Merci d'encourager L'Agora
Faites un don via Paypal
Le site est en cours de modernisation. Nous vous invitons à utiliser la recherche pour repérer les contenus qui vous intéressent. Merci de votre patience et bonne lecture.

de Gaulle Charles

1890-9 novembre 1970
«Après une année de préparation au collège Stanislas à Paris, Charles de Gaulle est reçu en 1908, à 18 ans, à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr. Il a comme condisciple le futur maréchal Juin.

Ses thèses en faveur de l'usage de véhicules blindés et de la guerre de mouvement trouvent peu d'écho, mais il se lie avec les adversaires du fascisme et des accords de Munich comme Léo Lagrange et Paul Reynaud dans le gouvernement duquel il occupe le poste de sous secrétaire d'État à la Guerre en juin 1940.


Il part à Londres au moment de la débâcle et, le 18 juin, sur la BBC, appelle les Français à continuer le combat.


En 1944, appuyé sur un mouvement de
Résistance, il dirige un gouvernement provisoire où il préside à l'épuration et à une série de nationalisations.

Irrité par le poids des partis, il démissionne le 20 janvier 1946 mais son mouvement, le Rassemblement du Peuple Français, obtient des succès électoraux jusqu'au retrait de son chef, en 1953.


Il revient à la politique en tant que président du Conseil le 1er juin 1958 pour juguler l'insurrection algérienne. Il fonde alors une nouvelle République, dont la Constitution est approuvée par le peuple le 28 septembre.


Charles de Gaulle est élu président de la Vème République et travaille en priorité à résoudre le conflit algérien.


Dans la période de forte expansion des années 60, il se pose en champion de l'indépendance nationale face aux Etats-Unis (lancement de la force de dissuasion nucléaire, retrait de l'OTAN, ...) et se rallie à l'idée de l'intégration européenne.

Un vaste mouvement de contestation sociale ébranle son pouvoir en mai 1968, et l'oblige à dissoudre l'Assemblée nationale. Les élections sont un triomphe pour le parti au pouvoir, mais l'année suivante, lors d'un réferendum portant sur la décentralisation et la limitation des pouvoirs du Sénat, le non l'emporte, ce qui amène le général de Gaulle à démissionner (28 avril 1969).

Il se retire à Colombey-les-deux-Eglises et commence à rédiger ses mémoires, qu'il poursuivra jusqu'à sa mort, le 9 novembre 1970."

"Charles de Gaulle (1890-1970)" (Les chefs de gouvernement depuis la IIIe République). Article paru initialement sur le site du Premier ministre français Lionel Jospin - www.premier-ministre.gouv.fr - Droits réservés. Conservé sur le site Archives des sites des premiers ministres Juppé et Jospin - version 2 du site du gouvernement de Lionel Jospin



*******



«L'histoire du gaullisme se confond avec l'histoire de la France. Il en est une expression forte mais non pas exceptionnelle, en tout cas pas inattendue. Ce que je veux dire, c'est que le gaullisme s'inscrit parfaitement dans la continuité de notre histoire, d'une histoire où les héros ont été davantage des résistants et des fondateurs que des conquérants (Napoléon seul fait exception). De Vercingétorix à Clémenceau en passant par Geneviève de Paris et Jeanne d'Arc: des résistants. D'Hugues Capet à Napoléon législateur en passant par Louis XI et Richelieu: des fondateurs. Charles de Gaulle appartient à ces deux ordres à la fois: par un acte de Résistance entré dans l'histoire, il a pu être par deux fois le restaurateur de l'État, et à ce titre fondateur d'une République moderne dont l'esprit, quoi qu'on en ait dit, lui survit. Et l'esprit même de cette République aura été l'organisation étatique de la résistance de la France aux apparentes fatalités d'un monde qui s'est longtemps réduit aux jeux d'antagonisme et de complicité de ce qu'il est convenu d'appeler le système des blocs.»

PHILIPPE DE SAINT-ROBERT, De Gaulle, Références, Paris, Éditions Greco, 1990

Articles


L'appel du 18 juin 1940

Charles de Gaulle
Discours du Général de Gaulle prononcé à la radio de Londres le 18 juin 1940.