Le temps qu'on nous vole

Jean Robert

Jean Robert est un architecte qui s'est passionné toute sa vie pour l'histoire urbaine et qui s'est doté au fil des ans des outils d'analyse nécesssaires à la compréhension d'un phénomène beaucoup plus complexe qu'il ne semble l'être à première vue.


Introduction

Les transports sont devenus le bras séculier de la Croissance. Ils servent toujours à mettre des gens en circulation, mais de plus en plus d’experts les considèrent essentiellement comme un moyen privilégié de passage vers une société hautement industrialisée.

La sobriété intellectuelle exige de répondre par une austère évaluation du progrès social atteint grâce aux transports. Cette évaluation requiert une discipline.

- Les transports de personnes doivent d’abord être distingués des transports de marchandises. La méthode que je développe s’applique spécifiquement au transport d’êtres capables de se mouvoir par eux-mêmes et à l’effet qu’a sur leur aptitude à marcher la production de substituts industriels à leur mobilité innée. L’étude du déplacement des choses inertes requiert un instrument différent du mien, aussi je ne me permettrai qu’une très courte incursion au chapitre VI - dans ce domaine qui reste à défricher.

- Je résisterai ensuite à la tentation de généraliser mon analyse des transports aux communications et en particulier, aux télécommunications, que certains proposent déjà comme substituts aux transports de personnes. La distribution du courrier, le téléphone et leurs développements acoustiques et visuels sont des champs ouverts à l’investigation. En ne perdant pas de vue que George Orwell prédisait, pour 1984, une société où les télécommunications rendraient partout présent l’œil de Big Brother.

Je suis opposé à la société du Grand Frère, aussi je juge indésirables les outils qui la rendent probable.

J’ai choisi d’étudier les transports de personnes, parce qu’ils constituent un domaine où le langage sait encore distinguer la production autonome de son homologue industriel. Vous dites: j’ai marché sur le parvis de Notre-Dame, et: j’ai pris un transport - ou le métro - vers Argenteuil. La marche est encore la marche: ce n’est pas un transport à pied.

Cette distinction est en voie de disparition dans toutes les autres institutions majeures de la société industrielle: l’éducation est indifféremment le fait d’apprendre en participant à la vie quotidienne ou la soumission à des doses programmées d’informations empaquetées par des experts pédagogues. Quant au mot santé, son sens oscille de l’aptitude éminemment autonome dont parle Dubos, au nom d’un ministère chargé de réguler la distribution des soins médicaux.

C’est à cause de ce reste de transparence que je considère le transport comme le terrain exemplaire de la critique du mode de production industriel.

Ce livre est le prolongement d’une longue collaboration avec Jean-Pierre Dupuy. Depuis quatre ans, nous compilons des milliers de faits dans les rapports officiels sur les transports et les comparons à notre expérience d’habitants de deux grandes villes très différentes soumises à la même logique des transports industriels. Cette recherche commune s’est concrétisée, en 1976, en un document de travail basé sur la lecture de milliers de pages en cinq langues. J’ai pris la liberté de lui donner une forme plus littéraire et de lui ajouter trois chapitres, afin de mettre sans attendre à la disposition du public les premiers résultats d’une étude aux ambitions quasi encyclopédiques dont l’achèvement définitif nous aurait pris dix ans.


CHAPITRE I

Les bienfaits et les coûts de la vitesse

La plupart des gens, dans le monde, n’ont pas 1’habitude de parcourir plus de 25 kilomètres en une heure.

De bonnes sandales et des chemins raisonnablement entretenus sont tout ce qu’il faut aux villageois d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie pour tracer le cercle d’un monde quotidien aux ressources accessibles en se hâtant lentement à 4 kilomètres en une heure. La vitesse d’un cheval au trot, d’une bicyclette animée par un pied vigoureux ou d’un robuste autobus campagnard permet encore à la majorité d’entre eux de vaincre la distance séparant deux frères, d’accéder, avec paniers et cochons, au marché hebdomadaire ou de parcourir le Sahara ou les Andes.

Dans les pays industrialisés des rives de l’Atlantique-Nord, les gens ont presque tous la possibilité d’atteindre une fois par semaine la vitesse de 120 km/h, et 1 % d’entre eux peut être propulsé au moins une fois l’an aux trois quarts de la vitesse du son. Toutefois, même aux États-Unis, moins de 0,2 % de la population peut choisir de prendre l’avion plusieurs fois par an (1).

Cette différence entre pays riches et pays pauvres est devenue l’étalon définissant un spectre du Progrès des peuples; pour les experts en développement, elle constitue la mesure du retard à rattraper par les pays «pauvres».

Aucune société préindustrielle - pas même celle des nomades Touareg - ne dépensa jamais plus de 8 % de son budget-temps social à mettre ses membres en mouvement. Dans les grandes villes industrialisées, les adultes passent en moyenne une à deux heures à se rendre chaque jour à l’usine, à l’école ou au marché et à en revenir: plus de temps qu’ils consacrent à leurs repas. Si on ajoute au temps passé dans les véhicules le temps social consacré à construire les routes, les métros et les autos, on obtient que les sociétés industrielles consacrent près du tiers de leur temps social actif à l’industrie de la circulation.

Cette industrie dévore, aux États-Unis, le quart du budget total de la nation. Et les coûts que les transports imposent aux ménages y croissent plus vite que leurs revenus. Les pays pauvres qui imitent ce modèle de développement consacrent déjà aux infrastructures de transports le tiers de leur budget, sans rendre leurs citoyens plus rapides en moyenne. L’effet du développement industriel de la circulation est rarement de permettre à la majorité de parcourir plus de kilomètres en une heure. Les bienfaits sociaux produits par l’industrie des transports doivent être débusqués dans d’autres dimensions que la simple facilité de déplacement.

