• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Terre

    Le Sommet de Rio

    Jacques Dufresne
    Le principal obstacle au développement durable est politique: le grand rêve des démocraties libérales, la prospérité pour tous, a pour conséquence une guerre économique qui consiste, pour les pays les plus forts, à prélever plus que leur part des ressources de la planète.
    Nous avons tous entendu parler du Sommet de la Terre qui se tiendra à Rio (du 3 au 14 juin 1992). Il porte plus précisément sur le développement durable. J'entends consacrer mes prochaines chroniques à cet événement majeur, en m'efforçant de mettre l'accent sur des aspects de la question qui auront peut-être été négligés dans les grands reportages.
    La cité d'Éphèse, qui était encore luxuriante du temps de saint Paul, est aujourd'hui l'un des nombreux sites désertiques du pourtour méditerranéen. J'ai pour ma part longtemps pensé que les Anciens avaient l'excuse de ne pas savoir ce qu'ils faisaient quand ils permettaient à l'érosion de détruire leurs cités. Ce n'était pas le cas. Voici ce que Platon écrivait dans le Critias, quatre siècles avant notre ère: «Il y avait sur les montagnes de grandes forêts dont il reste encore aujourd'hui des témoignages visibles. Si, parmi ces montagnes, il en est qui ne nourrissent plus que des abeilles, il n'y a pas bien longtemps qu'on y coupait des arbres propres à couvrir les plus vastes constructions. Le sol produisait du fourrage à l'infini pour le bétail. Il recueillait aussi les pluies annuelles de Zeus et ne perdait pas comme aujourd'hui l'eau qui s'écoule de la terre dénudée dans la mer.»
    Les témoignages de ce genre sont nombreux, en Orient comme en Occident. Les Anciens connaissaient le lien entre civilisation et pollution et pourtant, ils n'ont su ni prévenir, ni enrayer le mal. Leçon essentielle pour nous: entre savoir et pouvoir et même entre savoir et vouloir, la distance est grande. Et quand on croit l'avoir franchie, comme dans le cas du Superfund américain pour le nettoyage des sites toxiques, on découvre des obstacles imprévus. La dernière livraison du Business Week nous apprenait que le Superfund est un superscandale. La loi qui a créé ce fonds oblige les divers utilisateurs d'un site toxique, comme Love Canal, à partager le coût de la dépollution. Une étude de la Rand Corporation a montré que sur les 1300 millions versés de 1986 à 1989 par les compagnies d'assurances pour fins de dépollution, 1200 millions sont allés aux avocats. Cela aide à comprendre pourquoi après 12 ans et 11 milliards dépensés, seulement 84 des 1245 sites jugés les plus dangereux ont été nettoyés.
    Voilà comment nous réglons des problèmes qui se situent dans notre cour. On est pris de vertige fataliste à la pensée des litiges qui surgiront entre les pays qui devront assurer solidairement la dépollution de la planète, tout en assurant leur propre développement durable.
    Car, sauf peut-être chez une élite spiritualiste, nul ne songe à renoncer au développement, c'est-à-dire à une croissance se traduisant par ce qu'on appelle une meilleure qualité de vie.

    Le développement durable et variable

    Bien qu'ils aient analysé le phénomène de l'érosion, les Anciens avaient tout de même quelques excuses: ils ne connaissaient pas la totalité de la planète et ils ignoraient tout des mécanismes à très long terme qui déterminent le taux d'ozone, de gaz carbonique et d'oxygène dans l'atmosphère. C'est seulement à partir du XVIIe siècle que, grâce aux travaux du physicien J. Priestley, l'on saura que les végétaux respirent, remplissant ainsi la fonction-clé de la biosphère.
    Nous devons désormais tenir compte de la totalité de l'espace et de la totalité du temps et nous découvrons chaque jour un aspect nouveau de cette complexité globale, de sorte que le développement ne doit pas seulement être durable, il doit aussi être variable, c'est-à-dire ouvert à des modifications dont on peut présumer qu'elles iront toujours dans le même sens: tenir compte d'un nombre croissant de facteurs.
    Le développement est durable dans la mesure où il permet d'assurer la permanence de la ressource correspondant à un besoin: au lieu de couper l'arbre pour faire cuire votre repas, vous l'émondez pour qu'il pousse mieux et vous faites brûler les branches coupées.
    C'est évidemment dans les domaines où les ressources sont renouvelables, en agriculture par exemple, que le développement durable offre les perspectives les plus intéressantes. Or, même sur ce plan les défis semblent démesurés. Au cours des 45 dernières années divers facteurs ont provoqué la dégradation de 11% des sols, et on détruit chaque année 42,5 millions d'acres de forêt tropicale.
    Comment, dans ces conditions, assurer la permanence des ressources non- renouvelables comme le charbon et le pétrole, et comment faire en sorte que le recours à ces ressources n'aggrave pas l'état général de la planète?

