• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Religion

    Religions : menace ou espoir ? Les religions sont elles sources de division ou participent elles à la cohésion de la société ? Elements de réponse en partenariat avec les semaines sociales de France. "La Foi prise au Mot", 9 novembre 2008 (KTO).


    Portail de Saint-Trophime, 12e siècle, Arles
    Photo: Paul-Emmanuel Audet / L'Encyclopédie de L'Agora

    Actualités

    Colloque : L'anthropologie de Marcel Gauchet - Analyse et débats - 14 et 15 octobre 2011
    Nos sociétés sont-elles vraiment “sorties de la religion” ?

    Frédéric Louzeau, président de la Faculté Notre-Dame

    Définition

    NDLR: On trouvera dans les documents associés à ce dossier tous les éléments nécessaires à une définition achevée du concept de religion.

    Selon le théologien Karl Rahner, la religion se définit ainsi: « D’une manière générale, [...] on désigne par "religion" la relation de l'homme avec le sacré, qui se traduit, comme religion subjective, dans la vénération et l'adoration et qui s'incarne, comme religion objective, dans la confession, dans la parole, dans les actes (gestes, danses, ablutions, onctions, bénédictions, sacrifices, repas sacrificiels) et dans le droit. Cette relation ne peut exister que dans la mesure où le sacré se manifeste à l'homme. La religion est la réponse de l'homme à cette manifestation. [Aussi] dans la religion l'homme reçoit une participation au sacré et atteint ainsi les extrêmes limites de ses possibilités, mais ceci aussi bien dans le sens du don de lui-même à Dieu, à qui toute sainteté appartient, que dans le sens d'un égocentrisme qui le porte à abuser du nom de Dieu, à s'approprier le sacré et à en disposer en vue de sa seule justification propre. Ces deux faces et ces deux possibilités de la religion, qui se réalisent dans les religions concrètes, le plus souvent, en même temps, dans un certain mélange, permettent de saisir la structure de la religion. » (Petit dictionnaire de théologie catholique, Paris, Seuil, 1970, pp. 408-409, Coll. « Livre de vie » # 99)


    Notre définition
    La définition simple que nous présentons ici est destinée à rétablir le bon sens, de plus en plus fréquemment et ostensiblement mis en déroute par des sectes n'ayant de commun avec une religion authentique que le statut juridique. Nous invitons nos lecteurs à nous aider à trouver une définition qui soit inattaquable sur le plan scientifique tout en étant assez claire pour exclure les sectes de bas étage du royaume des religions.

    Une religion est une association de personnes qui rendent un culte à un Dieu ou à plusieurs dieux. Une association qui rend un culte à l'homme et à sa science, comme c'est le cas pour la secte de Hubbard, la scientologie, ou pour celle de Raël, n'est pas une religion.

    Une religion digne de ce nom a une histoire qui s'insère elle-même dans l'histoire d'un peuple. On a pu dire de la religion qu'elle est la substance de la culture. Se trouvent par là exclues du statut de religion toutes les sectes dont l'origine s'apparente à celle d'une entreprise commerciale.

    Toute religion, pour mériter ce titre, doit avoir fait ses preuves, avoir démontré qu'elle peut être un ferment de perfection à l'échelle des individus, en suscitant l'apparition de saints, de sages et de héros à l'échelle des sociétés, en favorisant la justice et la solidarité à l'échelle d'une civilisation, en y introduisant de la beauté.

    Toutes les grandes religions se sont, à un moment où l'autre de leur histoire, montrées indignes de leur idéal. La dénonciation de ces moments ne donne pas droit au statut de religion à la dernière secte venue.

