• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Fluxs RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Frédéric Back

    De Mickey Mouse à Frédérick Back

    Jacques Dufresne
    Lors de la cérémonie des Oscars de 1988, où L'homme qui plantait des arbres de Frédéric Back fut reconnu comme le meilleur film d'animation de l'année, ce fut le héros de films d'animation d'une autre époque, Mickey Mouse qui eut la vedette.
    L'homme qui plantait des arbres aura donc eu tous les succès qu'un film peut avoir. On s'en réjouit pour les arbres, les animaux, la vie sur cette planète, avant même de s'en réjouir pour Frédéric Back lui-même, lequel prend toujours soin de faire passer les sujets qui l'inspirent avant sa personne.

    Il n'empêche que Mickey Mouse en a indisposé plusieurs lundi soir dernier à la remise des Oscars. Il a volé la vedette au film primé au point que nous n'avons entrevu ni Elzéard plantant ses chênes, ni la course joyeuse des chevaux dans les collines. L'occasion était bonne sans doute pour souligner l'anniversaire de Mickey, mais de là à lui donner toute la place, et toute la publicité dans un événement mondial qui sert déjà si bien les intérêts américains!

    Derrière cette inconvenance, on pouvait même voir un inquiétant refus de faire appel à l'intelligence des spectateurs. Frédéric Back venait d'obtenir l'Oscar du film d'animation pour la deuxième fois. On peut donc dire qu'il fait époque. Or, pour ce qui est du contenu, - aussi bien que de la technique, disent les connaisseurs, - son oeuvre marque un incontestable progrès par rapport à l'art de l'époque caractérisée par Mickey Mouse. Voilà ce qu'il aurait fallu mettre en lumière.

    Mais aurait-on pu le faire sans forcer le public à réfléchir sur un type de film d'animation, genre Mickey Mouse, dont le premier but est de détourner le même public de la réflexion.

    Qui est Mickey Mouse? Quelle est son influence sur tous ceux qu'il distrait depuis si longtemps? Il est petit, donc sympathique, mais il est aussi puissant, dégourdi comme Tintin et par là il est rassurant. Il combine la faiblesse que les archétypes prêtent à la femme et à l'enfant et la force que les mêmes archétypes prêtent aux hommes. Ainsi doué par la nature, ou plutôt par la culture, il rétablit toujours les situations en sa faveur. La recette est infaillible. Il ne restait qu'à ajouter l'élément comique et une technique impeccable.

    Mais à y regarder de plus près, on constate que Mickey incarne une vision du monde diamétralement opposée à celle d'Elzéard Bouffier, et c'est ce qui rendait l'inconvenance de lundi soir dernier si choquante.

    Mickey c'est l'animal qui n'en n'est pas un - il est plutôt un automate -dans une nature qui n'en est plus une, puisqu'elle ne sert que de fond de scène et de réservoir de matériaux pour les exploits de Mickey; lequel, sans être un homme, n'en incarne pas moins le vieux rêve prométhéen de domination des hommes sur la nature.

    Est-il seulement nécessaire de rappeler que l'inspiration de Frédéric Back est à l'extrême opposé. Loin d'être des automates, ses animaux sont encore plus vivants que la vie elle-même. Là précisément se trouve le miracle de son art.

    Il y a d'autre part une ambiguité dans l'expression film d'animation. Anima! Ce mot signifie âme. Où est l'âme dans les films de Mickey? Et où est le sens? En quoi est-on plus profond, plus sage, plus vivant après les avoir vus? On est seulement plus détendu. Ces films n'agissent que sur le plan mécanique des réflexes conditionnés. Tout au plus trouve-t-on une morale de preacher à la fin des histoires. À proprement parler, ce ne sont pas des films d'animation, mais des films d'automation.

    Tandis que dans ses films, dans le dernier notamment, Frédérick Back semble avoir pour unique souci de faire revivre l'âme. Et il y parvient, sans jamais tomber dans l'animisme, sans jamais attribuer à l'âme des pouvoirs magiques qui ne correspondraient à aucune expérience authentique dans l'humanité actuelle. Appliqué à ses films, le mot animation prend tout son sens.

    Mais qu'est-ce que l'âme? Il nous faut précisément des films comme L'homme qui plantait des arbres pour le réapprendre, ou des poèmes comme celui que l'empereur Hadrien nous a laissés avant sa mort: Ame tendre (...) tu devras renoncer aux jeux d'autrefois. Un instant encore. Regardons ensemble les rives familières, les objets que sans doute nous ne reverrons plus... Tâchons d'entrer dans la mort les yeux ouverts.

    Frédérick Back nous aide à regarder le monde de la même manière avec, en plus, le sentiment que les rives familières ne seront peut-être plus là pour éveiller chez nos descendants le regret par qui l'âme s'éveille.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne
    http://agora.qc.ca/cvdufresne.html
    Mots-clés
    Films d'animation
    Extrait
    «Mickey c'est l'animal qui n'en n'est pas un - il est plutôt un automate - dans une nature qui n'en est plus une, puisqu'elle ne sert que de fond de scène et de réservoir de matériaux pour les exploits de Mickey; lequel, sans être un homme, n'en incarne pas moins le vieux rêve prométhéen de domination des hommes sur la nature.»
    Documents associés
    Jacques Dufresne
    Un Oscar

    0%
    Dons reçus (2018-2019):0$
    Objectif (2018-2019): 25 000$


    Nous avons reçu près de 11 407$ lors de la campagne 2017-2018. Nous vous remercions de votre générosité. Pour la campagne 2018-2019, notre objectif s'élève à 20 000$.

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.