En commençant par une énumération des «coûts sociaux», je ne fais que sacrifier à la hiérarchie imposée par la mode des études; «coûts et avantages». Dès le deuxième chapitre et jusqu’à quatrième, j’explorerai soigneusement les sphères sociales où l’industrie de la circulation produit ou transfère des avantages.


Les coûts sociaux des transports

LES COÛTS MONÉTAIRES (2)

Les habitants des pays industrialisés dépensent plus d’argent à faire transporter qu’à s’alimenter. Dans certains de ces pays, le transport par automobile coûte à lui seul plus cher que la nourriture mangée par l’ensemble de la population.

C’est le cas des ÉtatsUnis: en 1970, les Américains ont dépensé 150 milliards de dollars pour rouler en voiture alors que leur industrie alimentaire réalisait un chiffre d’affaires total de 130 milliards de dollars (3). Le seul achat de nouvelles autos leur coûte annuellement 25 milliards de dollars.

La Suisse dépense chaque année près de 1,5 milliard de ses francs pour construire des routes (4), et le coût total de la circulation automobile y est estimé à plus de 3 milliards de francs annuels.

La plupart des automobilistes ne savent pas que les coûts réels de!'auto représentent de 25 à 35 % de leur revenu total. Lorsqu’ils sont interrogés, ils minimisent souvent ces coûts ou même les ignorent (5). Un ingénieur suisse a calculé, pour sa part, que le seul coût monétaire direct des déplacements d’achat vers les supermarchés représente plus de 10,5 % des dépenses qui y sont faites (6).

LES COÛTS ÉNERGÉTIQUES

Pour traduire en images sensibles la consommation d’énergie des transports, nous choisirons un étalon humain: la quantité d’énergie métabolisée par un homme en un jour (7). Le corps humain

1. Ivan Illich. Énergie et Équité. Éd. du Seuil, coll. «Technocritique H, 1975, p. 25.

2. Je commence délibérément par les seuls coûts qui s’inscrivent avec évide dans la sphère des valeurs d’échange: à partir d’ici, mon rapport de recherche construit de façon telle que le plan où s’inscrivent les «coûts» recensés s’éloigne progressivement du champ de la valeur d’échange afin de faire apparaître comme évidence empirique - «heuristiquement» - la nécessité de rompre le véritable confinement à la sphère de l’échange où la critique politique de l’économie est encore maintenue.

3. Daniel Zwerdling, in Ramparts, juin 1971. Compte tenu des exportations et des importations, le «coût de l’alimentation» est sans doute inférieur.

4. Ulf Bulte, Die sozialen Kosten des Automobils in der Schweiz, Zuerich, Scheideggstrasse 45, Suisse, Institut fuer weltanschauliche Fragen, 1973.

5. Helmut Stapf, Fehlbeurteilung der subjektiven Kostenschätzung beim PKW (Erreurs de jugement dans l’évaluation des coûts de la voiture privée), Université d’Augsburg, Allemagne, 1975 (dissertation).

6. Selon une étude inédite de Paul Dubach, Zuerich, Sonneggstrasse, Suisse, 1973.

7. Dans certaines limites étroites, les machines fabriquent des homologues mécaniques utiles du travail des muscles, mais dans ce livre nous considérerons l’énergie des machines et le produit de l’effort des muscles comme deux entités socialement très différentes. L’équivalence postulée ici (qui retourne les équivalences thermodynamiques en mesurant le travail des machines à l’aune humaine) est, de ma part une concession analogue à celle de Jean-Pierre Dupuy - reprise dans la Trahison de!'opulence - lorsqu’il parle d’un «temps généralisé» qui est 1’exact inverse du «coût généralisé» des économistes.

Autres articles associés à ce dossier

Quand la recherche se prend au sérieux

Jacques Dufresne

Mot attribué à un éminent professeur de L'Université McGill de Montréal.

Laissez les bons temps rouler

Sylvie Escande

"Ces gens que le soleil regarde de travers", disait Rivarol en parlant des Nordiques...Mais quand le soleil vous regarde droit dans les yeux

Optimisez votre temps dès maintenant

François Gamonnet

On pourrait croire que c'est la vie moderne qui nous amène à courrir toute la journée pour joindre les deux bouts... mais la lecture de Sénèque n

Mesure du temps

Jacques Dufresne


L'horizon temporel d'après Kant et Heidegger

Josette Lanteigne

«Le temps n'est pas, Il y a temps.» (Martin Heidegger)

Elsa

Louis Aragon


Conceptions du temps

Jacques Dufresne

On peut associer les conceptions dominantes du temps qui se sont succédées en Occident aux différents instruments de mesure du te

Le temps compressible

Jacques Dufresne


Le temps comprimé

Jacques Dufresne


Le temps homogénéisé

Stéphane Stapinsky

Qu’en est-il du temps libre aujourd’hui? Alors que dans les années 1960 et 1970, on anticipait la «civilisation des loisirs&r

Le temps linéaire

Gaétan Daoust

Voici le temps linéaire tel que les Occidentaux l'ont conçu. Ceertains auteurs l'appellent aussi le temps fléché.E

Le lac

Alphonse Lamartine


À lire également du même auteur

Les pouvoirs niés de l'estomac
Recension de Martina Kaller-Dietrich, Macht über Mägen. Essen machen statt Knappheit verwalten. Ha

Genèse et déclin de la raison instrumentale
Convergences entre les pensées d'Ellul et d'Illich. Le texte est publié dans l'ouvrage dirigé p




Nos suggestions