• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Pédagogie

    L'avenir radieux de la pédagocratie

    Jean Gould
    « Dois-je confesser que je ne suis pas de ceux qui croient que la situation du système d'enseignement au Québec peut changer pour le mieux ? Le pire est à venir. Les pages du cahier spécial "Éducation et Société " du journal Le Devoir du samedi 8 janvier 2000 nous le confirment. Un nouveau programme élémentaire est dans la grande marmite du ministère de l'Éducation et les cuisiniers sont à corriger l'assaisonnement. Il sera bientôt servi comme menu du jour. Il faudra " ouvrir l'école sur le monde ", il faudra une pédagogie active axée sur des " projets ", ainsi qu'une promotion par matière. Malheureusement, la dernière trouvaille des apparatchiks de la pédagogie et du réchauffé. Le Rapport Parent avait déjà proposé un principe de gestion scolaire fondée sur le décloisonnement : la polyvalence. Cela impliquait la disparition du groupe-classe, des filières, des curriculums, pour faire place au cheminement individuel et à la promotion par matière. Ce ne fut pas un grand succès. Nous y revoilà trente ans après, mais cette fois à l'élémentaire. Sous le romantisme inspiré par les courants de psychopédagogie se cache la sacro-sainte souplesse administrative qui vise la destruction de toute autonomie de pratique de l'instituteur dans sa classe.

    Certains pensent, surtout à droite, que le secours contre le délire technocratique pourrait venir des nouvelles élites d'affaires, des enseignants ou encore de la société civile. Il n'en sera rien. Le système d'enseignement est le fait du néo-corporatisme ; c'est connu et tous les groupes d'intérêts possibles font antichambre au MEQ. Plus encore, ils y sont intégrés, siégeant sur des comités nombreux. Bien souvent, ils sont eux-mêmes des bureaucraties dotées de permanents, de comités et d'experts. Et comme s'il n'était pas suffisant que le poisson commence à pourrir par la tête, toutes les écoles ont maintenant leurs comités. Les métastases bureaucratiques et néo-corporatistes ont quitté la tête du système scolaire pour s'attaquer au corps. La faune des comités, tous ces fonctionnaires, ces experts, ces militants, ces permanents, ces usagers sont, autant que les nouvelles élites d'affaires, des hommes d'appareil. Le ministre Legault, avec son diplôme en comptabilité, son MBA et ses millions, incarne bien cette nouvelle élite si à l'aise dans les administrations. La présidente du Conseil supérieur de l'éducation, Céline Saint-Pierre, ancienne militante maoïste, l'incarne, elle aussi, à sa façon. L'école n'est pour cette élite gestionnaire qu'un rouage de la société, une courroie de transmission qu'il faut gérer. Elle doit s'adapter aux demandes des clientèles, en même temps qu'être l'instrument des grandes visées sociales, telles que définies par les groupes d'intérêts et les experts. Pour ce faire, il faut multiplier les études, les consultations, les sondages, qui permettent de préciser les besoins, définir des objectifs, cibler les compétences, pour enfin créer des programmes. L'école n'a plus d'autonomie, la culture n'y a pas de place, car il faut une " école ouverte sur le monde " et " centrée sur l'enfant ". Pourtant, dans nos sociétés, l'école devrait mettre les enfants à l'abri du brouhaha médiatique et mercantile. Les enfants sont déjà tout ouverts au monde. Il faut au contraire les introduire à la culture et à la science et ainsi, l'espace d'un instant, les protéger du monde dans l'enceinte close de l'école.

    Le tout à la pédagogie, qui nous semble à nous, universitaires, si contraire au bon sens et à la nature de l'école secondaire, est appuyé par près de 100% des enseignants et des cadres de l'enseignement élémentaire et secondaire. Elle exprime l'état d'esprit du " milieu ". Il faut constater qu'aujourd'hui encore, bien des directeurs de commissions scolaires sont des diplômés d'écoles normales. Ce sont des gens qui ont cessé de fréquenter l'école à vingt ans et qui gagnent maintenant 60 000$, voire plus de 70 000$ par an. L'ancienne présidente de la CEQ était elle aussi une diplômée d'école normale. La dernière génération des écoles normales qui a bénéficié de la réforme scolaire mais qui ne l'a pas faite, a distillé le mépris de soi et celui du savoir dans le même alambic. Elle était mal à l'aise devant les universitaires et les disciplines académiques. Faute de légitimité, elle a jeté son dévolu sur les sciences de l'éducation. Le " milieu de l'enseignement " a vendu son âme à tous les gadgets, les gourous et les théories à la mode contribuant ainsi à saper les conditions de pratique de son métier. Il a appelé de ses voeux la réforme de la formation des maîtres, dite réforme Chagnon (1994), qui interdit aux universitaires d'enseigner à l'élémentaire et au secondaire. L'histoire se répète : l'école publique est encore aux mains des gens peu instruits. Ainsi, les écoles publiques du Québec sont privées des diplômés universitaires par le mépris de soi des enseignants, par le corporatisme des facultés d'éducation et de la CEQ, ainsi que par l'esprit de gestion des commissions scolaires et du Ministère.

