• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Handicapé

    Définition

    «Êtes-vous atteint d'une déficience physique ou intellectuelle ou d'un handicap?»

    X Oui Non

    Si oui, précisez votre réponse

    En trois lignes, je dois admettre que ma main gauche ignore souvent ce que fait ma main droite, que le débit de ma pensée est mal synchronisé à celui de ma parole et qu’un strabisme alternant me donne un air parfois louche...

    En quatre lignes, j’aimerais répondre que, selon les circonstances, je deviens de temps à autre, une «personne handicapée», dans la mesure où mes déficiences sont perçues comme persistantes et significatives et me limitent dans l’accomplissement des activités normales attendues d’un adulte de cinquante et un ans.

     

    Ce type de question, qui se retrouve sur divers formulaires gouvernementaux, me rend toujours perplexe sinon frustré. J’ai peine à me résoudre à répondre par un «oui» ou un «non». Et les quelques lignes supplémentaires parfois prévues pour «préciser» ma réponse me sont une invitation à la dérision, sachant trop bien que de répondre «encéphalopathie avec hémiparésie gauche de forme idiopathique» ne soit qu’une demi-vérité et que pour donner une réponse complète (laquelle n’est pas nécessairement souhaitée) je devrais écrire ma vie.

    Le problème vient de la question, qui juxtapose deux ordres de réalité: celle d’avoir une ou plusieurs déficiences ou limitations fonctionnelles et celle d’être handicapé. La déficience en elle-même n’empêche pas la vie, elle ne fait qu’obliger à certaines adaptations. Le handicap d’autre part contraint à se vivre différemment et plus ou moins à l’écart de ses besoins, de ses aspirations, de ses projets, et plus ou moins en marge de la société. En d’autres termes, par le fait d’accepter mes déficiences et mes incapacités en les compensant, si possible de diverses façons, je ne fais qu’assurer ma survivance. En acceptant mes handicaps, je renoncerais à me vivre en tant qu’animal social.

    Seuls les adultes posent ce genre de question. Les enfants constatent les déficiences sans présumer qu’elles sont des symptômes d’un problème ou d’une difficulté. Ils interrogent directement la différence: «Pourquoi ta main tremble?», «Pourquoi tu parles mal?», «Pourquoi ton œil est-il un peu croche?», sans intention de la juger ni référence à une échelle de pseudo-normalité. Mais les enfants grandissent! Voilà pourquoi, s’il est vrai que tous les hommes naissent égaux, certains deviennent «handicapés» en se retrouvant hors normes.

    Jean-Pierre Bouchard






    «Désavantage social résultant d’une déficience ou d’une incapacité qui limite ou interdit l’accomplissement d’un rôle normal.

    Le terme de handicapé a remplacé progressivement dans le vocabulaire social les termes d’infirme, d’invalide, d’inadapté, considérés comme négatifs et stigmatisants. Son utilisation exprime une volonté publique d’une compréhension des différences et d’une intégration de tous dans la société.»

    Min. de l’Emploi et de la Solidarité, France

    Enjeux

    «Comme Michel Foucault l’a montré dans La folie à l’âge de la raison, la définition de l’homme par la raison («l’homme est un animal raisonnable») avait pour conséquence pratiquement inévitable l’exclusion des personnes souffrant de maladie mentale.
    La charité chrétienne et la conception moderne de la personne, considérée comme une fin, auront contribué à préparer les progrès considérables accomplis depuis un siècle sur le plan médical comme sur le plan social. J’ai néanmoins la conviction que dans ce domaine la pratique, celle des experts de la médecine comme celle des intervenants sociaux et des familles, a devancé la théorie, ce qui explique le déficit philosophique, éthique et juridique que nous observons partout actuellement et qui atteint un sommet tragique dans les cas limites comme l’affaire Latimer au Canada.»
    Jacques Dufresne, La compétence amicale en réadaptation

    Essentiel

    «Il est, hélas, bien difficile de donner au verbe «contribuer» (to contribute) un sens qui s’étende au-delà de l’action concrète, laquelle suppose des facultés intellectuelles intactes et la capacité de se déplacer. Quelle peut être, selon les valeurs dominantes actuelles, la contribution d’une personne clouée à son lit? Nous connaissons tous, ne serait-ce que par oui-dire, des personnes qui ont accepté leur malheur avec un abandon et un amour tels qu’elles rayonnent d’une joie tout intérieure et que par ce seul rayonnement, elles donnent un sens à la vie des personnes qu’elles rencontrent. Mais comment se réjouir d’un tel rayonnement quand il est lui-même occulté par les infirmités du corps, quand il faut le deviner pour y être sensible et y croire comme à un dieu invisible pour être en mesure de le deviner? Un sage ou un saint pourraient nous répondre: voici pourtant le don suprême et voici l’amour extrême: don de celui qui n’a plus rien à donner, même pas lui-même, amour de celui qui n’a plus de raisons d’aimer. Ces sentiments sont si inhabituels, hors du commun, qu’ils nous paraissent sans rapport avec nos vies courantes.»
    Laurent Grenier

    Documentation

    How the Internet is Improving the Lives of People with Disabilities, par Humphrey Taylor, Chairman, Harris Interactive, Inc.
    Recruiting People With Disabilities As Employees, par Craig Gray, N.O.D. Director of Employment Programs.
    L'avis des personnes handicapées sur l'application des connaissances de la biologie génétique (Disabled Peoples International — Europe).
    Journée internationale des handicapés: La FAO dénonce le piège de la faim et de la pauvreté (communiqué, 3 décembre 2001).
    Stérilisation des personnes handicapées: un dossier de GèneÉthique.
    Plan en faveur des personnes handicapées. Présenté par Ségolène Royal, Ministre déléguée à la famille et à l’enfance. Communication en Conseil des ministres, 18 juillet 2001.
    Personnes handicapées: Analyse comparative et prospective du système de prise en charge. Rapport au Ministre de l’Emploi et de la Solidarité et au Secrétaire d’État à la Santé, à l’Action Sociale et aux Handicaps (Rapport Fardeau), avril 2001.
    Echoes. Justice, Peace and Creation News, no 19, People with Disabilities, 2000 (Conseil oecuménique des Églises).
    L’arrêt Perruche: un dossier de GèneÉthique.
    Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé, Handicaps congénitaux et préjudice. Avis no 68, 29 mai 2001.

    Voir la position de l'Union nationale des associations de parents et amis de personnes handicapées mentales (UNAPEI, Fr.)
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Références
    Linguistique
    Difficultés
    On dit «le handicapé».
    Antonymes
    normal
    Allemand
    Behindert
    Anglais
    handicapped
    Espagnol
    perjudicado
    Documents Associés
    Ivan du Roy
    Royaume-Uni, David Cameron, conservateurs, Angleterre, handicap, assistance sociale, aide sociale, pauvreté, misère, néolibéralisme, sous traitance, partenariat public-privé
    Judith Snow
    Communauté, euthanasie, relations personnelles
    Une chronologie des événements qui ont marqué l'histoire de l'Office des personnes handicapées du Québec depuis 1978.
    Jacques Dufresne
    Amitié, compassion, amour, Laurent Grenier, philia
    Département d'État des États-Unis
    André Maurois
    Byron, natation
    vie, grossesse, naissance, enfant, avortement, handicap, faute médicale, France
    Exposé de Pierrette Laperle et Jean-Pierrre Bouchard, Séminaire philia, 12-14 mai 2000
    Hélène Laberge
    Le présentisme
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.