas craindre. » Au septième, comment un homme pouvait devenir dieu. - « En faisant ce qu’il est impossible à l'homme de faire.» Au huitième, laquelle était la plus forte de la vie ou de la mort. - « La vie , qui supporte tant de maux. » Au dernier, jusqu'à quel temps il était bon à l'homme de vivre?- « Jusqu'à ce qu'il ne croie plus la mort préférable à la vie. » Alors Alexandre, se tournant vers le juge, lui dit de prononcer; il déclara qu'ils avaient tous plus mal répondu l'un que l’autre: « Tu dois donc mourir le premier, pour ce beau jugement, reprit Alexandre. - Non , seigneur, répliqua le vieillard, à moins que vous ne vouliez manquer à votre parole; car vous avez dit que vous feriez mourir le premier celui qui aurait le plus mal répondu. » Alexandre leur fit des présents et les congédia.
    LXXXVI. II députa ensuite Onésicritus vers les Indiens qui avaient la plus grande réputation de sagesse et qui vivaient paisiblement chez eux, pour les engager à venir le trouver. Onésicritus, qui lui-même était un philosophe instruit à l'école de Diogène le cynique, rapporte que Calanus , un de ces Indiens, lui ordonna d'un ton dur et méprisant de quitter sa robe, pour entendre nu ses discours; que, sans cela, il ne lui parlerait point, vînt-il même de la part de Jupiter. Dandamis le traita avec plus de douceur; et, lui ayant entendu nommer Socrate, Pythagore et Diogène, il lui dit que ces philosophe lui paraissaient être nés avec des dispositions heureuses pour la vertu ; mais qu'ils avaient eu, pendant leur vie, trop de respect pour les lois . Selon d'autres, Dandamis n'entra point en conversation avec Onésicritus et lui demanda seulement par quel motif Alexandre avait entrepris un si long voyage. Cependant Taxile détermina Calanus à se rendre à l’armée de ce prince: le véritable nom de cet Indien était Sphines ; mais comme il avait coutume de saluer ceux qu'il rencontrait par le mot indien ealé, qui signifie salut , les Grecs lui donnèrent le nom de Calanus. On dit qu'il mit sous les yeux d'Alexandre un emblème de son empire. II étendit à terre un cuir de bœuf qui s'était tout retiré, à force d'être sec; et, mettant le pied sur un des bouts, il fit relever toutes les autres parties; ayant fait ainsi le tour du cuir en pressant chaque extrémité , il fit remarquer au roi que, lorsqu'il pressait un des bouts, tous les autres s'élevaient; enfin, s'étant mis au milieu, il tint le cuir également abaissé partout. II voulait, par cet emblème , lui faire entendre qu'il devait résider au milieu de ses états et ne pas tant s'en éloigner.
    LXXXVII. Cette navigation le long des rivières, jusqu’à l'Océan, dura sept mois. Dès qu'il fut à l'entrée de la mer, il monta sur de plus grands vaisseaux et alla relâcher à une île qu'il nomma Scillustis et que d'autres appellent Psiltucis. Après y avoir fait des sacrifices aux dieux, il considéra, d'aussi près qu’il put en approcher, la nature de cette mer et des côtes adjacentes ; ensuite, ayant prié les dieux qu'aucun mortel, après lui, n'allât au-delà des bornes de son voyage, il revint sur ses pas. Mais il fit prendre à ses vaisseaux un grand détour, en laissant l'Inde à leur droite; il nomma Néarque commandant de la flotte et Onésicritus pilote du vaisseau amiral. Pour lui, ayant voulu traverser par terre le pays des Orites, il se trouva réduit à une si extrême disette, qu'il perdit beaucoup de monde et ne ramena pas de l'Inde la quatrième partie de son armée, qui, à son départ, était de cent vingt mille hommes de pied et de quinze mille chevaux. Des maladies aiguës, la mauvaise nourriture, les chaleurs excessives, en firent périr beaucoup; mais le plus grand nombre fut emporté par la famine, dans un pays stérile et inculte, habité par des hommes qui menaient une vie dure et ne mangeaient que des brebis maigres, qui, nourries de poissons de mer, avaient la chair mauvaise et puante. Il eut beaucoup de peine à faire cette route en soixante jours, et arriva enfin dans la Gédrosie, où les rois et les satrapes de cette contrée lui envoyèrent en abondance toutes sortes de provisions.