    Les pseudo-idéaux " humanistes " des facultés des sciences de l'éducation, qui semblent plonger sans le dire dans notre passé catholique, se révèlent en fait le cri de guerre des experts en tous genres et des militants de la vertu qui tentent de faire main basse sur l'éducation. Plus encore, ils s'immiscent dans la grille horaire avec des cours bidons, tels la formation personnelle et sociale ou le choix de carrière. À la frange de l'enseignement, sous le couvert du " développement de l'enfant ", une couche importante de professionnels, de groupes d'intervention, de fonctionnaires, pompe les ressources et gruge l'autonomie et les prérogatives des enseignants. La pensée psychopédagogique a ruiné l'enseignement des matières, telles le français et la religion, mais aussi et surtout la formation des maîtres. L'individualisation du cheminement scolaire ou de l'enseignement a aussi entraîné la multiplication des administrations, des professionnels et des experts. Plus encore, le jargon des sciences de l'éducation a intoxiqué les esprits. La langue de carton de la psychopédagogie, langue officielle de ce qui convient de nommer la pédagocratie, est parlée dans les salles de réunions des plus humbles écoles. Elle est une phase métastatique du cancer technobureaucratique et néo-corporatiste dont souffre le système d'enseignement.

    La culture " thérapeutique " a pénétré notre société québécoise, en général, et son école, en particulier. Le mot " besoin de l'enfant " marque l'alpha et l'oméga de toute discussion sur l'enseignement. La mission de l'école est définie par la psychologie. Le développement de l'enfant, qui doit être intégral, prime sur l'instruction et la transmission de l'héritage culturel. L'école est devenue, pour plusieurs, un lieu de maternage scientifique, une annexe du CLSC. Comment une société, où il semble impossible de montrer à écrire aux enfants avant l'âge de vingt ans et de soigner les malades dans les urgences, peut-elle ambitionner de faire " l'éducation intégrale de la personne " ? Ici, je loge à l'enseigne de Condorcet : l'école laïque doit laisser l'éducation aux parents et se concentrer sur l'instruction. Le respect du futur citoyen est à ce prix.

    Que faire ? Convenons d'une approche pragmatique. Il y a une pénurie appréhendée d'enseignants de sciences au secondaire. Cette pénurie artificielle, qui ressemble à s'y méprendre à celles qui existent dans le système de santé, nous donnerait l'occasion d'ouvrir une petite brèche dans le monopole que les facultés d'éducation exercent sur l'habilitation à enseigner. La solution est limpide et peu coûteuse : laissons les écoles engager directement des diplômés des facultés de sciences. Le Ministère n'aura qu'à soumettre ces enseignants nouveau style à un concours après une couple d'années. " Et alors !, la gestion de classe, la psychologie de l'enfant boutonneux...? ", protestera la tribu pédagocrate. À quoi je répondrais que les directeurs d'école pourraient choisir d'anciens animateurs de camps de vacances ou encore des gens qui ont fait du théâtre amateur. Pourquoi d'ailleurs ne pas remplacer la formation en sciences de l'éducation par une formation en théâtre ? Nous aurions ainsi plus de chance d'avoir des enseignants qui parlent correctement et distinctement la langue française.

    Malgré les forces qui enserrent le système scolaire et les délires qui l'habitent, nous nous devons de constater qu'il se fait au quotidien de la bonne école, sans doute dans le dos de la pédagocratie. »
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Jean Gould
    Mots-clés
    Néo-corporatisme, pédagogie, psycho-pédagogie, sciences de l'éducation, monopole, cancer technobureaucratique, instruction, éducation, transmission, école, comités, experts, programmes
    Extrait
    « Les métastases bureaucratiques et néo-corporatistes ont quitté la tête du système scolaire pour s'attaquer au corps. La faune des comités, tous ces fonctionnaires, ces experts, ces militants, ces permanents, ces usagers sont, autant que les nouvelles élites d'affaires, des hommes d'appareil. Le ministre Legault, avec son diplôme en comptabilité, son MBA et ses millions, incarne bien cette nouvelle élite si à l'aise dans les administrations. La présidente du Conseil supérieur de l'éducation, Céline Saint-Pierre, ancienne militante maoïste, l'incarne, elle aussi, à sa façon. L'école n'est pour cette élite gestionnaire qu'un rouage de la société, une courroie de transmission qu'il faut gérer. Elle doit s'adapter aux demandes des clientèles, en même temps qu'être l'instrument des grandes visées sociales, telles que définies par les groupes d'intérêts et les experts. »
    Documents associés
    Hélène Laberge
    Jésuites, collèges classiques, éducation au Québec, Sainte-Anne-de-la-Pocatière, La Pocatière, François-René de Chateaubriand, Port-Royal, romantisme
    Le Pont entre les générations
    génération, transmission, éducation, école secondaire, professeur, maître, "sciences de l'éducation", humanités
    Jean-Jacques Wunenburger
    jeu, enfant, liberté, éducation
    Jean Renaud
    Vérité, sensibilité, asservissement
    Louis-Bertrand Raymond
    Marc Chevrier
    Pédagogie, éducation, réforme de l'éducation au Québec, révolution tranquille, pluralisme,
    Sylvie Escande
    Le Français langue étrangère
    Jacques Dufresne
    Humanisme, autonomie, compétence, transhumanisme, post-humain, courage, cyborg, spiritualité

    2%
    Dons reçus (2018-2019):609$
    Objectif (2018-2019): 20 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 25 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.