• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Neige

    Marc-Aurèle Fortin, Saint-Urbain vers 1942

    ~ Marc-Aurèle Fortin, détail, pochade faite à Saint-Urbain v. 1942 © Fondation Marc-Aurèle Fortin

    Définition

    La neige constitue la forme principale des précipitations atmosphériques solides. Elle résulte d’une condensation lente et progressive de la vapeur d’eau contenue dans l’atmosphére à une température voisine de 0°. Cette condensation se fait le plus souvent en cristaux en formes d’étoiles à six branches. Par temps très froid (moins de – 20°) elle peut se faire sous forme de longues aiguilles prismatiques très minces. Si les cristaux subissent au contraire une fusion partielle, ils s’agglomèrent au cours de leur chute pour former des flocons. C’est sous cette forme que la neige est familière à l’habitant des régions tempérées. Dans les régions équatoriales enfin, la neige — limitée ici comme bien l’on pense aux sommets des hautes montagnes — revêts souvent la forme de cristaux grossiers, agglomérés en grains, parfois mêlés de véritables grêlons. Il n’est pas rare qu’elle soit accompagnée de phénomènes électriques, chose exceptionnelle aux lattitudes tempérées.

    Charles-Pierre Péguy, La Neige, 2e édition mise à jour, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1968, p. 9.

    Enjeux

    Neige et philosophie :

    Si la météorologie est le grand refoulé de l’histoire de la philosophie, le météore « neige » est peut-être le seul qui appelle une dimension liminale et ludique à moyen terme, cinq mois dans les climats tempérés — l’arc-en-ciel et l’aurore boréale (plus rare, cosmique) disparaissant soudain ou liée à une seule nuit. La neige cristallise un rapport à la très longue durée (parfois « éternelle ») et à l’étendue, jusqu’à l’horizon. Et à l’événement : la neige tombe sans que cette chute de matières affecte l’ouïe. Silence inespéré, inouï. Elle n’est pas une métaphore absolue dans l’histoire de la philosophie, pour reprendre les termes [de] Blumenberg — comme la lumière, la « vérité nue », le miroir, la fondation, le monde-livre ou théâtre —, plutôt une métaphore épisodique de ce réel qui n’arrête pas de résister à la saisie conceptuelle, également l’indice cosmogonique qu’oublie trop souvent l’homme contemporain, imbu de sa rationalité technocratique [...].

    Robert Hébert, « Balles pour une histoire philosophique de la neige », in Usage d’un monde, Montréal, Éditions Trahir, coll. « Bifurcations », 2012, p. 72-3.

    Essentiel

    Un absolu de vide et de silence :

    La neige apparaît donc bien dans sa qualité acoustique comme une matière poétique, et par là comme un tremplin métaphysique. Remonte-pente vers l’absolu, elle nous révèle cependant une forme particulière de cette absoluité. C’est un absolu de vide et de silence. Peut-être touchons-nous là un des caractères fondamentaux de la rêverie neigeuse : elle est rêverie négatrice, elle est antithèse.

    Gilbert Durand, « Psychanalyse de la neige », dédié à Gaston Bachelard, in Mercure de France, no 1080, août 1953, p. 621.

    Synthèse

    Documentation

    Sur quelques arpents de neige :

    Voici la lettre que Voltaire adressait à M. de Moneril en date de Monrion, le 27 mars 1757. Elle contient la fameuse phrase relative au Canada, phrase qui a été si souvent niée, et contredite. Elle a été citée par M. Eug[ène] Réveillaud, dans son Histoire du Canada et des Canadiens-Français, page 238 :

    « Je suis Histrion l’hiver à Lausanne et je réussis dans les rôles de vieillard, je suis jardinier au printemps, à Mes Délices près de Genève. Je vois de mon lit le lac, le Rhône et une autre rivière. Avez-vous mon cher confrère un plus bel aspect ? Avez-vous des tulipes au mois de mars ? Avec cela on barbouille de la philosophie et de l’histoire, on se moque des sottises du genre humain, et de la charlatanerie de nos physiciens qui croient avoir mesuré la terre, et de ceux qui passent pour des hommes profonds parce qu’ils ont dit qu’on fait des anguilles avec de la pâte aigre. On plaint ce pauvre genre humain qui s’égorge dans notre continent à propos de quelques arpents de glace en Canada. On est libre comme l’air depuis le matin jusqu’au soir. Mes vergers, mes vignes et moi nous ne devons rien à personne »... Et voilà ce qu’écrivait Voltaire, le 27 mars 1757.

    Plus tard, dans son roman Candide, l’année même où les troupes française commandées par Montcalm s’ensevelissaient sous les ruines de la colonie (1759), voltaire écrivait :

    « Vous savez que ces deux nations (la France et l’Angleterre) sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu’elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut ».

    Faucher de Saint-Maurice, in Bulletin des recherches Historiques, 1896, puis Joseph Tassé, in Mémoires et comptes rendus de la Société Royale, cités par Édouard-Zotique Massicotte, in Anecdotes canadiennes, Montréal, Librairie Beauchemin, 1925, p. 14.

    Bibliographie sommaire :

    Robert Hébert, « Balles pour une histoire philosophique de la neige », in Usage d’un monde, Montréal, Éditions Trahir, coll. « Bifurcations », 2012, p. 69-102.

    Kenneth Libbrecht et Patricia Rasmussen, Flocons de neige : La beauté secrète de l’hiver, trad. de l'ang. par Jean Bouchart d’Orval, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2003, 120 pages.

    Charles-Pierre Péguy, La Neige, 2e édition mise à jour, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 1968, 128 pages.

    Gilbert Durand, « Psychanalyse de la neige », dédié à Gaston Bachelard, in Mercure de France, no 1080, août 1953, p. 615-639.

    * * *

    ~ L’hiver au Québec © Encyclopédie de l’Agora
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    Linguistique
    Allemand
    Schnee
    Anglais
    Snow
    Espagnol
    Nieve
    Documents Associés
    Émile Verhaeren
    tristesse, solitude, misère, froid, village, campagne, mort, pauvreté, hiver
    Émile Nelligan
    hiver, neige, neiger, mélancolie, pléonasme
    Henry David Thoreau
    neige, étoile, Saskatchewan, beauté du monde
    Arthur Buies
    neige, éternité, Canada, tempête
    Martin Heidegger
    neige, tempête, isolement, philosophie, nuit, hiver, province
    Victor Hugo
    neige, froid, isthme, avalanche, mort, tempête, enfants
    Raccourcis

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.