    LXXXVIII. Après avoir fait rafraîchir quelque temps son armée, il se remit en marche et traversa en sept jours la Caramanie, dans une espèce de bacchanale continuelle. Porté sur une estrade de forme carrée, qu'on avait placée sur un chariot fort élevé et traîné par huit chevaux, il passait les nuits et les jours dans les festins avec ses courtisans et ses amis. Ce chariot était suivi d'un grand nombre d'autres, dont les uns étaient couverts de lapis de pourpre ou d'étoffes de diverses couleurs; les autres étaient ombragés de rameaux verts qu'on renouvelait à tous moments. Ces chariots servaient à porter ses autres amis et ses capitaines, qui, couronnés de fleurs, passaient leur temps à boire. On n'aurait vu, dans tout ce cortège, ni bouclier, ni casque, ni lance; le chemin était couvert de soldats qui, armés de flacons, de tasses et de coupes, puisaient sans cesse du vin dans des cratères et dans des urnes, et se portaient les santés les uns aux autres, soit en continuant leur route, soit assis à des tables qu'on avait dressées le long du chemin. Tout retentissait au loin du son des flûtes et des chalumeaux, du bruit des clairons et des danses de femmes qui ressemblaient à des bacchantes. Une marche si déréglée et si dissolue était accompagnée de jeux où éclatait toute la licence des bacchanales; on eût dit que Bacchus présidait en personne à cette orgie. Quand il fut arrivé au palais des rois de Gédrosie, il fit encore reposer son armée, en continuant toujours les mêmes jeux et les mêmes festins. Un jour qu'il était, dit-on, plein de vin, il assista à des chœurs de danse, où Bagoas, qu’il aimait et qui avait fait les frais des jeux, remporta le prix. Le vainqueur, après avoir reçu la couronne, traversa le théâtre, paré comme pour la fête, et alla s'asseoir auprès d'Alexandre. Les Macédoniens battirent des mains et invitèrent le roi, par leurs cris, à lui donner un baiser ; Alexandre le prit dans ses bras et le baisa. Là, Néarque vint le rejoindre; et ce qu’il lui raconta de sa navigation lui fit tant de plaisir, qu'il résolut de s’embarquer sur l'Euphrate avec une flotte nombreuse, de côtoyer l’Arabie et l’Afrique, et d'entrer ensuite, par les colonnes d'Hercule, dans la mer Méditerranée. Il fit construire, sans différer, dans la ville de Thapsaque, des vaisseaux de toute espèce, et rassembla de toutes parts un grand nombre de pilotes et de matelots.
    LXXXIX. Mais l'expédition si difficile qu'il avait faite dans les hautes Indes, le siége de la ville des Malles et la perte considérable que ses troupes avaient essuyée chez les Orites; en faisant désespérer qu'il échappât à tant de dangers, inspirèrent aux peuples nouvellement soumis la hardiesse de se révolter et rendirent les gouverneurs des provinces et les satrapes infidèles, avares et insolents. En un mot, les mouvements séditieux et l'amour des nouveautés gagnèrent tous les esprits. Olympias et Cléopâtre, s'étant liguées contre Antipater, partagèrent entre elles les états d'Europe ; Olympias prit l’Épire, et Cléopâtre la Macédoine. Alexandre, ayant appris ce partage, dit que sa mère avait fait le choix le plus prudent, parce que les Macédoniens ne se laisseraient jamais gouverner par une femme. Tous ces soulèvements l'obligèrent d'envoyer de nouveau Néarque sur mer, et le déterminèrent à porter la guerre dans toutes les provinces maritimes de son empire. Il parcourut en personne les hautes provinces et punit les gouverneurs qui s'étaient mal conduits. Il tua de sa propre main, d'un coup de javeline, Oxyartes , un des fils d’Abulites . Le père n'avait amassé aucune des provisions qui lui avaient été commandées; mais il lui présenta trois mille talents d'argent monnayé, qu'Alexandre fit mettre devant ses chevaux; et, comme ils n'y touchaient pas : « A quoi donc me sert cette provision? » dit-il à Abulites ; et il ordonna qu'on le chargeât de chaînes.
