Ciel brouillé

Charles-Pierre Baudelaire
« On dirait ton regard d'une vapeur couvert ;
Ton oeil mystérieux (est-il bleu, gris ou vert?)
Alternativement tendre, rêveur, cruel,
Réfléchit l'indolence et la pâleur du ciel.

Tu rappelles ces jours blancs, tièdes et voilés,
Qui font se fondre en pleurs les coeurs ensorcelés,
Quand, agités d'un mal inconnu qui les tord,
Les nerfs trop éveillés raillent l'esprit qui dort.

Tu ressembles parfois à ces beaux horizons
Qu'allument les soleils des brumeuses saisons...
Comme tu resplendis, paysage mouillé
Qu'enflamment les rayons tombant d'un ciel brouillé !

Ô femme dangereuse, ô séduisants climats !
Adorerai-je aussi ta neige et vos frimas,
Et saurai-je tirer de l'implacable hiver
Des plaisirs plus aigus que la glace et le fer ? »

Autres articles associés à ce dossier

Patience du ciel

Pierre-Jean Dessertine

Que le ciel n'est pas objet de perpception, et que, pourtant, sa présence sensible est nécessaire pour savoir vivre humainement.

Penser le ciel

Claude Gagnon

Des étoiles fixes aux étoiles en guerre.

À lire également du même auteur

Assommons les pauvres !
Voici la description que propose de cette oeuvre Alain Garrigou, professeur de science politique &ag

Vers pour le portrait de M. Honoré Daumier
« Ces stances ont été faites pour un portrait de M. Daumier, gravé d’après le remarquable

Qu'est-ce que le romantisme?
Passage extrait des Curiosités esthétiques.

Mon coeur mis à nu
Oeuvre dense et provocante où Baudelaire témoigne de ses admirations (pour le poète, le prêtre,




Nos suggestions