    Enjeux

    La religion n'est pas l'unique cause des guerres
    Parce que les terroristes islamistes ont attaqué l’Amérique au nom d’Allah et parce que l’Amérique a répliqué au nom du Dieu de son président, George Bush, on tient facilement pour acquis en ce début du troisième millénaire que les religions sont aujourd’hui comme hier la principale, sinon l’unique cause des guerres. Tout n’est pas si simple, note Jean-Claude Guillebaud, «hier encore, les violences du monde relevaient à nos yeux de causes bien différentes : sous-développement ou impérialisme, lutte des classes ou égoïsmes corporatistes, convoitises pétrolières, nationalisme…»1 Le même auteur nous rappelle également que « le Sentier lumineux péruvien, les génocidaires Kmers rouges des années 1970, les tueurs hutus du Rwanda ou les assassins de l’ancienne Yougoslavie ne se réclamaient ni de Dieu ni du diable.»2 Quelles sont donc se demande-t-il les véritables causes de cet acharnement contre des religions souvent moribondes, qui nous pousse à la plus étrange amnésie collective. «Comment oublier en effet, poursuit-il, qu’au XXe siècle, c’est principalement l’athéisme antireligieux (stalinien, nazi ou nippon) qui fut intolérant ou exterminateur.»3

    1. Jean-Claude Guillebaud, La Force de conviction, Éditions du Sueil, Paris 2005, p.13
    2. Ibid. p.14
    3. Ibid. p.17

    ***
    ****




    Le reflux de la religion dans les sociétés égalitaristes (Alexis de Tocqueville)
    « Quand la religion est détruite chez un peuple, le doute s'empare des portions les plus hautes de l'intelligence et il paralyse à moitié toutes les autres. Chacun s'habitue à n'avoir que des notions confuses et changeantes sur les matières qui intéressent le plus ses semblables et lui-même; on défend mal ses opinions ou on les abandonne, et, comme on désespère de pouvoir, à soi seul, résoudre les plus grands problèmes que la destinée humaine présente, on se réduit lâchement à n'y point songer.

    Un tel état ne peut manquer d'énerver les âmes; il détend les ressorts de la volonté et il prépare les citoyens à la servitude.

    Non seulement il arrive alors que ceux-ci laissent prendre leur liberté, mais souvent ils la livrent.

    Lorsqu'il n'existe plus d'autorité en matière de religion, non plus qu'en matière politique, les hommes s'effrayent bientôt à l'aspect de cette indépendance sans limites. Cette perpétuelle agitation de toutes choses les inquiète et les fatigue. Comme tout remue dans le monde des intelligences, ils veulent, du moins, que tout soit ferme et stable dans l'ordre matériel, et, ne pouvant plus reprendre leurs anciennes croyances, ils se donnent un maître.

    Pour moi, je doute que l'homme puisse jamais supporter à la fois une complète indépendance religieuse et une entière liberté politique; et je suis porté à penser que, s'il n'a pas de foi, il faut qu'il serve, et, s'il est libre, qu'il croie.

    Je ne sais cependant si cette grande utilité des religions n'est pas plus visible encore chez les peuples où les conditions sont égales, que chez tous les autres.

    Il faut reconnaître que l'égalité, qui introduit de grands biens dans le monde, sug­gère cependant aux hommes, ainsi qu'il sera montré ci-après, des instincts fort dange­reux; elle tend à les isoler les uns des autres, pour porter chacun d'eux à ne s'occuper que de lui seul.

    Elle ouvre démesurément leur âme à l'amour des jouissances matérielles.

    Le plus grand avantage des religions est d'inspirer des instincts tout contraires. Il n'y a point de religion qui ne place l'objet des désirs de l'homme au-delà et au-dessus des biens de la terre, et qui n'élève naturellement son âme vers des régions fort supé­rieures à celles des sens. Il n'y en a point non plus qui n'impose à chacun des devoirs quelconques envers l'espèce humaine, ou en commun avec elle, et qui ne le tire ainsi, de temps à autre, de la contemplation de lui-même. Ceci se rencontre dans les religions les plus fausses et les plus dangereuses.