    XC. Son premier soin , en rentrant dans la Perse , fut de se conformer à l'ancienne coutume des rois du pays, chaque fois qu'ils revenaient d'un voyage; c'était de distribuer aux femmes une pièce d'or par tête. Cet usage empêcha plusieurs rois de rentrer souvent en Perse; Ochus n'y alla jamais, et, par une sordide avarice, il se bannit ainsi lui-même de son pays. Alexandre, ayant trouvé le tombeau de Cyrus ouvert et violé, punit de mort l'auteur de ce sacrilège, quoique ce fût un homme assez considérable de la ville de Pella, nommé Polymachus. Après en avoir lu l'épitaphe, il ordonna qu'on gravât au-dessus cette traduction grecque: « O homme, qui que tu sois, et de quelque endroit que tu viennes, car je sais que tu viendras, je
    suis Cyrus , qui ai conquis aux Perses cet empire ; ne m'envie donc pas ce peu de terre qui couvre mon corps. » Ces paroles firent une vive impression sur Alexandre, en lui rappelant l'incertitude et l'instabilité des grandeurs humaines.
    XCI. Cependant Calanus, tourmenté depuis quelque temps d'une colique assez vive, demanda qu'on lui dressât un bûcher; lorsqu'il fut prêt, il s'y rendit à cheval; et, après avoir fait sa prière aux dieux, après avoir répandu sur lui-même les libations sacrées et s'être coupé une touffe de cheveux, comme les prémices de son sacrifice, il fit ses adieux aux Macédoniens qui étaient présents, les invita à passer ce jour-là dans la joie, à boire, à faire bonne chère avec leur roi, assurant qu'il ne tarderait pas à le revoir à Babylone. Son discours fini, il monta sur le bûcher, et, après s'être couché, il se couvrit le visage. Quand il sentit la flamme approcher, il ne fit aucun mouvement , il conserva toujours la même posture et consomma son sacrifice, suivant la coutume des sages de son pays. Bien des années après, un autre Indien qui accompagnait César se brûla de même à Athènes, où l'on voit encore son tombeau, qu'on appelle le sépulcre de l'Indien. Alexandre, au retour de ce sacrifice barbare, réunit à souper un grand nombre de ses courtisans et de ses capitaines, et proposa un prix à celui qui boirait le plus. Promachus fut le vainqueur; il avait bu quatre mesures de vin; il reçut un talent pour prix de sa victoire et mourut au bout de trois jours. Des autres convives, il y en eut quarante et un qui furent aussi victimes de cette débauche, parce qu'il survint un froid très violent pendant qu'ils étaient encore dans l'ivresse.
    XCII. Alexandre, arrivé à Suse, maria tous ses amis; il épousa lui-même Statira, fille de Darius, et distribua, aux premiers de sa cour, les femmes de Perse les plus distinguées par leur naissance. Il célébra, avec la plus grande magnificence, les noces des Macédoniens, qui s'étaient déjà mariés. On dit qu'il y avait à ce festin neuf mille convives et qu'il donna à chacun d'eux une coupe d'or pour les libations: il fut dans tout le reste de la même somptuosité, et acquitta toutes les dettes des Macédoniens, qui montèrent à neuf mille huit cent soixante-dix talents. Dans cette occasion, un certain Antigènes; qui avait perdu un oeil, se fit inscrire faussement sur la liste des débiteurs et présenta un homme qui disait lui avoir prêté de sa banque une certaine somme. Alexandra la paya; mais la fourberie ayant été découverte, le roi, irrité de cette bassesse, chassa Antigènes de sa cour et lui ôta son emploi de capitaine. Antigènes était un des hommes de guerre les plus distingués: dans sa jeunesse, au siége de Périnthe par Philippe, il fut frappé à l’œil d'un trait de batterie, qu'il ne voulut jamais se laisser arracher; et il ne cessa de combattre qu’après avoir chassé et repoussé le ennemis jusque dans leurs murailles. Il fut vivement affecté de cette ignominie, et en conçut tant de chagrin et de désespoir qu’il paraissait résolu de se tuer; Alexandre, qui le craignit, lui pardonna et lui laissa même l'argent qu'il avait reçu.
