Le serpent qui danse

Charles-Pierre Baudelaire
« Que j'aime voir, chère indolente,
De ton corps si beau,
Comme une étoffe vacillante,
Miroiter la peau !

Sur ta chevelure profonde
Aux âcres parfums,
Mer odorante et vagabonde
Aux flots bleus et bruns,

Comme un navire qui s'éveille
Au vent du matin,
Mon âme rêveuse appareille
Pour un ciel lointain.

Tes yeux, où rien ne se révèle
De doux ni d'amer,
Sont deux bijoux froids où se mêle
L'or avec le fer.

À te voir marcher en cadence,
Belle d'abandon,
On dirait un serpent qui danse
Au bout d'un bâton.

Sous le fardeau de ta paresse
Ta tête d'enfant
Se balance avec la mollesse
D'un jeune éléphant,

Et ton corps se penche et s'allonge
Comme un fin vaisseau
Qui roule bord sur bord et plonge
Ses vergues dans l'eau.

Comme un flot grossi par la fonte
Des glaciers grondants,
Quand l'eau de ta bouche remonte
Au bord de tes dents,

Je crois boire un vin de bohême,
Amer et vainqueur,
Un ciel liquide qui parsème
D'étoiles mon coeur ! »

Autres articles associés à ce dossier

Mon coeur mis à nu

Charles-Pierre Baudelaire

Oeuvre dense et provocante où Baudelaire témoigne de ses admirations (pour le poète, le prêtre, le soldat, le dandy) et de ses aversions (pour la

La musique

Charles-Pierre Baudelaire


La musique

Charles-Pierre Baudelaire


Il y a du Dante chez Baudelaire

Jules Barbey d'Aurevilly


Fusées

Charles-Pierre Baudelaire

Baudelaire a dit qu'il laissait les pages de Fusées parce qu'il voulait dater sa colère et sa tristesse, sentiments que lui inspirait l'« avilissem

Derniers mois de la vie de Baudelaire

Mme Aupick

Évocation des derniers mois de la vie de Baudelaire, par sa mère.

À lire également du même auteur

Assommons les pauvres !
Voici la description que propose de cette oeuvre Alain Garrigou, professeur de science politique &ag

Vers pour le portrait de M. Honoré Daumier
« Ces stances ont été faites pour un portrait de M. Daumier, gravé d’après le remarquable

Qu'est-ce que le romantisme?
Passage extrait des Curiosités esthétiques.

Mon coeur mis à nu
Oeuvre dense et provocante où Baudelaire témoigne de ses admirations (pour le poète, le prêtre,




Nos suggestions