Maurice Cullen - Dégel printanier à Beaupré

Bernard Lebleu

Les scènes hivernales de Maurice Cullen (1866-1934) sont des classiques de l’impressionnisme canadien. On imagine difficilement que le public canadien ait pu être indifférent ou hostile à ce genre de tableaux qui nous semblent aujourd’hui d’une si belle facture et si plaisants à contempler. Son beau-fils, Robert Pilot, devenu à son tour un peintre reconnu, rapporte pourtant que les collectionneurs étaient frileux devant les scènes d’hiver peintes par son beau-père, car ils estimaient que ce type de peinture projetait une image du Canada propre à décourager de futurs immigrants dont le pays avait grand besoin.

Parmi les membres du Groupe des Sept, qui allaient officialiser l’avènement d’un sentiment national dans l’art canadien, ont reconnu l’influence de Cullen qui le premier « a su combiner l’approche impressionniste avec le sentiment canadien » (A. Lismer).

Cullen était véritablement amoureux de l’hiver. Il disait que tout ce dont il avait besoin pour être heureux c’est « un studio, une cabane dans la montagne, et une grosse bordée de neige ».

< Précédent Suivant >

Coupeurs de glace, Longueuil - 1923

La récolte de glace - 1914




En marge de la Conférence de Glasgow