    XCIII. Les trente milles enfants qu'il avait pris d'entre les Perses et qu’il avait laissés sous des maîtres chargés de les exercer et de les instruire, se trouvèrent à son retour forts et robustes, tous de bonne mine, singulièrement adroits et agiles dans tous les exercices. Alexandre en fut ravi; mais les Macédoniens, qui craignirent que son affection pour ces jeunes gens ne le rendît indifférent pour eux, tom-bèrent dans le découragement; et lorsqu'il voulut renvoyer dans les pays maritimes ceux que leur faiblesse ou la perte de quelque membre mettait hors d’état de servir, ils se plaignirent que c'était de la part du roi une injure et une marque de son mépris. « Après nous avoir employés, disaient-ils, à tout ce qu'il a voulu, il nous renvoie maintenant d’une manière ignominieuse et nous rejette à notre patrie et à nos parents dans un état bien différent de celui où il nous a pris. Qu'il donne donc aussi à tous les autres leur congé, et qu'il regarde tous les Macédoniens comme inutiles à sa gloire, puisqu’il a auprès de lui ces jeunes et beaux danseurs, avec lesquels il ira conquérir la terre entière. » Alexandre, irrité de ces plaintes, leur fit les plus vifs reproches, les chassa de devant lui, donna aux Perses la garde de sa personne et prit parmi eux ses satellites et ses hérauts. Quand les Macédoniens le virent entouré de ces étrangers, tandis qu’ils étaient eux-mêmes rejetés et traités avec le dernier mépris, ils en furent humiliés, qu'après en avoir conféré ensemble, ils avouèrent entre eux que le dépit et la jalousie rendaient presque fous. Enfin, rentrés en eux-mêmes, il vont tous à la porte de sa tente, sans armes et en simple punique, en poussant des cris et des
    gémissements, se livrent à la justice du roi et le prient de les traiter comme des méchants et des ingrats. Alexandre, quoique adouci par ces témoignages de repentir, refusa de les admettre en sa présence;
    mais, loin de se rebuter, ils passèrent deux jours et deux nuits devant sa tente, déplorant leur malheur et l'appelant leur seigneur et leur roi. Il sortit enfin le troisième jour, et , attendri par l'état d'humiliation où il les voyait, il pleura longtemps avec eux, leur fit avec douceur quelques reproches; et, après un discours rempli d'humanité, il donna congé à ceux qui étaient hors de service et les renvoya comblés de présents. Il écrivit à Antipater pour lui recommander que, dans tous les jeux et dans tous les théâtre, ils fussent assis aux premières places, avec des couronnes sur la tête; et il ordonna que les enfants de ceux qui étaient morts dans le cours de la guerre reçussent tout de suite la solde de leurs pères.

    XCIV. Quand il fut arrivé à Ecbatane en Médie et qu'il eut expédié les affaires les plus pressées, il recommença à célébrer des jeux et à donner des spectacles avec trois mille artistes qui lui étaient arrivés de Grèce; mais dans ces jours-là même Éphestion tomba malade de la fièvre: jeune encore et homme de guerre, il ne put s'accoutumer à une diète exacte; et, pendant que Glaucus, son médecin, était allé au théâtre, il mangea pour son dîner un chapon rôti et but une bouteille de vin qu'il avait fait rafraîchir; cet excès le conduisit en peu de jours au tombeau. Alexandre ne supporta point cette perte avec modération; il fit d'abord , en signe de deuil, couper les crins à tous les chevaux, à tous les mulets de l'armée, et abattre les créneaux des villes des environs. Le malheureux médecin fut mis en croix ; l'usage des flûtes et toute espèce de musique cessèrent dans son camp jusqu'à ce qu'il eût reçu un oracle de Jupiter Ammon qui ordonnait d'honorer Éphestion et de lui sacrifier comme à un demi-dieu. Enfin, cherchant dans la guerre une distraction à sa douleur, il partit comme pour une chasse d'hommes, et, ayant subjugué la nation des
    Cosséens, il les fit tous passer au fil de l'épée sans distinction d'âge ni de sexe; il appela cette horrible boucherie le sacrifice pour les funérailles d'Éphestion : il porta à dix mille talents la somme qu'il voulait employer à la dépense de ses obsèques, de sa pompe funèbre et de son tombeau, et se proposa de surpasser encore ces frais immenses par la recherche et la magnificence des ornements. Entre tous les architectes de ce temps-là, il désira d'avoir, pour exécuter son dessein, un certain Stasicrates, qui, dans tous ses plans,
    montrait beaucoup de grandeur, de singularité et de hardiesse. Quelques années auparavant, cet architecte, s'entretenant avec Alexandre, lui avait dit que de toutes les montagnes qu'il avait vues, le mont Athos, dans la Thrace, était la plus susceptible d'être taillée en forme humaine; que, s'il le lui ordonnait, il ferait de cette montagne la statue la plus durable et la plus apparente; que dans sa main gauche elle tiendrait une ville de dix mille habitants, et verserait de la droite un grand fleuve qui aurait son embouchure dans la mer. Alexandre avait rejeté cette proposition; alors il était tout occupé avec ses artistes à chercher, à imaginer des plans plus extraordinaires et plus coûteux.
