Ciel

«Nous avons naturellement plus d'admiration pour les choses qui sont au-dessus de nous, que pour celles qui sont à pareille hauteur ou au-dessous. Et quoique les nues n'excèdent guère les sommets de quelques montagnes, et qu'on en voie même souvent de plus basses que les pointes de nos clochers, toutefois, à cause qu'il faut tourner les yeux vers le ciel pour les regarder, nous les imaginons si relevées, que même les poètes et les peintres en composent le trône de Dieu, et font que là il emploie ses propres mains à ouvrir et fermer les portes des vents, à verser la rosée sur les fleurs et à lancer la foudre sur les rochers. Ce qui me fait espérer que si j'explique ici leur nature, en telle sorte qu'on n'ait plus occasion d'admirer rien de ce qui s'y voit ou qui en descend, on croira facilement qu'il est possible en même façon de trouver les causes de tout ce qu'il y a de plus admirable dessus la terre.»

RENÉ DESCARTES, Les météores(1637)

Essentiel

«Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie.»
Pascal

«L'homme est un arbre qui a ses racines dans le ciel.»
Novalis

***

«Tout ce que je sais du ciel me vient de l'étonnement que j'éprouve devant la bonté
inexplicable de telle ou telle personne, à la lumière d'une parole ou d'un gete si purs qu'il m'est soudain
évident que rien du monde ne peut en être la source.»

Christian Bobin, Ressusciter, coll. Folio, Gallimard, 2001, p.31

 

*******

 

 


Attention au ciel
Jean-Pierre Dessertine, professeur au Lycée Saint-Exupéry de Marseille, partage sur son site des réflexions fort justes sur la disparition du sens métaphysique du mot "ciel". Il était pour les Grecs source de contemplation, lieu où les mathématiques régnaient sur un ballet céleste; il était pour le chrétien méritant le terme d'un long voyage; pour Kant, il était le pendant externe de la loi morale en nous. Il n'est pour nous, aujourd'hui, que l'objet d'inquiétudes météorologiques. La question se pose de savoir, non pas si nous pouvons, mais «si nous devons vivre sans ciel»:

 

 

 

  • L'individu humain est l'être qui contemple le ciel.

    Nous pouvons vivre sans ciel, et d'un certain point de vue, nous pouvons vivre mieux. Mais exactement comme Hannah Arendt dit que nous pouvons vivre sans pensée. Car nous perdons alors la lucidité sur une dimension essentielle de notre humanité.


Voir JEAN-PIERRE DESSERTINE, L'anti-somnanbulique

 

 

 

*******

 


Une mythologie céleste remplie de trous noirs
«[...] Que s'est-il passé dans notre ciel étoilé contemporain, sinon l'apparition d'étoiles ayant flambé à tel point qu'elles sont devenues leur propre contraire en ne produisant plus de rayonnement mais en devenant plutôt prédatrices de rayonnement: des anti-étoiles qui empêchent toute lumière. Notre ciel scientifique est rempli de trous noirs, notre mythologie céleste a suivi la même pente.»

Voir CLAUDE GAGNON, "Penser le ciel", L'Agora, vol 6 no 3, 1999.

 

 

 

 

Essentiel

«Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie.»
Pascal

«L'homme est un arbre qui a ses racines dans le ciel.»
Novalis

***

«Tout ce que je sais du ciel me vient de l'étonnement que j'éprouve devant la bonté
inexplicable de telle ou telle personne, à la lumière d'une parole ou d'un gete si purs qu'il m'est soudain
évident que rien du monde ne peut en être la source.»

Christian Bobin, Ressusciter, coll. Folio, Gallimard, 2001, p.31

 

*******

 

 


Attention au ciel
Jean-Pierre Dessertine, professeur au Lycée Saint-Exupéry de Marseille, partage sur son site des réflexions fort justes sur la disparition du sens métaphysique du mot "ciel". Il était pour les Grecs source de contemplation, lieu où les mathématiques régnaient sur un ballet céleste; il était pour le chrétien méritant le terme d'un long voyage; pour Kant, il était le pendant externe de la loi morale en nous. Il n'est pour nous, aujourd'hui, que l'objet d'inquiétudes météorologiques. La question se pose de savoir, non pas si nous pouvons, mais «si nous devons vivre sans ciel»:

 

 

 

  • L'individu humain est l'être qui contemple le ciel.

    Nous pouvons vivre sans ciel, et d'un certain point de vue, nous pouvons vivre mieux. Mais exactement comme Hannah Arendt dit que nous pouvons vivre sans pensée. Car nous perdons alors la lucidité sur une dimension essentielle de notre humanité.


Voir JEAN-PIERRE DESSERTINE, L'anti-somnanbulique

 

 

 

*******

 


Une mythologie céleste remplie de trous noirs
«[...] Que s'est-il passé dans notre ciel étoilé contemporain, sinon l'apparition d'étoiles ayant flambé à tel point qu'elles sont devenues leur propre contraire en ne produisant plus de rayonnement mais en devenant plutôt prédatrices de rayonnement: des anti-étoiles qui empêchent toute lumière. Notre ciel scientifique est rempli de trous noirs, notre mythologie céleste a suivi la même pente.»

Voir CLAUDE GAGNON, "Penser le ciel", L'Agora, vol 6 no 3, 1999.

 

 

 

 

Articles


Ciel brouillé

Charles-Pierre Baudelaire

Penser le ciel

Claude Gagnon
Des étoiles fixes aux étoiles en guerre.

Patience du ciel

Pierre-Jean Dessertine
Que le ciel n'est pas objet de perpception, et que, pourtant, sa présence sensible est nécessaire pour savoir vivre humainement.



Articles récents

  •  

    Les mots ont une vie eux aussi

    Pierre Biron
    Les mots naissent, évoluent dans leur structure, se répandent, accouchent d’un autre sens, livrent vérités ou m

  •  

    Lovelock James

    Jacques Dufresne
    James Lovelock est né le 26 juilllet 1919; il est mort le 26 juillet 2022. Gaia a mauvaise presse en cet automne 2022 en raison de la conceptio

  •  

    Culture médicale: un ABC

    Jacques Dufresne
    La culture médicale est la première condition de l'autonomie des personnes face à un marché de la santé o&ugrav

  •  

    Gustave Thibon, un Nietzsche chrétien

    Jacques Dufresne
    On a comparé Gustave Thibon à Pascal et Gabriel Marcel a reconnu en lui un Nietzsche chrétien, mais il eut encore plus d’af

  •  

    Pause ton écran

    Jacques Dufresne
    À propos du site Pause ton écran, consacré à des mises en garde contre la dépendance aux écrans et de Cather

  •  

    Ottawa n'est pas Rome

    Marc Chevrier
    Pourquoi le français n’est-il pas au Canada ce que le grec fut à Rome? Une version espagnole suit.

  •  

    L'inflation généralisée

    Jacques Dufresne
    L’inflation, un mal multiforme et universel ? Le premier sens que le CNRTL donne au mot est  médical : enflure, inflammation. L

  •  

    Pâques et les calendriers

    Jacques Dufresne
    Notre attention a besoin d’être tirée chaque jour vers le haut, et vers le zénith lors de grandes fêtes comme Pâ