    Les peuples religieux sont donc naturellement forts précisément à l'endroit où les peuples démocratiques sont faibles; ce qui fait bien voir de quelle importance il est que les hommes gardent leur religion en devenant égaux. »

    ALEXIS DE TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, tome II, chapitre X, Paris, Pagnerre, 1850, 13e édition. Édition électronique disponible sur le site des Classiques des sciences sociales

    Essentiel

    « Il n'y a jamais eu de sociétés sans religion. »

    HENRI BERGSON

    ***
    ****



    « Ne connaissant plus, en fait d'expérience religieuse, que les inquiétudes de l'érudition, les modernes pèsent l'Absolu, en étudient les variétés, et réservent leurs frissons aux mythes — ces vertiges pour consciences historiennes. Ayant cessé de prier, on épilogue sur la prière. Plus d'exclamations; rien que des théories. La Religion boycotte la foi. Jadis, avec amour ou haine, on s'aventurait en Dieu, lequel, de Rien inépuisable qu'il était, n'est plus maintenant — au grand désespoir des mystiques et des athées — qu'un problème. »

    E. M. CIORAN, Syllogismes de l'amertume, Paris, Gallimard, Coll. «Idées», 1952, p. 100.

    ***
    ****



    « [...] Nous avons tous perdu quelque chose dans l’immense tournant qui nous emporte depuis une trentaine d’années et qui, entre autres, est en train d’achever de liquider les vestiges d’organisation religieuse qui subsistaient parmi nous. Quelque chose qui a directement à voir avec "la déshumanisation du monde" qui nous inquiète. […]

    En un sens, […] nous avons achevé de recouvrer le pouvoir sur nous-mêmes. Sauf que cette ultime conquête métaphysique a pris un visage social inattendu. Elle a achevé d’émanciper les individus. […] Elle les a déliés de ce qui pouvait leur faire obligation envers des collectifs de référence, de la famille à la Nation. […] Mais ce faisant, elle a vidé de substance la perspective d’un pouvoir collectif. »

    MARCEL GAUCHET, « Ce que nous avons perdu avec la religion », Diogène, no 195, juillet-septembre 2001, pp. 49-51.

    Documentation

    Ouvrages « classiques »

    Bergson, Henri. Les deux sources de la morale et de la religion. Paris, PUF, 1932.

    Caillois, Roger. L'homme et le sacré. Paris, Gallimard, 1950 (2e éd.).

    Castelli, Enrico, Jacques Ellul, Jean Ladrière, Paul Ricoeur et al. Le Sacré. Études et recherches. Paris, Aubier/Montaigne, 1974.

    Eliade, Mircea. Le sacré et le profane. Paris, Gallimard, 1965.

    Frazer, Sir James George. The Golden Bough. A Study in Magic and Religion. New York, MacMillan, 1922; New York, Bartleby.com, 2000.

    Otto, Rudolf. Le sacré. L’élément non-rationnel dans l’idée du divin et sa relation avec le rationnel (Das Heilige). Trad. A. Jundt. Paris, Payot, 1949. [Édition originale 1917]

    Van Der Leeuw, Georges. La religion dans son essence et ses manifestations. Phénoménologie de la religion. Paris, Payot, 1955. Coll. « Bibliothèque scientifique ».


    Les religions en général

    Delumeau, Jean, dir. Le fait religieux. Paris, Fayard, 1993.

    Hervieu-Léger, Danièle. La religion pour mémoire. Paris, Cerf, 1993.


    Théologie des religions

    Bouillard, Henri. « La formation du concept de religion en Occident », dans Vérité du christianisme. Paris, DDB, 1989, pp. 201-218. Coll. « Théologie ».

    Commission théologique internationale. Le Christianisme et les religions. Préface de Joseph Doré. Paris, Cerf/Bayard/Centurion, 1997, 103 p. Coll. « Documents des Églises ».

    Daniélou, Jean. « Le Dieu des religions », dans Dieu et nous. Paris, Grasset, 1956, pp. 13-51. Coll. « Livre de vie » # 36.

    Daniélou, Jean. « Christianisme et religions non chrétiennes », dans Théologie d’aujourd’hui et de demain. Paris, Cerf, 1967, pp. 65-79. Coll. « Cogitatio Fidei » # 23.

    Dupuis, J. Vers une théologie chrétienne du pluralisme religieux. Paris, Cerf, 1997.