    XCV. Il marchait vers Babylone, lorsque Néarque, arrivé depuis peu de la grande mer par l'Euphrate, lui dit que les Chaldéens étaient venus l'avertir d'empêcher que le roi n'entrât dans Babylone. Alexandre ne tint aucun compte de cet avis et continua sa marche ; lorsqu'i1 fut près des murs de la ville, il vit plusieurs corbeaux qui se battaient avec acharnement; il en tomba même quelques uns à ses pieds: ensuite, sur le rapport qu'on lui fit qu'Apollodore, gouverneur de Babylone, avait fait un sacrifice pour consulter les dieux à son sujet, il manda le devin Pythagore, dont Apollodore s'était servi. Pythagore convint du fait, et Alexandre lui demanda comment il avait trouvé les victimes; il répondit que le foie n'avait point de tête. « Dieux, s'écria le roi, quel présage effrayant! » Cependant il ne fit point de mal à ce devin et se repentit de n'avoir pas suivi le conseil de Néarque. Il campa donc souvent hors de Babylone, et fit, pour se distraire, plusieurs voyages sur 1'Euphrate. Mais il était troublé par un grand nombre de présages sinistres: entre autres, un âne domestique attaqua le plus grand et le plus beau des lions qui étaient nourris à Babylone, et le tua d'un coup de pied. Un jour, après s'être déshabillé pour se faire frotter d'huile, il se mit à jouer à la
    paume; et lorsqu’il voulut reprendre ses habits, les jeunes gens qui avaient joué avec lui virent un homme assis sur son trône; qui, vêtu de la robe royale et la tête ceinte du diadème, gardait un profond silence; lorsqu'on lui demanda qui il était, il resta longtemps sans répondre; enfin, revenu avec peine à lui-même : « Je m'appelle, dit-il, Dionysius; je suis Messénien; obligé de quitter ma patrie pour des accusations; qu'on m'avait intentées, je suis venu par mer à Babylone, où je suis resté longtemps dans les fers : aujourd'hui
    Sérapis m'est apparu, et après avoir brisé mes chaînes, il m'a conduit ici, m'a ordonné de prendre la robe et le diadème du roi, et de m'asseoir sur son trône sans rien dire.
    XCVI. Sur cette réponse, Alexandre, par le conseil des devins, fit mourir cet homme; mais il tomba dans une profonde tristesse, se défia de la protection des dieux et se livra contre ses amis à des soupçons fâcheux, Il craignait surtout Antipater et ses fils, dont l'un, nommé Iolaüs, était son grand-échanson ; l'autre, appelé Cassandre, venait d’arriver à sa cour; et, ayant vu quelques Barbares adorer Alexandre,
    s'était mis à rire aux éclats: élevé dans les usages des Grecs, il n'avait jamais rien vu de semblable. Alexandre en fut si irrité, que, le prenant à deux mains par les cheveux; il lui frappa la tête contre la muraille: Cassandre ensuite ayant voulu justifier Antipater contre ses accusateurs, Alexandre le reprit avec aigreur. « Que prétends-tu donc? lui dit-il ; des hommes à qui l'on n'aurait fait aucun tort seraient-ils venus de si loin pour accuser faussement ton père? - C'est précisément, répondit Cassandre, ce qui prouve leur calomnie; ils se sont éloignés de ceux qui pourraient les convaincre de fausseté. - Voilà, reprit Alexandre en éclatant de rire, voilà de ces sophismes d'Aristote, qui prouvent le pour et le contre; mais vous n'en serez pas moins punis, si vous êtes convaincus d'avoir commis la moindre injustice. » Ces menaces causèrent tant de frayeur à Cassandre et la lui imprimèrent si fortement dans l'esprit , que longtemps après, lorsqu'il était déjà roi de Macédoine et maître de la Grèce, un jour qu'il se promenait à Delphes et qu'il examinait les statues, ayant aperçu tout-à-coup celle d'Alexandre, il en fut tellement saisi , qu'il frissonna de tout le corps, et qu'il ne se remit qu'avec peine de l'étourdissement que cette vue lui avait causé.