    Le défi des cultures

    C'est pour des raisons culturelles souvent que, dans tel pays d'Afrique par exemple, on a besoin de faire bouillir les légumes et de couper des arbres à cette fin. Faudra-t-il que, dans ces pays, on modifie sa propre culture après avoir appris à émonder les arbres? Question cruciale, car l'un des buts du développement durable est de protéger la diversité des cultures. La même question se pose avec encore plus d'acuité dans le cas du contrôle de la croissance démographique: on ne pourra parvenir à ce contrôle sans une modification radicale d'une composante essentielle des cultures: les liens amoureux et familiaux.

    L'obstacle politique

    C'est toutefois sur le plan politique que se situe le pire obstacle. Si dans les pays industrialisés, on commence à mettre en doute le modèle occidental de développement, si l'on est sur le point de comprendre que la planète ne pourrait jamais survivre à la généralisation de l'usage de l'automobile, des toilettes à eau et des mets exotiques, on est plus que jamais disposés à exporter le système politique qui a coïncidé avec l'enrichissement collectif: la démocratie libérale.
    Or dans ce régime, encore plus peut-être que dans les autres, la justice à l'intérieur d'un pays donné a toujours pour prix l'injustice à l'extérieur. C'est grâce aux ressources de ses colonies que l'Angleterre, par exemple, a pu enrichir ses travailleurs sans appauvrir ses riches. Le principe d'équilibre dans nos sociétés n'est pas un principe, c'est la croissance économique. Elle était favorisée jadis par les colonies. Elle est assurée aujourd'hui par des techniques et des capitaux qui permettent de prélever plus que sa part des ressources mondiales et d'hypothéquer l'avenir de la planète commune dans les mêmes proportions. À eux seuls, les sept pays les plus industrialisés sont responsables de l'émission de 45% des gaz à effet de serre.
    En d'autres termes, c'est la force contre l'extérieur qui permet d'assurer le bonheur à l'intérieur de certains pays. Cette loi n'a pas varié d'un iota depuis les premières querelles entre clans. Le recours à la force a seulement pris des formes plus variées et plus subtiles.
    C'est à cette loi que l'on va s'attaquer au Sommet de Rio. C'est une tâche impossible. Pour la réaliser il faudrait trouver et rendre opérantes des sources surnaturelles d'inspiration, dont l'histoire n'offre que de rares et éphémères exemples, sur lesquels on ne s'entend d'ailleurs pas. Voyez les Allemands de l'Ouest: ils ne veulent même pas payer le prix de la réunification de leur pays, réunification qu'ils souhaitaient pourtant unanimement depuis 1945.
    Cette tâche impossible est pourtant enthousiasmante: chercher un principe autre que la force dans l'humanité et dans l'univers est le seul but ultime vraiment digne d'une collectivité humaine. Quoi qu'il advienne, si nous allons dans cette direction, nous aurons fait le meilleur usage possible de nos plus hautes facultés.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jacques Dufresne
    Éditeur en chef de L'Encyclopédie de L'Agora.
    Mots-clés
    développement durable, scandale, pollution dans l'Antiquité, défis culturels
    Extrait
    «Les Anciens connaissaient le lien entre civilisation et pollution et pourtant, ils n'ont su ni prévenir, ni enrayer le mal. Leçon essentielle pour nous: entre savoir et pouvoir et même entre savoir et vouloir, la distance est grande.»
    Documents associés
    Jacques Dufresne
    René Dubos
    Martial
    Yves Mongeau
    Jacques Dufresne
    Jour de la terre
    Jacques Dufresne
    Jacques Dufresne
    Science, vision du monde
    Andrée Mathieu

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.