    Rahner, Karl et Herbert Vorgrimler. « Religion », dans Petit dictionnaire de théologie catholique. Paris, Seuil, 1970, pp. 408-414. Coll. « Livre de vie » # 99.

    Tillich, Paul. Le christianisme et les religions. Paris, Aubier/Montaigne, 1968. Extrait en ligne.

    Welte, Bernard. Vraie et fausse religion. Paris, DDB, 1954. Coll. « Présence chrétienne ».


    Philosophie de la religion

    Alain. Les Dieux. Paris, Gallimard, 1934.

    Alain. Propos sur la religion. Paris, Rieder, 1938.

    Burke, T. Patrick. The Reluctant Vision. An Essay in the Philosophy of Religion. Philadelphia, Fortress Press, 1974.

    Greisch, Jean. Le Buisson ardent et les Lumières de la raison. Tome 1. Paris, Cerf, 2002.

    Greisch, Jean. Le Buisson ardent et les Lumières de la raison. L'invention de la philosophie de la religion. Tome 2. Les approches phénoménologiques et analytiques. Paris, Cerf, 2002.

    Hegel, G.W.F. Leçons sur la philosophie de la religion (1832). Paris, Vrin, 1970-1975 (5 vol.).

    Kant, I. La religion dans les simples limites de la raison (1793). Trad. J. Gibelin, Paris, Vrin, 1952.

    Lavelle, Louis. Traité des valeurs. Tome second. Le Système des différentes valeurs. Paris, PUF, 1955. Extrait en ligne.

    Rahner, Karl. L’homme à l’écoute du Verbe. Fondements d’une philosophie de la religion. Mame, 1968.


    Phénoménologie de la religion

    Balthasar, Hans Urs von. Dieu et l’homme d’aujourd’hui. Paris, Desclée De Brouwer, 1958. Coll. « Présence chrétienne ».

    Eliade, Mircea. Traité d’histoire des religions. Paris, Payot, 1964.

    Girard, René. La Violence et le Sacré. Paris, Grasset, 1972.


    Sociologie de la religion

    Hervieu-Léger, Danièle et F. Champion, éd. De l'émotion en religion. Paris, Centurion, 1990.

    Hervieu-Léger, Danièle et G. Davie, éd. Les identités religieuses en Europe. Paris, La Découverte, 1996.

    Hervieu-Léger, Danièle. Le Pèlerin et le converti. La religion en mouvement. Paris, Flammarion, 1999.

    Hervieu-Léger, Danièle et J. P. Willaime. Sociologies et religion. Approches classiques en sciences sociales des religions. Paris, PUF, 2001.

    Hervieu-Léger, Danièle. La religion en miettes ou la question des sectes. Paris, Calmann-Lévy, 2001.

    Weber, Max. Sociologie des religions. Paris, Gallimard, 1996.

    Archives de sciences sociales de religions (École des hautes études en sciences sociales, Fr.): articles et compte rendus de numéros récents en ligne.

    Les religions sont-elles violentes? Dossier préparé par Isabelle Musy, journaliste RP (Allez-Savoir! - magazine de l'Université de Lausanne, no 5, juin 1996).


    Religion et société contemporaine

    Berger, Peter L. La Religion dans la conscience moderne. Paris, Le Centurion, 1971.

    Berger, Peter L., dir. Le réenchantement du monde. Paris, Éditions Bayard, 2001. Recension: Alexandre Méthé, La religion n'a pas dit son dernier mot, Nouveau dialogue, no 138, 2002.

    Ellul, Jacques. Les Nouveaux Possédés. Paris, Fayard, 1973.

    Ellul, Jacques. Le Bluff technologique. Paris, Hachette, 1990.

    Gauchet, Marcel. Le désenchantement du monde. Une histoire politique de la religion. Paris, Gallimard, 1985.

    Hervieu-Léger, Danièle, éd. Religion et Écologie. Paris, Cerf, 1993.

    Kepel, Gilles. La Revanche de Dieu: Chrétiens, juifs et musulmans à la reconquête du monde. Paris, Seuil, première édition: 1991; 2e édition: 1992 (traduit en 20 langues).