    XCVII. Depuis qu'Alexandre s'était abandonné à la superstition, il avait l'esprit si troublé, si plein de frayeur, que les choses en soi les plus indifférentes, pour peu qu'elles lui parussent extraordinaires et étranges, il les regardait comme des signes et des prodiges. Son palais était rempli de gens qui faisaient des sacrifices, des expiations ou des prophéties: tant il est vrai que si la défiance et le mépris de la divinité sont des sentiments bien criminels, une passion plus terrible encore, c'est la superstition: semblable à l'eau, qui gagne toujours les parties basses, cette passion s'insinue dans les âmes abattues par la crainte, les glace de terreur, et les remplit des opinions les plus absurdes; c'est l'effet qu'elle produisit alors sur Alexandre. Cependant, calmé par des oracles qu'il reçut du dieu au sujet d'Éphestion, il quitta son deuil et se remit à faire des sacrifices et des festins. Un jour, après avoir donné à Néarque un superbe repas, il se mit au bain, selon sa coutume, pour aller ensuite se coucher; mais pressé par Médius d'aller faire collation chez lui, il s'y rendit : là, après avoir bu le reste de la nuit et le jour suivant, il fut pris de la fièvre; ce n'est pas qu'il eût bu la coupe d'Hercule, et qu'il eût senti une douleur subite et aiguë dans le dos, comme s'il eût été frappé d'un coup de lance; particularités imaginées par quelques historiens pour rendre la fin de sa vie plus digne de pitié, en lui donnant l'air du dénouement d'une grande tragédie. Aristobule rapporte simplement qu'ayant été saisi de la fièvre et éprouvant une altération violente, il but du vin; qu'aussitôt il tomba dans le délire, et mourut le trente du mois Daésius.
    XCVIII. Le journal de sa vie contient sur sa maladie les détails suivants : « Le dix-huit du mois Daésius, il fut pris de la fièvre et s'endormit dans la chambre des bains. Le lendemain, il se baigna, et passa toute la journée dans sa chambre à jouer aux dés avec Médius. Le soir, il prit un second bain, et ayant sacrifié aux dieux, il soupa et eut la fièvre la nuit. Le vingt, il se baigna, fit le sacrifice d'usage, et s'étant couché dans la chambre du bain, il employa toute la journée à entendre les récits que lui faisait Néarque de sa navigation et de tout ce qu’il avait vu dans la grande mer. La journée du vingt et un se passa de même que la précédente: la fièvre fut plus ardente et la nuit plus mauvaise. Le vingt-deux, la fièvre ayant augmenté, il fit porter son lit près du grand réservoir, et s'entretint avec ses officiers sur les emplois vacants dans son armée; il leur recommanda de n'y nommer que des hommes dont ils fussent bien sûrs. Le vingt-quatre la fièvre fut très violente ; cependant il se fit porter au sacrifice, et l'offrit lui-même ; il ordonna à ses principaux officiers de faire la garde dans la cour, et chargea les tribuns et les capitaines de cinquante hommes de veiller la nuit au dehors. Le vingt-cinq ,il se fit transporter dans le palais qui était au-delà du
    réservoir, où il prit un peu de sommeil; mais la fièvre ne diminua point, et lorsque ses capitaines entrèrent dans sa chambre, il ne parlait plus. Le vingt-six se passa de même; les Macédoniens qui le crurent mort, vinrent aux portes en poussant de grands cris; et par les menaces qu'ils firent à leurs compagnons, il les forcèrent d'ouvrir. Ils défilèrent tous devant son lit, en simple tunique. Ce jour-là Python et Séleucus furent envoyés au temple de Sérapis, pour demander au dieu s'ils porteraient Alexandre dans son temple. Le dieu répondit de le laisser où il était. Le vingt-huit, il mourut sur le soir. » La plupart de ces particularités sont consignées mot pour mot dans ses Éphémérides.
