Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

Vers au chevalier de Rivarol

Voltaire
Court poème écrit en 1777, soit un an avant la mort de son auteur.
En vain ma muse surannée
Voudrait, ainsi que vous, rimer des vers aisés;
Je sens que ma force est bornée,
Ma chaleur est éteinte, et mes sens sont usés :
Mais vous brillez à votre aurore;
Vous êtes l’ami des neuf Sœurs,
Et je vois vos talents éclore
Avec les plus belles couleurs.
Seize lustres brisent mon être;
Je respire avec peine l’air;
Mais vous commencez à paraître,
Et l’on voit le printemps renaître
Des tristes débris de l’hiver.

À lire également du même auteur

Vers au chevalier de Rivarol
Court poème écrit en 1777, soit un an avant la mort de son auteur.

Une satire de Rousseau: la «Lettre au Docteur Jean Jacques Pansophe»
«Tout, nous rappelle l'écrivain Elme Caro, les séparait violemment l'un de l'autre, les idées, l

Songe de Platon
Platon raconte le mythe de l'androgyne dans Le Banquet.

Micromégas
Il s'agit d'une imitation évidente des Voyages de Gulliver, de Swift. On y trouve un banquet de phi