Clôtures de vie

Jean Hamann
Des chercheurs en agroforesterie de l'Université Laval (Québec) démontrent les mérites des haies vives au Mali qui servent à la fois de clôture vivante et fournissent aux propriétaires des produits pour leur usage personnel ou pour la revente. Article paru dans Au fil des événements, publié par l'Université Laval, édition du 11 mars 2004.
L'idée est séduisante: remplacer des clôtures de fortune faites de branches mortes par des arbustes vivants qui fournissent des fruits et des produits utiles tout en empêchant le bétail de brouter dans les champs. Encore fallait-il en démontrer la faisabilité sur le plancher des vaches. C'est cette preuve qu'apportent Virginie Levasseur et Alain Olivier, du Département de phytologie de l'Université Laval, et leur collègue Mamadou Djimdé, au terme d'une étude réalisée auprès de paysans de la région de Ségou au Mali.

Les chercheurs, qui livrent le fruit de leur investigation dans un récent numéro de la revue scientifique Agroforestry Systems, rapportent que, trois ans à peine après la mise en terre de jeunes plants de cinq espèces d'arbustes épineux servant de clôture vivante, 75 % des paysans en avaient déjà tiré au moins un produit. L'arbuste le plus prisé est le Lawsonia inermis qui produit du henné, une teinture utilisée traditionnellement pour colorer les mains et les pieds. La moitié des paysans en ont récolté pour leurs besoins domestiques et 30 % en ont eu suffisamment pour en vendre au marché. Les propriétaires ont aussi récolté des parties de plantes aux vertus médicinales (40 %), des fruits (40 %), des graines pour créer d'autres haies vivantes (20 %) ou du tanin pour traiter le cuir (15 %).

La chèvre et le chou
Ces haies vives pourraient donc avantageusement remplacer les traditionnelles clôtures de branches mortes utilisées par les paysans maliens pour empêcher le bétail de brouter dans leurs champs, estiment les trois chercheurs. Fréquemment attaquées par les termites qui y créent des brèches, les clôtures de branches mortes exigent des réparations annuelles. De plus, l'approvisionnement en branches pose problème à mesure que la superficie de terres cultivées augmente.

Autre avantage intéressant, les clôtures vivantes éliminent une source potentielle de conflit entre cultivateurs et éleveurs de bétail. La coutume veut que les éleveurs maliens laissent leurs bêtes paître librement pendant la saison sèche, qui dure près de neuf mois dans ce pays, pour qu'elles mangent les restes de récoltes tombés dans les champs. «L'urbanisation rapide de la population malienne a forcé le développement de la culture pendant la saison sèche, de sorte que les terres publiques, où le droit d'usage prime, sont convoitées par les deux groupes», signale Alain Olivier. Grâce aux haies vives, il est désormais envisageable d'aménager la chèvre et le chou.

Autres articles associés à ce dossier

À lire également du même auteur

La peur, pire que le mal
Ce livre marque le retour de l'esprit critique à l'égard de la médecine. Vers la fin de la décen

Une pilule pour le coeur et la taille
Une étude dévoile les conclusions d'essais cliniques sur le rimonabant, un médicament administré

Un préhenseur robotique pour le nettoyage des installations nucléaires en Grande-Bretagne
Un préhenseur robotique mis au point au Département de génie mécanique servira aux opérations d

Thermomètre floral
La floraison du tussilage survient un mois plus tôt qu'il y a 80 ans.

Quand la science fait la une
Les universitaires ont leur mot à dire pour contrer le sensationnalisme des médias sur les questio

Pas de pilule miracle
Une équipe de chercheurs de l'Université Laval vient de publier dans The American Journal of Cardi

Mieux vaut tard que trop tôt
Un délai entre un infarctus et un pontage améliore les chances de survie des patients.

Lutte biologique: trois bogues
Tout n'est pas rose du côté des armes «vertes» contre les insectes nuisibles




Nos suggestions