    XCIX. Personne alors ne soupçonna du poison. Ce fut, dit-on, six ans après ,que, sur quelques indices, Olympias fit mourir un grand nombre de personnes et jeter au vent les cendres d'Iolaüs, qui était mort et qu’elle accusait d'avoir versé le poison dans la coupe. Ceux qui imputaient à Aristote d'avoir conseillé ce crime à Antipater et d’avoir porté lui-même le poison, disaient le tenir d'un certain Agnothémis qui assurait l'avoir souvent entendu dire au roi Antigonus. Ils ajoutent que ce poison était une eau froide et glacée, qui distille d’une roche, dans le territoire de Nonacris, et qu'on recueille comme une rosée légère dans une corne de pied d’âne; on ne peut la conserver dans aucun autre vaisseau ; elle les brise tous par son froid extrême et sa violente acrimonie. Mais la plupart des historiens regardent comme une fable tout ce qu’on dit de cet empoisonnement ;et la plus forte preuve qu’ils en donnent, c'est qu'après sa mort la division s’étant mise parmi ses capitaines, et ayant duré plusieurs jours, son corps , qui pendant tout ce temps-là fut laissé sans aucun soin, dans un pays très chaud et où l'air est étouffant, ne donna aucune marque de l'altération que produit toujours le poison, et se conserva parfaitement sain.
    C. Au moment de sa mort, Roxane se trouva grosse, et reçut par cette raison les hommages des Macédoniens. Mais comme elle était jalouse de Statira, elle la trompa par une lettre supposée qu'elle lui
    écrivit au nom d'Alexandre, pour la faire venir; dès qu'elle fut arrivée, elle la fit mourir avec sa sœur qui l'avait accompagnée, et ordonna qu'on jetât leurs corps dans un puits, qu'elle fit combler ensuite; elle eut Perdiccas pour confident et pour complice de ce crime. Ce fut de tous les capitaines d'Alexandre celui qui, aussitôt après sa mort, eut la plus grande autorité, parce qu'il traînait après lui le jeune Aridée, comme la sauvegarde de la puissance royale qu'il exerçait sous le nom de ce prince. Aridée était fils de Philippe et d'une courtisane de basse extraction, qui se nommait Philina. Mais il avait eu l'esprit affaibli par une grande maladie, qui n'était l'effet ni du hasard, ni d'un vice de constitution : comme dans son enfance il annonçait un caractère aimable et un esprit élevé, Olympias lui donna des breuvages qui altérèrent son tempérament et troublèrent sa raison.
    Plutarque, Les vies des hommes illustres, traduction Ricard, Furne et Cie Librairies-éditeurs, Paris, 1840.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Plutarque
    Extrait
    Comment les flatteurs excitent la cruauté des tyrans Callisthène essaya doucement de calmer Alexandre en le ramenant aux principes de la morale, et prit des détours pour s'insinuer dans son esprit, sans aigrir sa douleur. Anaxarque, qui, dès son entrée dans la philosophie, s'était ouvert une route nouvelle et qui passait pour traiter avec beaucoup de dédain et de fierté tous les autres philosophes, fut à peine entré dans la chambre du roi, que prenant un ton très haut : « Le voilà donc, dit-il, cet Alexandre, sur qui toute la terre a les yeux ouverts. Le voilà étendu à terre comme un esclave, fondant en larmes, craignant les lois et la censure des hommes, lui qui doit être la loi même, et la règle de toute justice ! Pourquoi a-t-il donc vaincu? Est-ce pour commander, pour régner en maître, ou pour se laisser maîtriser par une vaine opinion? Ignorez-vous, ajouta-t-il, en s'adressant à lui-même, qu'on représente la Justice et Thémis assises sur le trône de Jupiter pour nous faire entendre que toutes les actions du prince sont justes légitimes? » Anaxarque, par ces discours et par d'autres semblables, adoucit la douleur du roi; mais il le rendit dur et injuste. Il s'insinua d'ailleurs très avant dans ses bonnes grâces, et le dégoûta de plus en plus de la conversation de Callisthène, dont l’austérité n'était déjà que trop odieuse à Alexandre.
    Documents associés
    Plutarque
    Plutarque
    Adolphe Bossert
    légende, imaginaire, littérature germanique, moyen âge, héros

    60%
    Dons reçus (2016-2017): 11 937$
    Objectif (2016-2017): 20 000$


    Nous avons reçu 18 600$ lors de la campagne 2015-2016. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2016-2017, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.