• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Pierre Corneille

    Lessing et le "monstrueux" Corneille

    Paul Hazard
    Hambourg avait voulu posséder son théâtre; et des amateurs s’étaient trouvés pour débarrasser le directeur de troupe de ce qui cause généralement sa perte, du point de vue de l’art : le souci de gagner de l’argent. A ses côtés, ils voulaient un animateur, qui, délivré de toute occupation matérielle, et n’ayant à s’occuper ni du recrutement des acteurs, ni de la scène, ni de l’administration, aurait eu pour fonction unique de guider moralement l’entreprise. Nul n’en était plus capable que Lessing ; aussi fut-il appelé. Le 22 avril 1767, il publia le premier feuilleton de sa Dramaturgie. « Elle sera une revue critique de toutes les pièces qu’on représentera ; elle suivra pas à pas tous les progrès que la poésie et l’art dramatique pourront faire ici. »
    Il suivait, en effet, les pièces représentées, une à une, disant pourquoi l’Olinte et Sophronie de Cronegk n’était pas bonne, et pourquoi Le Triomphe des Honnêtes femmes, de Johann Elias Schlegel, lui plaisait, au contraire. Seulement, on n’avait guère de comédies allemandes dignes de tenir la scène ; on n’avait pas de tragédies. Alors on était forcé de recourir au répertoire français, de sorte que par une conséquence inattendue, le théâtre national de Hambourg aurait servi à consacrer la suprématie de la France, sans Lessing. Indulgent pour Regnard et pour Dancourt, sympathique au drame bourgeois de Diderot, pour la tragédie classique il était sans pitié. Elle ne mourrait donc jamais, cette orgueilleuse ? Chaque fois qu’on l’applaudissait, il montrait pourquoi on n’aurait pas dû l’applaudir ; il insistait sur ses défauts, chaque fois qu’on vantait ses mérites ; elle n’était que froideur, convention, artifice ; incapable de peindre les passions fortes, et de rendre les caractères au naturel. Certaines règles valaient une fois pour toutes, en ce sens qu’elles répondaient à des données immuables de la raison ; Aristote les avait formulées, avec la même certitude qu’Euclide avait conférée à ses propositions. Eh bien ! les Français croyaient s’y être conformés ; et pas du tout, ils les avaient travesties. En somme, tout leur théâtre était un contresens ; à proprement parler, il n’existait pas.

    Lessing était obligé d’écouter, plus souvent qu’il n’aurait voulu, des tragédies de Voltaire. Qu’il s’agît de Sémiramis, ou d’Alzire, ou de Mérope (bien inférieure à celle de Maffei), elles étaient mauvaises. Eh quoi ! Voltaire encore ? — Toujours Voltaire ; et Lessing disait pourquoi : « Il n’y a pas, me semble-t-il, pour un critique, de meilleure méthode que de suivre cette maxime : qu’il cherche d’abord un adversaire à combattre ; il arrivera ainsi peu à peu à son sujet, et le reste viendra par surcroît. C’est pour cela que, dans cet ouvrage, je le reconnais franchement, j’ai pris une fois pour toutes à partie les écrivains français, et en particulier M, de Voltaire. Ainsi, cette fois encore, un léger salut, et en garde ! » Encore cette exécution ne lui suffit-elle pas, car il veut mettre à mal un autre auteur encore plus grand, le créateur même de la tragédie française : Pierre Corneille. Lessing ne peut pas souffrir qu’on l’appelle le grand Corneille : c’est le gigantesque, le monstrueux Corneille qu’il aurait fallu le nommer ; pas de grandeur où il n’y a pas vérité. Et non seulement ses tragédies sont mauvaises, mais il a voulu faire croire qu’il avait suivi les règles d’Aristote, pour se justifier après coup ; dans ses Discours, perfidement, une fois son œuvre terminée, il a interprété la pensée du philosophe grec « d’une façon radicalement fausse ». Donc Corneille est le premier corrupteur, le responsable, l’homme qui a donné au monde l’illusion que les Français avaient un théâtre, alors qu’ils n’en avaient pas. « J’ose faire ici une proposition qu’on prendra pour ce qu’on voudra : qu’on me cite une pièce du grand Corneille que je ne refasse mieux que lui ! Qui tient la gageure ? »

    Personne ne l’a tenue. Le théâtre de Hambourg n’eut qu’une courte vie ; le dernier feuilleton de la Dramaturgie date du 19 avril 1769. Acrimonieuse, pédante, injuste tant qu’on voudra, elle est cependant si passionnée, si puissamment convaincue, si originale, qu’elle compte à demeure parmi les grandes œuvres de la critique. Elle a marqué un moment historique : elle est la révolte ouverte contre le génie français, nié jusque dans sa gloire suprême, le théâtre. A la place occupée par Corneille, Racine, Voltaire, Lessing mettait Shakespeare, le « géant », qui était, par rapport à la tragédie française, ce qu’une fresque est à une miniature ; il appelait même à son secours la Comedia espagnole, parce qu’elle n’était pas conventionnelle, et qu’elle traduisait une âme indomptée. Tant il fallait de compagnons à Lessing irrité, Anglais, Espagnols, à côté des Allemands, pour combattre le prestige de la France.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Paul Hazard
    Extrait
    Encore cette exécution ne lui suffit-elle pas, car il veut mettre à mal un autre auteur encore plus grand, le créateur même de la tragédie française : Pierre Corneille. Lessing ne peut pas souffrir qu’on l’appelle le grand Corneille : c’est le gigantesque, le monstrueux Corneille qu’il aurait fallu le nommer ; pas de grandeur où il n’y a pas vérité.
    Documents associés
    Jean-Pierre Cavaillé
    libertin, libre-pensée, Le Cid, Théophile, Guez de Balzac, Goulu, absolutisme, Moi, souveraineté, subjectivité
    Simone Weil
    esprit romain
    Rome antique
    patriotisme
    cardinal de Richelieu
    raison d'État
    État
    absolutisme
    déracinement
    christianisme
    vertu
    Ferdinand Brunetière
    tragédie, héroisme, valeur morale
    Charles-Augustin Sainte-Beuve
    Tragédie, littérature française, théâtre
    Émile Faguet
    Pierre Corneille

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.