    Marcel, Gabriel. « Remarques sur l’irréligion contemporaine », dans Être et avoir, Paris, Aubier/Montaigne, 1935, pp. 259-295. Coll. « Philosophie de l’esprit ». Extrait en ligne.

    Smith, Huston. Why Religion Matters. The Fate of the Human Spirit in an Age of Disbelief. HarperCollins Publishers, 2001.


    Religion et éducation

    Hervieu-Léger, Danièle, éd. La religion au lycée. Paris, Cerf, 1991.


    Religion et droits de l'homme la liberté religieuse

    International Religious Freedom Report for 2001. Rapport annuel sur la liberté religieuse dans le monde produit par le Département d'État américain. Très riches informations.

    "La liberté religieuse en tant que droit de l'homme", Démocratie et droits de l'homme. Revue électronique du Département d'État américain, vol. 6, no 2, novembre 2001.


    Religion et science

    Dossier «Science et religion au service de la vérité» de la revue Nouveau dialogue (no 125, 1999); on trouve en ligne les articles suivants: Une nouvelle image du monde, par Yvon-D. Gélinas;
    Chercher Dieu in vitro: profanation ou privilège?, par Caroline Francoeur;
    Bouddhisme et science, par Francis Brassard;
    De la science et de la religion, par Davide Bensoussan;
    Science et religion: la convergence au-delà du conflit selon Teilhard de Chardin, par Daniel Picot.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2013-04-16
    Loading
    Informations
    Références
    Linguistique
    Allemand
    Religion
    Anglais
    Religion
    Espagnol
    Religión
    Documents Associés
    Madeleine Préclaire
    Vieillesse, modernité, symbole, sacré
    Monique Dumais
    Dominique Carrier
    Famille, adulte, rêve
    Pierre Pelletier
    Dieu, Églises, Marx, athéisme, nécessité
    Louise Melançon
    Jean-Luc Hétu
    L'Agora
    Transcendance, âme, sacré, absolu, Dieu, être, présence
    Jean-Philippe Trottier
    Dialogue islamo-chrétien, islam, christianisme, Benoît XVI, Occident, Orient, raison
    JP Costes
    Louis Racine
    Civilisation, Paul Tillich, athéisme, christianisme, théologie
    Raccourcis

    Portails, répertoires de sites:
    Academic Info: Religion Gateway
    Virtual Religion Index
    A Guide to the best religious studies resources on the Internet
    Virtual Religion Index
    Religare: religions de l'humanité
    The Religious Movements Home Page (University of Virginia)
    Grandes religions: voir les dossiers de l'Encyclopédie qui leur sont consacrés
    Recherche:
    Association européenne pour l'étude des religions
    North American Association for the Study of Religion
    American Academy of Religion
    Société canadienne pour l'étude de la religion
    Corporation canadienne des sciences religieuses
    Internet Journal of Religion. An International Journal Site for the Academic Study of Religion (Fachgebiet Religionswissenschaft - Institut für Vergleichende Kulturforschung Religionswissenschaft und Völkerkunde - Philipps-Universität Marburg)
    Sociologie de la religion:

    Philosophie de la religion:

    Histoire des religions:
    International Association for the History of Religions (IAHR)
    Deutsche Vereinigung für Religionsgeschichte (DVRG) - Association allemande pour l'histoire des religions
    Musées, expositions en ligne:
    Religions au quotidien: exposition virtuelle conçue par le Riksutställningar (Stockholm, Suède). Sur le site Musées et millénaire
    Millénaires de Dieu: exposition virtuelle conçue par le Musée Dauphinois (Grenoble, Fr.). Sur le site Musées et millénaire
    La religion au Québec:
    Patrimoine religieux du Québec
    À la découverte des lieux de culte du grand Montréal (dossier de l'émission "Montréal ce soir", Radio-Canada, format Real Video)
    Liberté religieuse:
    The Religious Freedom Page (University of Virginia)
    Religious Rights (Management of Social Transformations Programme, Unesco)


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.