Le TOD arrive à Mont-St-Hilaire

Bernard Lebleu
La ville de Mont St-Hilaire annonce la mise en chantier d'un nouveau développement urbain inspiré du concept de TOD ou "transit oriented development".
Le TOD n'est pas un nouveau train rapide, il s'agit en fait de la dernière mode en matière de développement urbain. Issu d'expériences d'urbanisme sur la côte ouest américaine, le tod est une approche qui cherche à pallier l'inefficacité du modèle suburbain nord-américain conçu avant tout pour la voiture en réarticulant le développement des agglomérations autour des systèmes de transport en commun. En Europe, 45% des déplacements se font à pied ou en vélo et 10% via le transport en commun: en Amérique du Nord, 87% de ces déplacements se font en voiture et seulement 3% utilisent les transports publics. Une étude canadienne démontrait récemment qu'une augmentation de 5% de l'utilisation du transport en commun en dehors des heures de pointe pourrait engendrer des économies de 100$ milliards annuellement.
Aux larges avenues des villes de banlieue, qui symbolisait autrefois la prospérité, les New Urbanists américains préfèrent les allées piétonnes défilant entre des maisons dont on a rapproché les façades dans l'espoir de recréer la convivialité des villages d'autrefois. Le stationnement des voitures, qu'on évacuera le plus possible du paysage urbain, est relégué dans les ruelles arrières. L'accent est mis sur la proximité des services, des aires de jeux et de loisirs pour encourager les déplacements à pied : idéalement, les habitants de ces communautés ne devraient pas être à plus de 5 minutes à pied de leur lieu de travail, des services et commerces, des aires de loisirs.

Au Québec, un premier projet du genre devrait voir le jour bientôt à Mont St-Hilaire. La nouvelle gare constituera le noyau d'un nouveau village de 1000 unités d'habitation qui devraient être construites prochainement. Autour de cette gare, on trouvera quelques services et commerces de base. Les voyageurs pourront regagner leur domicile grâce à un réseau de sentiers piétonniers et de pistes cyclables. Les promoteurs estiment que le cadre champêtre dans lequel le nouveau village sera implanté, à proximité de la rivière Richelieu et du mont St-Hilaire, devrait séduire une clientèle variée. La présence de la gare et l'accès à un service de liaison rapide vers le centre-ville de Montréal devrait permettre aux familles de se départir de leur deuxième voiture et d'économiser du même coup des milliers de dollars annuellement.

Sources : Armory Lovins et al, Natural Capitalism et Le Devoir

Autres articles associés à ce dossier

Revue de presse - Transports électriques et autonomes (automne 2018)

Robert Mailhot

Andrée Mathieu a assuré elle-même sa succession en tant que représentante de la science dans nos pages. Elle nous parlait s

Quelques données sur l'impact environnemental du transport

Bernard Lebleu

Quelques données sur l'évolution des modes de transport et leur impact environnemental.

L'hydrogène: le combustible de demain

Bernard Lebleu

L'hydrogène constitue le choix unanime des constructeurs automobile comme combustible pour les moteurs de l'avenir.

À lire également du même auteur

Les plus belles scènes d'hiver dans l'art nord-américain
Jean Paul Lemieux, Cornelius Kreighoff, Grandma Moses ont en commun d'avoir fait de l'hiver

Tom Thomson - Ombres sur la neige
En 1917, quelques années avant la naissance du Groupe des Sept, Tom Thomson disparaissait dan

Edward Willis Redfield - La carriole
Edward Redfield est considéré comme un des pionniers de l'impressionnisme am&eacut

Lawren Harris - Mont Thule - Île Bylot (Nunavut)
Du Groupe des Sept, c'est Lawren Harris qui rendra le plus vibrant hommage à l'hiver

Rockwell Kent - Resurrection Bay, Alaska
Avant lui, peu d'artistes à part Frederick Church, la grande figure de proue de la Hudson

Maurice Cullen - Dégel printanier à Beaupré
Les scènes hivernales de Maurice Cullen (1866-1934) sont des classiques de l’impression

William Brymner - Le Champ-de-Mars
C’est en grande partie en tant que pédagogue que Brymner a laissé son empreinte

Agnes Tait - Patineurs à Central Park
Skating in Central Park est l’œuvre la plus connue d’Agnès Tait, une brilla




Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